Navigation – Plan du site
Chronique statistique

Les Turcs expatriés en 2005-2006 : combien sont-ils ? Où sont-ils ?

Les étrangers en Turquie : combien sont-ils ? D’où viennent-ils ?
Stéphane de Tapia
p. 229-251

Texte intégral

1La question, souvent posée, des effectifs d’immigrés turcs en France ou plus généralement en Europe, n’appelle jamais de réponse facile. Nous l’avons très souvent abordée dans nos écrits, y compris pour la Revue Européenne des Migrations Internationales, en essayant d’ailleurs de décrire l’ensemble des sources administratives et privées qui permettent de cerner ce vaste courant migratoire (de Tapia, 1996, 2002). Situation complexe, difficile quelquefois à expliquer aux non-initiés, tout simplement parce que les normes statistiques turques et européennes, européennes entre elles et a fortiori américaines, australiennes ou moyen-orientales, sont souvent contradictoires. Il arrive même que des pays d’immigration ne produisent pas de statistiques cohérentes ou que les migrants soient en grande partie non déclarés. Or s’il est une caractéristique du champ migratoire turc, outre son développement récent — à partir de 1957-1961 — et sa massivité démographique — plus de 3 500 000 émigrés à l’heure actuelle, ce qui signifie en fait plus de sept millions d’individus au total, retour et décès inclus —, c’est bien son extension géographique rapide. Des ressortissants turcs ou des immigrés originaires de Turquie, ayant en partie acquis la nationalité de leur actuel pays de résidence, sont aujourd’hui présents sur tous les continents avec des statuts, juridiques et sociaux, malgré tout très diversifiés. Ainsi, à ces 3,5 millions d’émigrés s’ajoute partiellement, compte tenu des doubles nationalités fréquentes, 1,3 million d’Européens originaires de Turquie ou comme on dit en français, « issus de l’immigration turque ». Les retours, plus nombreux que ce que l’on veut généralement bien admettre ne sont pas intégrés dans ces chiffres, pas plus qu’une grande partie des nombreux enfants nés en émigration et qui ont souvent, mais non systématiquement, la nationalité du pays de naissance et résidence de leurs parents.

  • 1 Une partie importante de ces réfugiés de 1989-1990 est aujourd’hui repartie vers la Bulgarie. D’une (...)
  • 2 Les Kazakhs du Xinjiang sont arrivés durant les années 1950, en provenance de Chine et après un tra (...)

2À l’inverse, la Turquie se découvre pays d’immigration, non plus comme dans l’histoire encore récente (le dernier exode massif des Turcs de Bulgarie vers ce pays ne date que de 1989 et a mobilisé au moins 360 000 personnes1), avec une immigration de populations de cultures turco-musulmanes, autrefois ottomanes ou alliées (Balkans, Crimée, Caucase), ou même simplement de langue turque, comme les Kazakhs du Xinjiang ou les Kirghizes du Pamir afghan, de fait assez facilement intégrées, sinon assimilées2. Il s’agit bien d’immigrations nouvelles, cadres de multinationales, retraités européens, migrants en transit devenant parfois à leur corps défendant des immigrés stables en Turquie, travailleurs étrangers, enfants d’immigrés en Europe (souvent de nationalités européennes) tentant leur chance dans une Turquie plus dynamique et plus performante qu’elle ne l’était, il y a peu encore, dans le domaine économique. Il y a là de nouveaux champs de recherche, formalisés dans ce numéro par Mustafa Mutluer et Ilkay Südaş, ou étudiés par Ahmet İçduygu et Şule Toktaş (2005). Ces faits nouveaux seront ici brièvement évoqués.

3Depuis 1982, le ministère turc du Travail et de la Sécurité Sociale dispose d’une Direction générale des Services aux Travailleurs émigrés (YİHGM). Il n’est pas innocent que l’on y utilise plutôt le terme yurtdışı qui signifie littéralement « hors yourte », soit en fait hors territoire et non hors tente comme on pourrait s’y attendre ! La traduction la plus juste est donc « expatrié » plutôt qu’émigré. Ce service produit un rapport annuel particulièrement intéressant, même s’il est partiel (y figurent généralement les monographies des quatorze principaux pays d’immigration turque, mais jamais les États-Unis pourtant destination d’une émigration importante, comme le soulignent ci-après les articles de Şebnem Köser-Akçapar et David Behar). Renommé en 1999 « Direction générale des Relations extérieures et des Services aux Travailleurs expatriés » (DİYİH : Dış İlişkiler ve Yurtdışı İşçiler Hizmetleri Genel Müdürlüğü), ce service administratif a continué à produire jusqu’à aujourd’hui son rapport annuel, maintenant disponible sur le réseau Internet, sur le site du ministère (http://www.calisma.gov.tr).

4Comme exposé dans notre article de 2002, DİYİH tire ses statistiques de rapports annuels rédigés par les attachés du Travail des Consulats et Ambassades de Turquie et se base donc sur les recensements et les comptes des gouvernements des pays d’immigration. C’est donc une garantie de relative fiabilité, mais les écarts ou les variations de confection de données statistiques souvent soulignées par les chercheurs entre pays européens et pays non européens, y compris dans les définitions de base, y apparaissent d’autant plus clairement. Cette source administrative n’est pas seule puisque le même ministère dispose depuis les années 1960 d’une agence de l’emploi, établissement public, dont les compétences ressemblent fort à celles des ANPE et OMI françaises. L’ancien İİBK (İş ve İşçi Bulma Kurumu : Office de l’Emploi et de Placement des Travailleurs) s’appelle aujourd’hui İşkur (Türkiye İş Kurumu : Office du Travail de Turquie) et peut être interrogé sur Internet en passant par le même serveur que DİYİH. Le ministère des Affaires Étrangères dispose pour sa part de chiffres plus ou moins réguliers sur les présences turques à l’étranger, sur la base des inscriptions auprès des Ambassades, pour les motifs les plus divers, qu’il s’agisse de militaires de contingents mis à disposition de l’ONU (Bosnie, Macédoine, Afghanistan, Somalie), d’entrepreneurs expatriés parfois accompagnés de leurs salariés, en particulier dans le secteur du Bâtiment-Travaux Publics (Asie centrale, Russie, pays des Balkans…), d’étudiants en formation, dont des jeunes filles au pair (Grande-Bretagne). Ce ministère dispose également d’un Département pour les Expatriés Turcs. La logique est donc, pour les autorités turques, celle de l’expatriation qui peut être temporaire (même longue) et non d’une émigration définitive même si l’on sait que les limites ne sont pas étanches, comme dans le cas des étudiants évoqués dans ce numéro par David Behar ou Şebnem Köser-Akçapar. Nous ne revenons pas ici sur l’analyse présentée en 2002 ou sur les articles écrits sur l’historique et le fonctionnement du champ migratoire, mais sur un fait nouveau, assez récemment apparu, réalisé dans le rapport DİYİH 2005 et très sensible sur le site Internet du ministère : la prise en compte des statistiques du ministère des Affaires Étrangères. Le constat est étonnant !

Les « stocks » de population émigrée

5Combien de citoyens turcs vivent à l’étranger ? Combien d’immigrés issus de l’émigration turque sont présents sur les divers continents touchés par cette émigration ? Les « stocks », très vilain, mais très parlant, mot de notre vocabulaire démographique — on peut sans conteste lui préférer effectifs ou populations — mesurent cette présence expatriée. Les chiffres disponibles tout d’abord : nos sources habituelles permettent depuis 1982 un suivi assez cohérent de l’évolution des effectifs turcs expatriés et immigrés. Le tableau qui suit, donné pour la fin de l’année 2005, est tout à la fois intéressant puisque plus complet que d’habitude et parfois sujet à caution : on comprend vite à le parcourir qu’il est réellement à manier avec d’infinies précautions, étonnamment bien plus que dans les années précédentes.

6Ce tableau appelle évidemment de multiples commentaires, au-delà de sa présentation quelque peu surprenante qui classe Russie et Belarus, Ukraine et Moldavie, en Asie ! Il s’agit d’un tableau pris dans le bulletin cité en référence, disponible sur le site du ministère, et qui est plus détaillé que le rapport annuel DİYİH.

