Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Anne-Sophie BRUNO et Claire ZALC, Petites entreprises et petits entrepreneurs étrangers en France, 19e-20e siècles : actes des journées d’études des 23 et 24 octobre 2003

Antoine Pécoud
p. 230-232
Référence(s) :

BRUNO Anne-Sophie et ZALC Claire (textes recueillis par), Petites entreprises et petits entrepreneurs étrangers en France, 19e-20e siècles : actes des journées d’études des 23 et 24 octobre 2003, Paris, Éditions Publibook, 2006, 278 p., ISBN : 2748311302.

Texte intégral

1Ce livre réunit des contributions autour des rapports entre immigration et petites entreprises en France ; il aborde le sujet sous l’angle de la longue durée (19 et 20éme siècles) et réunit, outre des historiens, des chercheurs d’autres disciplines comme la sociologie ou la géographie. La création d’entreprises par des immigrés est un thème encore peu traité dans le cas français, du moins en comparaison avec les pays anglo-saxons ; de plus, il est le plus souvent abordé de manière très contemporaine, sans perspective historique. Autant dire donc que cette démarche est, à bien des égards, novatrice et propose des éclairages nouveaux sur l’entreprenariat immigré.

2Anne-Sophie Bruno et Claire Zalc rappellent dans leur introduction que le droit de commercer était entendu, jusqu’en 1880, comme une liberté fondamentale ; le monde du commerce ne faisait l’objet d’aucune restriction basée sur la nationalité et la notion de « commerçant étranger » n’avait donc guère de sens. C’est entre autres pour cette raison que l’histoire de l’immigration a jusqu’à présent travaillé beaucoup plus sur le monde industriel et salarié que sur les immigrés créateurs d’entreprises. Ce n’est que progressivement que le droit des étrangers à ouvrir et gérer des entreprises a été limité, notamment dans des secteurs sensibles comme la presse, les casinos ou les bars et cafés. Dans ce dernier cas, le but était de contrôler des lieux qui non seulement favorisaient la consommation d’alcool, mais pouvaient aussi servir de cadre pour des rassemblements publics à caractère politique — objectif particulièrement pertinent en période de guerre.

3Plusieurs chapitres montrent également l’imbrication des motivations politiques et économiques dans cette « nationalisation » du commerce : ainsi, si l’intervention étatique a parfois été mal perçue dans un monde de commerçants attachés à leur liberté, des thèmes comme la concurrence déloyale représentée par les étrangers ont peu à peu légitimé les restrictions imposées aux activités commerciales des étrangers et ont ancré dans les mœurs l’idée que Français et étrangers n’étaient pas égaux devant le commerce. Loin de présenter un intérêt purement historique, ces analyses montrent au contraire la genèse de la situation actuelle : non seulement certaines décisions d’alors sont encore en vigueur aujourd’hui (comme l’interdiction pour les étrangers d’ouvrir une entreprise dans certains secteurs), mais des enjeux fondamentaux prennent aussi naissance à cette époque — comme les tensions entre contrôle étatique, dynamiques économiques et liberté d’entreprendre, si caractéristiques de la période actuelle de mondialisation.

4À l’instar d’autres travaux issus de cette « école » de l’histoire de l’immigration en France (comme ceux de Gérard Noiriel, Philippe Rygiel ou Alexis Spire, notamment), les contributions à ce livre insistent beaucoup sur l’interprétation, par les acteurs, du droit et des règlements. Comprendre l’histoire des politiques d’immigration ne suppose pas seulement de recenser l’évolution du droit en la matière, mais de comprendre qui en détermine l’élaboration, les intérêts des forces en présence, et la manière dont il est mis en œuvre ; aussi les pratiques et les représentations des agents de l’État ou des membres des chambres de métier et de commerce sont-elles aussi importantes que les textes juridiques. Cette approche légitime la démarche socio-historique puisque seule l’étude, au cas par cas, des décisions prises par ces différents acteurs permet de comprendre la situation réelle des étrangers.

