Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Daniel CÉFAÏ et Carole SATURNO, Itinéraires d’un pragmatiste. Autour d’Isaac Joseph ; Isaac JOSEPH, L’athlète moral et l’enquêteur modeste

Thomas Bujon
p. 235-238
Référence(s) :

CÉFAÏ Daniel et SATURNO Carole (dir.), Itinéraires d’un pragmatiste. Autour d’Isaac Joseph, Paris, Economica, 2007, 298 p., coll. Études sociologiques, I, ISBN : 978-2-7178-5371-1.

JOSEPH Isaac, L’athlète moral et l’enquêteur modeste (textes édités et préfacés par Daniel Céfaï), Paris, Economica, 2007, 491 p., coll. Études sociologiques, II, ISBN : 978-2-7178-5361-2.

Texte intégral

1Je suis quelque peu « embarrassé » à l’idée de rendre compte des deux ouvrages consacrés aux travaux d’Isaac Joseph, ouvrages dont l’objectif est de reconstituer le parcours scientifique, intellectuel, mais aussi politique, du sociologue (1943-2004). Cet embarras tient au fait que ce que je sais de ce travail, l’intérêt que j’y porte, m’a été transmis par de nombreux chercheurs du CRESAL et de l’ARIESE de l’Université Lyon 2 qui n’ont eu de cesse de faire d’Isaac Joseph un interlocuteur privilégié dans le développement de leurs travaux sur l’espace public en général et sur les formes d’engagement en particulier : Michel Peroni, Pascale Pichon, mais aussi Jean-Paul Payet, Alain Battegay Abdelkader Belbahri et bien d’autres encore, dont on retrouve le témoignage dans Itinéraires d’un pragmatiste. Ils ont, d’une manière ou d’une autre, discuté cette pensée et ce sont ces chercheurs qui nous ont mis dans les mains un certain nombre de ses textes dont une grande partie se trouve regroupée dans l’ouvrage L’athlète moral et l’Enquêteur modeste. C’est par leur intermédiaire entre autre que la pensée d’Isaac Joseph a commencé à éclore et peut-être, à travers lui et autrement, celle d’Erving Goffman et la microsociologie. Erving Goffman a souvent été lu à partir de la manière dont Isaac Joseph lui-même le lisait, et la microsociologie s’en est trouvée grandie, légitimée. Par la suite, le sociologue s’est toujours fait l’avocat de la microsociologie défendant, décomplexé, cette vision romantique du monde qui était celle de Goffman, Simmel ou Tarde. Dans un de ses derniers textes qui a valeur testamentaire intitulé Parcours : Simmel, l’écologie urbaine et Goffman, il dit : « Cent fois au cours des années la microsociologie s’est vue reprocher de ne s’occuper que des détails : du quotidien plutôt que de l’histoire, des portillons du métro plutôt que du nouvel esprit du capitalisme, comme si elle avait vocation à rapetisser la discipline, à se limiter à des configurations ponctuelles, à fournir des vignettes illustratives aux logiques structurales. Je pense au contraire qu’elle approfondit et surdétermine le jeu des structures, qu’elle élargit le souci du chercheur (tu es un soucieulogue m’a dit gentiment un ami). Dès lors qu’il se donne cet objet qu’est un public, il peut prétendre parasiter tous les champs et tous les domaines » (I, p. 6).

2Comme d’autres, Isaac Joseph a participé au retour en grâce du pragmatisme en philosophie puis, via l’interactionnisme, en sociologie (jusqu’alors amalgamé à quelques pans de la sociologie compréhensive et de la phénoménologie). On lui doit, pour être plus précis, une intense vision du pragmatisme même si d’autres auteurs et non des moindres — je pense à Bruno Latour — continuent de déterrer les philosophes américains, relisent Gabriel Tarde pour refaire de la sociologie. Ces deux ouvrages peuvent aussi être l’occasion de réfléchir aux points de croisements, de tension, entre deux usages du pragmatisme : celui d’Isaac Joseph configuré — pour le dire vite — autour de « l’homme de la rue », et celui de Bruno Latour articulé — pour le dire vite aussi — autour du « savant », deux figures se rejoignant dans les travaux du pragmatisme notamment dans ceux de John Dewey. Mais je ne veux pas ici caricaturer les choses. Je veux simplement dire qu’aujourd’hui les références pragmatistes sont sorties des cercles philosophiques dans lesquels ils étaient compris. Elles sont désormais largement partagées (Dewey, James, Tarde) par les sociologues lorsqu’il s’agit d’approcher les affaires publiques, ou tout simplement lorsqu’il s’agit d’affaires courantes.

