Navigation – Plan du site
Notes de lecture

SANTELLI Emmanuelle, Grandir en banlieue. Parcours et devenir de jeunes Français d’origine maghrébine

Paris, CIEMI, Collection Planète Migrations, 2007, pp. 300. ISBN : 978-2-916827-00-1
Julie Garnier
p. 219-222
Référence(s) :

SANTELLI Emmanuelle, Grandir en banlieue. Parcours et devenir de jeunes Français d’origine maghrébine, Paris, CIEMI, Collection Planète Migrations, 2007, pp. 300. ISBN : 978-2-916827-00-1

Texte intégral

1Dans ce livre, Emmanuelle Santelli, spécialiste des trajectoires des familles maghrébines en France, s’attèle à comprendre comment de jeunes français nés de parents maghrébins qui ont grandi dans un même quartier de banlieue, prennent place dans la société française. Alors que les évènements récents de novembre 2005 relancent le débat sur les problèmes spécifiques des populations résidant dans ces quartiers, l’auteur se défend ici d’écrire un livre de plus sur les jeunes des banlieues. Loin de se satisfaire d’une explication déterministe, l’auteur cherche au contraire à produire un autre regard sur la réalité de l’ensemble de ces jeunes de banlieue, un regard complexe qui intègre l’hétérogénéité des destinées et refuse les présupposés. Dans ce cadre, le questionnement sociologique se trouve nécessairement décentré : Comment dans un même contexte résidentiel et à partir d’un passé similaire, se construisent des parcours d’entrée différents dans la vie adulte ? Que deviennent ces jeunes à l’âge adulte ? Et comment se déroule leur itinéraire professionnel ?

2Pour éclairer cette réalité, l’auteur adopte une posture méthodologique originale croisant différentes techniques d’enquête : enquête par questionnaire, récits biographiques et entretiens. La population d’étude se compose de jeunes français, nés de parents maghrébins, âgés entre 20 et 30 ans au moment de l’enquête et ayant vécu plus d’une dizaine d’années dans un même quartier de l’agglomération lyonnaise. Sur une cohorte de 473 jeunes, 200 jeunes ont été interrogés et 30 ont fait l’objet d’entretiens approfondis et répétés sur une année. Ce dispositif méthodologique permet non seulement de décrire exhaustivement les parcours de ces jeunes sans se cantonner aux plus visibles, ceux qui se réunissent généralement en bas des immeubles et qui sont perçus comme jeunes délinquants. Il permet aussi et surtout de dégager des typologies à l’intérieur d’une même population démontrant ainsi la diversité des trajectoires possibles. Quatre groupes de jeunes sont ainsi présentés dés l’introduction et font figure de cadre d’analyse : « les outsiders », « les self-made men », « les intellos précaires » et « les actifs stables ». L’analyse des trajectoires d’un groupe à l’autre se trouve par ailleurs renforcée d’une lecture comparée des parcours entre les jeunes français nés de parents maghrébins et les jeunes français nés de parents non-immigrés. Cette lecture comparée traitée à la fin de chaque partie est rendue possible par l’exploitation des résultats de l’enquête nationale « Étude de l’histoire familiale » conduite en 1999 par l’INED et l’INSEE.

3L’ouvrage s’organise en quatre parties retraçant de manière chronologique le cheminement de ces jeunes. Ces parties sont enrichies d’encadrés méthodologiques et de remarques conclusives. Dans la première partie, l’auteur nous fait entrer de plein pied dans les parcours scolaires et les caractéristiques familiales de ces jeunes. Partant de données quantitatives, Emmanuelle Santelli met en exergue la forte proportion de ces jeunes issus d’un milieu populaire immigré à quitter l’école sans diplômes (34 % des jeunes habitant dans le quartier, 25 % sur l’ensemble des jeunes interrogés). Ces écarts notables de scolarité sont le résultat d’une conjonction de facteurs (absence d’intervention du milieu familial, faibles ressources financières, effets des pratiques discriminatoires en matière d’orientation) qui « se surajoutent à une situation peu favorable aux familles populaires et d’origine étrangère. » Aussi, si ces données n’apportent pas en soi d’éléments nouveaux sur le rôle de l’école, et du collège en particulier, dans le devenir professionnel de ces jeunes, l’analyse a le mérite de revenir sur les conditions de scolarisation et d’en décrire les effets sur l’estime de soi.

