Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Éric VIAL, L’Union populaire italienne, 1937-1940. Une organisation de masse du Parti communiste italien en exil

Ralph Schor
p. 215-224
Référence(s) :

Éric VIAL, L’Union populaire italienne, 1937-1940. Une organisation de masse du Parti communiste italien en exil, Rome, École française de Rome, 2007, 461 p., ISBN : 978-2-72830-756-2.

Texte intégral

1Éric Vial, spécialiste de l’Italie et particulièrement de l’histoire de l’immigration, a tiré de son mémoire d’habilitation à diriger des recherches un remarquable ouvrage sur l’Union populaire italienne (UPI).

2L’UPI naquit en 1937, à l’époque où les partis communistes sortaient de leur isolement et cherchaient à constituer de vastes rassemblements antifascistes, comme ce fut le cas en France en 1934-1936. Le PC italien offrit à l’UPI une aide matérielle, un financement provenant sans doute du Komintern, des locaux, une presse, un personnel d’encadrement, une base militante. De la sorte, la nouvelle organisation apparaissait d’emblée comme le satellite d’un PCI hégémonique qui la contrôlait et voulait l’utiliser pour recruter. Au congrès de fondation, à Lyon, les délégués communistes étaient trois fois plus nombreux que les autres antifascistes.

3L’UPI offrait divers services à ses membres. Elle les aidait dans leurs relations avec l’administration française. Elle distribuait des secours alimentaires. Elle proposait des colonies de vacances. Elle mit sur pied des associations filiales destinées à rassembler divers groupes tels que les anciens combattants, les femmes, les jeunes. Elle organisait des activités culturelles, sportives, ludiques comme, à Waziers dans le Nord, le concours du « plus gros mangeur de spaghettis sans les mains ». L’UPI fit aussi campagne pour appuyer une revendication de la gauche immigrée, la définition d’un statut juridique des étrangers.

4Le discours de l’Union populaire se voulait unitaire et largement « interclassiste », ce qui la conduisait à effacer les références prolétariennes. En effet l’UPI tendait explicitement la main aux petits et moyens propriétaires, patrons, commerçants, aux paysans, aux professions intellectuelles et libérales, aux cadres, aux catholiques et même aux « frères en chemise noire ». Certains dirigeants semblent avoir cru à une possibilité de libéralisation du régime fasciste. Pour mieux fonder son aspiration unitaire, l’UPI exaltait la fierté de l’identité italienne. À cette fin elle montrait la beauté et la richesse de la langue et de la culture péninsulaires. Les artistes du passé comme les créateurs contemporains étaient régulièrement invoqués, ainsi Dante, Léonard de Vinci, Giotto, Michel Ange, Goldoni, Pirandello, d’Annunzio, Chirico, etc. Garibaldi et Mazzini étaient placés en tête des références historiques. Le rassemblement était aussi étayé par un éloge de la nation et de ses intérêts primordiaux, comme l’indépendance. Le caractère positif conféré à l’italianité permettait d’accepter une certaine intégration des immigrés, mais non leur assimilation. Enfin, l’UPI rejetait l’antisémitisme fasciste, contraire à la tradition italienne.

5Les dirigeants populaires affichaient leurs sentiments francophiles, d’autant plus vibrants que la Front populaire, les grèves de 1936, les lois sociales, l’essor contemporain du syndicalisme rendaient le pays d’accueil particulièrement sympathique. L’amitié et la collaboration avec les hôtes français étaient facilitées par les choix démocratiques, antifascistes, pacifistes faits par le gouvernement de Paris. Le multipartisme et la démocratie, même dans son incarnation américaine, étaient vantés. Mais l’UPI, sans crainte de la contradiction, célébrait également la forme soviétique de la démocratie. Le rejet de l’impérialisme fasciste, de l’Axe, de la conquête de l’Éthiopie, de Franco apparaissait très ferme. Dans le domaine culturel, l’UPI, tout en promouvant le réalisme socialiste, se voulait moderne, ouverte aux recherches et au progrès, soucieuse d’élever le niveau des masses.