Tableau 1 : Données concernant les ressortissants turcs expatriés au 31.12.2005

Pays

Nombre Citoyens turcs

Travailleurs Salariés

Travailleurs indépendants

Total

Travailleurs sans emploi

A. Europe occidentale

 1. Union européenne

 Allemagne

1 764 041

458 243

64 600

522 843

210 821

 France

359 034

87 992

5 000

92 992

21 275

 Pays-Bas ***

358 846

118 000

11 500

129 500

13 000

 Autriche

116 882

52 021

3 000

55 021

10 834

 Gr. Bretagne

150 000

50 000

13 000

63 000

4 279

 Danemark ***

54 859

21 165

2 609

23 774

4 406

 Grèce

48 880

3 563

3 563

 Belgique

39 965

13 412

1 743

15 155

5 416

 Suède

34 965

5 000

5 000

1 500

 Italie

14 424

6 414

6 414

 Finlande

7 000

 Pologne

2 500

1 586

1 586

 Espagne

1 834

1 097

1 097

 Irlande

1 191

800

800

 Rép. Tchèque

750

475

475

 Malte

400

360

360

 Luxembourg

377

242

242

 Portugal

220

120

220

 Slovaquie

151

88

88

 Lituanie

45

35

35

 Lettonie

20

 Slovénie

25

20

20

 Estonie

15

6

6

 Hongrie

 Total UE

2 956 044

820 639

101 452

922 091

271 531

 2. Autres pays

 Suisse

75 448

34 200

818

35 018

4 382

 Norvège

15 356

473

 Roumanie

12 000

3 200

3 200

 Bulgarie

1 500

1 100

1 100

 Macédoine

1 000

250

250

 Liechtenstein

890

317

317

 Bosnie Herz.

700

500

500

 Serbie-Monténégro

150

 Vatican (?)

300

55

55

 Total zone

107 344

39 622

818

40 440

4 855

Total Europe

3 063 388

860 261

102 270

962 531

276 386

B. Asie

 1. Rép. Turciques

 Azerbaïdjan

15 000

10 500

10 500

 Kazakhstan

10 000

4 472

1 139

5 611

 Turkménistan

7 000

6 000

170

6 170

 Kirghizistan

3 380

1 967

1 967

 Ouzbékistan

700

600

600

 Tadjikistan

600

500

500

 Chypre turque

146 442

46 010

46 010

 Total zone

183 122

70 049

1 309

71 358

 2. Moyen-Orient

 Arabie saoudite

115 000

115 000

115 000

 Israël

30 000

6 000

6 000

 Liban

7 748

188

188

 Émirats arabes unis

5 484

2 650

2 650

 Koweït

3 362

2 660

120

2 780

 Dubaï

3 000

2 650

2 650

 Syrie

2 350

946

946

 Jordanie

2 500

1 400

1 400

 Qatar

1 985

1 500

1 500

 Irak

1 200

1 200

1 200

 Bahreïn

724

617

617

 Oman

500

384

384

 Yémen

249

169

169

 Total zone

174 002

135 364

120

135 484

B. Asie (suite)

 3. Autres pays

 Féd. Russie

22 808

22 808

22 808

 Japon

6 309

1 300

1 300

 Afghanistan

4 500

4 500

4 500

 Ukraine

2 250

1 900

1 900

 Géorgie

2 000

1 000

1 000

 Iran

1 675

 Corée du Sud

1 026

560

560

 Moldavie

1 000

200

200

 Chine

578

492

492

 Pakistan

349

164

164

 Malaisie

347

154

154

 Mongolie

200

 Singapour

195

96

96

 Belarus

150

120

120

 Thaïlande

140

95

95

 Philippines

100

40

40

 Indonésie

97

47

47

 Inde

96

43

43

 Bengladesh

48

27

27

 Vietnam

16

13

13

 Cambodge

15

12

12

 Myanmar

15

11

11

 Népal

5

 Sri Lanka

4

 Total zone

43 923

33 582

33 582

Total Asie

401 047

238 995

1 429

240 424

C. Afrique

 Égypte

2 000

300

300

 Soudan

1 800

1 100

1 100

 Algérie

1 480

1 379

1 379

 Libye

1 400

1 110

190

1 300

 Maroc

700

587

587

 Tunisie

220

31

31

 Nigéria

200

150

150

 Kenya

129

72

72

 Guinée

120

118

118

 Mali

109

103

103

 Sénégal

79

37

37

 Tanzanie

56

36

36

 Ouganda

37

26

26

 Éthiopie

35

29

29

 Congo-Zaïre

22

 Côte d’Ivoire

12

 Gambie

11

 Burkina Faso

11

 Congo Rép.

4

 Burundi

3

 Guinée Bissao

1

1

1

 Angola - Afrique Sud

1

 Cap Vert

1

1

1

 Total zone

8 431

5 097

190

5 287

D. Amérique

 USA

250 000

114 000

114 000

 Canada

41 000

29 000

29 000

 Argentine

750

 exique

200

120

120

 Brésil

150

 Chili

147

111

111

 Belize

60

45

45

 Cuba

62

 Venezuela

40

 Costa Rica

35

20

20

 Panama

25

10

10

 Pérou

11

4

4

 Uruguay

10

10

10

 Surinam

10

 Guatemala

6

 Paraguay

3

3

3

 Bolivie

2

2

2

 Honduras-Nicaragua

1

 Total zone

292 512

143 325

143 325

E. Océanie

 Australie

63 000

23 500

6 000

29 500

5 000

 Nlle Zélande

1 000

590

590

 Total zone

64 000

24 090

6 000

30 090

5 000

Total général

3 829 378

1 271 768

109 889

1 381 657

281 386

Notes : (*) : travailleurs salariés ; (**) : travailleurs indépendants ; (***) : chiffre ne comprenant pas les doubles nationalités ; (—) : données non disponibles.
Sources : Services extérieurs du ministère du Travail et de la Sécurité Sociale et ministère des Affaires Etrangères :
http://www.calisma.gov.tr/​birimler/​yih/​bulten/​2006_haber/​haziran06_haber.htm

7Le tableau présenté dans ce rapport est généralement plus conforme à la réalité géographique ou géopolitique. Autre curiosité de classement, la mention du Tadjikistan comme république turque ou turcique, ce qui ne plaira certainement pas aux Tadjiks iranophones, mais le fait est habituel ; les contours du « monde turc » (Türk Dünyası) sont souvent assez approximatifs (on cite souvent pêle-mêle les Turcs bosniaques, les Tcherkesses, les Tchétchènes ou les Tadjiks qui ne sont pas des turcophones, et encore moins des Turcs, voire les Mongols, au grand dam de ces derniers). Ceci n’est pas le plus étonnant ou le plus curieux. Il est parfois difficile de démêler la part de responsabilité du rédacteur du tableau et celle de la vision géopolitique de l’opinion turque (ou des décideurs) dans la confection de ce type de données et c’est peut-être là aussi que réside l’intérêt de l’exercice. Sans trop entrer dans les détails, nous pouvons toutefois revenir sur certaines lignes ou groupes de pays.

  • Les pays de l’Union Européenne sont par définition les mieux suivis, en particulier pour « l’UE à 15 », mais les variations entre les données de DİYİH et celles de SOPEMI ou d’Eurostat sont sensibles. Ainsi pour l’Allemagne, les données sont celles de l’administration fédérale et ne prennent en compte que les immigrés de nationalité turque (1 764 041). Les Allemands d’origine turque ne figurent pas ici, mais ils sont au moins 622 010 à avoir acquis la nationalité allemande depuis 1980. La « présence turque » y est donc au moins constante, sinon croissante, mais l’aspect le plus immédiat est celui d’une forte décroissance de la population étrangère turque (année-record : 1999 avec 2 110 223 immigrés turcs, DİYİH 2000). La Belgique bat tous les records en matière de naturalisation : 39 965 au 31.12.2005, les Turcs étaient 119 036 en 1996 (YİHGM 1997). La France et les Pays-Bas, respectivement 359 034 et 358 846 personnes dans ce tableau, sont « au coude-à-coude », or une note dit que le chiffre néerlandais (ou danois) intègre les doubles nationalités (çifte vatandaşlık), mais pas le chiffre français, ce qui est pourtant le cas, d’où le grand écart avec les données de l’INSEE et du ministère de l’Intérieur. La Grande-Bretagne est encore un cas spécifique, souvent cité : les statistiques turques, comme d’ailleurs longtemps les statistiques britanniques (jusqu’à l’alignement récent sur la norme européenne qui distingue les étrangers par nationalités), confondent parfois allégrement Turcs de Turquie et Chypriotes turcs.

