Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Gildas SIMON, La planète migratoire dans la mondialisation

Guy Di Méo
p. 187-191
Référence(s) :

Gildas SIMON, La planète migratoire dans la mondialisation, Paris, Armand Colin, 2008, 255 p., ISBN : 978-2-20034-679-9

Texte intégral

1Gildas Simon consacre donc un nouveau livre à la question qui le tient en haleine depuis plus d’une trentaine d’années, à savoir celle des migrations internationales. Ces pages empreintes de sagesse et de compréhension profonde, d’empathie pour tous les migrants du monde, très bien écrites, passionnantes d’un bout à l’autre, témoignent d’une immense culture et revêtent une incontestable originalité. Gildas Simon inaugure ici une approche novatrice des migrations abordées à petite échelle. Il se place pour cela dans le paradigme de la mondialisation et produit une réflexion à la fois synthétique et exigeante. Ainsi, la référence permanente que fait l’auteur à la « planète migratoire » affirme-t-elle, dans son texte, « la prévalence des logiques planétaires sur les modes de fonctionnement locaux ou régionaux ».

2On ne s’étonnera guère que ce pionnier des analyses migratoires en géographie, fondateur du laboratoire MIGRINTER de Poitiers, renouvelle de la sorte des études et des réflexions largement nourries par les travaux de terrain de cette (son) équipe, si dynamique et si inventive. Dans un contexte post-moderne qui réfute les valeurs universelles, Gildas Simon pose, à juste titre et un peu à contre-courant, le principe de l’existence de réels universaux. Il pense que ceux-ci justifient plus d’un mouvement migratoire. Il parie qu’ils motivent plus d’un migrant quittant sa terre. À ce propos, Gildas Simon rappelle toutefois, d’une part, que « l’immense majorité des populations du monde, y compris dans les pays du Sud, ne souhaite pas partir, ne souhaite pas devoir émigrer ». Mais il redit aussi, d’autre part, combien les migrations s’efforcent de répondre à quelques-uns des besoins les plus fondamentaux de la personne humaine ; essentiellement lorsqu’elle ne peut pas, ou ne peut plus les satisfaire dans une aire territoriale de proximité. Ces besoins c’est, par exemple : échapper à la faim et disposer d’une alimentation correcte (quantitativement et qualitativement), se loger dans de bonnes conditions, pouvoir se soigner et faire face aux imprévus de la vie, être traité avec équité dans son contexte social et territorial… Bref, bénéficier d’un accès légitime au « développement humain ». Ainsi, par-delà les inévitables différenciations culturelles des sociétés du monde, des représentations universelles et constantes du bien-être existent bel et bien, partagées par toutes et tous, quelle que soit leur origine, comme le rappelle à bon escient Gildas Simon.

3Outre ce constat réconfortant, l’un des grands mérites de l’ouvrage est d’assumer une rupture épistémologique majeure. G. Simon y parvient au prix du dépassement d’une stricte segmentation analytique des faits de migration observés, méthode traditionnelle qu’il rejette pour privilégier une prise en considération globale des déplacements à caractère migratoire qu’il étudie. Dans cette optique, l’auteur abandonne la notion un peu restrictive « d’espace migratoire » qui servit, jadis, d’outil méthodologique à ses premières recherches (entre Tunisie et France en particulier). Il lui préfère, plus opératoire aujourd’hui, la notion de « champ migratoire » ; soit « l’ensemble de l’espace transnational unissant (…) lieux d’origine, de transit et d’installation », autrement dit « l’espace parcouru et structuré par des flux stables et réguliers de migrations et par l’ensemble des flux (matériels et idéels) induits par la circulation des hommes ». Malgré les explications avancées par Gildas Simon, il faut bien avouer qu’un tel outil se distingue assez mal de modèles voisins, voire concurrents, comme le « territoire circulatoire » proposé par Alain Tarrius. Mais qu’importe ! D’une part, il faut bien admettre que le mot « circulatoire » manque de précision. D’autre part, le terme de « champ migratoire » décrit bien ces combinaisons géographiques et culturelles très fluides, cristallisées un instant par les migrations (ce ne sont pas des circulations banales) qui les parcourent. Ces combinaisons sont sujettes à d’innombrables recompositions spatiales, quelle que soit leur fréquente inscription dans la longue durée des temps historiques ; à l’image, par exemple, des diasporas.

