Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Alain TARRIUS et Olivier BERNET, Migrants internationaux et nouveaux réseaux criminels

Lamia Missaoui
p. 215-224
Référence(s) :

Alain TARRIUS et Olivier BERNET, Migrants internationaux et nouveaux réseaux criminels, Canet, Trabucaire, 2010, 160 p., ISBN : 978-2-84974-112-2.

Texte intégral

1Chaque ouvrage de Tarrius enchaîne sur les conclusions du précédent, exposant donc une enquête sans fin, depuis 1985, sur la naissance, les évolutions et peut-être même la mort de cette forme migratoire qu’il dénomme la transmigration.

2C’est encore le cas ici, mais à l’importante différence près que l’objet est moins l’identification des formes des nouvelles migrations internationales, les transmigrations, que leur absorption par de nouveaux réseaux criminels. Ils fédèrent les anciennes « pieuvres » italiennes, un pan entier des transmigrations caucasiennes, moyen-orientales et balkaniques, à des entreprises d’électronique asiatiques et à toutes sortes d’organisations policières, douanières et consulaires. Ainsi, ces réseaux sont à même de dresser une « toile » recouvrant la Méditerranée, l’Europe méridionale et ses entours moyen-orientaux et caucasiens. Nous assistons, nous dit Tarrius, à une réorganisation des réseaux criminels sur le modèle de la « toile » Internet, c'est-à-dire « mondialisés, polyvalents, complémentaires, accessibles », et en rupture avec les anciennes formes « mafieuses », tout en les survalorisant. Les chercheurs « déroulent » des trajectoires de migrants depuis Hérat, en Afghanistan, jusqu’aux « clubs » de prostitution du Levant espagnol, en passant par les Balkans et l’Italie du Sud.

3Un nouvel ordre criminel se déploie, se globalise, sans contrôle, attirant bas et haut des échelles sociales, alors que les États peinent à définir leur place dans cette insaisissable mondialisation.

La mondialisation des pauvres

4Deux types de réseaux et de circulations migratoires, qui se développaient parallèlement, avec plus d’évitements et de conflits que d’interférences et d’affinités, sont donc en train de fusionner à l’occasion des derniers avatars de la crise financière du monde globalisé.

5- D’une part les vieux réseaux criminels, qui faisaient circuler les drogues, les armes et les femmes, suivant une logique territoriale de « pieuvre », c'est-à-dire des expansions omnidirectionnelles à partir de centralités micro localisées gérant de vastes territoires ; ils manifestaient cependant, dès lors qu’ils étaient menacés pour telle activité illicite, une forte capacité de fractionnement en micro unités opaques selon une logique de « famille ». L’observateur n’apercevait alors qu’une manifestation locale de cet ensemble criminel que l’on qualifie de cette notion très intermédiaire, floue et peu opératoire, de « mafieux ».

  • 1  C’est ainsi que tel fabricant asiatique de produits électroniques qui commercialisait jusqu’en 200 (...)

6- D’autre part les nouvelles transmigrations, ou un type récent de migrations internationales, où des centaines de milliers de petits entrepreneurs nomades se déploient en réseaux de revente avantageuse de produits d’usages licites non taxés, aux quatre coins de la planète, véritable force de travail transfrontalière commerciale des grandes firmes mondialisées, gênées dans leur expansion par les règles interétatiques du commerce officiel. Cette force de travail nomade réalise les stratégies commerciales des grandes firmes : le « poor to poor » « l’entre pauvres », c'est-à-dire la vente par des pauvres de produits d’entrée de gamme à des populations réputées non solvables dans les conditions de taxations du marché international. Ces transmigrants, peu sensibles aux réglementations fiscales et commerciales des nations qu’ils traversent, effectuent en plusieurs mois des tournées, de chez eux à chez eux, et nulle part ne posent des problèmes d’intégration aux sociétés qu’ils côtoient, travaillant brièvement, afin d’assumer leurs déplacements, aux champs et dans le bâtiment après avoir écoulé leurs marchandises. Leurs clientèles privilégiées sont les populations pauvres des nations pauvres ou riches : poor to poor, par les pauvres et pour les pauvres est en effet un objectif commercial des grandes firmes dans leur déploiement mondial1. Là, les réseaux sont très lisibles, d’un bout à l’autre des distributions, et les marchandises commercialisées sont d’usage licite, mais évidemment échappent aux taxes usuelles et donc peuvent atteindre des populations à la solvabilité faible ; pour l’essentiel ces produits ne sont pas contrefaits, leur technicité étant trop complexe et trop évolutive (ordinateurs, clefs USB, MP3, appareils photo numériques, caméscopes, etc.).