  • Les pays de l’UE « non traditionnels », où l’immigration turque est plus récente, voient cette présence s’étoffer, comme en Italie, et loin derrière l’Espagne ou l’Irlande. La typologie des migrations y est sans doute assez complexe : l’Italie est à la fois terre d’accueil de nombreux réfugiés d’origine kurde et zone de transit des migrations irrégulières tandis que le nord, autour de Milan, est zone d’implantation de nombreux transporteurs turcs (de Tapia 1996, 2006). L’Espagne et l’Irlande font quant à elles preuve d’un bel élan économique et attirent de nombreux migrants : les Turcs y sont bien moins nombreux que les Maghrébins (Italie, Espagne), les Polonais, Ukrainiens ou Moldaves (Espagne, Portugal). Le cas finlandais semble proche : aux toutes premières démarches commerciales impulsées par la petite communauté tatare musulmane dans les années 1980 s’est greffée une migration commerçante puis politique (nombreux demandeurs d’asile kurdes).

    • 3 Chiffre donné par la Police hongroise à Paul Gradvohl, enseignant-chercheur, qui avait participé av (...)

    Les nouveaux pays de l’UE, pays de transit de la migration turque entre 1961 et 1990, sont devenus pays d’immigration, parfois du fait même de leur proximité avec l’UE (République Tchèque : 750 ; Pologne : 2 500). Les effectifs turcs y sont relativement stables, plutôt formés de commerçants et de petits entrepreneurs que d’ouvriers réguliers ou de migrants en transit. Il est fort possible qu’ils soient sous-évalués, comme en Slovénie où Llubljana a longtemps été une ville-relais de la migration irrégulière turque et où le port de Koper (avec Trieste toute proche) est l’une des portes du trafic maritime turc d’exportation vers l’UE. Ainsi curieusement, la Hongrie n’y figure pas alors qu’une présence turque de 932 personnes y était enregistrée en 1998-19993.

  • La forte présence turque au Vatican (300 dont 55 travailleurs), toute proportion gardée vu la faible taille du plus petit état du monde, reste une énigme !

  • Le second pôle historique du champ migratoire est le Moyen-Orient (1972 : accord entre les Premiers Ministres turc et libyen, respectivement Bülent Ecevit et Abdusselam Djalloud). Longtemps cultivés par les partis islamistes turcs, en particulier lorsque Necmettin Erbakan, responsable du parti islamiste, était membre de gouvernements de coalition, les pays arabes producteurs de pétrole ont été à la fois un débouché constant relativement stable mais toujours problématique, Arabes et Turcs ayant de nombreux contentieux depuis la fin de l’Empire ottoman. Notre tableau confirme la stabilité de la présence turque en Arabie saoudite (115 000, dont de nombreux entrepreneurs sous le régime de la kafala, ce qui ne peut apparaître dans le tableau), dans la plupart des Émirats, officialise cette présence en Syrie (2 350) et en Jordanie (2 500), confirme aussi la fréquentation du Liban (7 748), dont seulement 188 salariés et surtout d’Israël (30 000, dont 6 000 salariés). De fait, cette partie du tableau soulève de nombreuses questions : pour Israël, s’agit-il simplement d’une main-d’œuvre remplaçant les travailleurs palestiniens (à l’égal des Philippins ou des Thaïlandais) ou d’une fraction de l’Aliya, la communauté juive de Turquie apparaissant très (trop ?) stable et ayant des relations fortes avec Israël depuis sa création (1947). À noter aussi que la Libye ne se trouve plus au Moyen-Orient, mais en Afrique avec de nouveaux venus comme l’Égypte ou le Soudan.

  • Le troisième pôle historique (avec les suites migratoires de la perestroïka gorbatchévienne dues à l’ouverture des chantiers soviétiques aux entrepreneurs turcs) est formé des républiques de la CEI. Ici, on distingue républiques turques/turciques (183 122, chiffre très contestable, nous allons y revenir) et autres pays d’Asie (49 223).

  • La Russie et les anciennes républiques soviétiques (hors pays turcophones) n’ont pas donné les résultats escomptés, en particulier du fait des tensions politiques internes et de l’instabilité économique russe. La Russie demeure toutefois, avec 22 808 salariés recensés le second débouché en termes de flux après l’Arabie saoudite, voire le premier ces dernières années (voir infra : tableau 2 et commentaires). L’Ukraine, la Géorgie, voire la Moldavie, sont à la fois des débouchés pour les travaux publics et les commerçants turcs qui n’apparaissent pas ici. Ainsi c’est la Turquie qui a financé et construit des programmes de logement pour les Tatars de Crimée rapatriés récemment de Sibérie ou du Kazakhstan tandis que la vive concurrence sur les zones de pêche de la mer Noire incitait des patrons turcs à directement investir dans les ports ukrainiens.

    • 4 Ce qui explique la présence d’un petit groupe de Tacik Türkleri (Tadjiks turcs, sic), admis comme r (...)

    Les pays turcophones sont devenus un débouché important, mais pourtant fragile. Les effectifs ont largement diminué en Ouzbékistan du fait de relations politiques très tendues entre les deux gouvernements. La présence turque s’accroît en Azerbaïdjan, au Kazakhstan, au Turkménistan, pays riches d’hydrocarbures et de gaz naturel, où les dirigeants sont parfois mégalomanes — le président Niyazov a fait construire des bâtiments grandioses à Achgabad, un peu sur le « modèle Ceaucescu », en profitent largement les entreprises turques et… françaises (comme Bouygues) —, où des grands chantiers plus sérieux existent comme la refonte des installations pétrolières kazakhstanaises et azéries ou le déménagement de la capitale kazakhe d’Almaty à Astana, dont bénéficient grandement les entreprises turques. Elle croît plus modestement en Kirghizie et au Tadjikistan, longtemps en guerre civile, iranophone et non turcophone comme dit en Turquie4.

    • 5 Voir Gilles BERTRAND : Vingt-cinq ans après, où en est la partition de Chypre ? Les Études du CERI (...)

    Chypre-Nord est un cas spécifique : état non reconnu par la « communauté internationale », Chypre a attiré de nombreux migrants turcs d’Anatolie tandis que les Chypriotes partaient en masse, parfois vers la Turquie, surtout vers l’Angleterre. En raison du conflit ethnique qui a touché l’île dès l’indépendance (1960), avec l’intervention militaire turque de 1974 et la création d’un état turcophone (1982), il est souvent difficile de faire la part des choses, la Turquie étant généralement très discrète sur des flux migratoires violemment critiqués par la partie grecque, la seule reconnue en droit international. Le chiffre cité ici (146 442) est d’autant plus étonnant et semble amalgamer, au moins partiellement, population autochtone et population immigrée, dont on s’accorde à penser qu’elle dépasse cependant les 35 000 personnes5.

    • 6 Par exemple, une série d’articles dans la revue spécialisée Dünya Inşaat (22) 1 de 2006 [Constructi (...)

    Les « autres pays d’Asie » intègrent des pays offrant des chantiers (Pakistan, Malaisie, Mongolie), des destinations touristiques qui peuvent agglomérer quelques emplois stables (alpinisme et trekking au Népal par exemple, que les Turcs viennent de découvrir) et quelques pays anecdotiques (Vietnam, Cambodge, Myanmar…). Le tableau confirme la présence turque au Japon (6 309 dont 1 300 salariés) mais aussi en Corée (1 026 dont 560 salariés) peut-être due à la densité des relations économiques et des investissements asiatiques en Turquie. L’Afghanistan agglomère un contingent militaire et plusieurs chantiers d’ingénierie, en particulier dans le domaine des infrastructures de transports routiers, comme au Pakistan6. Ce dernier débouché, un moment prometteur, a pâti de l’intervention américaine contre les Talibans.

  • 7 Şebnem Köser-Akçapar y répond en grande partie dans ce numéro ; voir aussi la contribution de David (...)

