Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Françoise ROLLAN et Benoît SOUROU, Les migrants turcs de France. Entre repli et ouverture

Stéphane de Tapia
p. 141-147
Référence(s) :

ROLLAN Françoise et SOUROU Benoît, Les migrants turcs de France. Entre repli et ouverture, Pessac, Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, 2006, 238 p., ISBN : 978-2-85892-330-4.

Texte intégral

1L’ouvrage, publié par la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (MSHA), est le fait de deux auteurs connaissant bien l’immigration turque sur la région bordelaise, Françoise Rollan, géographe et turcophone (l’une des rares collègues à pratiquer cette langue dans la discipline), directrice de recherche au CNRS, et Benoît Sourou, anthropologue et psychomotricien, lui-même docteur en anthropologie sociale et culturelle, mais par ailleurs praticien en professionnel amené à rencontrer des familles turques parfois en détresse. Il s’agit d’une étude qui dépasse de loin la seule agglomération bordelaise puisque, si Bordeaux et sa banlieue y tiennent une place importante, l’ouvrage s’intéresse aux Turcs de France comme l’annonce le titre, en insistant toutefois sur une agglomération bordelaise dont la population turque reste peu connue au-delà des travaux locaux menés par des étudiants (maîtrises, masters, doctorats) ou des administrations (rapports). Le sous-titre l’indique, la réflexion porte avant tout sur la dialectique de l’intégration et des freins, réels, observés, ou supposés, à cette intégration. Le groupe bordelais, assez compact tout en étant divers, comme souvent en France et en Europe, est agité et traversé par des clivages idéologiques et religieux (laïcité, affirmation du kémalisme, attachement à l’islam, orthodoxe ou hétérodoxe, gauche versus droite et droite nationaliste, etc.).

  • 1  TRIBALAT Michèle, SIMON P. et RIANDEY B. (1996) De l'immigration à l'assimilation (Enquête sur les (...)

2L’ouvrage s’organise en deux parties opposées, l’une sur les pratiques souvent observées et décrites, mais souvent peu analysées, de ce qu’il est convenu d’appeler le « repli communautaire » de la population immigrée turque, terme mis en exergue par Michèle Tribalat1, l’autre sur les tendances inverses qui font de la Turquie, pays d’origine, et des immigrés turcs de France des acteurs d’ouverture vers la modernisation et l’occidentalisation, à la fois en France et en Turquie. Le premier chapitre s’attache à décrire les conditions de vie des immigrés turcs en France (en mettant en avant une intégration économique inachevée, alors que les Turcs sont arrivés plus tardivement que les Maghrébins, les Espagnols ou les Portugais, très présents dans le sud-ouest, mais aussi les difficultés de l’intégration scolaire) ; le second chapitre à analyser les conditions du repli par les origines et le statut d’immigré ; le troisième à mieux appréhender les tendances lourdes ou profondes de la société turque qui souvent déroutent les observateurs non avertis. La seconde partie, centrée, au contraire, sur les tendances à l’ouverture, fait également l’aller-retour entre une Turquie plus dynamique, plus jeune, plus occidentalisée depuis les réformes d’Atatürk et la condition d’immigré confronté directement aux sociétés d’accueil occidentales.

3Les deux auteurs ont une solide connaissance des populations turques de la région bordelaise, pour les avoir suivies pendant de longues années et connaître de près les diverses associations. Ils mettent à contribution une bibliographie thématique importante, à la fois sur les conditions d’accueil, d’insertion et d’intégration des immigrés turcs, sur la culture (ou la culture plurielle, le fait minoritaire n’est pas oublié, en particulier l’importance de la population kurde tant en Turquie qu’en pays d’immigration) du pays d’origine, sur les processus d’intégration d’autres populations migrantes, même si, comme cela est souligné dans l’introduction, il ne s’agit pas d’une étude sur l’intégration, mais d’une étude sur une communauté. La comparaison entre groupes migrants est revendiquée, les rapports et statistiques locales, régionales, nationales, voire internationales (comparaison avec les Turcs d’Allemagne) est intégrée.

4Quelques trouvailles ingénieuses, comme celle qui consiste à systématiquement dresser le plan des locaux associatifs pour en montrer les caractéristiques et les usages très liés aux idées, sinon à l’idéologie propre à chaque groupe. La place des enfants, des femmes, de la culture (présence d’une bibliothèque), de la religion – l’association gère-t-elle son propre lieu de culte ? – y est ainsi analysée dans l’optique de l’ouverture et du repli communautaire. L’ensemble est illustré de quelques plans (dont il vient d’être question, vers la fin de l’ouvrage), mais surtout de graphiques, schémas et cartes en couleur. Françoise Rollan a longtemps travaillé sur l’aménagement régional et en vraie géographe – ce que l’auteur de cette note peut difficilement revendiquer ! - sait dessiner des cartes intéressantes et hautement pédagogiques, permettant souvent de saisir et de fixer d’un coup d’œil une démonstration.

