Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Luc CAMBRÉZY, Smaïn LAACHER, Véronique LASSAILLY-JACOB et Luc LEGOUX, L’asile au Sud

Adelina Miranda
p. 239-241
Référence(s) :

CAMBRÉZY Luc, LAACHER Smaïn, LASSAILLY-JACOB Véronique et LEGOUX Luc (dir.), L’asile au Sud, La Dispute, 2008, 221 p., ISBN : 978-2-84303-168-7.

Texte intégral

1L’attention portée par les auteurs contribuant à cet ouvrage sur la question de l’asile aux pays du Sud ne répond pas à une simple importance statistique que le phénomène recouvre dans cette aire géopolitique. La posture décentrée adoptée nous invite à une déconstruction des faits migratoires grâce à une démarche analytique réflexive : elle permet de regarder le-s Sud-s et le-s Nord-s, depuis le-s Sud-s ; elle questionne la vision ethnocentrique à la base de nombreuses études migratoires ; elle montre les limites d’une vision européenne, référée aux Droits de l’Homme dans son attrait universel.

2Comme Luc Legoux le souligne dans l’introduction, des nouveaux paradigmes interprétatifs sont nécessaires pour penser l’asile, tant au Sud qu’au Nord. D’autant plus, que refuser les demandeurs d’asile dans le plus formel respect des droits de l’homme et cloisonner leur accueil au Sud représente un « rêve » pour les pays du Nord. L’objectif de maîtriser l’errance des individus est couplé avec un processus de disqualification : le demandeur d’asile est en principe un « faux » demandeur d’asile, celui qui essaye de contourner la loi pour arriver dans les pays du Nord. La spécificité politique se dilue face à la manière de traiter le demandeur d’asile : l’officier juge, dans son « intime conviction », le « récit » qui doit justifier les causes qui ont engendré le départ pour trouver refuge dans un pays « sûr ».

3Cette procédure suspicieuse résulte de la mise en place des politiques migratoires qui, en compartimentant les migrants dans des catégories préétablies, poursuivent l’illusion de séparer les « bons » des « mauvais » migrants. Or, les études présentées soulignent la difficulté à ordonner les parcours des demandeurs d’asile selon des critères disposés autour d’une conception fonctionnaliste des mouvements de population. L’objectif atteint est celui d’alimenter la confusion avec les migrations clandestines. Olivier Clochard (L’interminable errance des passagers clandestins maritimes) montre que les demandeurs d’asile voyageant d’une manière « clandestine » (pourraient-ils officialiser leur départ ?) subissent le même sort que les autres migrants. Les conventions internationales maritimes, dans le but de lutter contre l’immigration qui n’est pas « choisie », ne reconnaissent pas la différence.

4Les articles présentés dans cet ouvrage sont traversés par une double question : la pertinence des catégories occidentales habituellement utilisées et la problématique de gestion du droit à la mobilité et des relations que ce droit entretient avec les appartenances nationales et la défense des droits humains. Les auteurs interrogent l’enchevêtrement des causes, des parcours et des moyens utilisés par ces migrants « politiques » et relèvent la performativité du vocabulaire employé par les institutions. L’assignation qui en découle est due tant aux dispositions juridiques qu’à la manière dont se construit l’étrangeté nationale dans chaque pays. Malgré la référence aux mêmes conventions et aux mêmes traités, les procédures pour obtenir le statut de réfugié et les droits qui y sont rattachés restent hétérogènes. Ainsi, une confusion entre les catégories des réfugiés, des demandeurs d’asile, des exilés, des déplacés, des déplacés internes, des retours assistés, des apatrides alimente la fragmentation d’un même processus qui parvient à des traitements ou des interventions institutionnelles différenciés.

5Cette diversité des dispositions ne relève pas d’un décalage temporel évolutionniste qui différencierait les pays du Sud des pays du Nord ; elle résulte d’une imbrication complexe entre constructions étatiques, identifications aux identités nationales et configurations des mobilités contemporaines. L’approfondissement des formes d’interventionnisme et de la constitution d’un marché mondial de l’humanitarisme — dont on trouvera des exemples éclairants dans l’ouvrage — illustre la relation, structurante, qui existe entre orientations relatives à l’asile, situations migratoires localisées et historicisées, et articulation entre les diverses échelles mondiale, nationale et régionale.

6Aurélia Wa Kabwe-Segatti (Les nouvelles logiques de l’asile dans l’Afrique australe postapartheid) souligne que seul l’examen des transformations du cadre mondial des migrations permet de saisir le processus de transformation du statut de réfugié en Afrique australe. La politique migratoire se dispose dans un cadre plus ample puisque l’État tente de concilier décollage économique et leadership continental. Comme dans d’autres cas, la construction étatique de l’après apartheid ouvre des questions spécifiques sur la manière dont la gestion du droit d’asile se situe sur une carte mondiale où les frontières entre pays d’émigrations et d’immigrations, et espaces de transit et de séjour deviennent de plus en plus floues.

7L’exemple du conflit entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso confirme la nécessité d’une analyse régionalisée. Les deux études présentées soulignent l’inégale prédisposition des populations à l’exode et l’influence des appartenances traditionnelles lors des redéploiements de la population déplacée dans les espaces urbain et rural. Par ailleurs, une partie de ces rapatriés (ainsi définis alors que de nombreuses personnes sont nées en Côte d’Ivoire) est considérée comme des étrangers au Burkina Faso et, tout en s’appuyant sur des institutions traditionnelles comme celle du tutorat, ils sont porteurs de nouvelles dynamiques socioéconomiques, notamment au niveau foncier (Zongo Mahamadou, Accueil et insertion des « rapatriés » en zone rurale au Burkina Faso. L’exemple de la province de la Comoé ; Ouattara Issa, Les déplacés de la crise ivoirienne).

