Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Serge BARBA, De la frontière aux barbelés. Les chemins de la Retirada 1939

Ralph Schor
p. 215-224
Référence(s) :

Serge BARBA, De la frontière aux barbelés. Les chemins de la Retirada 1939, Canet, Trabucaire, 2009, 255 p., ISBN : 978-2-84974-086-6.

Texte intégral

1L’afflux brutal des républicains espagnols fuyant la répression franquiste, afflux enregistré entre le 28 janvier et le 13 février 1939, a déjà inspiré de nombreuses études. Cette retraite où Retirada lança sur les chemins de l’exil quelque 500 000 personnes, combattants et civils, valides et blessés, femmes, enfants, vieillards. Rien n’était préparé pour accueillir les réfugiés, bien que les autorités françaises eussent envisagé la possibilité d’un tel exode. Aussi l’accueil, si l’on peut employer ce terme, s’effectua-t-il dans les plus mauvaises conditions : improvisation, méfiance inspirée par les arrivants, brutalité parfois.

2Serge Barba, président de l’Association des fils et filles de républicains espagnols et enfants de l’exil (FFREEE), a voulu reconstituer les itinéraires suivis par les réfugiés entre leur passage de la frontière et leur arrivée dans les camps dits alors de « concentration ». Le livre se présente comme une sorte de chronique évoquant la vie quotidienne au long de chaque chemin. Le récit est nourri par de nombreux documents, cartes, rapports officiels, photos d’époque, articles de journaux, témoignages, dessins et œuvres d’art diverses laissés par les acteurs de l’exode.

3Le premier lieu de passage se situe à Cerbère où l’on arrivait par mer et surtout par terre. Les témoignages initiaux évoquent une situation qui se renouvellera en chaque point de la frontière : « une population affolée », des « fuyards mal protégés par leurs haillons contre le froid », des lieux d’hébergement improvisés dans « des maisons inhabitées insalubres, des granges, des halles, des prisons désaffectées, d’anciens haras, d’anciens moulins… ». Puis sont passés en revue les autres points de passage, Banyuls, Port-Vendres où furent amenés des navires-hôpitaux, le Perthus, La Vajol-Las Illas, Saint-Laurent-de-Cerdans, Lamanère, Prats-de-Mollo, Py-Mantet, la Cerdagne. Beaucoup de relations mentionnent la brutalité des forces de l’ordre, surtout les Sénégalais et les Spahis, et la bonne volonté des élus locaux ainsi que celle de certains ecclésiastiques comme l’abbé Bousquet, curé de Saint-Laurent-de-Cerdans.

4Après avoir été contrôlés, fouillés, désarmés et filtrés, les républicains étaient vivement invités à regagner leur pays. Ceux qui restaient, étudiés dans la deuxième partie du livre, se trouvaient « entre frontière et camp ». Ils étaient rassemblés à Arles-sur-Tech, tête de pont ferroviaire des évacuations, Amélie-les-Bains, Céret, le Boulou, Perpignan où s’installèrent nombre de hautes personnalités de la république espagnole défunte.

5La troisième partie est consacrée aux camps, Argelès, Saint-Cyprien, le Barcarès, Collioure, le Vernet d’Ariège, Agde, Rivesaltes… Beaucoup de lieux se révélaient impropres à leur fonction : Argelès où furent enfermées quelque 100 000 personnes était situé sur une plage marécageuse. Des monographies mettent l’accent sur des lieux particuliers ; la maternité d’Elne, le centre spécial de Rieucros en Lozère, le château de Collioure où les réfugiés jugés les plus dangereux étaient rassemblés dans des conditions de détention très dures.

6Le livre apporte peu de révélations sur les camps, déjà très étudiés. Mais il reconstitue avec émotion l’expérience douloureuse vécue au quotidien par les Espagnols, les efforts généralement consentis avec humanité par les communes frontalières, l’incurie des autorités supérieures et parfois la brutalité des forces de l’ordre. Ce livre dans son entier constitue lui-même une sorte de témoignage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ralph Schor, « Serge BARBA, De la frontière aux barbelés. Les chemins de la Retirada 1939 », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 26 - n°2 | 2010, mis en ligne le 08 décembre 2010, consulté le 26 mars 2017. URL : http://remi.revues.org/5164

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page