Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Roselyne de VILLANOVA et Geneviève VERMÈS, Le métissage interculturel. Créativité dans les relations inégalitaires

Julie Garnier
p. 227-230
Référence(s) :

VILLANOVA (de) Roselyne et VERMÈS Geneviève (dir.), Le métissage interculturel. Créativité dans les relations inégalitaires, Paris, l’Harmattan, 2005, 245 p., coll Espaces interculturels, ISBN : 2-7475-9339-8.

Texte intégral

1Après vingt ans de publication chez l’Harmattan dans le champ des relations interculturelles, le dernier ouvrage collectif codirigé par Roselyne de Villanova et Geneviève Vermès, s’attache à la question du métissage dans l’interculturalité. L’originalité de cet ouvrage tient précisément à sa perspective méthodologique : interroger les processus de métissage générés par les contacts des cultures dans les mondialisations comme des créations. Partant d’un postulat de départ, « le métissage aurait à voir avec la capacité psychique et cognitive de créer » (p. 17), cet ouvrage invite le lecteur à explorer la créativité métisse dans différents domaines partant du plus quotidien au plus artistique, à la croisée de deux axes : « celui des temps longs, qui intègrent les évolutions internes, les changements imperceptibles, la continuité endogène et l’appropriation lente, fruit de changements structurels et celui des temps courts des dynamiques de l’interaction interculturelle, de l’événementiel, de l’éphémère, jusqu’à celui de la communication orale. » (p. 19). L’objectif vise à saisir la spécificité du processus des métissages et ce qu’il produit.

2Si ce livre se place délibérément du côté de la créativité, c’est-à-dire des formes constituées et en train de se constituer, des « modulations de formes », les auteurs usent non sans détour épistémologique de la notion de métissage. Alors que nous assistons ces dernières années à une banalisation du terme, l’ouvrage soutient en effet que l’appréhension du métissage en tant que logique, demeure délicate. C’est le dessein de François Laplantine de rappeler en préface, la complexité syntaxique du métissage et la difficulté de le circonscrire. « Tout ce qui se rencontre et s’assemble n’est pas nécessairement métis [...] Faut-il rappeler que si l’on mélange tous les sons, on n’obtient seulement du bruit et que si l’on mélange toutes les couleurs, on obtient uniquement du gris ? [...] On reconnaît un métissage dans un mouvement de vibration et d’oscillation. » (p. 10-11). De leurs côtés, Roselyne de Villanova et Geneviève Vermès établissent un état de la question et précisent leur ancrage théorique : du dialogisme de Bakhtine aux recherches anglo-saxonnes (cultural studies, subaltern studies et postcolonial studies). Au terme de cette présentation, le lecteur acquiert au moins une certitude : comprendre le processus du métissage nécessite de se détourner des conceptions idéalistes et de renoncer aux logiques catégorielles et classificatoires.

3Les douze contributions réunies ici sont le fruit d’un séminaire qui s’est tenu les 22 et 23 mai 2003, au Centre culturel Calouste Gulbenkian à Paris. Ces contributions s’organisent en deux parties. La première est consacrée aux métissages dans la littérature, l’art et le langage. La deuxième partie est consacrée aux métissages architecturaux et urbains. Toutes ces contributions ont été menées sur des terrains variés (Antilles, Algérie, Europe, Argentine, Sri Lanka, Brésil, Indonésie, Asie centrale, Inde du Sud) et comprennent d’importantes illustrations graphiques (photographies, cartes, plan, coupes) et documentaires (sources littéraires, historiques, linguistiques). Le fil conducteur de ces contributions vise à rendre compte de la constitution d’un patrimoine ordinaire métis, sa réception sociale et politique, c’est-à-dire comment des groupes ou des individus se réapproprient des « ressources d’origine et d’horizons divers » pour produire de nouvelles formes et de nouvelles ressources communes (p. 16). Sachant que le métissage « n’est pas constitué à proprement parler d’“emprunts” mais plutôt de transmutations de ce que, dans un premier temps, on reçoit. Il est irréductible à la somme de “composantes” qui seraient premières ontologiquement ou chronologiquement » (p. 9).

