Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Natacha LILLO et Philippe RYGIEL (dir.), Images et représentations du genre en migration. Mondes atlantiques XIXe-XXe siècles

Adelina Miranda
p. 201-204
Référence(s) :

Natacha LILLO et Philippe RYGIEL (dir.), Images et représentations du genre en migration. Mondes atlantiques XIXe-XXe siècles, Paris, Publibook, 2007, 140 p., ISNB : 978-2-74833-816-4.

Texte intégral

1Cet ouvrage s’inscrit dans la continuité d’une série d’activités de recherches et de publications menée par l’équipe Réseaux-Savoirs-Territoires de l’École Normale Supérieure. Dans ce volume, les auteurs analysent plus spécifiquement les représentations des rapports sociaux de sexe à partir de documents écrits et visuels produits par/sur les migrants. L’attention portée à la mise en scène des migrants et des migrantes aux États-Unis, au Brésil, en Allemagne et en France à travers une perspective de genre relève la place spécifique occupée par les femmes en tant que sujets appartenant à un groupe socialement, économiquement et culturellement dominé ; en même temps, elle œuvre à la compréhension plus générale des processus de production des formes de domination et subalternité. Cette clef de lecture est énoncée dans l’introduction par P. Rygiel : la disqualification du migrant s’accompagne de sa féminisation (l’infériorité des femmes migrantes renforce le déni des hommes migrants) et cette infériorisation ne renverse pas la valeur symbolique des rapports de sexe ; au contraire, elle ne contribue qu’à la reproduction de l’ordre sexuel, qui sous-tend les structures sociales, économiques, culturelles et étatiques.

2Janiewski Dolorès (Conquérants et dépossédés d’Amérique. Genre, État et migrations de colons 1790-1890) regarde la triple discrimination (migration, appartenance de sexe, de race et/ou ethnie), en rappelant que « ni la migration, ni les rapports de genre ne peuvent être étudiés de manière pertinente si l’on ne prête pas attention au rôle de l’État ». Aux États-Unis, la construction de l’État-Nation et de la citoyenneté s’est articulée sur une vision genrée et racialisée (« la virilité de l’homme blanc demeure l’archétype de la masculinité américaine ») qui a généré une perte progressive des droits des femmes, notamment à travers la « domestication des femmes indiennes ».

3Et pourtant, dans cette même Amérique, les femmes migrantes ont pu trouver des cheminements de liberté. Hilary A. Hallett, (L’émigration des femmes et les débuts d’Hollywood) approfondit l’émigration des femmes dans le sud de la Californie liée à l’émergence d’Hollywood entre 1915 et 1925. En 1920, le nombre des femmes surpassait celui des hommes et presque une femme sur cinq était divorcée ou veuve. La création de l’industrie cinématographique et de la culture de masse a transformé Hollywood en un symbole culturel fort qui a offert des possibilités d’ascension sociale, d’égalité, de réalisation personnelle pour les femmes à la recherche d’une « vraie indépendance économique ».

4Ginger Jones (De Bella à Belle : les femmes américaines originaires de l’Italie méridionale en Louisiane) considère comment les modalités d’intégration dans la société américaine ont suivi une logique de genre, mais également de classe. Dans les faits, le processus d’intégration s’articule sur la référence aux « groupes ethniques dominants » comme le montre la transformation des Italiennes, notamment siciliennes, de bella en belle. Ce glissement d’ordre sémantique rend compte de la progressive assimilation des femmes italo-américaines des comportements et les tactiques de la belle américaine.

5Adlai Murdoch (Récits antillais de métropoles. Genre, identité et diaspora) analyse le cas des Antillaises en France, altérisées malgré leur nationalité française, et souligne le lien existant entre le fonctionnement du marché du travail, sa segmentation en termes sexués et la reproduction des stéréotypes classiques que les sociétés dominantes imposent aux minorités, notamment aux femmes. Les Antillaises ont accédé au monde professionnel, donc à une certaine autonomie financière, mais la structuration genrée du marché du travail ainsi que les discriminations à l’emploi ont exacerbé les hybridités culturelles et identitaires qui déstabilisent les formes d’appartenances.

