Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Romain GARBAYE, Getting Into Local Power. The Politics of Ethnic Minorities in British and French Cities

Emmanuelle Le Texier
p. 225-227
Référence(s) :

GARBAYE Romain, Getting Into Local Power. The Politics of Ethnic Minorities in British and French Cities, Oxford, Blackwell, 2005, 266 p., ISBN : 9781405126977.

Texte intégral

1Publié en 2005, ce livre de Romain Garbaye (Paris IV) a obtenu le prix 2006 du meilleur livre sur la politique locale de l’Association Américaine de Science Politique ainsi que le « Prix de la recherche 2006 » de la SAES/AFEA (Société des Anglicistes de l’Enseignement Supérieur/Association Française d’Études Américaines). Il représente un apport majeur dans l’analyse comparée des schémas et configurations de la « politique ethnique » ou « politique des minorités » au plan local, dans trois villes britanniques et françaises (Birmingham, Lille et Roubaix). La réflexion se structure autour de six grands chapitres. Le premier permet de poser le cadre analytique et théorique, l’auteur se situant dans une approche critique de l’institutionnalisme historique. Il va ainsi proposer quelques « innovations » au modèle de l’institutionnalisme historique : « I move away from their ‘bottom-up’ approaches, which construes the styles of mobilization of minorities as their dependent variables, and prefer a ‘top-down’ approach, focusing on the strategies of the local elites in managing both immigrant mobilizations and xenophobic mobilization against immigrants (…). I draw more easily on historical-institutionalist theory (…). Finally my institutional framework is limited to a number of selected institutional variables at the local level » (p. 20-21). Les variables principales retenues sont donc le cadre national, c’est-à-dire la politique d’immigration et les relations entre pouvoir central et pouvoir local dans chaque pays ; la politique des partis au plan local ; et les styles de gouvernement local.

2Les deux chapitres suivants brossent le cadre général des politiques migratoires françaises et britanniques. L’auteur insiste sur la divergence des « régimes » mais aussi sur certaines formes de convergences caractérisés par une évolution distincte depuis l’après-guerre : d’une part, un régime libéral de citoyenneté, basé sur la dépolitisation et des « relations raciales » en Grande-Bretagne qui se transforment de l’indifférence à la pratique de la coalition multiethnique d’une ville dirigée par le Labour ; d’autre part, un régime centralisateur, avec une montée de la xénophobie et une politique d’exclusion, fondé sur une machine politique locale d’exclusion (à Lille, ville dirigée principalement par le Parti socialiste) mais parfois d’inclusion pragmatique (à Roubaix, ville dirigée par des coalitions de gauche et droite en alternance). Trois chapitres reviennent en détail, étayés par une recherche de terrain approfondie, sur les transformations des contextes locaux et sur les pratiques de la politique ethnique au plan local. La conclusion souligne les apports et limites de l’institutionnalisme historique, tout en notant l’importance du cadre politique local et ses conséquences parfois distinctes, dans le cas français notamment.

3Les révoltes urbaines que connaissent de manière cyclique la France et la Grande-Bretagne semblent pour certains médias l’unique mode d’expression politique des minorités ethniques Pourtant, le livre de Romain Garbaye démontre, par une étude historique et comparative, que l’exclusion ou l’inclusion politique, tout comme la pratique du pouvoir au plan local forment également un ciment de mobilisation politique dans le contexte de stratégies mises en œuvre par les leaders locaux pour « canaliser » ou « gérer » la diversité locale sur le plan politique. Les questions de départ ont donc été les suivantes (p. 3) : dans quelles conditions les minorités ethniques peuvent-elles être élues au conseil municipal ? Si elles en sont exclues, pourquoi et comment ? Pourquoi certaines villes ont-elles une représentation importante des minorités ethniques (Afro-Caribéen et Pakistanais à Birmingham) et d’autres pratiquement aucune (Maghrébins à Lille) ? Quel type de carrière ou trajectoire politique ces élus ethniques mènent-ils ? (par exemple, cooptation à Roubaix). Et finalement, que nous apporte cette comparaison dans l’analyse de l’ouverture ou de la fermeture des systèmes politiques européens aux minorités ethniques ? L’ouvrage couvre principalement la période des années 1980 aux attentats de 2001. C’est peut-être ce seul aspect qui ouvre quelques regrets. L’impact des événements du 11 septembre 2001 sur les politiques locale et nationale face aux populations étrangères et d’origine étrangère auraient pu mériter un développement allant au-delà d’un chapitre conclusif. En effet, la logique du régime libéral anglo-saxon a fortement été mise à mal par l’après 11 septembre, suivi des émeutes urbaines de Bradford par exemple (puis des attentats du 7 juillet 2005), et il est certain que cette nouvelle structuration a eu des conséquences importantes sur la gestion de la diversité politique au plan local.