8L’Amérique n’est pas un nouveau compartiment du champ migratoire. Avec les interrogations souvent soulevées, on sait que les USA et le Canada rassemblent l’immense majorité de l’immigration turque, avec des différences notables entre les flux : ouvriers et réfugiés comme en Europe, au Canada et certaines régions américaines comme l’agglomération new-yorkaise, étudiants en formation et exode des compétences très nombreux, bien plus qu’en Europe7. Le fait nouveau déjà perceptible dans les rapports SOPEMI est la diffusion de l’immigration dans une grande partie de l’Amérique latine, reprenant une vieille pratique ottomane, celle des Turcos, à l’époque plutôt chrétiens ou généralement arabes (Syro-libanais, Palestiniens). Argentine, Mexique, Brésil, Chili sont dans le peloton de tête, mais on lit aussi Belize, Cuba (destination très prisée des touristes turcs), Venezuela… avec de faibles contingents.

9L’Océanie ressemble beaucoup à l’Europe, voire au Canada. Rien de nouveau ici, si ce n’est la lente croissance de la présence turque en Nouvelle-Zélande.

10L’Afrique forme la dernière surprise de ce tableau : si, jusqu’à aujourd’hui, seules l’Afrique du Sud et la Libye étaient listées depuis 1974 comme destinations, on est loin aujourd’hui des 130 000 Turcs qu’a abrités ce pays durant les années 1970-1980, au moment de sa période faste de grands chantiers d’aménagement pharaonique impulsés par le colonel Kadhafi (autoroutes, routes, aéroports, périmètres d’irrigation et grands travaux hydrauliques). Égypte, Soudan, Algérie, Libye, agglomèrent chacune plus de 1 000 personnes ; Maroc et Tunisie suivent. L’absence de l’Afrique du Sud est due à une erreur : un autre tableau du même ministère donne 1 100 Turcs dans ce pays, ils sont peut-être plus nombreux. Au total, 24 pays africains abritent aujourd’hui une présence turque, parfois due à un redéploiement de la coopération technique et culturelle vers les pays musulmans (Soudan, Mali), où officie l’Agence gouvernementale TİKA (Türk İşbirliği ve Kalkınma Ajansı : Agence turque de Coopération et de Développement).

Les flux migratoires récents : l’émigration turque

11À ces « stocks » de population émigrée et résidente régulièrement dans les pays cités, s’ajoutent chaque année les « flux » reconnus par l’Administration turque, en l’occurrence ici Işkur. Or ces flux de travailleurs expatriés ne recoupent que très imparfaitement la réalité de l’émigration puisque, par définition même, ni les demandeurs d’asile, ni les migrants irréguliers n’y figurent. Ils peuvent être nombreux sur certaines destinations. De même, le regroupement familial, question sensible en Europe, en particulier par le biais, parfaitement légal au demeurant, du mariage avec des conjoints venant de Turquie, ne figure pas dans ces chiffres.

12Ces départs gérés par l’Office du Travail sont de fait des contrats proposés, soit par des entreprises turques (37 734 pour l’année 2004), soit par des entreprises étrangères (2 464). Il ne s’agit donc plus d’aventures individuelles, comme durant les années 1960-1970, mais de recrutements par des entreprises, même si les candidatures ont pu être spontanées. L’Office édite un tableau, non reproduit ici, qui distingue recrutements par entreprises turques et entreprises étrangères, subdivisés en deux colonnes, recrutement par l’Office, recrutement par effort personnel (by personal effort, kendi imkânı), or la première colonne est systématiquement vide (0) ! De plus, les données sont ici officielles et sauf régularisations toujours possibles, assez fréquentes dans les faits, les migrants irréguliers ne sont évidemment pas décomptés, or ils doivent être passablement nombreux sur certaines destinations (Liban, Syrie, Iran…).

Tableau 2 : Pays de destination des migrants turcs de travail (dossiers traités par l’Office du Travail de Turquie) : 1998-2004

Pays

1998

1999

2000

2001

2002

2003

2004

USA

124

131

46

104

168

87

74

Afghanistan

0

0

1 698

3 511

Allemagne

1 734

2 350

2 135

2 437

3 367

3 366

2 197

Albanie

0

201

120

111

70

Australie

4

5

11

4

3

Autriche

1

5

2

11

22

Azerbaïdjan

276

152

214

267

668

1 049

745

Bahamas

1

Bahreïn

73

Belgique

1

1

Bermudes

1

Belarus

0

299

23

0

Émirats Arabes Unis

21

628

Bulgarie

0

107

37

4

0

36

88

Algérie

0

12

160

699

Danemark

3

5

5

7

1

Éthiopie

80

16

Maroc

0

69

182

279

Finlande

3

France

33

25

87

202

341

422

520

Afrique Sud

1

Géorgie

194

150

157

65

375

357

276

Croatie

72

86

91

309

373

Pays-Bas

1

2

131

431

1

Grande-Bretagne

38

23

29

19

27

12

2

Irak

0

37

191

601

4 900

Iran

28

Irlande

1

Israël

1 819

1 485

1 322

3 917

342

422

130

Suède

3

5

28

42

29

Suisse

1

1

0

0

Italie

2

2

5

2

Japon

0

65

9

Canada

0

254

1

7

6

2

1

Qatar

0

34

241

454

Kazakhstan

3 145

1 524

1 790

1 290

1 102

1 532

4 403

Kirghizie

8

88

177

34

95

34

260

Chypre Nord

234

254

159

22

1

126

1

Kosovo

0

2

0

Koweït

45

26

230

Libye

1 032

698

385

238

1 037

2 515

668

Liban

84

0

11

Luxembourg

2

Macédoine

108

Malte

3

6

10

11

Égypte

1

Moldavie

102

119

20

2

132

0

Norvège

1

Pakistan

192

91

63

11

3

Panama

1

1

0

0

Pologne

18

Portugal

2

0

0

Roumanie

462

196

0

13

12

86

230

Arabie Saoudite

6 821

5 178

1 862

4 657

6 399

6 064

1 146

Fédération de

 Russie

7 426

2 215

2 199

4 190

10 137

10 816

13 271

Saint Vincent

1

Soudan

0

14

29

18

Syrie

0

9

21

2

Tadjikistan

0

0

245

305

Tatarstan

4

77

231

Taïwan

1

Turkménistan

563

1 576

2 184

1 327

1 068

1 603

2 031

Ouzbékistan

1 326

872

176

455

423

773

455

Ukraine

124

93

222

90

151

89

761

Oman

0

0

4

195

Jordanie

0

20

166

203

234

268

752

Nouvelle Zélande

0

1

1

Yémen

0

104

23

Grèce

7

3

0

0

Autres

14

94

35

Total

25 817

17 652

13 465

20 231

26 916

34 151

40 198

Source : Direction générale de l’Office du Travail de Turquie – Türkiye Iş Kurumu Genel Müdürlüğü. Les pays de destination sont donnés dans l’ordre alphabétique turc : Arabie saoudite = Suudî Arabistan, Grèce = Yunanistan, Suisse = İsviçre…

13Ce n’est sans doute pas la donnée principale. L’intérêt de ces tableaux (DİYIH et İşkur), largement amendés par le rapport 2005 par les données du ministère des Affaires Étrangères, est d’une part d’officialiser des flux migratoires que l’on pouvait décrypter en lisant la presse ou en extrapolant certaines informations (de Tapia 2002), d’autre part de montrer la formidable extension du champ migratoire turc dans le monde et les efforts faits pour se dégager de la tutelle européenne dans ce domaine.

14Ainsi, l’information selon laquelle des artisans transporteurs turcs étaient partis pour un temps limité en Iran, après le conflit Iran-Irak, celles qui parlaient d’une forte présence turque en Israël, dans le nord de Chypre ou au Liban, très peu visibles dans les statistiques officielles, en raison de conflits potentiels, politiques ou économiques avec des partenaires difficiles ou politiquement incorrects, comme l’Autorité Palestinienne (les Turcs en Jordanie et au Liban pouvant de facto prendre des emplois aux travailleurs palestiniens) ou Chypre Nord, république reconnue par la seule Turquie, contentieux avec la République de Chypre, mais aussi l’Union Européenne. La présence turque au Liban a été révélée indirectement dans la presse turque — détail passé inaperçu en France — lorsque 1245 citoyens turcs, comprenant épouses et enfants, ont été rapatriés lors de la dernière intervention israélienne au Sud-Liban vers le port de Mersin par des navires turcs qui au passage ont pris à bord de nombreux Européens, Canadiens et Américains.