6L’analyse de la diaspora italienne dans les beaux-arts et les médias, proposée par Meighan Judith (De la tragédie au triomphe : représentations de l’émigration dans l’art Italie, 1880-1920), montre que représentations dominantes et subalternes sont aussi genrées, liées à la construction de l’identité nationale inclusive et durable. Le « biais féminin », à la base des représentations sexuées des migrations, a traversé les œuvres des artistes italiens qui ont mis en scène une vision traditionnelle de la femme : « Les figures féminines incarnaient la tristesse, la nostalgie, l’égarement, la réticence à partir ; les figures masculines laissaient voir la patience, la camaraderie tranquille, le stoïcisme, la détermination à penser l’avenir ».

7Mais le travail sur l’image féminine peut prendre des chemins inattendus. Monica Raisa Schupun (Les descendants d’immigrés japonais au Brésil et les chirurgies d’occidentalisation des yeux) montre que les Nippo-Brésiliens, les Nikkei, qui choisissent la chirurgie plastique des yeux tendent vers une construction d’une « nipponité au féminin ». Cette pratique interroge la relation race/genre car il ne s’agit pas d’un « racisme de marque » : l’opération n’efface pas l’origine et, à travers elle, les femmes cherchent à « améliorer » leurs caractéristiques ethniques. Toucher au corps et aux canons de beauté répond plutôt à une construction identitaire esthétique : « se faire plus belle que les autres ».

8La mise en scène de la féminité peut également fonctionner en tant que frontière d’appartenance, comme le montre la figure de Eduardo Migliaccio, alias Farfariello, évoquée par Nancy Carneval (Le monde à l’envers : représentations des femmes dans le langage du théâtre comique italo-américain). Ce chanteur italo-américain jouait, travesti en femme et à travers l’image féminine personnifiait l’expérience linguistique et sociale de la vie des immigrés italiens. L’humour avec lequel il faisait usage de l’« italglish » pour décrire l’amour, les malentendus et les difficultés de communications entre hommes et femmes, qu’elles soient italiennes ou américaines, remettait en cause les codes de communication, notamment en termes de domination et de subordination.

9Tous ces articles permettent de constater qu’au même groupe socioculturel peuvent être attribuées des représentations différentes (P. Rygiel) et que, en même temps, les sujets assignés peuvent manipuler ces représentations, notamment s’ils en sont les auteurs. À ce propos, la contribution de Betscher Silke (Perspectives genrées sur des images de soi et de l’autre. Photographies des migrations de travail en Allemagne dans les années soixante et soixante-dix) approfondit un aspect fondamental. Comme elle le rappelle les migrants utilisent les photos « pour que le souvenir ne se perde pas », mais, en même temps, ces photos sont utilisées pour objectiver la situation migratoire ; elles se transforment en une sorte de métaphore qui réinterprète la réalité. De ce fait, l’image de soi (la photo comme ego-document) produite par les migrants peut différer du cliché mental de l’altérité élaborée par la société d’arrivée, comme le montrent certaines photos réalisées par des jeunes turques.

10Ce décalage entre auto-représentation et hétéro-représentation soulève une importante question méthodologique qui interroge le chercheur. Les sources privées peuvent constituer une base pour tracer une sorte de « contre-histoire des migrations », mais elles peuvent également servir à la construction d’une mémoire collective « officielle » du devenir intersubjectif et intergénérationnel, comme le montre l’actuel engouement pour les musées des migrations où, souvent, les documents écrits et visuels produits par les migrants y occupent une place privilégiée. Il reste que, dans ce processus d’objectivation du vécu migratoire, les femmes recouvrent un rôle primordial, en tant que gardiennes des images (Betscher Silke), en tant que productrices des romans ou des récits autobiographiques (Adlai Murdoch) ou encore en tant que sujets qui participent à la glorification de l’héritage migratoire (Ginger Jones).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adelina Miranda, « Natacha LILLO et Philippe RYGIEL (dir.), Images et représentations du genre en migration. Mondes atlantiques XIXe-XXe siècles », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 25 - n°3 | 2009, mis en ligne le 18 mai 2010, consulté le 25 mai 2017. URL : http://remi.revues.org/5006

Haut de page

Auteur

Adelina Miranda

Faculté de Sociologie de Naples, CRESPPA-GTM ; MIGRINTER

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page