Les deux livres rouges d’Isaac Joseph

3Deux ouvrages donc, parus simultanément aux éditions Economica, dans la collection « Études Sociologiques » dont l’intention est de « revitaliser le dialogue entre sociologie et philosophie » et qui a l’ambition d’être un lieu « d’exposition de l’inventivité conceptuelle » ce qui caractérisait bien entendu le travail d’Isaac Joseph : sa créativité toute Deleuzienne, son travail et sa pratique d’écriture pour ne pas transformer les concepts en « chapelets ». Deux ouvrages reliés entre eux, indissociables, si l’on en croit Daniel Céfaï, le coordinateur et l’introducteur de ces deux ouvrages.

4Le premier, Itinéraires d’un pragmatiste, tente de reconstituer sa biographie intellectuelle à partir des travaux sociologiques menés « autour d’Isaac Joseph ». Ce sont ceux qui l’ont accompagné et entouré à un moment ou à un autre, qui rendent hommage au sociologue, mort en 2004. Il y a 18 contributions, réparties en trois parties : « Les tribulations intellectuelles d’Isaac Joseph », « Microsociologies de la vie publique » et « Homo urbanus, homo metropolitanus ». Les travaux jugés majeurs et cités par les auteurs de ce livre se retrouvent dans le second ouvrage dont le titre est celui d’un de ces derniers articles, L’athlète moral et l’enquêteur modeste, paru dans la revue Raisons pratiques, en 2004, dont il devait être le coordinateur. Composé d’articles, d’essais, de notes, de conférences, cet ouvrage donne un aperçu complet de sa pensée sans jamais l’épuiser. C’est la biographie du sociologue qui rythme la lecture des textes rassemblés même si l’on regrette l’absence de textes inédits ou qui n’avaient pas été publiés jusque-là. Cet ouvrage commence par une longue et remarquable préface de Daniel Céfaï « De la microphysique du pouvoir à l’ethnographie coopérative : itinéraire d’un pragmatiste ». Consciencieusement, minutieusement, Daniel Céfaï fait ce travail de mise en intrigue du parcours intellectuel et politique d’Isaac Joseph en mettant en vis-à-vis le point de départ (Foucault) et le point d’arrivée (le pragmatisme de James, puis celui de Dewey).

5Ces deux ouvrages se lisent ensemble, l’un imprégnant l’autre : il y a une véritable densité biographique donnée aux articles théoriques, aux essais philosophiques, aux notes, etc. Ils font apparaître sans les figer les déplacements de sa pensée, ses moments de recherche, les réseaux et les collectifs toujours en mouvement, tout comme ses expériences ethnographiques (le lecteur se délectera du récit de voyage d’Isaac Joseph au Brésil et notamment du vol de sa montre à Rio). On y découvre ses lignes de force intellectuelles, ses « formules bien frappées », son adresse à circuler à déambuler dans plusieurs mondes, la façon d’y entrer par son vocabulaire, tout en faisant apparaître ses fameux « personnages conceptuels » : du passant ordinaire à l’athlète moral, sans oublier ses émotions, son amour de la conversation, ses amis. Isaac Joseph a construit un « monde singulier ». Dans ces deux ouvrages, il est dit comment on passe de la micro-physique du pouvoir inauguré par Foucault, à la problématique de l’espace public, puis à l’analyse microsociologique : et l’on voit éclore ce monde fait d’auteurs (Simmel, Park), de relations (les sociabilités, les réserves et le tact, les liens faibles) d’acteurs aux marges (le migrant, l’étranger, l’homme marginal) jusqu’à ce que ceux-ci apparaissent sur la scène qui deviendra son objet de prédilection : la ville, appréhendée à la fois comme laboratoire et comme « horizon démocratique ». C’est ainsi qu’émergent les problématiques de l’espace public : ses principes de publicité, ses conflits d’usages et ses vulnérabilités, les compétences des usagers, les rapports aux gestionnaires, aux concepteurs. Les recherches appliquées ou les recherches-actions sur la gare du nord avec la RATP, la question des services publics et des métiers du public relancent ainsi à nouveaux frais la figure du « public » comme entité micro-politique. Il est d’ailleurs intéressant de voir comment Isaac Joseph exprime à plusieurs reprises la façon dont le « public » dès les années 1978-1980, l’a toujours empêché de penser en rond et comment Erving Goffman en rendant observable ce « public » ordinaire, celui des trottoirs, l’a toujours empêché de se transformer en « sociologue d’État ».