4La comparaison des trois villes montre au final qu’une évolution générale vers l’inclusion (même partielle) des minorités dans les conseils municipaux a eu lieu dans les années 1980 et 1990, mais que des distinctions importantes existent. Ainsi, cette orientation a vu le jour bien plus tôt en Grande-Bretagne qu’en France ; les élus ethniques de Birmingham ont une véritable « carrière » professionnelle au sein du Labour, alors qu’en France il s’agit plutôt de leaders associatifs cooptés pour une période déterminée ; le processus s’est ancré en Grande-Bretagne comme indissociable de l’évolution des pratiques politiques locales alors qu’il reste ponctuel en France ; enfin, ces changements se sont accompagnés d’un appareil de politiques anti-discriminatoires dans le premier cas, et non dans le second. C’est là que l’appareil méthodologique déploie tout son sens En effet, les enquêtes et entretiens qualitatifs menés par l’auteur avec les acteurs clefs des processus politiques locaux dévoilent les mécanismes et stratégies bâtis pour gérer la diversité locale, comme une entreprise gérerait la diversité de ses ressources humaines. Ainsi, à Birmingham, « Labour elites of the city co-opted ethnic minority politicians in their networks in the 1980s and 1990s, in effect building a multi-ethnic coalition and thereby encouraging a process of incorporation of minorities in the political system » (p. 93). L’ouverture de la structure d’opportunités politique à cette période par les Travaillistes — et beaucoup plus tardivement et de moindre ampleur par les Conservateurs — va engager le début de trajectoires d’élus ethniques afro-caribéens et asiatiques en coalition avec la majorité blanche. Cette ouverture était aussi une réponse à l’activisme local et communautaire des différents groupes. Ceci oblige finalement l’auteur à croiser son approche « par le haut » avec une approche « par le bas » de la politique ethnique. Romain Garbaye en déduit l’existence de trois modèles de cooptation : le patronage des années 1970 à 1980 ; les activistes radicaux des années 1980 à 1990 ; et le modèle de la communauté ethnique plus récemment. Par conséquent, ce sont quatre facteurs principaux qui ont facilité l’émergence de ce cadre ouvert à la participation politique des minorités : le système électoral local, la pluralité, le fonctionnement interne du Labour et la structure de la concurrence partisane. On pourrait toutefois questionner le fait que parmi les variables, les mobilisations des acteurs ethniques eux-mêmes ne semblent pas peser ou si peu dans la mécanique locale.

5Dans son chapitre sur Lille, l’auteur discute deux éléments du cadre institutionnel, le mode local de gouvernement et la politique locale. Deux caractéristiques principales ressortent de l’analyse : « (1) the combination of a well-established local elite and a majoritarian electoral system for municipal elections, which insulates elites from social demands, and (2) the emergence since the 1970s of a powerful Socialist Party ‘machine’ » (p. 146). En effet, après un détour par l’histoire de l’immigration et des transformations urbains liées à la restructuration industrielle de cette région, Garbaye avance que les autorités locales ont mis en place un système de « désavantage » ou d’exclusion fondé sur la classe sociale et le territoire, tout en ignorant les spécificités sociodémographiques de la présence d’une importante minorité maghrébine. Contrairement à Birmingham où a émergé une génération de militants issus des minorités et souvent nés à l’étranger, à Lille le manque de capacité de mobilisation est dû à l’exclusion politique des descendants d’immigrés nés en France. Mais au-delà du facteur générationnel, c’est aussi la « machine politique locale », socialiste en l’occurrence, qui a joué à la fois sur le non droit de vote des étrangers aux élections locales, le faible taux d’inscription et de participation de la « deuxième » génération et surtout sur la séparation entre engagement associatif et de parti. L’échec relatif de la Marche des Beurs de 1983 dans sa version locale incarnée par les associations comme Texture ou Les Craignos est attribué à la subordination des associations aux autorités locales, à la fermeture du Parti socialiste aux minorités, à la stratégie de division des groupes issus des minorités, et à la montée parallèle du Front National. À la différence de Birmingham, le principe de cooptation n’a pas progressivement remplacé celui d’indifférence.

6Enfin, l’étude — un peu moins détaillée — de Roubaix permet de souligner combien le cadre local d’opportunité joue un rôle fondamental dans la structuration de l’inclusion ou l’exclusion des minorités en politique. La politique locale s’est singularisée par des coalitions changeantes et par l’organisation de groupes associatifs sur base des quartiers. Cette combinaison a permis l’incorporation progressive des minorités dans la politique locale et la mise en place de politiques anti-discriminatoires en avance sur Lille. Le vote croissant pour le Front National a aussi généré une forme d’action associative importante sur laquelle la municipalité de centre-droit notamment n’a pas eu le contrôle comme à Lille mais a opéré une ouverture à la représentation au sein des partis : « This process of change has taken place in the context of a unique political history characterized by an old tradition of immigration and inclusion of outsiders and long periods of cross-party management of the city » (p. 210).

7On regrettera seulement que les voix de ces acteurs ne soient pas plus présentes dans l’ouvrage qui s’appuie pourtant sur une étude de terrain extensive. À partir du matériau collecté, l’auteur aurait pu laisser plus de place à l’écoute des discours des élus et surtout des électeurs ethniques, afin de renverser quelque peu la vision ‘top-down’ si discutée par d’autres auteurs entre autres, comme Bousetta ou Martiniello.

8L’auteur permet ainsi par son ouvrage de souligner tant les forces que les limites de l’institutionnalisme historique. La comparaison des trois « cultures politiques » locales et surtout des cadres d’opportunités existants — au-delà des différences et convergences des politiques nationales d’incorporation politique des minorités, forment un facteur clef de compréhension de la politique « minoritaire ». Le mécanisme d’incorporation n’est donc pas linéaire et les stratégies locales peuvent avoir des conséquences surprenantes sur l’inclusion politique des minorités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Le Texier, « Romain GARBAYE, Getting Into Local Power. The Politics of Ethnic Minorities in British and French Cities », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 24 - n°3 | 2008, mis en ligne le 09 juillet 2009, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://remi.revues.org/4854

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Le Texier

Maître de Conférences en civilisation américaine à l’Université de Lille III, chercheuse associée au CEDEM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page