6L’organisation de l’UPI, dotée seulement de trois permanents au niveau national, resta légère. La direction était cependant ferme et centralisée. Les sections locales avaient surtout pour mission de recruter, d’animer, de diffuser le message du sommet et d’obtenir un consensus minimal. Le nombre des adhérents évolua sans doute entre 30 000 et 40 000 au grand maximum. Des sections purent être implantées dans des régions de faible immigration italienne, mais la vitalité fut surtout notable dans le Sud, la région Rhône-Alpes et une bande départements allant du Nord au Doubs. Le tirage du journal de l’UPI, la Voce degli Italiani, avoisinait les 15 000 exemplaires.

7Les ambiguïtés du discours tenu par l’Union populaire entravèrent son développement. En effet, la francophilie était contredite par la politique du gouvernement Daladier qui surveillait fermement les étrangers et leur imposait de nombreuses contraintes. L’exaltation de l’identité italienne s’accordait mal avec l’intégration de plus en plus forte des immigrés et les naturalisations, fréquentes même chez les dirigeants du mouvement. Les positions unitaires conduisant à tendre la main à des catégories très éloignées de la gauche étaient mal reçues par une base attachée au militantisme rouge traditionnel. À partir de 1938, les effectifs reculèrent tandis que les prises de position classiques de la gauche prenaient plus de corps. La cohésion interne de l’UPI était mal assurée : certains communistes trouvaient l’organisation trop modérée et les non-communistes condamnaient le poids du PCI. Si le rejet des trotskystes était général, les méfiances et les querelles étaient fréquentes.

8Les tensions internationales forcèrent l’UPI à préciser la nature de sa francophilie. L’organisation, certes pacifiste, fut conduite par sa solidarité pour le pays d’accueil à promettre de s’engager les armes à la main pour défendre celui-ci. Lorsque Mussolini réactiva ses revendications irrédentistes, l’UPI se plaça aux côtés de la France et organisa des engagements de volontaires. À l’approche de la guerre, les communistes resserrèrent leur emprise sur l’UPI. La signature du pacte germano-soviétique traumatisa l’Union et entraîna sa disparition rapide. Certains dirigeants essayèrent d’abord de minimiser l’importance du pacte. Mais les communistes, condamnant les démocraties et les socialistes, s’alignèrent sur Moscou. Le principal animateur de l’UPI, Cocchi, hostile au pacte, fut exclu du PCI. Les socialistes, outrés par le ralliement des révolutionnaires à l’accord germano-soviétique, s’éloignèrent de l’UPI ou essayèrent localement d’en évincer les staliniens. En tout cas, l’activité s’effondra et l’Union disparut dans le tourbillon de la guerre.

9Éric Vial montre in fine que l’UPI joua un faible rôle dans les secteurs où l’intégration des immigrés était très avancée et connut la réussite dans le cas inverse. Mais, par son discours de synthèse mariant sentiment national italien et francophilie, elle facilita l’assimilation : elle montrait qu’un étranger peut prendre de nouvelles racines sans renier les anciennes. Cette thèse est développée avec brio dans un livre savant, mais non pesant. L’érudition, étayée par un appareil critique très riche, apparaît impressionnante. La démonstration, la nuance dans le jugement et l’interprétation entraînent l’adhésion du lecteur. Existe-t-il des livres définitifs ? Si oui, celui-ci en constitue un parfait exemple.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ralph Schor, « Éric VIAL, L’Union populaire italienne, 1937-1940. Une organisation de masse du Parti communiste italien en exil », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 26 - n°2 | 2010, mis en ligne le 08 décembre 2010, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://remi.revues.org/5170

Haut de page

Auteur

Ralph Schor

Département d’Histoire, Université de Nice-Sophia-Antipolis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page