Navigation – Plan du site

vol. 22 - n°3 | 2006
Turquie 2006 : aux portes de l'Union européenne ?

ISBN 978-2-911627-43-9
Sous la direction de Ahmed Içduygu

La Turquie a obtenu le statut officiel de pays candidat à l’adhésion à l’UE le 3 octobre 2005. Membre de l’Union douanière (1995), elle veut entrer dans le club européen des pays riches, développés et démocratiques, vieux rêve déjà caressé par les réformistes pro-occidentaux ottomans puis par le premier Président turc, Atatürk, qui ne concevait la « civilisation » que comme occidentale. L’immigration turque, dès lors qu’elle est considérée comme l’une des plus nombreuses, des plus problématiques d’Europe, à tort ou à raison, devient un enjeu capital dans le processus de négociation de l’adhésion turque. Non seulement les Turcs sont nombreux « chez eux » (plus de 73 millions), mais ils forment la « communauté » immigrée nationale la plus importante d’Europe avec plus de trois millions de membres. Aussi le thème de la libre circulation des travailleurs turcs, résidant en Europe (immigrés) ou en Turquie (potentiel migratoire) est-il devenu un épouvantail facile, manié avec plus ou moins de finesse par les turco-sceptiques, avec les questions kurdes, chypriotes, arméniennes, des droits de l’homme, des femmes, des minorités ethniques, confessionnelles et sexuelles… sans compter la situation de la Turquie en « Asie ». Ce numéro n’a pourtant pas pour objectif de répondre à la question complexe de l’impact de la migration sur l’adhésion à l’UE, mais se propose de fournir quelques clés pour comprendre les processus contemporains, sur fond de difficiles négociations où les immigrés présents en Europe ne sont guère consultés.