« Invisibilité » des transmigrants ?

7Les responsables étatiques, aussi bien que ceux des grandes ONG, s’abstiennent de reconnaître la nouvelle et importante forme de migrations internationales que représentent les transmigrants, dans un contexte où leurs activités ne sont pas criminelles. Par ailleurs, les réseaux criminels se maintiennent dans un flou propice à toutes les affabulations relayées par la presse à sensations. En effet, il apparaît relativement plus urgent et davantage à portée de l’action publique de gérer les demandeurs d’asile et les sans papiers, que de reconnaître des populations en migration qui excèdent de toutes les frontières, ne demandent aucune intégration, et se présentent comme des sortes de « justiciers » du commerce international. Dans ces conditions, on comprend que le recouvrement actuel des réseaux de transmigrants par les réseaux criminels soit pour l’heure peu accessible aux analyses des transformations des modes d’organisation de la criminalité.

  • 2  Nous ferons une exception pour la CIMADE de Montpellier qui, au contact des Marocains transmigrant (...)
  • 3  Résultats d’une recherche menée (2007-2009) par Hasnia-Sonia Missaoui, Lamia Missaoui, Olivier Ber (...)

8Pour les ONG, ces migrants-là ne relèvent pas de leur action2. Ils leur apparaissent comme non nécessiteux et très extérieurs aux problématiques de l’assistance juridique. Pourtant, les situations sanitaires et affectives des transmigrants sont très proches de celles des autres migrants internationaux de la misère3.

  • 4  C’est ainsi que dans les Balkans les informations sur les migrants de la misère en Grèce sont abon (...)
  • 5  Nous rappellerons la notion de « système migratoire » proposée par Gildas Simon, Emmanuel Ma Mung, (...)

9Pour le moins un pan de la réalité sociale et économique des migrations contemporaines est ignoré. C'est-à-dire que la capacité d’analyse de toutes les circulations migratoires s’en trouve affectée : en effet les chercheurs ont en tous lieux aperçu la porosité des diverses formes4. Mais cette reconnaissance implique une vision autrement dynamique des mouvements planétaires des populations en migration5. Les diverses formes sont articulées et la compréhension de chacune est tributaire de la connaissance des autres. Le problème concomitant c’est la facilité donnée ainsi à la nouvelle forme, qui associe de plus en plus intensément l’économie criminelle à la transmigration, de se développer. Le paradigme du « lieu » dans les sciences sociales, et celui de l’« identité » conçue comme préséance locale du sédentaire sur le voyageur, ont réduit la mobilité à un état évanescent, une notion profondément abstraite, transitoire, à un manque peu exploré ou au mieux à une trajectoire parcourue d’origine à destination de flux de populations : il n’existe pas de « sujet » de mobilité, l’être est construit, repéré, analysé, essentiellement comme sédentaire. Il y a longtemps que Tarrius réinvestit les espaces-temps de la mobilité, du déplacement, des interactions sociales qui les caractérisent, qui font continuité, donnent pouvoir au migrant sur l’immobilité historique et constitutive des dispositifs sédentaires des États nations, ou encore, pourrait-on dire, des assignations à sédentarité. Face aux prétendus désordres de la mondialisation, cette stabilité ancienne de l’ordre immuable du lieu se présente souvent aujourd’hui comme source d’opacité, d’incertitude.