15Le simple fait que des travailleurs turcs soient présents dans 70 pays différents, aux régimes politiques et économiques infiniment variés, est en soi une information importante. On le « subodorait » déjà dans les rapports DİYİH précédents, mais l’adjonction de données du ministère des Affaires Étrangères annonçant explicitement des présences turques en Afghanistan, en Irak, au Turkménistan, à Chypre, en Iran, en Israël, au Liban, voire au Maroc et en Algérie est un évènement en soi pour l’étude du champ migratoire turc.

16Un tableau partiel pour 2005-2006 (périodes comparées de janvier à mai) semble confirmer ces faits : on y relève de nouvelles destinations, souvent anecdotiques car n’y sont comptés que quelques unités comme Monaco (1), le Ghana (3), les Maldives (37), le Mali (31), l’Égypte (295), la Mongolie (20), le Népal (56), mais pour quelques cas, il pourrait s’agir d’affaires plus sérieuses. L’apparition de 20 travailleurs turcs en Mongolie est due au fait que la Turquie, par le biais de son agence de développement TIKA, est en train de construire dans la vallée de l’Orkhon un parc historique et archéologique comprenant des structures de conservation des stèles épigraphiques relatant les hauts faits des premiers khans turcs et une route d’accès, en accord avec le gouvernement mongol. Les 20 personnes en question sont des archéologues, des ingénieurs et des personnels qualifiés des travaux publics.

17Quelques commentaires partiels et ciblés cependant :

  • les USA n’apparaissent toujours pas comme destination importante : les circuits sont autres et relèvent de l’Éducation Nationale et des Universités (ou de la politique interne de recrutement des entreprises).

  • L’Allemagne attire à nouveau : il s’agit ici, soit de chantiers provisoires remportés par des firmes turques (par exemple, logements sociaux dans les nouveaux Länder), soit de recrutement par les entreprises issues de l’immigration turque. On relève le même phénomène en France, moins important, mais dans tous les cas européens, les chiffres donnés par İşkur sont de très loin inférieurs à ceux du regroupement familial et des mariages (environ 30 000 à 40 000 annuels en Allemagne, plus de 6 000 pour la France).

  • La Russie et l’Arabie saoudite sont bien, depuis des années, le débouché principal de la main-d’œuvre expatriée turque, mais leur part décroît devant l’extension et la diversification du champ.

    • 8 Le 22 octobre 2006, une violente altercation entre Turcs et Kazakhstanais, pour une raison encore f (...)

    L’Azerbaïdjan, le Kazakhstan, le Turkménistan, pays producteurs d’hydrocarbures et solvables, attirent des contingents en expansion sur le moyen terme, mais de récents très violents incidents entre travailleurs turcs et kazakhstanais (kazakhs ?) montrent toute la fragilité de l’exercice8.

    • 9 Chiffres disponibles sur le bulletin mensuel d’Işkur, juin 2006, disponible sur http://www.iskur.go (...)

    L’Irak (aucun départ jusqu’en 2000 alors que le pays était avec Saddam Hussein un débouché important, mais 4 900 en 2004) et l’Afghanistan en reconstruction (1 698 départs en 2003, 3 511 en 2004, 3 086 pour les cinq premiers mois de 2005, 3 373 pour la même période en 2006) sont les deux destinations qui comptent malgré les dangers encourus9. Plusieurs chauffeurs routiers turcs travaillant pour des entreprises américaines ou turques ont été pris en otages, parfois assassinés, et on connaît le retour de l’insécurité en Afghanistan, or les entreprises turques sont engagées sur des tronçons de route autour de Kaboul et Kandahar.

18Il serait fastidieux de multiplier les commentaires descriptifs, on en retiendra que le champ migratoire turc est en constant mouvement mais que les compartiments que j’ai souvent décrits dans les grandes lignes restent marqués par des constantes. Ainsi seules l’Europe occidentale, l’Amérique du nord et l’Océanie peuvent être, à des degrés divers, considérés comme des régions stables de migrations de peuplement, avec une forte composante familiale et une intégration possible. Les autres compartiments, Russie, Europe orientale, Asie centrale, Afrique, Asie orientale, sont ou trop récents, ou trop instables. Il n’en reste pas moins que la vitalité et la capacité d’adaptation de l’émigration turque sont étonnantes.

La Turquie, nouveau pays d’immigration

19On peut à l’inverse souligner les tendances récentes de l’immigration en Turquie. C’est de fait un autre sujet, mais il ouvre de nouvelles perspectives de recherche, tant pour nos collègues turcs que pour les chercheurs étrangers. La Turquie n’est pas, à proprement parler, un « nouveau » pays d’immigration puisque nous l’avons déjà bien souvent souligné, elle a aggloméré des populations immigrées réfugiées ou rapatriées en très grand nombre et que cet élément est même constitutif de la personnalité politique comme du peuplement turc contemporain (de Tapia 1998, 2001, 2006…).

Tableau 3 : Les étrangers en Turquie

Pays d’origine / nationalité

Carte de séjour résidant

Actifs

Étudiants

Hommes

Femmes

Total général

Afghanistan

3 476

101

287

2 546

1 318

3 864

Allemagne

5 305

1 452

118

3 194

3 681

6 875

États-Unis

3 187

1 888

167

2 505

2 737

5 242

Albanie

379

59

607

566

479

1 405

Australie

388

298

41

376

351

727

Autriche

460

267

15

397

345

742

Azerbaïdjan

7 556

732

1 657

5666

4279

9 945

Belgique

368

173

20

332

229

561

Bosnie-Herz.

169

142

269

329

251

580

Bulgarie

41 357

538

2 639

23 063

21 471

44 534

Chine

781

681 2

01

1 040

623

1 663

Philippines

314

151

11

229

247

476

Palestine

192

44

259

389

106

495

France

1 497

1 206

53

1 388

1 368

2 756

Géorgie

761

133

254

619

529

1 148

Inde

317

512

15

558

286

844

Pays-Bas

802

259

13

534

540

1 074

Irak

3 469

683

278

2 624

1 806

4 430

Grande-Bretagne

2 962

1 395

133

2 992

2 198

4 490

Iran

3 975

898

567

3 032

2 408

5 440

Suisse

295

110

15

207

213

420

Italie

832

616

37

770

715

1 485

Japon

708

761

112

806

775

1 581

Canada

254

312

46 3

31

281

612

Kazakhstan

2 364

184

817

20 46

1 319

3 365

Kirghizie

1 037

90

1 062

1 258

931

2 189

Corée du sud

472

193

92

421

336

757

Chypre nord

835

468

766

984

1 085

2 069

Macédoine-FYROM

512

71

369

567

385

952

Mongolie

28

6

497

299

232

531

Moldavie

1 354

212

175

794

947

1 741

Ouzbékistan

991

98

103

612

580

1 192

Pakistan

291

95

70

263

193

456

Pologne

319

112

36

237

230

467

Roumanie

1 082

316

86

710

774

1 484

Russie

4 152

1 281

709

2 688

3454

6 142

Syrie

1 110

130

273

839

674

1 513

Turkménistan

397

50

1 209

1 329

327

1 656

Ukraine

1 577

473

349

1 093

1 306

2 399

Jordanie

294

143

264

500

201

701

Serbie-Mont.

3 443

252

563

2 215

2043

4 258

Grèce

3 418

504

2 461

2 795

3588

6 383

Totaux

103 480

18 089

17 715

74 116

65 528

139 644

Source : Direction Générale de la Sécurité nationale, ministère de l’Intérieur, Ankara.

20Les chiffres sont ici issus des statistiques du ministère de l’Intérieur ou des recensements pratiqués par l’Institut National des Statistiques. On se contentera de quelques chiffres cités par Ahmet İçduygu et Şule Toktaş (2005).

21Plusieurs faits apparaissent plus ou moins clairement :

  • l’attractivité non négligeable de certaines activités en Turquie, comme l’économie (18 089) et l’université (17 715). Ce sont les places d’Istanbul, Ankara, Izmir, Bursa qui en bénéficient le plus, éventuellement Mersin et Adana (capitaux étrangers et universités récentes).

