Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Marlène LARUELLE, Dynamiques migratoires et changements sociaux en Asie centrale

Stéphane de Tapia
p. 215-218
Référence(s) :

Marlène LARUELLE (Dir.), Dynamiques migratoires et changements sociaux en Asie centrale, Paris, Petra Éditions, 2010, 320 p., ISBN : 978-2-847-43028-8.

Texte intégral

  • 1 L’Idéologie russe ou Comment penser l’empire ?, Paris, L’Harmattan, 1999 ; Mythe aryen et rêve impé (...)

1Marlène Laruelle est avec Virginie Symaniec directrice aux éditions parisiennes Petra d’une collection intitulée « Sociétés et cultures postsoviétiques en mouvement » et c’est précisément dans cette collection qu’elle fait paraître un ouvrage collectif avec pour titre : Dynamiques migratoires et changements sociétaux en Asie centrale. Cet ouvrage de 320 pages n’est pas le premier de la collection écrit ou dirigé par Marlène Laruelle puisque deux titres personnels déjà y figurent : La Quête d’une identité impériale. Le néo-eurasisme dans la Russie contemporaine, paru en 2007, et avec Catherine Servant : D’une édification l’autre. Socialisme et nation dans l’espace postcommuniste, paru en 2008. Cette jeune politologue est docteure de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales. Elle est spécialiste du néo-eurasisme russe, sujet de son doctorat paru sous trois titres, celui de l’édition Petra cité ci-dessus, l’un paru à L’Harmattan et l’autre aux Éditions du CNRS. Elle a également signé avec Sébastien Peyrouse deux ouvrages, l’un sur les Russes du Kazakhstan chez Maisonneuve & Larose en 2004 et l’autre chez Autrement (collection CERI)1. Elle s’affirme comme l’une des figures montantes de l’étude des idéologies nationalistes du monde russe et ex-soviétique en philosophie politique et politologie.

  • 2  KOMATSU Hisao, OBIYA Chika et SCHOEBERLEIN John (Eds) (2000), Migration in Central Asia: Its Histo (...)

2À ce titre, elle n’est donc pas au sens strict spécialiste des études sur le fait migratoire, mais de fait plusieurs de ses précédentes études, personnelles ou en partenariat, abordent les domaines complexes des migrations internes et internationales sur les territoires des anciennes républiques soviétiques, avec une prédilection pour l’Asie centrale au sens large, incluant le Kazakhstan. Sans être vierge, ce champ géographique de recherche reste encore mal connu du public, même relativement informé sur les tendances actuelles et récentes des flux migratoires sur l’immense territoire que représentent les quinze anciennes républiques. Deux raisons à cela, d’une part la réelle immensité des espaces considérés, rappelons que la Russie, même « esseulée », couvre plus de 17 millions de kilomètres carrés, et le Kazakhstan, avec ses 15 millions d’habitants, plus de 2,7 millions de kilomètres carrés (soit l’équivalent à lui seul de l’UE !), immensité qui recèle des situations incroyablement diversifiées et mal connues, d’autre part, la relative nouveauté des questions liées aux mobilités et migrations dans des pays où la recherche en sciences humaines et sociales, sans être totalement absente de ces problématiques, restait dépendante de l’État central. Enfin, pourrait-on ajouter, la dislocation de l’URSS, accompagnée de quelques crises graves, mais moins nombreuses que ce que l’on aurait pu imaginer, a déclenché plusieurs mouvements massifs de mobilités forcées : Tchétchénie et Nord-Caucase, Karabagh, autour de la vallée de Fergana, conflits interethniques en Géorgie, etc. L’accident de Tchernobyl lui-même a poussé à l’exode des dizaines de milliers d’habitants et les Russes, passablement inquiets quant à l’avenir dans des républiques nouvellement indépendantes où ils n’étaient pas toujours bien vus par les autochtones « titulaires », ont souvent pris les devants en partant par « principe de précaution ». Parmi les tout premiers ouvrages traitant de ces questions, on rappellera celui de Hisao Komatsu, Chika Obiya et John Schoeberlein qui était sans doute l’un des premiers disponibles2. Depuis les publications se sont multipliées, souvent sous les plumes d’Anatoli Vichnevsky, Jana Zayontchovkaya, Irina Ivaniukh, Vladimir Iontsev, Vladimir Mukomel, Vladimir Kolossov, etc. (Russie), Elena Sadovskaya (Kazakhstan), Saodat Olimova (Tadjikistan), etc. Les études commandées par les gouvernements républicains sur les « diasporas » se multiplient également, mais parfois dans une optique très dirigée. En d’autres termes, des « écoles » commencent à émerger en divers lieux de Russie ou dans les nouvelles capitales (Kiev, Astana-Almaty, Bishkek, Bakou). Mais il reste une grande marge de manœuvre pour approcher l’état des connaissances occidentales (américaines, européennes, australiennes, japonaises, turques, inter alia) en ce domaine. La sociologie, l’anthropologie, plus que la politologie ou l’histoire restent, non pas à inventer, mais au moins à conforter tout en n’appliquant pas de façon simpliste et/ou néocoloniale des normes, méthodes et épistémologies venues d’ailleurs. L’étude des migrations a donc un avenir certain dans cette région du monde, reposant sur des faits évoluant extrêmement rapidement.