Et Goffman ?

6Une critique est à apporter à ces ouvrages : les rapports qu’Isaac Joseph entretient (ou entretenait) avec Goffman. Curieusement rien n’est dit. Pas de correspondances ? Pas d’échanges ? Pas de discussions serrées avec d’autres sur ce qu’était la pensée Goffmanienne ? Seul Samuel Bordreuil se livre à l’exercice interrogeant la politique d’Isaac Joseph « depuis Goffman » (I, p. 101). Goffman et sa microsociologie avait-il déjà une portée politique, un sens politique ? Rien n’est moins sûr. Pourtant, il y a beaucoup de textes qui, dans Itinéraires, se terminent sur la politique d’Isaac Joseph ou sur la portée politique de la microsociologie et ce souci de regarder le « monde en face » (Querrien, I, p. 45). Et si l’on apprend ce que Joseph a pu dire et faire de Simmel, Park Tarde, la manière dont en différentes occasions, il les a fait circuler, mis en politique, je ne crois pas que Goffman ait joué le même rôle dans son itinéraire. Et il y a une crainte que je manifeste certainement très maladroitement et que les deux volumes révèlent malgré eux : celle de voir aujourd’hui s’éclipser ce rapport à Goffman et à l’ethnographie en allant puiser directement aux sources philosophiques. Plus exactement, voilà Goffman supplanté par ce très large et imposant spectre de termes issus de la philosophie pragmatique dont la sociologie actuelle ne cesse d’ailleurs de travailler l’agencement et la solidarité : qu’il s’agisse des notions d’affaires, de croyance et de certitude ; de science, d’expérimentation et de démocratie ; de pluralité des mondes et de constitution des publics, de confiance et de communauté, d’expérience et d’enquête, de situation problématique, de fluidité et de courants, de nature et de morale, etc. Je crois que nous naviguons dans cet archipel de termes qui renouvelle l’approche sociologique, certes, tout comme son engagement, mais c’est au risque de leur faire perdre de leur incongruité, de leur intelligibilité, par rapport aux sociétés converties justement au « pragmatisme ». Donc si c’est plutôt quelque chose d’excitant que de tisser des liens entre les mots du pragmatisme et la sociologie, il y a tout intérêt à tenir séparé encore les « versions » du pragmatisme, à les confronter et comme Isaac Joseph nous le demandait de le faire par l’ethnographie : ne pas s’engager dans les grandes avenues théoriques mais prendre des petits chemins expérimentaux, plus modestes, ceux de l’ethnographe.