5Outre le statut juridique de l’entrepreneur étranger, un second axe de questionnements porte sur le rôle de l’entreprise dans le parcours migratoire, à propos duquel deux visions s’opposent. Selon la première, la création d’entreprises est associée à la mobilité sociale : elle permet de sortir des conditions défavorables et aliénantes du salariat, d’acquérir une indépendance vis-à-vis d’une société d’accueil souvent hostile, de conquérir un statut social envié et reconnu par l’entourage du migrant resté au pays, de jouer un rôle dans sa communauté — et d’incarner, en somme, le mythe du self made man, de l’immigré arrivé sans le sou et qui réussit par son travail et son sens des affaires. Pour d’autres en revanche, la création d’entreprises doit être comprise comme la seule réponse possible aux contraintes qui frappent les immigrés (sous-emploi, chômage, précarité), comme un piège qui place le migrant dans une dépendance vis-à-vis de sa famille et de son groupe, et comme une voie sans issue qui enferme les immigrés dans des activités à la marge de l’économie.

6L’approche historique de ce livre permet d’aborder ce débat classique sous l’angle relativement innovant de la longue durée ; certains chapitres retracent l’itinéraire de familles commerçantes sur plusieurs décennies. Apparaissent ainsi la variabilité des trajectoires, en fonction non seulement de l’ethnicité mais aussi du secteur ou du genre ; l’impact des crises sur les commerces étrangers ; les relations complexes des entrepreneurs vis-à-vis de leur famille et de leur milieu d’origine, faite à la fois de fidélité et de ruptures ; et la complexité de la notion même de « succès » — puisqu’elle dépend des points de vue souvent divergents des sociétés d’origine et de destination et des migrants eux-mêmes.

7Les deux autres thèmes abordés sont l’implantation socio-géographique des entreprises étrangères et les pratiques des entrepreneurs. La question de la localisation des entreprises est centrale dans la littérature sur le sujet, dans la mesure où les commerces tenus par les immigrés contribuent à refaçonner les territoires et les frontières, à la fois spatiales et identitaires, qui traversent les espaces urbains. Quant à la question de la pratique des entrepreneurs, elle évoque les ressources que ces derniers peuvent mobiliser, en termes de crédit, de personnel, de clients ou de réseaux sociaux, et les arbitrages auxquels ils doivent faire face dans leur pratique quotidienne du commerce. Est en particulier abordée l’éventuelle spécificité des entrepreneurs étrangers : sont-ils par essence différents des entrepreneurs nationaux ou leurs pratiques convergent-elle avec celles de commerces similaires tenus par des nationaux ?

8Le principal handicap de ce livre est l’absence de références à un corpus de recherches auquel il pourrait contribuer. Les coordonnatrices du volume soulignent certes l’absence de recherches disponibles sur ce thème, mais elles font l’impasse, de façon difficilement compréhensible, sur les travaux anglo-saxons — qu’elles expédient dans une note de bas de page lapidaire. Il est également frappant de constater qu’aucun des autres auteurs ne mobilisent sérieusement les travaux des chercheurs britanniques et américains, alors que ce sont eux qui ont le plus fait avancer les études dans ce domaine. C’est particulièrement décourageant car, comme le soulignent les coordinatrices du volume, il s’agit essentiellement de jeunes chercheurs dont on aurait pu attendre davantage d’ouverture à l’international. Il ne s’agissait pourtant pas pour les auteurs de s’inféoder aux approches anglo-saxonnes et de remettre en cause la singularité de leur approche, mais plutôt de voir comment leur démarche aurait pu utilement inviter à nuancer certaines des thèses dominantes sur ce sujet à l’étranger. Hormis ce défaut somme toute classique, cette collection d’articles offre un éclairage intéressant sur l’entreprenariat immigré, que tous ceux qui travaillent sur ce thème sont susceptibles de trouver utile.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Pécoud, « Anne-Sophie BRUNO et Claire ZALC, Petites entreprises et petits entrepreneurs étrangers en France, 19e-20e siècles : actes des journées d’études des 23 et 24 octobre 2003 », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 24 - n°3 | 2008, mis en ligne le 09 juillet 2009, consulté le 26 mai 2017. URL : http://remi.revues.org/4867

Haut de page

Auteur

Antoine Pécoud

Division de la recherche et des politiques en sciences sociales à L’Unesco

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page