Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Marie-Linda LORD (sous la dir. de), avec la collab. de Mélanie LE BLANC, L’Émergence et la reconnaissance des études acadiennes : à la rencontre de Soi et de l’Autre

Gilles Ferréol
p. 260-261
Référence(s) :

Marie-Linda LORD (sous la dir. de), avec la collab. de Mélanie LE BLANC, L’Émergence et la reconnaissance des études acadiennes : à la rencontre de Soi et de l’Autre, Moncton, Association internationale des études acadiennes, 2006, 192 p., ISBN : 0-9739625-0-X

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif, issu du colloque fondateur de l’Association internationale des études acadiennes qui s’est tenu au Nouveau-Brunswick en mai 2004, année du 400e anniversaire de la présence française en Amérique, regroupe une quinzaine de textes émanant de spécialistes appartenant à divers champs disciplinaires. Ainsi que le fait observer Marie-Linda Lord dans son introduction, cette multiplicité de regards « permet d’éviter l’aveuglement idéologique […] et d’intégrer de la mouvance identitaire » tout en tenant compte d’« altérités plurielles » et métissées (p. 12).

2Toutes ces contributions, est-il souligné, « adoptent comme trame centrale la rencontre des savoirs indigènes et exogènes » (ibid.). Le sens et la portée de cette nouvelle association fait tout d’abord l’objet d’un examen détaillé de la part d’Herménégilde Chiasson et de Luca Codignola, la recension des travaux universitaires pionniers effectués tant à Moncton (Maurice Basque et Amélie Giroux) qu’à Poitiers (André Magord) enrichissant l’analyse et attirant l’attention sur la « constitution d’un paradigme holistique portant sur la compréhension d’un groupe minoritaire » (p. 47).

3La perspective interculturelle, mise à l’honneur par Fritz Peter Kirsch, invite de même à découvrir un « genre spécifique d’américanité inventé au fil d’un temps très long rempli d’activités créatrices » (p. 57). Le recours à une démarche comparative éclairant les liens entre les sociétés européennes (Margareta Gyurcsik) et celles d’outre-Atlantique (Paul Dubé et Michel Beauchamp) complète par ailleurs utilement ce premier cadrage.

4Les points de vue linguistique (Annette Boudreau), sociologique (Greg Allain) ou économique (Maurice Beaudin) sont également privilégiés et concourent à une « reconstitution progressive des étapes du vécu collectif » (p. 47). Plusieurs « moments » peuvent être ainsi distingués : « traditionnel », « modernisateur », « critique », « organisationnel », cette dernière modalité témoignant d’une « remarquable complétude institutionnelle » (p. 126) et renvoyant non pas à la « figure du parent pauvre dont on mentionnerait les malheurs en passant » (p. 50) mais à des acquis sociojuridiques importants obtenus au prix de longues luttes. La problématique de la traduction littéraire, enfin, est posée par Jo-Anne Elder, le souci de contextualisation dans la diffusion et la réception d’œuvres comme celles par exemple de France Daigle, de Gérald Leblanc ou de Serge Patrice Thibodeau étant essentiel.

5Le volume se termine par un hommage appuyé à Antonine Maillet, dû à Raoul Boudreau, à l’occasion du 25e anniversaire de l’obtention du prix Goncourt pour son célèbre roman Pélagie-la-Charette. Rompant avec le « discours utopique de l’homogénéité ethnocentrique » (p. 12), toutes ces communications mettent en exergue « un terrain très fertile qu’il est maintenant possible de nourrir » (ibid.) en réunifiant des « fragments préalablement cloisonnés » (p. 45) et en réactivant le rapport à la mémoire et la relation à l’imaginaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Ferréol, « Marie-Linda LORD (sous la dir. de), avec la collab. de Mélanie LE BLANC, L’Émergence et la reconnaissance des études acadiennes : à la rencontre de Soi et de l’Autre », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 22 - n°3 | 2006, mis en ligne le 27 novembre 2008, consulté le 27 juin 2017. URL : http://remi.revues.org/4115

Haut de page

Auteur

Gilles Ferréol

Université de Poitiers, LARESCO-ICOTEM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page