Une nouvelle et puissante forme migratoire criminelle

  • 6  TARRIUS Alain, La remontée des Sud. Afghans et Marocains en Europe méridionale, L’Aube, 2007.

10L’évolution de la transmigration afghane, que Tarrius étudie depuis six années6, est caractéristique de ce mouvement. Cette forme migratoire internationale-là est née au début des années 2000 et fédère en plusieurs vagues des dizaines de milliers de migrants pendulaires, d’Afghanistan jusqu’aux Balkans et retour. Ces Afghans cumulent durant un, deux, ou parfois trois semestres des petits emplois agricoles avec le commerce de produits électroniques en provenance du Sud-est asiatique, et passés hors taxes par Dubaï ou Koweït-City, soi-disant destinations terminales. Ils se chargent de ces marchandises auprès de petits aéroports, à Trabzon, port turc de la Mer Noire, ou à Samson, ou encore à Poti, en Géorgie, et les commercialisent dans les Balkans, principalement en Bulgarie, donc dans la Communauté Européenne. Ces commerces de « fourmis » permettent d’écouler des marchandises à hauteur de six milliards de dollars environ. De grandes banques des Émirats, Bahreïn, Dubaï, Koweït-City, leur consentaient à partir de Trabzon, Samson, etc., où ils reçoivent les marchandises acheminées par les aéroports côtiers, des lignes de crédit d’un montant moyen de 40 % de leurs achats. Dès le mois de décembre 2008, ces banques refusèrent de renouveler leurs crédits, l’opération étant illégale, puisque ces marchandises, hors taxes, ne pouvaient désormais, suivant les engagements des États, être réexportées des Émirats où elles arrivent en « destination terminale ». La Crise conduisait notamment en effet à un durcissement des régulations bancaires dans le sens d’une adéquation des circulations monétaires aux règles politiques internationales de transfert des marchandises. Dès lors, des milieux turco-italiens troubles constituèrent des « petites sociétés » d’investissement, à partir de « placements » de 10 000 à 20 000 euros par cinquante à cent épargnants : inutile de dire qu’il s’agit de prête-noms pour de l’argent du blanchiment des dérivés du pavot à opium, morphine et héroïne… que les Afghans doivent désormais cultiver au cours de leurs tournées, s’ils veulent obtenir le moindre crédit de ces « petites sociétés » d’investissement. Ainsi, depuis une année la transmigration afghane est soumise, sous peine de disparaître, aux milieux criminels turco-italiens… pour aider des Turcs et des Géorgiens à implanter une industrie des psychotropes illicites, et les firmes internationales de l’électronique du Sud-est asiatique à commercialiser leurs produits. Cette articulation nouvelle d’activités qui grossissent l’influence des réseaux criminels a provoqué un regain d’autres trafics : celui des femmes est le plus visible. Les auteurs, après enquête le long du Levant espagnol, de la frontière française jusqu’à Malaga, possèdent plus de 140 adresses d’interlocutrices prostituées venant de différents pays du Caucase, des Balkans, et du pourtour méditerranéen, consommatrices de cocaïne ou/et d’héroïne, et pour 40 % d’entre elles ayant vécu une étape-initiation aux usages prostitutionnels de la cocaïne en Italie du Sud. Elles ont déclaré leur accord pour des entretiens sur leurs trajectoires. Sept cas, après une typification rigoureuse des trajectoires spatiales ont donné lieu à des enquêtes sur les lieux d’origine, les circonstances de la migration, les lieux étapes, et les transactions lors de l’arrivée dans les clubs prostitutionnels de la côte méditerranéenne espagnole.