8Il se pose donc l’épineuse question de « Qui est citoyen ? » et de la problématique existant entre nationalité/citoyenneté/résidence. Sari Hanafi (Réfugiés palestiniens, citoyenneté et État. Vers un nouveau modèle de l’État-Nation) en analysant le statut exceptionnel des Palestiniens nous apprend que la condition d’exilé dépasse l’individualisme qui règne dans l’attribution du statut de réfugié : celui-ci est désormais transmis à travers les générations. Cette dimension intergénérationnelle interroge le retour dans les territoires palestiniens et les approches migratoires classiques, intégration vs assimilation, d’autant que ce retour s’exprime comme un projet opposé au « spatio-cide » dans lequel vivent les Palestiniens.

9Et pourtant, en 2001, Israël a mis en place une procédure nationale relative à la prise en charge des demandeurs d’asile. La récente installation sur son territoire d’une population sans origine juive, arrivée notamment pour se substituer à la main-d’œuvre palestinienne, a été parallèle à un accroissement du nombre de demandeurs d’asile. La mise en relation du fonctionnement du marché du travail avec l’augmentation de la catégorie des demandeurs d’asile souligne le lien existant entre les deux phénomènes. Migrations économiques et politiques rentrent dans un même cadre de gestion et expriment une même logique administrative (Karen Akoka, La demande d’asile en Israël).

10Toutefois, il faut problématiser ce processus convergeant que subissent les diverses catégories de migrants tout en tenant compte de la manière à travers laquelle des causes différentes peuvent être à l’origine des parcours et temporalités migratoires semblables. Il est nécessaire de dévoiler la multiplicité de facteurs qui poussent la population réfugiée à prendre la route de l’exil et de considérer que l’un ou l’autre facteur peut être déterminant à chaque étape traversée. Surtout que l’analyse des réfugiés et des demandeurs d’asile au Moyen-Orient témoigne du fait que le traitement de la question de l’asile repose sur une série de pratiques qui visent, pour l’essentiel, à maintenir dans la précarité — à des degrés divers — les populations concernées (Mohamed Kamel Doraï, Du brouillage des catégories de réfugié et de demandeur d’asile à partir d’exemples moyen-orientaux).

11La question de l’hétérogénéité de la population réfugiée traverse également l’analyse des Mauritaniens au Sénégal du groupe ethnique haalpulaar. À partir du site de Ndioum, Marion Fresia reconstruit trois filières migratoires et explique que chacune mobilise des ressources et des compétences différentes, en s’appuyant en même temps sur des mobilités anciennes et sur un nouveau cadre d’action lié au statut de réfugié et d’exilé. Il apparaît alors que le déplacement forcé peut engendrer de nouvelles formes de migrations, qui sont à la fois recherchées et contraintes (Des « réfugiés-migrants ». Les parcourus d’exil des réfugiés mauritaniens au Sénégal).

12L’interrogation qui se pose est alors : quelles garanties ont ces exilés dans les pays du Sud ? L’analyse des pays du Maghreb montre que les demandeurs d’asile et les réfugiés sont en théorie protégés par le HCR, mais qu’ils ne le sont quasiment jamais par les États qui les accueillent. La situation de l’Algérie, de la Tunisie et du Maroc en matière de droits de l’homme et d’expression publique de ces droits est un facteur très important d’aggravation des conditions sociale et juridique des migrants clandestins, des demandeurs d’asile et des réfugiés. Cette tension, entre la figure du migrant et celle du demandeur d’asile, se situe dans une mosaïque internationale où se rejouent les rapports de domination entre les nations qui excluent toute symétrie et réciprocité lors de l’application du droit et des avantages qui lui sont attachés, particulièrement dans les domaines des droits de visite et de séjour (Mustapha Belbah, Smaïn Laacher, Migration de transit et asile au Maghreb).

13Comme le soulignent les auteurs dans les conclusions, cette politisation de la question de l’asile témoigne de la « présence illégitime » de ces migrants qui n’en sont pas ; en se disposant comme un élément signifiant la séparation entre le national et le non-national, cette présence interroge les enjeux politiques dans les mouvements de population. Mais, quels sont les liens existant entre enjeux politiques et enjeux économiques mondialisés dans les dynamiques migratoires ? Cette question en laisse se profiler une autre. Comme nous pouvons le constater, regarder l’asile à partir du Sud permet de dépasser une vision homogénéisante des migrations qui rassure la bonne conscience des pays du Nord. Toutefois, les candidats à l’asile ainsi que les réfugiés, les exilés, les déplacés et les apatrides nous paraissent tous prisonniers du même procès d’« altérisation nationale » qui accompagne les migrants « économiques » : et ce, qu’il s’agisse des pays du Nord ou des pays du Sud. Faut-il alors relever le défi de démêler ces faits migratoires ou, plutôt, rechercher leur complexe enchevêtrement ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adelina Miranda, « Luc CAMBRÉZY, Smaïn LAACHER, Véronique LASSAILLY-JACOB et Luc LEGOUX, L’asile au Sud », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 25 - n°1 | 2009, mis en ligne le 25 septembre 2009, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://remi.revues.org/4918

Haut de page

Auteur

Adelina Miranda

Université de Naples Federico II, CRESPPA-GTM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page