4Dans cet esprit, la première partie pose une série de questions : Qu’appelle t-on métissage littéraire ? (A. Tessonneau) Quelle est la situation de la littérature métisse en Algérie ? (M. Yelles) Le tag et le tango sont-ils des créations métisses anonymes et collectives ? (R. Hess ; G. Boudinet) Peut-on envisager la musique baroque éminemment européenne comme une création métisse ou métissée ? (G. Varro) Comment les chants créoles ont-ils influencés la musique populaire moderne sri-lankaise ? (S. de Silva Jayasuriya) La langue parlée au Brésil est-elle le portugais ou y a t-il une spécificité brésilienne ? (G. Vermès).

5Pour y répondre, les auteurs repensent les dynamiques de rencontre ainsi que la circulation des influences réciproques entre modèles dominants et mineurs, c’est-à-dire ce qui se produit dans le contact et l’échange entre des populations de cultures, de statuts et/ou de sexes différents. Les métissages artistiques ne sauraient donc se réduire à un effet de mode. (M. Yelles). De même qu’ils ne sauraient se réduire à « l’influence du savant sur le populaire. » (p. 18). Ils sont au contraire affaire de « compétence interactionnelle ». (A. Tessonneau) Ainsi, la littérature métisse ou le tango par exemple sont le produit d’un métissage qui consiste à « faire entrer » dans sa propre langue et son corps de l’étrangeté (A. Tessonneau ; R. Hess). Au terme de cette première partie, nous pouvons légitimement nous demander en quoi les genres artistiques étudiés sont-ils plus propices que d’autres aux créations métisses. Quand est-il de l’art cinématographique et de l’art théâtral par exemple ? Mais là n’est pas l’enjeu d’une étude sur les dynamiques des métissages. Les auteurs postulent que la créativité métisse est tributaire d’une histoire, d’un contexte socio-politique, d’une situation d’interaction non d’un genre ou d’un espace spécifiques. De sorte que si la créativité métisse n’est jamais statique, elle n’émerge et ne se développe pas n’importe quand mais précisément « dans cet écart où sont confrontées culture minoritaire et culture majoritaire. » (p. 238). La condition de la création métisse c’est le contact culturel et ce qui se joue dans la « successivité. » Ce qui ne veut pas dire que tout contact culturel engendre de la créativité métisse dans le contexte actuel de la mondialisation.

6La deuxième partie formule d’autres questionnements plus inédits, nous semble-t-il, au regard des thèmes et des contextes étudiés : l’impermanence stylistique de l’architecture caribéenne (A. Dublin), la formation de nouvelles rues marchandes balinaises comme modalité du passage du rural à l’urbain (N. Lancret), la trace des structures spatiales engrammées de la yourte et de la colonne de l’iwan ou la mémoire de l’architecture nomade dans la maison d’Asie centrale (J.-P. Loubes), le parcours des premières influences indiennes dans l’architecture indo-portugaise (H. Carita), la ville comme place créative, lieu de production d’une urbanité métisse (R. de Villanova). Les travaux sur l’architecture et l’habitat asiatique sont effectivement relativement récents dans la recherche interculturelle francophone. Si les formes architecturales et urbaines deviennent des entrées privilégiées pour saisir « la productivité cognitive et sensible des dominés », c’est aussi, nous semble-t-il, parce qu’elles ouvrent une réflexion sur les outils méthodologiques et conceptuels dont dispose le chercheur : À quelle échelle faut-il se situer et quels sont les différents niveaux de lecture du processus de métissage ? Qu’est-ce qui perdure au-delà des transformations de l’architecture liées aux évolutions techniques, sociales, économiques, historiques ? (J.-P. Loubes) Quelles sont les capacités des citadins à produire des formes architecturales qui leur soient propres ? (N. Lancret) La ville dans ses formes concrètes ne serait-elle pas des « énoncés construits par les interactions sociales ? » (R. de Villanova) Les auteurs sont unanimes sur au moins un point : le modèle d’interprétation de l’histoire de l’art, c’est-à-dire les cadres esthétiques et mentaux de l’historiographique européenne ne sont pas transposables au contexte de production architecturale dans les pays colonisés. (A. Dublin ; H. Carita ; J.-P. Loubes) Pour Anne Dublin, il n’est pas question de stratification stylistique mais d’hybridation et de créolisation architecturale dans la situation de colonisation.