  • 1 Robert Castel, 2001, Les jeunes ont-ils un rapport spécifique au travail en France ?, in Laurence R (...)

4Dans la deuxième partie, l’auteur aborde une autre étape importante du cycle de vie de ces jeunes : l’entrée dans le monde du travail. L’analyse s’appuie sur une autre fraction de l’échantillon, ceux qui ne sont plus scolarisés au moment de l’enquête (soit 144 individus), et révèle une insertion professionnelle marquée par des processus de précarisation salariale et des formes de discriminations subies (concentration dans des emplois temporaires et non qualifiés). Pour autant, l’auteur relativise la thèse du déclassement social pour les jeunes actifs en particulier. Le statut professionnel comme le type de contrat de travail sont des indicateurs pertinents mais insuffisants pour rendre compte de leur situation professionnelle. L’auteur valide en ce sens la thèse de Robert Castel (2001)1 : « Si les jeunes sont plus touchés par la précarité de l’emploi, ceci n’est pas lié à leur jeunesse, mais à leur qualité de nouveaux entrants sur le marché du travail, et donc au fait qu’ils sont davantage exposés au changement de régime du travail impulsé par les politiques d’entreprises à la recherche d’une plus grande compétitivité dans une économie mondialisée. (p. 162) » Dans cette perspective, les discriminations ethniques ne sont plus comprises comme une variable explicative indépendante, elles se surajoutent à leur statut de nouvel entrant. L’interprétation combinée en termes de genre, de relations interethniques et de complexification du marché du travail semble donc particulièrement heuristique pour saisir toutes les dimensions de la situation de précarité de ces jeunes. Concernant le genre, l’auteur souligne les points de divergences. Si l’insertion professionnelle joue en faveur des femmes (« elles réussissent mieux que les hommes. » p. 84), à qualifications équivalentes, leurs conditions de travail demeurent difficiles et leurs positions professionnelles réduites. Enfin, la perspective biographique introduite dans le chapitre 3 affine l’analyse en considérant les marges de manœuvre de ces jeunes. De sorte que, même les plus vulnérables, ici le groupe « d’outsiders », sont capables de résistance. Seuls les moyens mobilisés diffèrent : engagement religieux pour les uns, ressources familiales pour les autres.

  • 2 Laurence Roulleau-Berger, 1999, Le travail en friche. Les mondes de la « petite » production urbain (...)

5Dans la troisième partie, l’auteur éclaire les rapports que ces jeunes entretiennent dans le temps à leur quartier d’enfance. Pour tous, le quartier symbolise en effet un espace ambivalent de protection et de relégation, qui justifie leur projet de partir. Seulement, la réalisation de ce projet s’affirme inégalitaire. À ce titre, les « outsiders » qui sont les plus « immobiles » et les moins qualifiés sont aussi « ceux qui ont le moins de probabilité de quitter le quartier. » Si le lien entre une faible mobilité urbaine et l’expérience de la précarité a largement été démontré dans les recherches urbaines (voir notamment les travaux de L. Roulleau-Berger)2, l’intérêt de cette perspective réside, à notre sens, dans l’attention qu’elle porte aux processus de socialisation dans et par l’espace. L’auteur démontre en effet que la mobilité résidentielle n’est pas un critère déterminant dans la relation au quartier. « C’est l’absence d’autres alternatives qui maintiennent les jeunes “attachés” au quartier, car, quand aucune autre alternative n’est possible, tout leur mode de vie découle de leur appartenance au quartier. » (p. 197) De sorte qu’on peut se distancier physiquement du quartier et y rester attaché socialement. Le quartier reste donc un marqueur identitaire fort pour ces jeunes. Il n’en demeure pas moins que la mise à distance géographique reste capitale en ce qu’elle leur permet de se départir d’une identité assignée. En somme, le mérite d’Emmanuelle Santelli est d’avoir su pointer la complexité temporelle et identitaire de ces interactions, traversées par des « contradictions entre les groupes d’appartenance et les groupes de référence, et ce qui permet le passage de l’un et à l’autre. » (p. 230)

