Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Anaïk PIAN, Aux nouvelles frontières de l’Europe. L’aventure incertaine des Sénégalais au Maroc

Olivier Clochard
p. 187-191
Référence(s) :

Anaïk PIAN, Aux nouvelles frontières de l’Europe. L’aventure incertaine des Sénégalais au Maroc, Paris, La Dispute, 2009, 237 p., ISBN : 978-2-84303-161-8.

Texte intégral

1Selon un rapport de Médecins sans frontières (2005) – cité par l’auteur – entre six et quinze mille migrants sub-sahariens en situation irrégulière seraient au Maroc dont les principales nationalités seraient représentées par les Nigérians, Maliens suivis des Sénégalais et Congolais. L’ouvrage nous enseigne des expériences migratoires de Sénégalais transitant par le Maroc avec comme enjeu principal le passage clandestin en Europe. C’est précisément dans cette optique que les migrants originaires d’Afrique subsaharienne – très souvent mis en exergue dans la lutte contre l’immigration irrégulière au Maroc – élaborent de nouvelles façons de voyager afin de contourner les dispositifs répressifs mis en place. Mais Anaïk Pian nous fait surtout découvrir les relations sociales complexes qui s’établissent entre les aventuriers, terme utilisé par l’auteur pour désigner ces migrants sénégalais qui circulent et migrent à la marge, si ce n’est dans l’illégalité. Elle montre également les différentes articulations qui s’opèrent entre l’externalisation des contrôles migratoires et les mobilités des aventuriersbloqués au Maroc. Et elle termine avec une partie de ceux dont la destination finale envisagée s’est éloignée.

2Cette forme de migration vers l’Europe qu’est l’aventure se déploie en effet sur le mode d’une migration par étapes, en ce sensdit-elle, qu’elle se confronte à des défis successifs, aux termes desquels chaque palier franchi scelle une épreuve et en annonce une autre. Que ce soit par la Mauritanie, le Mali voire le Niger et la Libye puis l’Algérie ou directement en avion de Dakar à Casablanca, les aventuriers sénégalais usent de multiples réseaux, assemblés entre eux ; très loin de l’idée d’organisations centralisées, ces réseaux relient ainsi de nombreux territoires et diverses expériences migratoires. Ces parcours qui défient les logiques territoriales et souveraines des nations, viennent « buter » sur l’externalisation du contrôle européen des frontières qui s’opère au Maroc ; processus qui est en train de perturber tout un système d’échanges inter africains, souligne l’auteur. Pour preuve, l’union européenne ne cesse de demander au Maroc d’imposer l’obligation de visa à l’ensemble des ressortissants des pays subsahariens, espérant « endiguer » une partie de ces mobilités.

  • 1  Souvent les thiamen logent à l’extérieur des « foyers », notamment quand ils ont accumulé suffisam (...)
  • 2  Gérard Sadik in Migreurop (2009) Atlas des migrants en Europe. Géographie critique des politiques (...)

3Face au durcissement de ces politiques européennes auquel le Maroc est de plus en plus associé, sont apparus des « foyers » qui sont des éléments de stabilité dans l’instabilité de l’aventure. Ces hébergements communautaires dirigés par un Thiaman1peuvent accueillir également des Maliens, Gambiens, Guinéens… et se caractérisent par leur dénuement ; Anaïk Pian rappelle ainsi que ce sont tout d’abord des lieux de passage où les populations se recomposent sans cesse. En conséquence, au sein de ces « communautés d’itinérance » (Claire Escoffier), les rapports entre les migrants se caractérisent à la fois par des solidarités pragmatiques et des solidarités marchandisées, avec des sentiments d’appartenance à un même groupe etdes distances critiques à l’égard de celui-ci. Et l’auteur détaille tout un ensemble de règles existant au sein de ces « foyers » qui sont d’autant plus importantes qu’elles invitent à remettre en cause la criminalisation de la figure du « passeur ». Enfin dans ces lieux d’attente forcée, aux inquiétudes perpétuelles d’être raflés par la police, s’ajoute la peur d’être reconduit aux frontières du Maroc, notamment vers l’Algérie à proximité d’Oujda. C’est ainsi que l’aventure côtoie la « migrer-rance », autre néologisme2 qui exprimerait à la fois l’espérance de réussir sa « migration » et l’errance subie.