11Les dizaines de milliers de transmigrants afghans, qui jusqu’alors commettaient un délit fiscal, sont désormais les chevilles ouvrières de réseaux criminels en prêtant main-forte, pour des salaires dérisoires, à la tentative de culture du pavot somniferum en Turquie et en Géorgie et en blanchissant une partie de l’argent de ses transformations par l’achat des produits électroniques à livrer en Europe. Les mouvements pendulaires de leurs transmigrations sont désormais liés aux phases culturales du pavot requérant l’intervention de « main-d’œuvre spécialisée », si possible étrangère, et nombreuse. Ils provoquent la corruption de nombreux représentants des États, précisément dans les lieux de passage des produits et des personnes : douaniers, policiers, agents consulaires en premier lieu.

Un espace de rationalisation des circulations et valeurs des psychotropes

12Ouest Bulgarie, Macédoine, Sud Serbie, Albanie et Italie du Sud forment une vaste zone d’interpénétration entre la cocaïne, très présente dans l’Ouest européen, avec le « grand arrière » américain, et l’héroïne très présente dans le Moyen-Orient, récemment implantée dans le Caucase et l’extrême Est turc, avec « le grand arrière » asiatique. Dans ce vaste espace, les circulations des psychotropes sont gérées par les milieux criminels italiens, fortement implantés en Albanie, et Bulgares, très proches des Serbes ; des quantités de l’un et l’autre psychotrope, complémentaires dans les consommations, sont échangées et les valeurs monétaires du gramme sont soigneusement étalonnées afin de maintenir les revenus maximaux de chacun. C’est ainsi que le gramme d’héroïne afghane de bonne qualité, négocié à dix euros à Trébizonde (Trabzon-Turquie) est à cinquante euros à Milan, Marseille ou Barcelone après passage de cette zone. La cocaïne d’une qualité négociée à trente euros le gramme à Barcelone se revend à soixante-dix euros en Bulgarie et au-delà. Ces « régulations » maintiennent la paix lors des échanges entre réseaux, rendant possibles des circulations de consommateurs (i.e. prostituées consommatrices des deux produits) et de revendeurs. Connaître les rationalités qui président à la fixation des prix et les contraintes qui permettent de faire respecter ce « marché des valeurs » est de première importance. L’évolution de l’assistance moyen-orientale à la lutte des Albanophones contre les Serbes, comme la fusion des milieux criminels albanais et sud italiens, donnent quelques clefs de compréhension présentées comme autant de pistes qu’une prochaine recherche permettra d’approfondir et de nuancer.

Vers de nouvelles formes

13Ce que l’on peut apercevoir des morphologies des nouveaux réseaux criminels, sous réserve de recherches plus précises, c’est d’une part leur fragmentation en itinéraires multiples non conflictuels et d’autre part leur ethnicisation et leur « démocratisation », dans le sens d’une plus grande accessibilité des réseaux criminels par les populations locales.