6Dans la dernière partie, l’auteur poursuit l’appréhension de ce que signifie grandir et quitter son quartier, en interrogeant les processus d’individualisation. Dans ce cadre, trois thématiques sont abordées : la décohabitation, la mise en couple et les relations avec les parents. Si les écarts de position entre les groupes de jeunes qui accèdent à l’individualisation sont ici moins prononcés, ils sont à l’inverse extrêmement forts entre les jeunes français nés de parents non immigrés et les jeunes français nés de parents immigrés. Les modes d’entrée dans la vie adulte des jeunes français d’origine maghrébine révèlent en effet une nette différence de comportements avec les autres jeunes de même âge (logique de sécurité affective et matérielle, trajectoires d’installation qui les rapprochent des jeunes français d’origine espagnole et les distinguent des autres jeunes français) ainsi que des décalages entre l’acquisition d’une indépendance financière et la capacité à affirmer son individualité. Trois attributs conjoints semblent dès lors nécessaire à l’amorce d’un processus d’individualisation réussi : l’emploi, le mariage, l’installation. En l’absence d’un de ces attributs, l’individualisation se trouve tout simplement « bloquée », reportée, irrésolue.

  • 3 Stéphane Beaud, 2002, 80 % au bac... et après ? Les enfants de la démocratisation scolaire. Paris, (...)
  • 4 À l’exception des travaux de Jean-Paul Payet et Alain Battegay (eds.), 2008, La reconnaissance à l’ (...)

7« Grandir en banlieue » découvre une autre réalité de la vie des jeunes de banlieue, une réalité complexe et non plus uniformisée. Son originalité tient tout autant à la qualité de son questionnement qu’à sa structure même. Le pari de l’auteur de tenir ensemble deux registres de questionnements - une interrogation sur les spécificités, les similitudes et les différences entre les parcours de jeunes - une interrogation sur l’articulation des effets de la transformation du marché du travail et des discriminations socio-ethniques, acquiert son intelligibilité de la confrontation des données recueillies avec les caractéristiques socio-professionnelles de ces jeunes, l’histoire intergénérationnelle et la dimension du genre d’une part et d’autre part de la mise en perspective de la situation étudiée avec d’autres situations issues de la littérature sociologique (notamment les travaux de S. Beaud, de F. Dubet et de L. Chauvel)3. Une seule faute note, si tant est qu’elle en soit une, réside dans le choix de ne pas traiter indépendamment et plus longuement la question de la construction identitaire. Il nous semble en effet que cette question ouvre de nouvelles perspectives de recherche sur les processus et les formes de reconnaissance dans les sociétés contemporaines. Une thématique de plus en plus prégnante dans les recherches sociologiques actuelles sur les migrations internationales et les relations interethniques, qui, pourtant, ne fait pas l’objet, à ce jour, de développement théorique et critique conséquent4.

Haut de page

Notes

1 Robert Castel, 2001, Les jeunes ont-ils un rapport spécifique au travail en France ?, in Laurence Roulleau-Berger, Madeleine Gauthier (dir.), Les jeunes et l’emploi dans les villes d’Europe et d’Amérique du Nord. La Tour d’Aigues, Editions de l’Aube.

2 Laurence Roulleau-Berger, 1999, Le travail en friche. Les mondes de la « petite » production urbaine. La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube. Laurence Roulleau-Berger 1991, La ville intervalle : jeunes entre centre et banlieue. Paris, Méridiens Klincksiecks.

3 Stéphane Beaud, 2002, 80 % au bac... et après ? Les enfants de la démocratisation scolaire. Paris, La Découverte. François Dubet, 2003, La galère. Jeunes en survie. Paris, Fayard (1e éd. 1987). Louis Chauvel, 2002, Le destin des générations. Paris, PUF (1e éd. 1998).

4 À l’exception des travaux de Jean-Paul Payet et Alain Battegay (eds.), 2008, La reconnaissance à l’épreuve. Explorations socio-anthropologiques. Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Garnier, « SANTELLI Emmanuelle, Grandir en banlieue. Parcours et devenir de jeunes Français d’origine maghrébine », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 24 - n°2 | 2008, mis en ligne le 16 décembre 2008, consulté le 27 mars 2017. URL : http://remi.revues.org/4732

Haut de page

Auteur

Julie Garnier

Université de Poitiers, Migrinter

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page