  • L’attractivité traditionnelle de la Turquie pour des populations ayant un lieu culturel avec l’histoire turque, même lointain (Afghanistan, Iran, pays des Balkans ou du Caucase…), ce lien pouvant être religieux (islam sunnite), culturel (turcophonie et culture ottomane).

  • Des phénomènes de retour encore très mal étudiés, comme celui des enfants d’immigrés, socialisés et éduqués à l’étranger, venus tenter leurs chances dans une économie bien plus attractive qu’au temps de l’émigration de leurs parents.

    • 10 Voir la contribution dans ce numéro de Didem Aslı Danış.

    Des migrations de transit en partie stabilisées en Turquie, comme celles des Iraniens ou des Irakiens cherchant à partir vers l’Europe ou l’Amérique du nord, en particulier pour des motifs politiques10.

22Ces chiffres peuvent être comparés avec les données des recensements (également cités par İçduygu et Toktaş (2005), montrant l’origine des populations immigrées, au sens français du terme : habitants recensés en situation légale nés à l’étranger, qu’elle que soit leur nationalité.

23Ce dernier tableau confirme le précédent (tableau 3). Le nombre d’immigrés est certes moins important que dans les principaux pays européens d’immigration, il n’est toutefois pas négligeable. De 1 137 166 en 1990, on passe à 1 260 530 en 2000 ; la part des originaires des Balkans lato sensu (incluant la Roumanie et Chypre) reste importante, mais celle des personnes nées en Europe augmente : « Autrichiens », « Allemands », « Belges », « Suisses », « Britanniques », « Français » présentent des effectifs en forte croissance. Si l’on compare avec le tableau 3, on peut émettre l’hypothèse selon laquelle la différence entre étrangers et immigrés relève du retour des émigrés turcs, parmi lesquels d’assez nombreux enfants. Les 6 875 Allemands de 2004 sont des étrangers généralement qualifiés et les 273 535 immigrés nés en Allemagne des enfants d’immigrés turcs en Allemagne, mais il existe une plage de doubles définitions potentielles : les Allemands peuvent être descendants de Turcs et avoir opté pour la nationalité allemande, les Turcs peuvent avoir la nationalité allemande et avoir repris leur nationalité turque en revenant en Turquie (alors que l’Allemagne est attachée à la répudiation de la nationalité antérieure pour la naturalisation). De même pour les 2 756 Français installés en Turquie face aux 15 976 Turcs nés en France. Tout est affaire de convenances personnelles et de stratégies individuelles autant que de définitions juridiques : on peut être turcophone, né de parents turcs et mettre en avant sa nationalité européenne pour négocier un statut d’expatrié européen afin de bénéficier d’un contrat plus avantageux sur le plan financier et de la libre circulation européenne.

Tableau 4 : Population née en Turquie et population née hors Turquie ; comparaison des effectifs en 1990 et 2000

24A) Recensement général de 1990

Pays de naissance

Hommes

Femmes

Total

Turquie

28 044 415

27 291 456

55 335 871

À l’étranger

562 632

574 534

1 137 166

Afghanistan

3 626

3 594

7 220

USA

7 695

5 173

12 868

Australie

1 404

1 506

2 910

Autriche

3 440

3 539

6 979

Allemagne

88 533

88 287

176 820

Belgique

2 287

2 416

4 703

Bulgarie

224 879

237 888

462 767

France

5 235

5 045

10 280

Pays-Bas

4 899

5 017

9 916

Irak

14 652

12 651

27 303

Grande-Bretagne

3 140

3 343

6 483

Iran

6 527

3 936

10 463

Suisse

4 018

4 091

8 109

Italie

1 079

879

1 958

Japon

512

460

972

Chypre (nord)

4 420

4 775

9 195

Égypte

1 314

1 004

2 318

Russie (Fédération de)

6 336

5 094

11 430

Syrie

2 733

2 505

5 238

Arabie saoudite

1 762

1 582

3 344

Yougoslavie

90 322

93 177

183 499

Grèce

47 782

53 913

101 752

Autres

33 712

32 913

66 625

Inconnu

2 324

1 690

4 014

Total général

28 607 047

27 865 990

56 473 037

25B) Recensement général de 2000

Pays de naissance

Hommes

Femmes

Total

Turquie

33 691 617

32 851 780

66 543 397

À l’étranger

655 118

605 412

1 260 530

USA

7 457

6 109

13 566

Azerbaïdjan

8 661

8 126

16 787

Autriche

7 114

7 221

14 335

Allemagne

132 937

140 598

273 535

Bulgarie

228 363

252 454

480 817

France

7 815

8 161

15 976

Pays-Bas

10 769

11 054

21 823

Grande-Bretagne

8 807

10 107

18 914

Iran

8 076

4 881

12 957

Suisse

4 937

5 432

10 369

Chypre (nord)

4 799

5 592

10 391

Roumanie

8 330

12 536

20 736

Russie (Fédération de)

7 764

12 092

19 856

Macédoine (FYROM)

16 625

14 890

31 515

Grèce

26 967

32 250

59 217

Autres

115 941

123 295

239 736

Inconnus

8 894

8 436

17 330

Total général

34 346 735

33 457 193

67 803 927

Source : Ahmet IÇDUYGU et Âule TOKTAÂ, 2005, YurtdıŞındaki Gelenlerinin Nicelik ve Niteliklerinin Tespitinde Sorunlar, Ankara, Türkiye Bilimler Akademisi Raporları (12), 52-53.

26En d’autres termes, s’il ne faut pas trop en demander à des tableaux très généraux (et parfois quelque peu problématiques), ces statistiques globales soulèvent des questions nouvelles et indiquent de nouvelles pistes de recherche. L’image générale du champ migratoire turc apparaît ici en pleine mutation, avec l’émergence de nouvelles destinations, la stabilisation de quelques cibles (Arabie, Russie, Azerbaïdjan, pays d’Asie centrale). Les États-Unis restent une cible importante de la migration qualifiée tandis que l’Europe lato sensu est un terrain complexe : si de nouvelles destinations sont apparues, elles restent instables (Roumanie, Bulgarie, Macédoine, Ukraine). Les anciennes restent importantes pour les migrations familiales de peuplement, mais ont largement perdu de leur attrait pour les migrations de travail. Les destinations liées au marché du secteur BTP sont en expansion, mais restent instables (pays arabes, Malaisie, Russie, Asie centrale), certaines étant même réellement dangereuses (Irak, Afghanistan). À l’inverse, la Turquie, pays d’émigration et de transit, garde sa position peu connue de pays d’immigration, mais les caractéristiques de l’immigration changent de nature : aux traditionnels Muhacirs et Göçmens, ces réfugiés-rapatriés de confession musulmane accueillis dans l’Empire ottoman (de Tapia 2006b, 2001), puis en Turquie, se superposent aujourd’hui des cadres d’entreprises multinationales et des travailleurs peu qualifiés (souvent irréguliers pour certains secteurs habituels : restauration, bâtiment, confection, domesticité…), des entrepreneurs indépendants et des retraités

Conclusion, nécessairement provisoire

27La Turquie est apparue tardivement dans le « club » des pays d’émigration, entre 1957 et 1961, mais c’est l’un des pays de départ qui a connu l’une des croissances des flux les plus rapides. La crise économique qui a mis fin aux « Trente glorieuses », selon l’expression restée célèbre de Jean Fourastié, a pourtant très vite obligé les Turcs, autorités comme entreprises et individus, à rechercher des débouchés. La sociologue Nermin Abadan-Unat a fort bien décrit cette évolution rapide qui amène les émigrés turcs à s’intéresser aux pays arabes producteurs de pétrole dès 1972, à la Russie soviétique dès 1989. Le fait nouveau est sans doute l’éclatement total du champ migratoire : si l’Europe occidentale reste la principale destination de la migration de peuplement et l’objectif quasi-unique de la migration politique, si les États-Unis continuent à attirer des qualifiés, comme étudiants d’abord, comme cadres supérieurs ensuite, si le Moyen-Orient attire toujours par ses possibilités d’emploi (dans un contexte souvent difficile), Europe centrale et orientale, Asie centrale, Asie orientale, Afrique subsaharienne, pays du Maghreb, sont venus rejoindre les compartiments « traditionnels » du champ migratoire. D’une quinzaine, le nombre de pays abritant des émigrés turcs est passé à plus de 70 aujourd’hui.