7Une remarque conclusive ressort de cette deuxième partie : si la création métisse ne se réalise pas en dehors des situations de confrontations culturelles passées et présentes, elle ne se réalise pas non plus n’importe comment. Autrement dit, « Les choses ne se métissent pas spontanément ou à la faveur d’attractions soudaines mais le métissage se fait sur une structure. Cette structure identifie une culture (un ensemble culturel) (...) C’est “ce qui reste quand tout change.” » (p. 195-196). Toutefois, la perspective structuraliste ne semble valide que dans son dépassement. Dans le cadre d’une étude sur les transformations d’une voie résidentielle balinaise en rue à vocation commerciale, Nathalie Lancret observe d’un côté l’intégration dans les formes architecturales coutumières d’une architecture dite internationale et des manifestations de style balinais, ce qui provoque des rencontres inopinées entre les structures ; de l’autre, des formes architecturales marchandes juxtaposées et ajustées aux architectures domestiques en place, ce qui transforme les configurations spatiales. Dans ce contexte de transformation, ce dont il est question c’est bien de négociation sur la place à accorder à l’économie et à la rentabilité dans le respect des contraintes de l’environnement culturel. Nous mesurons ainsi combien ces processus se situent aussi parfois à la limite du métissage. Nous comprenons également que « faire avec » les modèles architecturaux hérités, n’est qu’une logique parmi d’autres. Mémoires, innovations sociales, confrontation, réciprocités et créativité ne sont pas antagonistes dans les processus des métissages.

8L’intérêt de cet ouvrage peut se résumer en trois points. Le premier point rappelle que l’enjeu du métissage réside moins dans son objet d’étude que dans sa problématique. Le métissage est ici « résolument temporel. » (Laplantine, François, « L’anthropologie genre métis », in Christian Ghasarian (dir.), De l’ethnographie à l’anthropologie réflexive. Nouveaux terrains, nouvelles pratiques, nouveaux enjeux. Paris, Armand Colin, 2002, pp. 143-152). Le deuxième point est plus directement méthodologique. Les démarches adoptées procèdent par études de cas interrogées depuis différents lieux et spécialisations disciplinaires : anthropologie historique, anthropologie architecturale, littérature, linguistique, archéologie. Dans ce cadre, l’approche anthropologique ne s’affirme plus comme un détour mais comme un gage de fidélité. La perspective pluridisciplinaire apporte de surcroît une relative cohérence à la diversité des cas étudiés. Le troisième point enfin est théorique. Chacune de ces contributions aiguise notre regard et restaure de la distance critique vis-à-vis des notions d’authenticité, de cosmopolitisme, d’acculturation et d’éclectisme, véhiculées dans les discours politiques, publicitaires et les réflexions sociologiques. Ce bénéfice critique résulte d’une attention portée au vocabulaire technique du métissage (créolisation, intraculturalité, interculturalité, hybridation, diglossie) et à son usage. Seule la notion de « transculturel » semble écartée. Néanmoins, nous restons dans l’attente d’une conclusion conséquente, qui en évitant les méfaits de la généralisation, éclaire d’un point de vue théorique la spécificité des processus des métissages et ces effets. Les éléments conceptuels demeurent en définitive épars et notre compréhension du processus, brouillée. Aussi, nous pouvons nous demander si l’intérêt de cette publication, ne se décuple pas à la faveur d’une connaissance de la pensée métisse et à la condition d’une lecture préalable du numéro spécial de la revue Espaces et Sociétés (n° 113-114, 2003) consacré à « l’architecture et l’habitat dans le champ culturel », dans lequel nous retrouvons la plupart des auteurs. Dans cette optique, notre appel à une conclusion sur une théorie du lien métis, c’est-à-dire à un troisième volume, apparaît d’autant plus légitime.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Garnier, « Roselyne de VILLANOVA et Geneviève VERMÈS, Le métissage interculturel. Créativité dans les relations inégalitaires », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 24 - n°3 | 2008, mis en ligne le 09 juillet 2009, consulté le 26 mai 2017. URL : http://remi.revues.org/4862

Haut de page

Auteur

Julie Garnier

Université de Poitiers-Migrinter

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page