L’ethnographie « coopérative »

7C’est à partir de là que la troisième partie de l’ouvrage Itinéraires se révèle pertinente et que les textes de L’athlète moral sont ramenés à la vie. Cette dernière partie montre comment la sociologie d’Isaac Joseph s’est progressivement anthropologisée voire mondialisée : des couloirs du métro parisien aux plages de Rio de Janeiro en passant par Belleville et Caracas. L’ouvrage se termine par la sociologie telle que la concevait Joseph : l’attention maîtrisée aux méthodes chargées de documenter le monde social par ses marges, méthodes permettant de croiser « l’ethnographie » et le « public » : l’ethnographie coopérative. Chargée d’assembler le faire et le savoir, cette méthode est un outil construit pour penser la démocratie urbaine comme mode de vie. C’est un outil pour « repenser l’articulation entre gouvernement, expertise et gestionnaire d’un côté, et des publics qu’ils consultent et éclairent en retour » (Tonelat, Jolé, Kornblum, I, p. 278). En cela on comprend son intérêt pour l’enquête et la communauté élargie des explorateurs sensés construire des mondes communs, des arènes publiques, des espaces de délibérations. Dans le cadre de ses derniers projets, Isaac Joseph cherchait à faire de l’ethnographie coopérative une pratique démocratique : « l’ethnographie coopérative consiste à coopérer, tout en l’observant, à la construction d’une communauté d’enquêteurs, mutuellement qualifiés dont le rôle serait de faire émerger un public référence, lui-même formateur d’individus dont les modes de raisonnement politique correspondent à l’idée de la démocratie comme mode de vie » (ibid.) ; charge au sociologue de redistribuer les connaissances, de les communiquer. Alors, l’enquête devient un mode d’expérience démocratique, une « intelligence organisée » pour reprendre Dewey : les enquêteurs-citoyens utilisent des outils, explorent les situations, rassemblent des données et des collectifs, attestent des phénomènes, documentent, définissent les problèmes, persuadent, tentent de convaincre et surtout cherchent à s’accorder, contre les formes d’accords préalablement construits et stabilisés, pour élaborer des mondes communs. Ils « recouvrent leur expérience d’une méthode, celle de l’enquête » (Céfaï, II, p. 44-45).

  • 1 Cet intérêt manifeste pour l’enquête pourrait très bien se retrouver dans le « moment » maoïste d’I (...)

8L’enquête est un « mode d’existence des publics » dit Daniel Céfaï, et elle ne peut s’arracher de l’expérience ordinaire. L’intérêt affiché par Joseph pour l’enquête1 permet de réfléchir à ce qu’est l’expérience autrement qu’en se référant à une autre tradition philosophique que l’herméneutique et au principe selon lequel « nous sommes tous des interprètes ». Avec le pragmatisme d’Isaac Joseph, s’est imposé un autre principe : « nous sommes tous des enquêteurs » c’est-à-dire que nous sommes pris dans un processus de connaissance indéfini au sein duquel l’individu se dégage et redéfinit constamment sa pratique et résout ses problèmes, à partir de ses effets observables. Dans Logique, John Dewey dit que l’enquête continue l’expérience, qu’elle lui donne une méthode, dans la mesure où elle en « affine, étend et libère le contenu et les moyens ». Retenons de ces deux ouvrages cette idée de libération par l’enquête de l’expérience. Retenons cette liberté d’enquêter dont parlera John Dewey à son arrivée à Chicago en 1894 (II, p. 438) et pour laquelle Isaac Joseph a toujours œuvré.

Haut de page

Notes

1 Cet intérêt manifeste pour l’enquête pourrait très bien se retrouver dans le « moment » maoïste d’Isaac Joseph et pourquoi pas dans l’aphorisme de Mao Tsé Toung : « Qui n’a pas enquêté, n’a pas droit à la parole ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Bujon, « Daniel CÉFAÏ et Carole SATURNO, Itinéraires d’un pragmatiste. Autour d’Isaac Joseph ; Isaac JOSEPH, L’athlète moral et l’enquêteur modeste », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 25 - n°1 | 2009, mis en ligne le 25 septembre 2009, consulté le 27 mai 2017. URL : http://remi.revues.org/4914

Haut de page

Auteur

Thomas Bujon

Membre du laboratoire CNRS-MODYS, UMR 5264
thomas.bujon@univ-st-etienne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page