Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Giulia BONACCI, Exodus ! L’histoire du retour des Rastafariens en Éthiopie

Nancy L. Green
p. 201-204
Référence(s) :

Giulia BONACCI, Exodus ! L’histoire du retour des Rastafariens en Éthiopie, Paris, Scali, 2008, 760 p., ISBN : 978-2-35012-209-0.

Texte intégral

1Diasporas, migrations, retours sont concernés par le beau livre de Giulia Bonacci. Les éléments symboliques et pratiques de la construction d’une diaspora, les facteurs qui poussent vers une destination connue/inconnue et ceux, politiques comme économiques, qui attisent le phénomène migratoire, montrent la complexité d’un mouvement inédit, le « retour » des Rastafariens en Éthiopie. Or, ce livre est une belle réflexion sur la notion même de « retour ». Grand thème pour l’histoire des migrations, il s’agit ici d’un « retour » vers un lieu où l’on n’a jamais vécu, mettant en pratique le fondement même de la notion diasporique.

2Le livre de Giulia Bonacci tient presque du « suspense ». L’auteure construit son objet bien en amont. Dans une première partie, elle retrace les fondements idéologiques et théologiques du retour avant d’analyser les formes organisationnelles du départ. À partir des lieux d’émigration, en particulier la Jamaïque mais aussi l’Amérique, l’Angleterre voire l’Autriche (le cas de Sister Isheba Tafari), tous les chemins du livre mènent à Shashemene, village à 250 kilomètres au sud d’Addis Abeba.

3L’idée diasporique s’appelle ici éthiopianisme, une idéologie politico-religieuse ancienne puis moderne qui s’élabore en dehors de l’Éthiopie elle-même. Intriqué mais spécifique par rapport au nationalisme noir, au panafricanisme ou au garveyisme, l’éthiopianisme crée ses propres rites, ses propres sacralités autour d’une royauté divine. En 1955 (ou quelques années avant, selon les récits) Hailé Sellassié 1er fait don de terres à Shashemene. L’empereur fait ce don aux Noirs du monde entier, mais ce sont surtout les Rastafariens de la Jamaïque qui répondront ; la critique de la société jamaïcaine, le pushrencontrant le pulldu mythe et du don.

4Il ne s’agit donc pas seulement d’une histoire des idées. C’est également l’histoire d’individus et de leurs organisations, des pionniers comme Helen et James Piper, originaires de Montserrat dans les Caraïbes passés par les États-Unis, ou celle de Noel Dyer qui va de St. Thomas à Kingston puis se rend en Angleterre où il est rattrapé par la réalité d’un racisme qui l’étonne et l’écœure et le décide alors à continuer sa route, vers Paris, puis le Maroc, et enfin vers l’Éthiopie, parcours réalisé essentiellement à pied ! Mais il s’agit également des organisations comme l’Ethiopian World Federation ou les Twelve Tribes of Israel (Douze Tribus d’Israël) dont Bonacci trace efficacement l’histoire. Exodus !est donc également une histoire sociale de migration, avec ses institutions, ses parcours et ses péripéties complexes, les dures réalités de l’arrivée confrontant les attentes de l’imaginaire diasporique. Ce qui permet à l’auteure de sociologiser l’histoire du mouvement du retour en Afrique, étudié le plus souvent sous le seul angle de son idéologie. Or, le rude contraste entre idéaux et réalités, jalousies et déceptions jalonnent les parcours, sans parler des liens parfois difficiles entre les pionniers eux-mêmes (par exemple. les Piper) et les « héritiers » qui les suivent. Du côté de la société éthiopienne, les nouveaux venus ne sont pas forcément bien acceptés non plus. Malgré l’identité qu’ils se sont construite, s’identifiant comme Éthiopiens depuis la Jamaïque, ils sont perçus en Éthiopie comme des étrangers, comme des Jamaïcains, voire appelés « Américains ».

5Le désir d’émigrer confronté aux réalités de l’immigration est un sujet peu abordé dans le champ de l’histoire de l’immigration, orienté vers les études d’intégration. Qu’en est-il des déceptions des intéressés (et non seulement de leurs hôtes) ? G. Bonacci confronte les textes et les encarts publicitaires encourageant l’émigration avec les entretiens et la parole des acteurs eux-mêmes. Mais elle reconnaît la part de détermination dans ceux et celles qui s’y sont installés, les multiples contradictions n’empêchant pas les uns et les autres d’assumer leur choix et de rester sur place.

6Exodus nous montre une histoire de migrations à la fois convergente et divergente. Shashamene est un lieu où convergent quelques baptistes ou des juifs noirs mais surtout des rastas, venant par vagues différenciés, de l’Amérique du Nord, des Caraïbes, de l’Angleterre, voire de l’Autriche. En même temps, ce mouvement fait également partie d’une autre histoire, plutôt « divergente » celle-là, où les Rastafariens partent de la Jamaïque, et l’on peut les suivre dans leurs ramifications internationales vers les États-Unis ou l’Angleterre, où l’Éthiopie n’est qu’un choix (minoritaire) parmi d’autres.

7Cette histoire tissée patiemment à partir de sources multiples puisées sur trois continents (l’Amérique et les Caraïbes, l’Europe, l’Afrique) – archives publiques et privées, entretiens nombreux dans des langues multiples (y compris l’amharic et le créole jamaïcain), allant de la Jamaïque à l’Éthiopie – permet à Giulia Bonacci de rendre vivante cette histoire qui montre bien des pistes pour les historiens des migrations. Certes, le « retour » en Éthiopie est loin d’être une migration de masse, concernant à peine deux centaines de personnes. Il s’apparente, par son idéologie forte, plutôt aux colonies d’utopistes du XIXe siècle ou au projet de retour des Juifs en Israël. Mais, malgré son éloignement des préoccupations « ordinaires » des historiens de l’immigration, le livre de G. Bonacci montre l’importance d’analyser des conditions idéologiques voire idéalistes en amont des migrations – afin de faire une histoire des destinations imaginaires, de leurs possibles, voire de leurs déceptions et de leurs réussites.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nancy L. Green, « Giulia BONACCI, Exodus ! L’histoire du retour des Rastafariens en Éthiopie », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 25 - n°3 | 2009, mis en ligne le 18 mai 2010, consulté le 29 mars 2017. URL : http://remi.revues.org/5003

Haut de page

Auteur

Nancy L. Green

Centre de Recherches Historiques, École des Hautes Études en Sciences Sociales

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page