Fragmentation en itinéraires multiples non conflictuels

14De l’Europe de l’Est jusqu’à la France et l’Espagne on peut distinguer au moins six réseaux : celui qui, partant des ex-républiques soviétiques d’Asie, passe par la Pologne et l’Allemagne ; celui qui, partant du Caucase, passe par la Géorgie et l’Ukraine, puis l’Autriche et la Suisse ; celui qui, partant d’Asie du Sud-est, passe par le Golfe, le Liban, la Grèce, l’Italie du Nord et la France, est « animé » par des Chinois. Et trois autres sur lesquels ont porté ces recherches : celui qui, partant de Géorgie et d’Afghanistan, passe par la Turquie, l’Italie du Sud et l’Espagne ; celui qui, partant d’Afghanistan, passe par la Turquie, la Grèce, le Sud de l’Italie, la France et l’Espagne ; celui qui, partant du Liban, traverse les pays sud-méditerranéens jusqu’en Espagne ; nous n’envisageons pas là les réseaux remontants (i.e. Nigéria, Maroc, France, Grande-Bretagne, ou encore Somalie, Libye, Italie du Sud) ni transatlantiques (Colombie, Brésil, Europe et Afrique, etc.). Il s’agit là des réseaux véhiculant cocaïne, crack, héroïne, morphine et brown sugar et des femmes pour des activités prostitutionnelles. La représentation cartographique de ces réseaux suggère une toile, à la façon de celle représentant Internet dans son déploiement mondial. Évidemment, cette multiplicité vit sans arrêt des chevauchements et irrigue souvent les mêmes régions. L’offre est ainsi diversifiée, tant en qualité qu’en prix, et elle couvre au mieux les territoires. On est passé d’un commerce de petits épiciers rivaux à une offre de type grands magasins multimarques, même si localement les revendeurs vivent çà et là des conflits commerciaux. Quant aux classiques formations criminelles, italiennes par exemple, elles occupent désormais des points de passage clefs, des carrefours des circulations, confortant, sans perdre leur vocation locale, leur nouveau rôle dans les déploiements criminels mondiaux : par exemple les jeunes femmes des Balkans, du Caucase ou des espaces proche-orientaux circulant vers les accueillants « clubs » du Levant espagnol effectuent généralement une étape en Italie du Sud afin de s’initier au commerce de la cocaïne lié à la prostitution.

15Il n’y a plus de grands conflits entre réseaux. Cette évolution a été concomitante chez les transmigrants, comme dans les réseaux criminels. Il serait toutefois opportun d’identifier et de décrire des lieux de rencontre des réseaux et de comprendre les règles qui président aux diverses négociations et transactions. Notamment une vaste zone entre Sud Serbie et Sud Italie est celle de l’interpénétration de la cocaïne et de l’héroïne : fixation des équivalences poids/valeurs monétaires, détermination des usages mixtes et spécifiques. Là encore, nous avons cru comprendre que les auteurs ont réservé cette investigation pour une prochaine recherche.

Ethnicisation

  • 7  TARRIUS Alain et MISSAOUI Lamia, Arabes de France dans l’économie souterraine mondiale, L’Aube, 19 (...)

16Depuis une quinzaine d’années7 les chercheurs ont constaté que les transmigrants fonctionnent en réseaux ethniques et ont la particularité de développer un code d’honneur, un métalangage commercial, débarrassé des références religieuses ou idéologiques des uns et des autres, qui non seulement évite les conflits, mais de plus met en synergie la diversité pour l’obtention et la distribution d’un produit. Cette caractéristique qualifie aujourd’hui les nouveaux réseaux criminels. Chaque réseau possède la qualification de ses membres, Géorgiens obstinés, Chinois habiles commercialement, etc., ainsi que ses territoires d’implantation, mais sans que cela dépasse les représentations populaires usuelles, et de façon même à valoriser les uns et les autres. Tous ces réseaux « ethniques » sont solidaires face à leur nécessité de contourner la diversité des politiques des États concernant les étrangers et face à la nécessité de partager un immense marché. À Trabzon, l’offre d’héroïne se décline en termes de provenances diverses (« la russe », « l’afghan », « la turque », « l’indienne », « la chinoise », etc.), et les cours évoluent selon ces provenances, sans que les critères de différenciation soient clairs : chaque revendeur du quartier du port peut indifféremment fournir la diversité des produits, mais encore des commerçants russes ou afghans, etc., peuvent fournir exclusivement « leur » marchandise. Le tout sans conflits.