  • 3  On peut ici se référer au travail de PETRIC Boris-Mathieu (2002), Pouvoir, don et réseaux en Ouzbé (...)

3Au-delà d’une première introduction (pp. 9-20) rédigée par la coordinatrice, cet ouvrage aborde trois aspects plus spécifiques en trois parties : I. De la multiplicité des flux en Asie centrale, avec des textes d’Olivier Ferrando, Marlène Laruelle, Sophie Massot, Sébastien Peyrouse ; II. Évolutions sociales, transformations identitaires stratégies administratives, avec les contributions d’Asel Dolotkeldieva, Adeline Braux, Sophie Hohmann et Sophie Massot ; enfin une partie III. L’impact des migrations sur les rapports de genre avec des articles de Madeleine Reeves, Luisa Piart, Nafisa Khusenova, Stéphanie Belouin. La première partie revient utilement sur l’historique assez méconnu en dehors des spécialistes de la Russie et de l’URSS des migrations russes et soviétiques sur le long terme et fixe les grandes lignes de mobilités en grande partie dictées par le politique plus que par l’économique, bien que, ici comme ailleurs, il soit parfois difficile de fixer des limites franches. Elle permet, avec Sébastien Peyrouse (Les anciens colons sur le départ. Les migrations des populations russophones, pp. 21-48) et Olivier Ferrando (Politiques diasporiques et flux migratoires : les États-nations et leurs co-ethniques de l’étranger, pp. 49-76) de mieux resituer les actuels courants migratoires dans un contexte plus large qui couvre les trois ères tsariste, soviétique et postsoviétique. De fait, migrations et mobilités ne sont pas nouvelles dans cet espace, mais il est resté l’image tenace d’une absence totale de liberté de déplacement hors migrations gérées par le politique, ce que viennent largement nuancer Sébastien Peyrouse et Olivier Ferrando par leurs mises au point. Au passage, remarquons l’usage d’une notion en rapide devenir, celle de « co-ethnique », pour qualifier des populations de même langue et culture vivant dans des pays différents suite au découpage des frontières internationales. Ainsi pour ne citer qu’un exemple, les Ouzbeks présents en Kirghizie (sujet d’actualité !), Kazakhstan, Turkménistan, Russie, tous anciens citoyens soviétiques, et en Afghanistan, Chine, Turquie, Arabie saoudite et autres pays qui s’apparenteraient eux plutôt à des populations diasporiques au vu des circonstances historiques et politiques de leurs mobilités. La richesse du thème apparaît avec les textes de Marlène Laruelle (Le Kazakhstan, nouveau carrefour migratoire d’Asie migratoire, pp. 77-98) et Sophie Massot (L’exode rural comme migration de l’identité. Du kichlak ouzbek à Samakand la tadjike, pp. 99-122) montrant comment les situations se diversifient rapidement, ainsi du Kazakhstan pays d’émigration massive se retransformant en pays d’immigration, ou l’ambiguïté du cas ouzbek où les Tadjiks autochtones (descendants des sédentaires iranophones des oasis) se transforment en étranger de l’intérieur, mais où les ruraux ouzbeks finalement se « tadjikisent » en s’urbanisant, donc en porte-à-faux par rapport à une politique nationale d’ouzbekisation (o’zbekchilik) qui en rappelle bien d’autres3.