5Cependant, l’ouvrage aurait gagné à être relu par quelques lecteurs plus avertis des caractéristiques spécifiques de la société du pays d’origine. Les erreurs sont assez nombreuses, parfois étonnantes, de la part d’auteurs qui ont amplement montré par leurs engagements personnels et leurs travaux respectifs leur intérêt pour la Turquie et ses populations. Ainsi page 67, le fait que la Turquie ait créé une Présidence (Başkanlık) des Affaires Religieuses sous tutelle du Premier ministre, et non un ministère (Bakanlık), ce qui dans la pratique diffère de fait assez peu. Plus étonnant, la relative confusion, peut-être simplement due à une rédaction un peu ambiguë, entre Samsun, ville où Atatürk a débarqué en révolté contre le Sultan pour soulever la population anatolienne contre les forces d’occupation, et Thessalonique, sa ville de naissance (p. 60, texte et note 4), les originaires de Samsun s’enorgueillissent certainement que leur ville ait été un lieu emblématique de la renaissance turque (comme Sivas, Erzurum ou Ankara), mais le texte semble dire qu’Atatürk est né lui aussi à Samsun. De nombreux autres exemples sont possibles, comme page 205, où l’on ne comprend pas très bien l’allusion aux « Jeunes d’origine turque » et à l’émotion suscitée par cette dénomination dans le petit monde des associations : le terme était-il un renvoi à Jön Türkler, dénomination effective des Jeunes Turcs des années dix, ou au terme Türkiye’li (originaires de Turquie), employée par les militants de gauche voulant affirmer d’autres présences en Turquie que celles des seuls Turcs ethniques, en particulier la présence kurde ? Page 199, 20 % de la population turque serait alévie, soient « vingt millions de personnes », or la Turquie ne compte pas 100 millions d’habitants ! Page 16, l’explication n’est pas claire quant à l’utilisation des termes dernek (association, terme öztürkçe laïcisant), cemiyet (association, terme ottoman employé par les traditionalistes ou les personnes âgées) et cemaat (communauté, religieuse ou tribale, terme ottoman), la racine de cemiyet et cemaat est bien identique, mais les termes et leurs emplois sont différents. Page 87, la note 32 place la bataille de Malazgirt sur les « rives » du lac de Van en Anatolie occidentale alors que le site n’est ni sur une rive de ce lac (il se trouve au moins à quarante kilomètres à vol d’oiseau), ni en Anatolie occidentale, mais bien en Anatolie orientale ! Les exemples sont nombreux et il n’est dans mon propos, ni d’accabler les auteurs, ni de faire une critique détaillée relevant de l’exercice académique de la soutenance d’une thèse. Tout au plus peut-on regretter ces (trop) nombreuses petites imperfections qui auraient pu être facilement évitées en prenant le temps d’une relecture par un(e) historien(ne)/turcologue. La volonté de faire un aller-retour systématique entre situation récente de l’immigration turque en France et plus généralement en Europe et profondeur de la culture turque, depuis les origines, ce qui est effectivement primordial pour bien comprendre, et les manifestations du nationalisme turc, et les différences parfois fondamentales entre islam turc et islam arabe, est à saluer, même si on peut relever quelques maladresses.

  • 2  GUILLOU Anne et WADBLED Martine (2004) Migrations turques en Bretagne. Rennes, Vannes et Quimper, (...)

6Cet ouvrage a malgré tout des qualités importantes : la cartographie, claire et efficace, outil d’analyse et non simplement illustration, la prise en compte de toutes les composantes de la population turque sur un même plan, de l’extrême droite à l’extrême gauche, en passant par les groupes plus nombreux, islamistes et républicains kémalistes, bien plus représentatifs à défaut d’être toujours localement majoritaires (ce qui brouille souvent l’image véhiculée par l’immigration turque en France), une excellente connaissance du milieu local, et une évidente empathie (mais sans concession) avec ces immigrés dont on oublie leur stabilité et le fait que la plupart en restant va devenir une composante non négligeable de la population française. Enfin, cette publication d’une étude nationale appuyée sur le cas très spécifique de l’agglomération bordelaise comble une lacune, un peu comme le rapport d’Anne Guillou et Martine Wadbled sur la Bretagne2, car nos connaissances sur les populations immigrées d’origine turque de l’ouest de la France sont assez minces ; nous sommes là loin de Paris, du nord-est de la France, voire de la région Rhône-Alpes, régions d’immigration turque bien plus conséquente et de ce fait bien mieux étudiées.

Haut de page

Notes

1  TRIBALAT Michèle, SIMON P. et RIANDEY B. (1996) De l'immigration à l'assimilation (Enquête sur les populations d'origine étrangère en France), Paris, La Découverte / INED (Recherches), 302 p. ; TRIBALAT Michèle (1995) Faire France : une enquête sur les immigrés et leurs enfants, Paris, La Découverte (Essais), 232 p.

2  GUILLOU Anne et WADBLED Martine (2004) Migrations turques en Bretagne. Rennes, Vannes et Quimper, Rennes, ADDRAS (Association pour le Développement et la diffusion de la Recherche anthropologique et sociologique), 161 p. ; GUILLOU Anne et WADBLED Martine (2006) Maçons turcs, un exemple de stratification ethnique dans l'économie bretonne, in Hommes & Migrations, n° 1260, pp.  81-95.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane de Tapia, « Françoise ROLLAN et Benoît SOUROU, Les migrants turcs de France. Entre repli et ouverture », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 25 - n°2 | 2009, mis en ligne le 09 novembre 2009, consulté le 26 juin 2017. URL : http://remi.revues.org/4963

Haut de page

Auteur

Stéphane de Tapia

Université de Strasbourg, PROTASI-CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page