Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Les Falachas, Nègres errants du peuple juif, N’DIAYE Tidiane

Paris, Gallimard, 2004, 232 p. ISBN : 2-07-077135-0
Gilles Ferréol
p. 283-284
Référence(s) :

N’DIAYE Tidiane, Les Falachas, Nègres errants du peuple juif, Paris, Gallimard, 2004, 232 p. ISBN : 2-07-077135-0

Texte intégral

1Les Falachas, ces Noirs éthiopiens se réclamant du judaïsme, constituent, encore à notre époque, une véritable énigme : « L’investigation anthropologique et historique peine à saisir bien des aspects de leur culture et des origines de leurs pratiques religieuses, qui restent pour une large part dans la pénombre, voire dans l’obscurité totale. » Exception faite des publications de Flavius Josèphe au début de l’ère chrétienne, « il n’existe aucun document [les] rattachant de manière crédible […] à la vieille civilisation hébraïque » (p. 175).

2Ces « hommes au visage brûlé », comme les dénommait Hérodote, ont le plus souvent été associés à « un nombre incalculable de préjugés fortement enracinés, d’idées préconçues non moins tenaces et de théories pseudo-scientifiques dépeignant un sombre tableau des peuples africains » (p. 81). Longtemps ignorés, ils ont été « découverts » pour la première fois par le rabbin Ben Abi Zimra au XVIe siècle. Leurs traces furent ensuite explorées par Joseph Halévy, Jacques Faïtlovitch de son côté n’hésitant pas dans les années 1920 à faire campagne en leur faveur afin de promouvoir leur émancipation.

3Plusieurs pistes, souligne l’auteur, peuvent être évoquées : celle de Ménélik Ier (fils du roi Salomon et de la reine de Saba) et de son escorte, celle d’une tribu perdue d’Israël, celle de l’Exode et de « Moïse, général des armées égyptiennes » ou celle — plus plausible — de descendants métissés de combattants des troupes du chancelier Beya… On estime, de nos jours, à environ 80 000 le nombre de ces Juifs « déracinés », à la fois « encombrants » ou « atypiques » en raison de leurs coutumes et de leur couleur de peau, ayant opté dès l’automne 1984 pour le retour (Aliyah) à Sion et à la Terre promise après de longs mois d’attente, parqués dans des camps de réfugiés au Soudan, « tels des morts vivants, épuisés, hagards et squelettiques » (p. 16).

4Après avoir été ignorées ou rejetées pendant des décennies par les milieux officiels car perçues, à la différence d’autres minorités de la diaspora juive, comme difficilement intégrables, voire « inassimilables », ces populations ne sont plus « indésirables » et ont été à nouveau autorisées récemment à immigrer, notamment sur les territoires occupés de Palestine, l’État hébreu — est-il argué — oscillant entre l’« humanitaire » et la « manipulation médiatique » (pp. 37 et suiv.). Ce transfert, décidé par le gouvernement d’Ariel Sharon en février 2003, doit être interprété, estime N’Diaye, au regard d’enjeux démographiques et géostratégiques. L’accueil réservé à ces « convertis » est cependant loin d’être idyllique : situation précaire, marginalisation et, quelquefois, ostracisme ou injustices.

5Qu’elle se fonde sur une notion de « race », de religion ou de rang social, la problématique identitaire apparaît ainsi comme « invariablement complexe » (p. 194). Cette contribution érudite, fruit d’un long travail de recherche, nous est, à cet égard, très précieuse et attire notre attention, à travers cette communauté, sur un drame de notre temps « quasiment tabou et jusqu’à présent masqué ou escamoté » (4e de couverture). Signalons enfin, outre une copieuse bibliographie, de riches annexes (notes, repères chronologiques, glossaire) et diverses cartes, photographies ou tableaux de synthèse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Ferréol, « Les Falachas, Nègres errants du peuple juif, N’DIAYE Tidiane », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 21 - n°1 | 2005, mis en ligne le 10 septembre 2008, consulté le 24 mars 2017. URL : http://remi.revues.org/4261

Haut de page

Auteur

Gilles Ferréol

Université de Poitiers, LARESCO-ICOTEM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page