Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Philippe RYGIEL, Le bon grain et l’ivraie - La sélection des migrants en Occident, 1880-1939

Antoine Pécoud
p. 241-243
Référence(s) :

RYGIEL Philippe (dir.), Le bon grain et l’ivraie - La sélection des migrants en Occident, 1880-1939, Paris, Aux Lieux d’être, 2006, 268 p., coll. Mondes contemporains, ISBN : 2-916063-26-9.

Texte intégral

1L’occident dont parle ce livre est traversé de flux migratoires considérables. La croissance économique, notamment, génère des besoins de main-d’œuvre qui ne peuvent être comblés autrement que par le recours à des travailleurs étrangers. Cependant, la présence de migrants ne va pas sans heurts ni rejet de la part de certains segments des sociétés d’accueil et les politiques d’immigration font par conséquent l’objet de débats vigoureux et passionnés.

2Selon un argument populaire, seuls les migrants utiles devraient être acceptés ; les autres, les « inutiles » qui n’apportent aucune contribution économique, sont indésirables. D’autres soulignent que la main-d’œuvre étrangère accepte des rémunérations inférieures à celles des travailleurs nationaux, menaçants donc le bien-être de ces derniers ; les milieux syndicaux, pourtant progressistes, soutiennent donc en partie le contrôle de l’immigration. Un autre argument a trait à l’incompatibilité — raciale, culturelle ou historique — des immigrés avec les normes des sociétés qui les hébergent et à la menace dont ils seraient porteurs, pour le fonctionnement des institutions démocratiques, pour le mode de vie des pays d’accueil, et pour la civilisation occidentale elle-même. À cet égard, la fermeture des frontières ne se justifierait pas seulement pour des raisons économiques, mais serait nécessaire à la stabilité, voire à la pérennité, des sociétés d’accueil.

3Il s’ensuit que tous les pays d’immigration occidentaux mettent en place des dispositifs pour contrôler les effectifs et la composition de la population étrangère, et pour procéder à l’expulsion des migrants non souhaités. C’est particulièrement le cas en période de crise, lorsque le chômage augmente et que la priorité semble devoir aller à l’emploi des nationaux. Un autre point commun à tous les pays d’immigration est l’existence d’une hiérarchie entre étrangers : certains sont plus désirables, ou moins menaçants, que d’autres ; ainsi, en Europe de l’ouest, les migrants venus de l’est (comme les Polonais) inspirent la méfiance tandis que les Américains, par exemple, sont des étrangers privilégiés dont la présence est peu problématique.

4Ces distinctions entre étrangers ne sont pas toujours explicites dans les textes de loi et les décrets ; c’est plutôt dans la mise en œuvre des politiques qu’elles apparaissent, d’où l’importance du contexte local et des décisions de l’administration ; d’où aussi des incohérences et des injustices dans la manière dont les lois sont appliquées ; et d’où finalement des situations paradoxales : même dans des périodes de fort besoin de main-d’œuvre, les gouvernements sont réticents à employer certaines populations déjà présentes sur le territoire, et préfèrent les expulser pour accueillir des immigrés d’autres origines.

5Mais quelles que soient les stratégies des gouvernements, celles-ci butent sur de nombreux obstacles : les intérêts des employeurs, d’abord, et leur réticence à voir l’État se mêler de leur main-d’œuvre — au point qu’on peut parfois se demander qui, du gouvernement ou du secteur privé, a le plus d’influence sur les politiques d’immigration ; les pratiques des migrants ensuite, aptes à déjouer les tentatives de contrôle, à disparaître dans la clandestinité ou au contraire à témoigner de leur attachement au pays d’accueil afin d’y rester légalement ; les accords internationaux signés par les gouvernements, finalement, qui font des migrants (et surtout de leur éventuelle expulsion) un enjeu diplomatique entre États.

6La période dont parle se livre va de 1880 à 1939. Autant dire que, à un siècle de distance, les similitudes entre les questions d’alors et celles qui se posent aujourd’hui sont frappantes. À l’heure ou, en France, la notion d’immigration choisie est présentée comme une innovation, et ou la question de l’adhésion des migrants aux normes culturelles, sociales et historiques du pays d’accueil est plus que jamais d’actualité, il est saisissant de noter la profondeur historique de ces débats. On observe de même que les tensions entre États et employeurs dans la gestion de l’immigration, souvent présentées comme un indice du déclin du pouvoir des États-nations dans un monde en voie de globalisation, est une constante des politiques d’immigration. À la lecture de ce livre, l’intérêt de l’approche historique saute donc aux yeux.

