Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Myriam HACHIMI ALAOUI, Les chemins de l’exil. Les Algériens exilés en France et au Canada depuis les années 1990

Denys Cuche
p. 217-218
Référence(s) :

Myriam HACHIMI ALAOUI, Les chemins de l’exil. Les Algériens exilés en France et au Canada depuis les années 1990, Paris, L’Harmattan (« Logiques sociales »), 2007, 202 p., ISBN : 978-2-296-02718-3

Texte intégral

1Cet ouvrage a le mérite de produire une connaissance approfondie d’une catégorie de migrants, les exilés algériens, mal connus car peu visibles du fait de leur discrétion et de leur difficulté à se faire reconnaître comme exilés politiques. L’enquête fait apparaître la singularité de l’exil algérien qui ne se confond pas avec d’autres exils récents, d’Amérique latine ou d’Asie du sud-est, par exemple. Le parti-pris d’une approche comparative entre la France et le Canada se révèle judicieux et permet de saisir la complexité de l’exil des Algériens ainsi que la pondération des facteurs individuels et structurels de l’exil dans les deux cas.

2La qualité et l’intérêt des entretiens sont sans doute dus en partie au fait qu’ils ont été réalisés « au bon moment », ni trop tôt, ni trop tard, c’est-à-dire à un moment où, d’une part, les individus n’étaient plus dans l’urgence et l’angoisse des premiers instants de l’exil et où, d’autre part, ils n’avaient pas encore entrepris un travail de réinterprétation trop systématique de leur drame personnel. La richesse et notamment la sincérité de ces entretiens doivent beaucoup aux liens étroits que Myriam Hachimi Alaoui a su nouer avec les exilés. Son enquête, en effet, ne repose pas seulement sur des entretiens mais aussi sur une observation participante qui lui a permis d’acquérir une connaissance intime du milieu de vie de ces Algériens, tant à Paris qu’à Montréal. C’est certainement à cette observation participante, réalisée avec constance alternativement sur les deux sites pendant plusieurs années, que l’on doit la pertinence et la finesse des interprétations du discours des exilés que propose Myriam Hachimi Alaoui.

3L’ouvrage touche à des questions essentielles qui intéressent autant l’anthropologie que la sociologie de l’altérité. Il peut, en particulier, être considéré comme une contribution appréciable à une anthropologie de l’hospitalité, qui dépasse et inclut à la fois les différences qu’elle met en évidence entre la France et le Canada quant à la conception de l’accueil des étrangers. Ce livre est effectivement une illustration de « la loi de l’hospitalité » dont Julian Pitt-Rivers, notamment, s’est attaché à montrer la validité universelle. L’enquête ici présentée fait apparaître la grande difficulté des Algériens à être reconnus en France et à se revendiquer eux-mêmes comme des « exilés », du fait d’une réelle familiarité avec ce pays dans lequel ils ne se sentent pas vraiment étrangers. Francophones, identifiés aux idéaux démocratiques et républicains français, ils se sentent presque chez eux en France et s’étonnent de ne pas être toujours bien accueillis. De fait, leur accueil et leurs conditions d’insertion semblent meilleurs au Canada.

4Cela est sans doute dû, comme l’explique justement Myriam Hachimi Alaoui, à la différence des deux modèles nationaux d’intégration et à l’importance inégale des liens historiques qui existent entre l’Algérie et chacun des deux pays d’accueil. Au-delà de ces explications, on peut se demander, dans la logique des principes de la loi de l’hospitalité, si, paradoxalement, ce n’est pas une trop grande familiarité et une trop grande proximité avec la société française qui empêchent les Algériens d’accéder au statut social d’hôte qui implique une certaine distance entre l’invitant et l’invité. Par contre, au Canada, cette distance existe de fait et la formalisation des conditions d’entrée des Algériens sur le territoire fait fonction de rite de passage qui transforme l’étranger en hôte.

5Un autre mérite de cet ouvrage est de mettre en évidence l’ambivalence des rapports entre l’exilé et la société d’accueil. Cette ambivalence renvoie à la question de l’honneur et de la honte — sans doute un des aspects essentiels de « l’épreuve de l’exil » dans le cas des Algériens — qui transparaît dans beaucoup d’entretiens : l’honneur perdu en Algérie de ceux qui sont stigmatisés comme « francophones » ou, pire, comme représentant « le parti de la France » ; l’honneur perdu en exil de ceux qui n’obtiennent pas la reconnaissance du rang social et professionnel qui étaient le leur en Algérie. Bon nombre de stratégies des exilés algériens, si bien décrites, pourraient être comprises comme des tentatives pour sauvegarder ou retrouver leur honneur.

6Ce livre paraît à un moment où l’Algérie, comme tout le Maghreb, connaît une nouvelle poussée d’attentats islamistes. De nouveaux exilés politiques, aux caractéristiques sociales sans doute similaires à celles de ceux que l’auteur a rencontrés vont probablement arriver en France et au Canada. Grâce à cet ouvrage, on pourrait presque dire qu’on les connaît déjà un peu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denys Cuche, « Myriam HACHIMI ALAOUI, Les chemins de l’exil. Les Algériens exilés en France et au Canada depuis les années 1990 », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 23 - n°2 | 2007, mis en ligne le 27 novembre 2008, consulté le 21 août 2017. URL : http://remi.revues.org/4189

Haut de page

Auteur

Denys Cuche

Université Paris V, American University of Beirut

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page