Navigation – Plan du site
Notes de lecture

RASAMOELINA Henri, Madagascar. État, communautés villageoises et banditisme rural

Paris, L’Harmattan, 2007, 250 p., ISBN : 978-2-296-03873-3
Gilles Ferréol
p. 219
Référence(s) :

RASAMOELINA Henri, Madagascar. État, communautés villageoises et banditisme rural, Paris, L’Harmattan, 2007, 250 p., ISBN : 978-2-296-03873-3

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 01 novembre 2011.

1Dans une préface très éclairante, Jean Pavageau souligne d’emblée que « le vol de zébu, au même titre que le retournement des morts, est depuis toujours présenté comme une spécificité de la culture malgache, une pratique curieuse et exotique qui perdure encore de nos jours » (p. 7). Sa signification a cependant beaucoup évolué au fil du temps : de rituel de passage et d’affirmation identitaire à travers des affrontements entre jeunes d’un même clan, puis entre groupes rivaux, on est passé peu à peu à des préoccupations ou à de enjeux mercantiles et, plus récemment, à une forme de contestation du système politique impliquant à plusieurs niveaux l’appareil d’État.

2L’enquête minutieuse menée par Henri Rasaomelina, professeur de sociologie à l’université de Fianarantsoa, nous conduit en pays Betsileo, dans la Haute-Matsiatra, à la fois berceau de nombreux royaumes et région traditionnellement très touchée par ce fléau. Trois grandes parties composent cet ouvrage. La première, prenant appui sur des données tant territoriales que socio-historiques, nous livre des éléments de contextualisation et insiste non sans raison sur le poids du lignage (foko) et sur l’importance, dans la réalité quotidienne des familles et des communautés villageoises, du rôle et de la place du bœuf lequel, comme le faisait déjà observer en 1938 le Père Dubois dans l’un de ses écrits, est « celui qui est la richesse de tous et que l’on chante sur tous les tons ; celui que l’on contemple sans se lasser, dont on connaît toutes les particularités et pour qui la langue se met en frais de dénomination selon l’âge, la taille, la robe, les mouvements ; celui aussi dont on tire partie de toutes les manières » (p. 38).

3Après cette mise en perspective, l’auteur se focalise sur le xixe siècle, brigandage et insécurité étant alors le lot commun, à l’exception de deux décennies d’accalmie entre 1860 et 1880. Tous ces soubresauts sont mis en relation avec les changements intervenus dans les rapports de force au sein de la monarchie merina, l’influence des missionnaires et les tensions avec la France devant être également prises en compte.

4Les trois derniers chapitres mettent respectivement l’accent sur les pressions exercées par l’administration coloniale après l’annexion de la Grande Ile, sur la relative stabilité des années 1960 et sur l’actuelle recrudescence du phénomène, avec — sur fond d’insatisfaction, de frustration ou de malaise social — son cortège de coups et blessures, de trafic d’armes et de complicités…

5Au terme de cette contribution bien documentée, il apparaît que la référence à un passé mythique, structuré autour de l’amour du prochain et de l’harmonie dans la parenté (fihavanana), doit être à bien des égard relativisée, la compréhension du « banditisme rural » et de sa figure emblématique (le dahalo) nécessitant une méthodologie adéquate.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Ferréol, « RASAMOELINA Henri, Madagascar. État, communautés villageoises et banditisme rural », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 24 - n°2 | 2008, mis en ligne le 01 novembre 2011, consulté le 22 octobre 2014. URL : http://remi.revues.org/4712

Haut de page

Auteur

Gilles Ferréol

Université de Franche-Comté (LASA, laboratoire de socio-anthropologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page