7Un autre mérite de ce livre est de montrer comment les questions relatives aux politiques d’immigration s’insèrent dans les grandes évolutions politiques qui ont façonné l’époque contemporaine. Ainsi, on voit comment le contrôle de l’immigration, qui se déploie nécessairement sur l’ensemble du territoire, s’est accompagné d’un transfert d’autorité des autorités locales et régionales vers les gouvernements nationaux — contribuant ainsi à la construction ou au renforcement des États-nations, dont le « matériau » (i.e. la population) devait de surcroît être suffisamment homogène et de qualité. Le rôle de l’immigration dans les considérables efforts de guerre consentis durant la période concernée apparaît également, puisqu’il arrivait que les migrants soient les bienvenus s’ils étaient prêts à se battre.

8On voit aussi de quelle manière le soutien des milieux ouvriers et syndicaux aux politiques de fermeture des frontières a permis l’inclusion des classes populaires dans le débat politique, en créant un consensus « national » sur la question au détriment des étrangers — procédé qui est d’ailleurs plus que jamais d’actualité dans l’utilisation par les courants politiques conservateurs de la question immigrée pour gagner les votes populaires. Une conviction partagée par l’ensemble des auteurs de ce livre est donc que les grandes tendances de l’histoire contemporaine (constitution des États-nations, naissance de la démocratie politique, industrialisation, reconfigurations sociales et territoriales) ne peuvent être comprises sans inclure les enjeux encore sous-estimés relatifs aux migrations.

9Pour le lecteur peu familier de la période en question, ce livre offre en outre des échantillons de discours qui, avec leur style nécessairement différent de celui d’aujourd’hui, projettent un éclairage décalé et donc fascinant sur l’époque actuelle. Si les similitudes sont frappantes, le décalage dans la manière d’aborder ces questions est riche d’enseignements. Il met d’une part en évidence, avec le recul, les absurdités, la mauvaise foi et les incohérences des débats et politiques de l’époque ; on ne peut que songer à une histoire qui risque de se répéter et aux débats contemporains qui ont peut-être vocation à apparaître sous le même jour à nos descendants.

10Mais surtout, la distance historique — comme la distance géographique ou culturelle pour les ethnologues — permet de saisir certains enjeux fondamentaux qui sous-tendent les débats sur l’immigration et qui, bien qu’encore d’actualité, sont comme masqués par l’accoutumance qui est la nôtre à leur sujet. Le meilleur exemple a trait à ce qu’on pourrait appeler la dimension sexuelle de l’immigration : les discours de l’époque soulignent en effet à la fois les risques que des femmes « nationales » aient des rapports intimes avec des hommes « étrangers » et que des femmes étrangères, prétendument caractérisées par leur faible moralité, ne perturbent l’ordre sexuel et familial des sociétés de destination en séduisant leurs éléments masculins. Se manifestent ainsi des craintes liées à la pureté de la race, à la qualité de la « virilité » nationale, à l’invasion des migrants qui ne prendraient plus seulement l’emploi des nationaux mais aussi leur femme, et à un ensemble de facteurs médicaux et hygiénistes très prégnants dans les discours de l’époque sur l’immigration — le tout dans un style direct et assez crû qui est très éloigné du « politiquement correct » contemporain.

11Si, aujourd’hui, ces préoccupations sanitaires et morales semblent avoir perdu de leur importance, on pourrait tout de même spéculer sur la manière dont elles demeurent sous-jacentes à certaines questions actuelles, comme celles liées à la traite des êtres humains et à la situation de ces femmes de l’est contraintes de travailler dans les métiers du sexe — enjeu qui a inspiré beaucoup de réactions politiques ces dernières années et qui témoigne des liens profonds entre immigration irrégulière, porosité des frontières, dégradation des mœurs et respect pour l’ordre sexuel et familial de l’Europe occidentale. La lecture de ce livre suscite à de nombreuses reprises ce sentiment de voir des tendances implicitement à l’œuvre aujourd’hui apparaître en pleine lumière, grâce à la distance historique. À cet égard, loin de concerner les seuls historiens, cet ouvrage est à même d’intéresser tous ceux qui sont concernés par les implications des politiques d’immigration contemporaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Pécoud, « Philippe RYGIEL, Le bon grain et l’ivraie - La sélection des migrants en Occident, 1880-1939 », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 25 - n°1 | 2009, mis en ligne le 25 septembre 2009, consulté le 26 mars 2017. URL : http://remi.revues.org/4923

Haut de page

Auteur

Antoine Pécoud

Division de la recherche et des politiques en sciences sociales à l’Unesco

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page