4Pas plus que les autres régions du Maroc, les régions entourant les présides de Ceuta et Melilla ne sont pas officiellement interdites aux aventuriers, toutefois elles assignent à celles et ceux qui s’y trouvent – ou qui ne devraient pas s’y trouver, selon la police marocaine – une identité particulière. Juste avant le passage des frontières, les campements informels de Bel Younes ou Mesnara – situés au Nord du Maroc – assurent comme les « foyers », une fonction protectrice en dépit de leur vulnérabilité. À l’appui des travaux de l’anthropologue Roger Martin Keesing, l’auteur souligne que ces campements constituent des systèmes de résistances aux politiques étatiques tout en mimant certains aspects de ce pouvoir dominant. Ainsi des règles sont établies en référence aux institutions contemporaines, avec l’emploi de termes comme « nations unies » ou « casques bleus »… ; ces derniers ayant notamment comme rôle d’accompagner les migrants qui partent franchir les barbelés des deux enclaves espagnoles. En parallèle des « conventions » collectives et écrites cadrant leur quotidien, et découlant de l’accumulation d’une expérience migrante commune, il y a aussi toutes les débrouillardises liées à l’institutionnalisation du passage, titre du sixième chapitre. Ainsi face à la délocalisation des contrôles européens les empêchant de circuler légalement, les aventuriers construisent leurs propres règles de voyage. La voie « clandestine » qui conduit vers l’Europe est appréhendée non pas comme un acte illégal ou illégitime, mais comme un acte légitime, se justifiant par la non-obtention de visa.

  • 3  Claire Bidard (2006) Crises, décisions et temporalités autour des bifurcations biographiques, Cahi (...)
  • 4  « Le recours à la corruption devient un capital de mobilité indispensable» écrit l’auteur ; tactiq (...)

5Pour les autres n’ayant pas réussi, certains ont des troubles psychologiques liés à l’errance ; leur dénuement physique et moral leur laisse peu de chance dans cette vie devenue un cauchemar. Ce point n’est pas développé, et on le regrette, à la différence des deux derniers « moyens pour sortir de l’aventure » que sont le retour au pays et la reconversion dans les réseaux commerçants sénégalais. Pour en arriver à l’une de ces deux décisions, il a fallu ce temps de maturation et d’accumulation pour que la personne ait vraiment le sentiment d’une limite3. La durée indéterminée du voyage, l’échec du passage, l’argent reçu du pays devenant un poids, le sentiment d’enfermement, sont autant de facteurs qui imposent le choix d’un autre projet de vie. Pour ceux qui retournent au Sénégal, ils « s’insèrent » le temps d’un aller simple dans le commerce à la valise, défini comme un principe de « solidarité contrainte et confiance obligée ». Par exemple, pour celles et ceux qui restent, l’achat d’une carte de séjour4 permet à certains Sénégalais de s’insérer dans le commerce. Mais leur situation demeure précaire, elle s’apparente à un combat quotidien pour (sur)vivre ; et à cela s’ajoutent les discriminations : jets de cailloux, refus de s’asseoir à coté d’eux dans les bus, continuer à avancer pour ne pas être blessé alors que des paroles désobligeantes vous sont proférées.

  • 5  En référence au no man’s landde 14 kilomètres situé aux frontières de l’Algérie.

6Jusqu’où peut-on parler de transitlorsque le passage – vers l’Europe en l’occurrence – se fait de plus en plus difficile ? La mobilisation de notions telles l’entre-deux– expression empruntée à Violette Rey – de zone tampon, de nasseou d’« espace extraterritorial »5 où l’arbitraire est souvent de mise, souligne à quel point des aventuriersse retrouvent prisonniers après qu’au fil des mois voire des années, leur chance de parvenir en Europe se trouve compromise.

7Enfin on soulignera les entretiens présents tout au long de l’ouvrage qui illustrent judicieusement les vies des aventuriers sénégalais vivant aujourd’hui au Maroc. Ces interviews restituées parfois sous formes de simples conversations ou dialogues, sont de très belles images écrites de la sociologie compréhensive ; car au-delà de décrire les parcours migratoires de ces aventuriers, elles permettent aussi de comprendre les enjeux des contrôles migratoires qui s’opèrent sur le territoire marocain entre l’Union européenne, le Maroc et d’autres États africains. Anaïk Pian offre ainsi une contribution de qualité à travers de nombreux portraits, et nous apporte une indispensable réflexion sur l’expérience d’une mobilité bloquée en cours de route.

Haut de page

Notes

1  Souvent les thiamen logent à l’extérieur des « foyers », notamment quand ils ont accumulé suffisamment d’argent, après avoir réussi de nombreux passages vers l’Europe.

2  Gérard Sadik in Migreurop (2009) Atlas des migrants en Europe. Géographie critique des politiques migratoires, Paris, Armand Colin, 144 p. Ce néologisme fait écho à celui de « déserrance » conçu par Claude-Valentin Marie et réutilisé par Anaïk Pian.

3  Claire Bidard (2006) Crises, décisions et temporalités autour des bifurcations biographiques, Cahiers internationaux de Sociologie, vol. CXX, p. 40 (cité par l’auteur).

4  « Le recours à la corruption devient un capital de mobilité indispensable» écrit l’auteur ; tactiques qui se retrouvent à toutes les échelles, de l’achat d’un billet de train aux passages des frontières.

5  En référence au no man’s landde 14 kilomètres situé aux frontières de l’Algérie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Clochard, « Anaïk PIAN, Aux nouvelles frontières de l’Europe. L’aventure incertaine des Sénégalais au Maroc », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 26 - n°1 | 2010, mis en ligne le 30 août 2010, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://remi.revues.org/5054

Haut de page

Auteur

Olivier Clochard

ADES (Bordeaux 3), associé à Migrinter

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page