4Mais il y a plus ; mieux encore que celui de territoire, circulatoire ou pas, le terme « champ », emprunté à l’outillage conceptuel de Pierre Bourdieu, évoque bien la présence en ces espaces d’éléments structurants variés, mais non déterminants pour des acteurs (les migrants en l’occurrence) somme toute compétents, maîtres au final de leur décision de migrer ou pas... À l’exception bien sûr de ces migrants forcés, objets et victimes de tous les trafics, sorte d’esclaves modernes présents et présentes jusque dans nos villes. Ajoutons que cette idée de « champ » traduit, de façon tout à fait heureuse, une mise sous tension d’espaces investis, dans le tissu même de leurs structures matérielles, par des « charges symboliques, porteuses pour le migrant d’espoirs, d’utopies et de mythes, d’imaginaires »… Soit autant d’éléments renvoyant au vécu le plus intime des sujets migrants ; vécus sans lesquels on ne saurait comprendre la force de cet élan qui pousse chaque année, sur nombre de chemins anciens et nouveaux du monde, plusieurs dizaines de millions (près de deux centaines en fait) d’individus. Parmi eux, on compte de plus en plus de femmes, d’étudiants, d’entrepreneurs transnationaux et de travailleurs aux qualifications très différenciées, de mineurs isolés, de demandeurs d’asiles… Au total des personnes fragiles, vulnérables, exploitées… Mais pas seulement. Des pauvres, sans doute, mais aussi et de plus en plus des migrants instruits, formés, à la recherche de réussite et d’idéal, poussés par un espoir d’ascension sociale et de « réalisation de soi », comme l’écrit Gildas Simon.

5« Les migrations ont réalisé la première mondialisation de la terre des hommes », celle qui a accompagné (entre – 200 000 et – 5 000 avant notre ère) leur dissémination sur les différents continents. Les migrations, de plus ou moins grande ampleur, ne sont donc pas nouvelles, et Gildas Simon en administre la preuve. Ce qui est plus neuf, à le lire, c’est la relation intime qui unit désormais cette mobilité des humains (du Sud vers le Nord, mais aussi dans le cadre respectif des Nords et des Suds) aux mutations profondes qui affectent les économies nationales (désormais transnationales) et les territoires (de moins en moins clos, mais toujours plus urbanisés, voire métropolisés) de la planète. Ce qui change aussi, c’est l’imbrication intime (co-constitutive ?) de ce mouvement avec la circulation accélérée et sans frontière des flux d’informations, d’idées, de biens, de capitaux…

6La planète migratoire s’inscrit parfaitement dans le libéralisme triomphant et dans sa mondialisation protéiforme, quel que soit le décalage des idéologies, des mentalités et des systèmes politiques. Si les migrations d’échelle planétaire redistribuent des fonds énormes et indispensables dans les contrées appauvries du Sud, elles stimulent et conditionnent la richesse du Nord. Pour Gildas Simon, les pouvoirs politiques des pays riches (et derrière eux leurs populations) qui maltraitent trop souvent les immigrants, font preuve d’un véritable autisme. Les crises conjoncturelles et le court terme masquent en effet (mais les opinions et les pouvoirs en sont-ils vraiment dupes ?) ce qui constitue, en fait, un formidable phénomène de régulation économique et de dynamisme culturel à l’échelle de la planète. À ce dernier titre, les hybridations nées des rencontres interculturelles ne favorisent-elles pas la création artistique et scientifique, pour peu que l’on parvienne à élaborer un vivre ensemble digne de ce nom ? De plus, alors que s’impose partout (idéologiquement sinon effectivement) la logique libérale des marchés, l’ordre politique revient à la vieille stratégie des empires d’antan. C’est celle des marches et des glacis chargés de refouler de soi-disant envahisseurs, pourtant essentiels au fonctionnement du système global (cas de l’espace de Schengen ?). N’est-ce pas eux, en effet, ces étrangers (l’autre) trop souvent honnis, qui vont assurer l’apport indispensable de populations jeunes et actives, dans ces pays où les nationaux vieillissent ? N’est-ce pas eux qui sont et seront susceptibles de combler les déficits enregistrés par l’offre de travail sur des marchés de l’emploi souvent déséquilibrés ? Sans parler de ces nécessaires solidarités internationales, convoquées dans la perspective de la promotion d’une planète durable !

7Ce n’est pas si fréquent qu’un ouvrage de géographie parvienne à associer la rigueur concrète des terrains et des exemples avec une réflexion transdisciplinaire d’une grande profondeur. Celle-ci porte à la fois sur les causes profondes des migrations d’aujourd’hui et sur le sens de ces migrations en rapport avec une nouvelle conception de l’espace devenu mobile par son interférence avec les champs migratoires qui le parcourent et le structurent en forme de kaléidoscope. Dans le premier registre, Gildas Simon ne néglige pas plus les raisons psychologiques et sociales les plus secrètes, celles qui ressortissent aussi de l’imaginaire et du mythe, que celles qui tiennent aux contraintes très lourdes de la survie alimentaire et/ou physique. Dans le second, il saisit de quelle façon la structuration des champs migratoires fournit sa trame à la nouvelle toile planétaire ; ceci dans un monde territorialisé qui se déconstruit et se recompose selon des figures éphémères et volatiles.

8Mais en définitive, mieux que de commenter ce livre, il convient d’urgence de le lire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Di Méo, « Gildas SIMON, La planète migratoire dans la mondialisation », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 26 - n°1 | 2010, mis en ligne le 30 août 2010, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://remi.revues.org/5051

Haut de page

Auteur

Guy Di Méo

UMR 5185, ADES, Université de Bordeaux, CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page