Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Ida SIMON-BAROUH, Juifs à Rennes, Étude ethnosociologique

Hélène Bertheleu
p. 215-224
Référence(s) :

Ida SIMON-BAROUH, Juifs à Rennes, Étude ethnosociologique, Paris, L’Harmattan, 2009, 604 p. + cahier photographique de 23 p, ISBN : 978-2-29610-755-7.

Texte intégral

1Cet ouvrage propose une enquête ethnosociologique approfondie d'une petite collectivité : les familles juives de Rennes. Réalisée dans la perspective de la sociologie des relations interethniques, cette enquête minutieuse parvient à nous donner une connaissance approfondie de l'histoire et des formes d'appartenance de celles et ceux qui, aujourd'hui à Rennes, s'identifient à cette ethnicité juive, dans la diversité de ses appropriations individuelles et collectives, quotidiennes et festives.

2S'appuyant sur un matériau impressionnant, nourri d'observation participative longue (plusieurs années) et d'entretiens nombreux et particulièrement approfondis, l'auteure nous fait entrer avec une certaine sensibilité dans les souvenirs, mais aussi dans les pratiques (culinaires, éducatives, religieuses, linguistiques, associatives, festives, etc.) qui fondent, jour après jour, le sentiment « d'appartenir » à un collectif et « d'éprouver » une identité. Tous ces récits constituent un matériau d'une grande richesse, permettant de saisir ce que Daniel Cefaï appelle les « contextes d'expérience et d'activité des acteurs ». Émaillant régulièrement ses descriptions et ses analyses de nombreux extraits d'entretiens, l'auteure prend le contre-pied des travaux parfois rapides et peu fondés, où de rares extraits d'entretiens se contentent d'illustrer le raisonnement de l'auteur : ici, l’ethnologue prend au contraire très au sérieux les narrations que les femmes, les hommes, les jeunes adultes et les plus âgés lui font de leur propre trajectoire et de celle de leurs parents et grands-parents. Ils confient aussi leur vision des liens familiaux, les leçons qu'ils tirent du passé, de ces souvenirs, construisant avec l'ethnologue la mémoire de leur « groupe » ou, en tout cas, de ce milieu auquel ils se sentent appartenir plus ou moins fortement, certains depuis longtemps, d'autres depuis peu, leur sentiment d'appartenance à la judéité étant pour beaucoup le fruit d'un engagement individuel et collectif dans un processus de communalisation.

3Comprendre aussi finement les contextes d'expériences, permet ensuite de saisir ce que peu d'enquêtes permettent de restituer, à savoir « des affectivités, des sensibilités, des imaginaires, des identités, des mémoires et des projets » (Céfaï, 2001). C'est bien finalement ce que parvient à faire Ida Simon-Barouh, adoptant un plan d'ouvrage (le passé puis le présent) qui privilégie la compréhension des individus, des familles et des associations sur un temps long, les décennies reconstituées permettant de comprendre d'une génération à l'autre, les logiques d'engagement (pour le religieux, pour la vie associative, pour la culture, etc.), mais celles aussi de distanciation vis-à-vis de pratiques ou de valeurs perçues comme éminemment juives.

4Ce temps long, c'est aussi celui qui permet d'appréhender le sentiment d'appartenance de façon dynamique, en montrant que les évènements historiques, des conditions de vie nouvelles ou redéfinies, une transmission familiale défectueuse ou au contraire particulièrement accomplie d'une génération à l'autre, une trajectoire familiale où chacun, en vieillissant, prend conscience qu'il est un maillon d'une chaîne culturelle singulière, et bien d'autres dimensions sensibles sur plusieurs décennies, peuvent expliquer les attitudes d'aujourd'hui, les réticences à se dire juif en famille ou en public, ou au contraire l'assurance tranquille, mais néanmoins vigilante d'être un Juif aujourd'hui à Rennes.

5L'ouvrage est composé de deux parties : une première traite, à partir des récits recueillis, de l'histoire familiale des quatre-vingt-dix personnes rencontrées, de leurs activités domestiques et religieuses, des « traditions » telles qu'elles étaient interprétées autrefois, des façons de se marier, de s'exprimer, d'élever les enfants, dans des circonstances qui ont souvent été celles de la migration, du déplacement ou de la fuite ; la seconde traite notamment de la vie collective aujourd'hui telle qu'elle s'est organisée autour d'associations cultuelle et culturelle, mais aussi de la transmission, de l'identité, des perceptions d'Israël et des modalités concrètes d'insertion dans la vie rennaise.

6Outre le foisonnement d'informations qui donnent une image sinon complète tout au moins complexe de la vie de cette petite « communauté » (le terme y est discuté), l'ouvrage se termine par une réflexion approfondie sur l'identité ethnique et la situation minoritaire qui la nourrit. Construite à partir des points de vue des personnes rencontrées, la judéité qui se dessine au fil des pages apparaît comme une construction fragile, toute en finesse, parfois invisibilisée, parfois clairement revendiquée, entretenue par le regard (souvent réel, parfois supposé) du majoritaire, mais aussi par les souvenirs, la mémoire collective, l'histoire, les rites, les valeurs, les objets, les moments festifs, où l'entre-soi domine. Au-delà, toutefois, de l'expression individuelle de l'appartenance, le travail fouillé sur la vie associative montre combien les liens de type communautaire n'ont pas une vitalité intrinsèque, ne se maintiennent pas tout seuls. Ils impliquent au contraire un investissement important : celui offert naguère par ceux qui se sont mobilisés pour obtenir une salle de prière puis une synagogue, alors même que Rennes apparut longtemps comme un « désert » juif, et celui aujourd’hui de ceux qui se mobilisent régulièrement pour que la « communauté » existe et se pérennise à Rennes, pour que la ville constitue une terre accueillante aux nouveaux venus susceptibles de venir s'y installer.

7L’ouvrage propose une anthropologie culturelle de ces familles sur plus de six cents pages : c’est le temps nécessaire pour s’imprégner des valeurs, saisir le sens des pratiques et peut-être même s’attacher, comme sut l’être certainement l’auteure, à ces individus et leurs familles, à leurs manières « d’être au monde » si singulières et en même temps tellement (et simplement)… humaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Bertheleu, « Ida SIMON-BAROUH, Juifs à Rennes, Étude ethnosociologique », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 26 - n°2 | 2010, mis en ligne le 08 décembre 2010, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://remi.revues.org/5166

Haut de page

Auteur

Hélène Bertheleu

CNRS UMR 6173 CITERES, Université de Tours

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page