Navigation – Plan du site

Éditorial

Michelle Guillon et Emmanuel Ma Mung
p. 7-8

Texte intégral

1Ce numéro, le 62ème de la Revue Européenne des Migrations Internationales, est consacré au 20ème anniversaire de la revue fondée par Gildas Simon en 1985. Premier souhait de l’équipe fondatrice, la revue a duré. Elle a publié 650 articles et notes de recherche. Elle a contribué à diffuser depuis sa création des problématiques comme l’analyse de la ségrégation et de la discrimination dans l’emploi, le logement, la formation ; l’inscription des populations immigrées dans l’espace urbain ; les phénomènes de violence, d’exclusion, de racisme ; l’école et la laïcité ; les rapports au religieux ; les modes de participation à la vie de la cité ; les rapports entre genre et migration etc. Elle a aussi traité de thématiques plus récentes liées aux processus de mondialisation des échanges et des flux et au développement de réseaux transnationaux, à l’analyse des catégories des recensements français et étrangers, à la question des processus de catégorisation dans les sociétés multiculturelles et enfin à la question des familles, des destins individuels et des appartenances collectives.

2Au fil des années, son lectorat s’est élargi. Le nombre des abonnés s’est accru, essentiellement des bibliothèques, des centres de documentation universitaires et associatifs, dont près de la moitié hors de France. On trouve sur le site revues.orgla totalité des sommaires et des résumés des articles parus depuis la création de la revue ainsi que des numéros dans leur intégralité. Dans l’avenir elle va continuer à conjuguer la diffusion en ligne et l’édition papier. Les volumes rétrospectifs uniquement disponibles actuellement sous format papier (de 1985 à 2000) seront mis en ligne sur le portail PERSEE.

3Gildas Simon ouvre ce numéro anniversaire en pointant l’importance prise par les questions d’espace, de territorialité, d’échelle dans le regard porté par les chercheurs sur les migrations internationales. Il s’interroge sur le sens de la « véritable floraison de termes et de notions spatialement référées, particulièrement révélatrices de ce nouveau besoin de spatialité » : espaces migratoires, champs migratoires, territoires migratoires, espaces circulatoires, territoires circulatoires, territoires de la mobilité, espaces transnationaux...

4À l’espace de Gildas Simon répond le temps de Roger Waldinger. S’opposant à ses collègues américains pour qui l’existence de « communautés transnationales » fondées sur des liens chevauchant les frontières, est une nouveauté mettant en danger les sociétés fondées sur les États-nations, il dresse un tableau complexe des relations entre transnationalisme des immigrants et histoire.

5Les deux articles suivants s’intéressent aux nouvelles formes de mobilité, aux circulants. Lamia Missaoui et Alain Tarrius les définissent : « populations en réseaux, liées par la parole, l’honneur, qui excèdent des frontières et des normes sociales des divers états-nations qu’elles traversent ou habitent ». Dans leur article, ils montrent comment s’articulent les espaces des circulants et des sédentaires qui contribuent ensemble aux transformations urbaines de Sofia, en Bulgarie et d’Alicante, en Espagne. William Berthomière et Marie-Antoinette Hily ont choisi d’observer à Beyrouth et à Tel Aviv des espaces commerciaux pour comprendre ces migrants qui « semblent s’émanciper des normes du salariat pour s’inscrire dans des activités économiques formelles et informelles ». Dans son article, Emmanuel Ma Mung interroge les transactions marchandes qui mettent en cause des partenaires spécifiés par leur appartenance à des groupes. Il tente de comprendre les mécanismes — ou plutôt les règles — qui sont à l’œuvre dans l’échange.

6Les articles de Luc Legoux et de Jacqueline Costa-Lascoux, bien que différents, ont en commun, en s’appuyant sur leurs travaux, de défendre un mode de gestion de l’immigration avec une grande liberté de ton. Luc Legoux décrit les étapes de la fermeture de l’Europe face à la demande d’asile — vue depuis vingt ans comme un contournement des législations restrictives sur l’immigration —, et montre comment seul, le rétablissement de la liberté d’immigrer permettrait de réconcilier les droits de l’homme et ceux du citoyen. Jacqueline Costa-Lascoux rappelle comment s’est construit le modèle « d’intégration à la française », comment il a été remis en cause depuis les années quatre-vingt et défend les principes de sa refondation en 2002.

7Les deux derniers articles de cette livraison ont en commun d’apporter au lecteur des données statistiques nouvelles. Yves Charbit et Isabelle Chort se sont intéressés aux tranferts monétaires officiels des émigrés de 103 pays. Ils les ont comparés à deux autres postes de leur budget, les investissements étrangers directs et l’aide publique au développement. John Salt et José Carlos Almeida ont rassemblé et analysé les statistiques les plus récentes sur les flux migratoires dans l’ensemble du continent européen.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michelle Guillon et Emmanuel Ma Mung, « Éditorial », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 22 - n°2 | 2006, mis en ligne le 01 juin 2009, consulté le 27 mai 2017. URL : http://remi.revues.org/4402

Haut de page

Auteurs

Michelle Guillon

Emmanuel Ma Mung

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page