Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Rabah NABLI, Les Entrepreneurs tunisiens. La difficile émergence d’un nouvel acteur

Gilles Ferréol
p. 238-239
Référence(s) :

NABLI Rabah, Les Entrepreneurs tunisiens. La difficile émergence d’un nouvel acteur, Paris, L’Harmattan, 2008, 437 p., ISBN : 978-2-296-05058-7.

Texte intégral

1La sociologie contemporaine, fait observer à juste titre Pierre-Noël Denieuil dès les premières lignes de sa préface, érige l’entreprise en une « construction sociale » et en un « lieu de socialisation » (p. 9). C’est précisément dans ce cadre de valorisation de l’entrepreneuriat, perçu à la fois comme sujet de son histoire et comme acteur social engagé dans un espace de négociations « spontanées » ou « régulées », que se situe cette contribution, la rationalité sous-jacente — « née dans un contexte d’affaiblissement (…) des anciens modèles de légitimité » — ayant pour objectif « moins de satisfaire un profit » que d’« aménager ses positions » en s’émancipant, d’une part, d’« une raison économique strictement utilitaire » et, de l’autre, de l’« asservissement à un État tout puissant » (ibid.).

2L’exemple tunisien qui est ici privilégié prend en compte les attentes et les motivations personnelles, le poids de l’entourage familial et des réseaux relationnels, les compétences et les savoir-faire acquis ainsi que l’environnement institutionnel. Après quelques préalables méthodologiques bienvenus, Rabah Nabli nous fait découvrir la diversité des situations rencontrées, selon que l’on a affaire à des groupes « en difficultés », notamment les artisans et les petits industriels au sein de marchés locaux, « en position ambiguë », oscillant entre tradition et modernité, en particulier dans les activités de commerce ou de négoce, ou « renforcés », issus de la bourgeoisie marchande ou de l’émigration.

3Plusieurs pôles régionaux sont alors distingués et portent la marque des milieux d’origine. La dimension communautaire est ainsi essentielle pour bien saisir les réalités sfaxiennes ou djerbiennes, caractérisées par une forte homogénéité culturelle, dans laquelle la mémoire du père fondateur reste prépondérante, et une ouverture encore timide sur l’extérieur. Dans le Sahel, où les solidarités locales jouent davantage, prédomine une logique de pouvoir, se manifestant par des penchants rentiers et reposant sur des critères d’allégeance, des appartenances politiques ou des transferts financiers. Le Nord-Est, songeons aux gouvernorats de Tunis et de Bizerte, est marqué, pour sa part, par un très grand pragmatisme, la tendance à l’individualisme et au compromis se faisant « au rythme d’un monde radicalement nouveau », celui d’une « cité par projets » au sens de Luc Boltanski et d’Eve Chiapello. Au Centre et au Sud, enfin, la dynamique entrepreneuriale — en l’absence d’infrastructures dignes de ce nom et compte tenu de l’éloignement des lieux de décision — est moins assurée, comme c’est le cas à Gabès, et va de pair avec une stratégie identitaire prenant appui « non pas sur l’accumulation des richesses, mais plutôt sur la quête du prestige » (p. 362), le désir de rompre avec le secteur public, de tirer parti d’expériences migratoires et de s’installer à son propre compte étant plus affirmé à Gafsa ou à Tozeur.

4Au total, une contribution de qualité, bien documentée et qui, à travers une galerie de portraits (les Affès, Sallami et autres Chérif ou Hamrouni), nous éclaire utilement sur la modernisation du tissu productif et la problématique du développement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Ferréol, « Rabah NABLI, Les Entrepreneurs tunisiens. La difficile émergence d’un nouvel acteur », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 25 - n°1 | 2009, mis en ligne le 25 septembre 2009, consulté le 27 mars 2017. URL : http://remi.revues.org/4916

Haut de page

Auteur

Gilles Ferréol

Université de Franche-Comté, LASA laboratoire de socio-anthropologie, EA 3189

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page