28Les objets et les formes mêmes de cette émigration ont largement changé. On est passé d’une migration « classique » de travail en usine dans les pays développés à une migration familiale de peuplement, tout en développant les réseaux liés à la société de départ (circulation migratoire intense), puis à une migration spécialisée vers les chantiers d’ingénierie et de travaux publics. L’évolution géopolitique du monde de l’après-perestroïka a très vite entraîné de nouveaux flux, cherchant le moindre débouché sur toute la planète. Les effectifs annuels tournent autour de 40 000 à 50 000 personnes, ce qui n’est pas négligeable. Les migrations de commerçants, la reprise de relations avec des pays longtemps inaccessibles mais faisant partie de l’horizon culturel turco-ottoman (Balkans et Ukraine, Asie centrale, Russie ouralo-volgienne), le commerce à la valise, le transport transcontinental à l’échelle eurasiatique, ont profondément transformé le champ migratoire turc. Un même pays connaît plusieurs formes d’immigration, ainsi les USA n’attirent pas que des qualifiés ; il existe une composante non négligeable de migration irrégulière. Il n’en reste pas moins que se dégagent des espaces privilégiés, comme l’Union européenne, premier client et premier fournisseur de l’économie turque, l’ensemble USA-Canada, fortement attractif pour la migration des qualifiés, mais les premières cibles de l’émigration turque sont aujourd’hui la Russie, l’Arabie saoudite, le Kazakhstan, l’Azerbaïdjan… Mais un fait, apparaissant peu sur ces tableaux, ne doit pas être omis : le regroupement familial, premier poste statistique de l’émigration turque vers l’Europe (membres de familles regroupées et conjoints des enfants des immigrés) se dirige très massivement vers l’Europe occidentale.

29Enfin, pays d’immigration historique, pays d’émigration massive, mais très « supportable » à échelle d’un pays de plus de 70 millions d’habitants, pays de transit placé à la croisée de multiples routes migratoires, la Turquie devient à son tour, comme bien d’autres pays méditerranéens, pays d’immigration. Nous sommes encore loin des effectifs enregistrés par l’Italie, l’Espagne ou le Portugal, mais la tendance est nettement à la hausse et les logiques sont en train de changer. D’une logique impériale historique (la Turquie républicaine, qu’elle l’accepte ou non, restant quelque part l’héritière de l’Empire, particulièrement avec Istanbul, ancienne capitale ottomane et siège du califat), on passe aujourd’hui à celle de la mondialisation des échanges, où la place financière encore modeste, où la production industrielle cherche à se donner une image eurasiatique. Alternative à l’Union européenne ?

Haut de page

Bibliographie

ABADAN-UNAT Nermin (2002) Bitmeyen Göç. Konuk İşçilikten Ulus-ötesi Yurttaşlığa [La migration qui n’en finit pas. Des travailleurs-hôtes à la citoyenneté transnationale], İstanbul, Bilgi Üniversitesi (coll. Göç Çalışmaları), 30, 1, 383 p.

TC ÇSGB- Çalışma ve Sosyal Güvenlik Bakanlığı (2004) Kayıt Dışı İstihdam ve Yabancı Kaçak İşçi İstihdami, Ankara, Çalışma ve Sosyal Güvenlik Bakanlığı. Voir : TurkiyeKayitdisi-kacakcilikistidam-raporu. htm

DİYİH- Dış İlişkiler ve Yurtdışı İşçiler Hizmetleri Genel Müdürlüğü [ancient YİHGM] (1982 sq.) Yurtdışı İşçiler Hizmetleri Genel Müdürlüğü Raporu. Ankara, rapport annuel de la Direction des Services aux Travailleurs Expatriés du ministère du Travail et de la Sécurité Sociale.

TC EGM- Emniyet Genel Müdürlüğü (2001) Dünyada ve Türkiye’de Yasadışı Göç [La migration illégale dans le monde et en Turquie], Ankara, Emniyet Genel Müdürlüğü, Yabancılar Hudut İltica Dairesi Başkanlığı, 96 p.

İÇDUYGU Ahmet, TOKTAŞ Şule (2002) How do Smuggling and Trafficking Operate via Irregular Border Crossings in the Middle East ? Evidence form Fieldwork in Turkey, International Migration, 40 (6), pp. 25-53.

İÇDUYGU Ahmet, ÜNALAN Turgay (2001) Tides between Mediterranean Shores : Undocumented Migration in the South of Europe, XXIV IUSSP General Population Conference, http://www.iussp.org/Brazil2001/s20/S26 04 Icduygu.pdf, 29 p.

İÇDUYGU Ahmet, ROMANO David & SİRKECİ İbrahim (1999) The Ethnic Question in an Environment of Insecurity : the Kurds in Turkey, Ethnic and Racial Studies, (22) 6, pp. 991-1010

İÇDUYGU Ahmet, KEYMAN Fuat E. (2000) Globalization, Security and Migration : The Case of Turkey, Global Governance (6), pp. 383-398.

İÇDUYGU Ahmet (1996) Transit Migration in Turkey, Budapest, International Migration Office, 50 p.

İÇDUYGU Ahmet (1996) Transit Migrants and Turkey, Boşaziçi Journal, Review of Social, Economic and Administrative Studies, 10 (1-2), pp. 127-142.

İÇDUYGU Ahmet (2003) Irregular Migration in Turkey, Geneva, IOM (IOM Migration Research Series), 12, 99 p.

İÇDUYGU Ahmet, TOKTAŞ Şule (2005) Yurtdışından Gelenlerinin Nicelik ve Niteliklerinin Tespitinde Sorunlar [Problèmes dans la définition des qualifications et caractéristiques des immigrés], Ankara, Türkiye Bilimler Akademisi Raporları, 12, 104 p.

MARTIN Philip M. (1999) Bitmeyen Öykü : Batı Avrupa’ya Türk İşçi Göçü [The Unfinished Story : Turkish Migration to Western Europe], Ankara, UÇÖ, Genève, BIT, 141 p. Existe en versions anglaise et turque.

MUTLUER Mustafa (2003) Les migrations irrégulières en Turquie, Revue Européenne des Migrations Internationales, 19 (3), pp. 151-172.

MUTLUER Mustafa (2003) Uluslararası Göçler ve Türkiye. Kuramsal ve Ampirik bir Alan Araştırması (Denizli - Tavas) [Les migrations internationales et la Turquie. Une recherche de terrain institutionnelle et empirique], Istanbul, Çantay Kitabevi, 177 p.

OCDE-SOPEMI (1993-2005) Tendances des Migrations internationales, Rapports annuels, Paris11.

SALT John (2005) Current Trends in International Migration in Europe/ Evolution actuelle des migrations internationales en Europe, Strasbourg, Éditions du Conseil de l’Europe (coll. Migration), 176 p.

TAPIA Stéphane de (2006a) Migrations et diasporas turques. Circulation migratoire et continuité territoriale. Paris, Maisonneuve & Larose, Istanbul, IFEA (Passé ottoman, présent turc), 402 p.

TAPIA Stéphane de (2006b) Muhacirs et Göçmens de Turquie : une version turque du « retour » à la « mère-patrie » ? in William Berthomière & Christine Chivallon (Eds), Les diasporas dans le monde contemporain, Karthala, Paris & MSHA, Bordeaux, pp. 267-281.

TAPIA Stéphane de (2005) Les Migrations turques contemporaines. Nouvelle diaspora ou dernier avatar d’une expansion linguistique en Eurasie continentale ?, in Lisa Anteby-Yemini, William Berthomière & Gabriel Sheffer (Eds), Les Diasporas. 2000 Ans d’Histoire, Presses Universitaires de Rennes.

TAPIA Stéphane de (2003a) Les nouvelles configurations de la migration irrégulière en Europe. Comité Européen sur les Migrations. Projet intégré « Réponses à la violence quotidienne dans une société démocratique ». Strasbourg, éditions du Conseil de l’Europe.