Démocratisation

17Ce ne sont plus des individus spécialisés dans le travail de rabatteurs qui recrutent clients et complices, mais des personnes attirées par les consommations, ou l’opportunité de gains faciles, qui ouvrent un petit marché de voisinage de psychotropes en s’adressant au réseau le plus proche ou le plus visible. De même pour la prostitution, c’est l’occasion qui provoque l’intervention d’un loueur d’appartements ou d’un tenancier de « boîte » dans l’espace méditerranéen et balkanique, auprès d’un gérant de club espagnol. Chacun de ces nouveaux partenaires peut fournir une entrée dans les différents réseaux criminels où participent de plus en plus d’individus aux profils sociaux « irréprochables, banals ». La règle de l’« omerta » se trouve particulièrement affaiblie par cette labilité des dépendances ou appartenances. Les chercheurs en ont fait l’expérience dans leurs enquêtes. L’accès à un terrain qui était complexe s’en trouve ainsi considérablement simplifié.

  • 8  Nos enquêtes sur les clubs espagnols de prostitution en 2008 et 2009 dénombrent 70 % de retours da (...)

18De plus en plus les « carrières » de prostitution, en Espagne, sont enclavées, durant quatre à sept ans, dans une histoire de vie familiale et sociale qui banalise ce « moment » en faisant continuité entre l’avant et l’après-prostitution8. Cela caractérise les femmes originaires des Balkans et du Caucase. Pour nombre d’entre elles, il semblerait cependant qu’après des années de pratique de « la passe avec la dose de coke », l’usage de l’héroïne, très accessible dans leurs régions d’origine, se chronicise. Le retour, si fréquent, des prostituées de l’Est vers leur milieu social d’origine est marqué pour plus de 50 % d’entre elles, selon les évaluations des chercheurs (enquêtes dans des clubs espagnols), par l’importation du VIH, du VHC et de l’addiction à l’héroïne.

Haut de page

Notes

1  C’est ainsi que tel fabricant asiatique de produits électroniques qui commercialisait jusqu’en 2008 des micro-ordinateurs au prix plancher de 420 euros (prix constructeur) et des caméscopes pour 320 euros propose aujourd’hui des gammes à partir respectivement de 160 et 112 euros… mais les réseaux usuels de commercialisation ne « suivent pas » les réductions de marges ainsi impliquées : il reste ces petits commerçants internationaux que sont les transmigrants, habitués depuis plusieurs années à commercialiser des clefs USB et autres MP3.

2  Nous ferons une exception pour la CIMADE de Montpellier qui, au contact des Marocains transmigrants a bien compris leur problématique et leurs besoins d’assistance.

3  Résultats d’une recherche menée (2007-2009) par Hasnia-Sonia Missaoui, Lamia Missaoui, Olivier Bernet, et Alain Tarrius, pour la MIRE-DREES : « Accès aux soins des transmigrants ».

4  C’est ainsi que dans les Balkans les informations sur les migrants de la misère en Grèce sont abondantes et celles sur les nombreux transmigrants qui passent en Bulgarie sont inexistantes.

5  Nous rappellerons la notion de « système migratoire » proposée par Gildas Simon, Emmanuel Ma Mung, etc. qui solidarise toutes les formes migratoires internationales pour la compréhension de chacune d’entre elles.

6  TARRIUS Alain, La remontée des Sud. Afghans et Marocains en Europe méridionale, L’Aube, 2007.

7  TARRIUS Alain et MISSAOUI Lamia, Arabes de France dans l’économie souterraine mondiale, L’Aube, 1995.

8  Nos enquêtes sur les clubs espagnols de prostitution en 2008 et 2009 dénombrent 70 % de retours dans les familles balkaniques après quatre à sept ans de prostitution. Voir TARRIUS Alain et BERNET Olivier, Migrants internationaux et nouveaux réseaux criminels, Rapport INHES 2009, à paraître en 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lamia Missaoui, « Alain TARRIUS et Olivier BERNET, Migrants internationaux et nouveaux réseaux criminels », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 26 - n°2 | 2010, mis en ligne le 08 décembre 2010, consulté le 30 mai 2017. URL : http://remi.revues.org/5168

Haut de page

Auteur

Lamia Missaoui

Laboratoire Printemps, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page