TAPIA Stéphane de (2003c) Transnational Migration and Entrepreneurship of Migrants : Between Turkey, Europe and Turkic World, in Christiane Harzig & Danielle Juteau, with Irina Schmitt (Eds.), The Social Construction of Diversity (Recasting the Master Narrative of Industrial Nations), New York & Oxford, Berghahn Books Publishers.

TAPIA Stéphane de (2002) Les migrations internationales dans les sources administratives et documentaires turques (1961-2000). Chronique scientifique. Revue Européenne des Migrations Internationales, 18 (1), pp. 159-198.

TAPIA Stéphane de (2000) De l’héritage impérial aux migrations ouvrières, les Turcs d’Europe, in Daniel Balland (Ed.), Hommes et Terres d’Islam (Mélanges offerts à Xavier de Planhol), Téhéran, IFRI-Institut Français de Recherches sur l’Iran, (Bibliothèque Iranienne), 53, tome II, pp. 295-308.

TAPIA Stéphane de (2001) Rôle des flux migratoires et des réfugiés dans la construction d’un État : la Turquie, in Luc Cambrézy & Véronique Lassailly-Jacob (Eds.), Populations réfugiées, de l’exil au retour, Paris, IRD Éditions, pp. 119-148.

TAPIA Stéphane de (1996) Échanges, transports et communications : circulation et champs migratoires turcs. Revue Européenne des Migrations Internationales, 12 (2), pp. 45-72.

TBMM- Türkiye Büyük Milletmeclisi, 2003, Yurtdışında Yaşayan Vatandaşlarımızın Sorunlarının Araştırılarak Alınması Gereken Önlemlerin Belirlenmesi Amacıyla Kurulan (10/8, 48) Esas Numaralı Meclis Araştırıması Komisyonu Raporu [Rapport n° 10/8, 48 de la Commission parlementaire sur les Mesures relatives aux Problèmes de nos Concitoyens vivant à l’Étranger], Ankara.

Haut de page

Annexe

Travailleurs expatriés sur les huit premiers mois de l’année (2005-2006, total hommes et femmes)

Travailleurs expatriés sur les huit premiers mois de l’année (2005-2006, total hommes et femmes)

Annexe suite

Annexe suite

Source : tableau n° 10 du Bulletin statistique mensuel de la Direction générale de l’Office du Travail de Turquie, p. 7 [Türkiye İş Kurumu Genel Müdürlüğü Aylık İstatistik Bülteni], septembre 2006, http://www.iskur.gov.tr
(?) Oman est cité deux fois, sans doute par erreur : Oman et Umman. Le nombre de femmes est peu important : 88 en 2005, 51 en 2006 pour la période considérée.

Haut de page

Notes

1 Une partie importante de ces réfugiés de 1989-1990 est aujourd’hui repartie vers la Bulgarie. D’une part, ce pays a connu une démocratisation importante, où les minorités ont à nouveau une place reconnue : la minorité turque a créé un parti politique représenté par plusieurs députés au Parlement bulgare ; d’autre part, la Bulgarie devrait intégrer l’UE plus rapidement et plus facilement que la Turquie dès le 1er janvier 2007. Conséquence immédiate : l’entrée de plus de 900 000 turcophones musulmans dans l’UE, apparentés à leurs cousins stricto sensu turcs !

2 Les Kazakhs du Xinjiang sont arrivés durant les années 1950, en provenance de Chine et après un transit par le Cachemire. Les Kirghizes sont arrivés après l’intervention soviétique de 1981, via les camps de réfugiés afghans du Pakistan. Historiquement, les liens avec la Turquie sont très ténus et ne relèvent que de contacts personnels de notables du groupe. La Turquie reste jusqu’en 1992 le seul pays turcophone indépendant pouvant admettre des réfugiés sur une base ethno-linguistique, un peu sur le modèle des Aussiedler allemands.

3 Chiffre donné par la Police hongroise à Paul Gradvohl, enseignant-chercheur, qui avait participé avec nous à une étude Odysseus financée par Bruxelles : Étude méthodologique de l’immigration de transit et de rebond à partir d’un flux type, les Turcs, programme de recherche coordonné par Daniel DAUBRESSE & Paul DELRIU, Convention JAI/1999/ ODY/002, Institut des Hautes Études de la Sécurité Intérieure, Paris, 1999.

4 Ce qui explique la présence d’un petit groupe de Tacik Türkleri (Tadjiks turcs, sic), admis comme réfugiés afghans en Anatolie sud orientale !

5 Voir Gilles BERTRAND : Vingt-cinq ans après, où en est la partition de Chypre ? Les Études du CERI (59), 1999, 46 p., Étienne COPEAUX et Claire MAUSS-COPEAUX : Taksim ! Chypre divisée, 1964-2005, Lyon, Aedelsa, 2005, 235 p. Pour une analyse des conditions initiales, voir : Émile KOLODNY : Une communauté insulaire en Méditerranée Orientale : les Turcs de Chypre, Revue de Géographie de Lyon, (1), 1971, pp. 5-56.

6 Par exemple, une série d’articles dans la revue spécialisée Dünya Inşaat (22) 1 de 2006 [Construction – Le monde] regroupés sous un chapeau commun : Türk firmaları Afganistan’ın imarında aktif rol alıyor / Les firmes turques prennent place dans la (re)construction de l’Afghanistan. Au moins 15 sociétés de BTP pour plus d’un milliard de US$ (routes, bâtiments publics en particulier),

7 Şebnem Köser-Akçapar y répond en grande partie dans ce numéro ; voir aussi la contribution de David Behar. Pour la population ouvrière, parfois clandestine, des USA, voir Müzeyyen GÜLER : Yağlıdere, Zeytinburnu, Brooklyn Köprüsü (Tarihsel ve Günsel Karadeniz’den ABD’ye Göç) [Le pont Yağlıdere, Zeytinburnu, Brooklyn (La migration historique et actuelle de la mer Noire aux USA)], Toplumbilim, 17, 2003, pp. 131-146.

8 Le 22 octobre 2006, une violente altercation entre Turcs et Kazakhstanais, pour une raison encore floue, met en scène plusieurs centaines de personnes sur un chantier pétrolier de la région de Tengiz (chantier commun turco-américano-kazakhstanais), au moins 132 blessés du côté turc, dont une vingtaine plus gravement. Tous sont rapatriés par pont aérien sur Istanbul.

9 Chiffres disponibles sur le bulletin mensuel d’Işkur, juin 2006, disponible sur http://www.iskur.gov.tr

10 Voir la contribution dans ce numéro de Didem Aslı Danış.

11 Les trois rédacteurs turcs du rapport SOPEMI ont été respectivement Ayfur Barışık, politologue de l’Organisation nationale à la Planification, Ahmet Gökdere, professeur de sciences économiques, auteur d’un ouvrage sur l’économie des migrations et aujourd’hui Ahmet Içduygu, professeur de sociologie des migrations ayant mené des recherches en Australie et dans les pays scandinaves.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Travailleurs expatriés sur les huit premiers mois de l’année (2005-2006, total hommes et femmes)
URL http://remi.revues.org/docannexe/image/3421/img-1.png
Fichier image/png, 31k
Titre Annexe suite
Légende Source : tableau n° 10 du Bulletin statistique mensuel de la Direction générale de l’Office du Travail de Turquie, p. 7 [Türkiye İş Kurumu Genel Müdürlüğü Aylık İstatistik Bülteni], septembre 2006, http://www.iskur.gov.tr (?) Oman est cité deux fois, sans doute par erreur : Oman et Umman. Le nombre de femmes est peu important : 88 en 2005, 51 en 2006 pour la période considérée.
URL http://remi.revues.org/docannexe/image/3421/img-2.png
Fichier image/png, 35k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane de Tapia, « Les Turcs expatriés en 2005-2006 : combien sont-ils ? Où sont-ils ? », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 22 - n°3 | 2006, mis en ligne le 31 décembre 2009, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://remi.revues.org/3421

Haut de page

Auteur

Stéphane de Tapia

Chargé de recherche au CNRS, UMR7043 « Cultures & Sociétés en Europe », Université Marc Bloch, 22, rue Descartes, BP 80010, 67084 Strasbourg Cedex. Chargé de cours au Département d’Études Turques et à l’UFR de Géographie et d’Aménagement de Strasbourg, stephane.detapia@c-strasbourg.fr. Chercheur associé à MIGRINTER, Poitiers.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page