  • 4  BALCI Bayram (2008), La place de la « diaspora » azerbaïdjanaise dans la politique de l'Azerbaïdja (...)

4Dans la seconde partie relative à des terrains plus localisés, reposant sur des recherches de thèses de doctorats en cours ou récemment soutenus, Asel Dolotkeldieva (Les migrants kirghizes à Moscou, politiques publiques, stratégies migratoires et réseaux associatifs, pp. 123-145, thèse en cours) nous propose une lecture d’une migration de travail peu qualifiée qui s’apparente à ce que l’Europe a connu avec les Maghrébins en France ou les Indo-Pakistanais en Grande-Bretagne : les droits les plus basiques des travailleurs aujourd’hui étrangers (alors qu’ils étaient des compatriotes auparavant, il n’y a pas si longtemps) ne sont guère respectés, corruption et xénophobie ont augmenté dans des proportions importantes sans que les autorités, tant des pays d’accueil et de résidence que des pays de départ, ne soient réellement en mesure de contrôler des situations encore largement inédites sur cet espace postsoviétique. Les migrants, ici précisément kirghizes, tentent de s’organiser pour à la fois se défendre et faire valoir leurs droits sur les deux bornes du champ migratoire. Adeline Braux (Les Azerbaïdjanais de Russie : une diaspora imaginée, pp. 146-168, à partir d’une recherche en cours) décrit une population presque otage des autorités de Bakou, mais face à un dispositif artificiel qui semble ne pas être efficace sur la population concernée, très passive face aux incitations du pays d’origine. L’auteur rejoint sur le cas spécifique de Moscou l’analyse un peu plus ancienne de Bayram Balci, tout aussi critique sur cette approche étatique du phénomène de diaspora4. Sophie Massot (Les migrations ouzbèkes vers Moscou, Séoul et New York : sacrifice ou rite de passage ?, pp. 169-188, thèse soutenue à Paris) nous livre un condensé d’une thèse ambitieuse et réussie sur trois terrains de recherche très éloignés mettant des migrants ouzbeks aux prises avec des réalités économiques et sociales bien différentes. Alors que l’Ouzbékistan ne reconnaît pas la réalité du fait migratoire et l’importance de l’émigration, y compris dans son bilan économique et social, on voit ici les intéressés obligés de découvrir par leurs propres moyens des marchés très éloignés de leurs bases familiales. La question posée est celle de la migration, enjeu fondamental de la socialisation et de l’intégration sociale en Ouzbékistan. Sophie Hohmann (Migrations et enjeux socio-économiques et sanitaires de la guerre au Tadjikistan, pp. 189-216) revient sur une réalité plus dure encore, celle des suites à moyen et long terme d’un conflit violent, qui non seulement a fait de nombreuses victimes et de gros dégâts matériels, mais a aussi durablement déstabilisé une société qui était déjà l’une des plus pauvres et des plus défavorisées de l’URSS. Les aspects sanitaires (dégradation des soins et de la couverture sociale, épidémie du SIDA, etc.) sont le thème de spécialisation de l’auteur qui arpente un terrain des plus difficiles en collaboration avec les chercheurs tadjiks comme Madame Saodat Olimova.

5Transition est faite par ce texte avec la partie suivante, car la population féminine du Tadjikistan est sans doute l’une des plus importantes victimes de la dislocation de l’URSS. Madeleine Reeves (Migrations, masculinité et transformations sociales dans la vallée de Sokh, pp. 217-246) et Nafisa Khusenova (La féminisation des migrations de travail tadjikes en Russie, pp. 278-296) nous décrivent des mutations importantes touchant, par le biais de l’émigration, même – et surtout ! – lorsque l’épouse reste attachée au lieu d’origine. Soit elle est totalement victime de la situation nouvelle qui lui est imposée (avec le retour du patriarcat, de la polygamie), soit au contraire elle profite de nouvelles responsabilités pour transformer la société locale. Dans le cas des terrains étudiés par Luisa Piart (Des mondes marchands mobiles. Les commerçantes à la valise ouzbèkes, pp. 247-277, doctorat en cours) et Stéphanie Belouin (Projets et stratégies migratoires de femmes qualifiées à Tachkent, pp. 297-318), tous deux Ouzbeks, ce sont au contraire les femmes qui prennent l’initiative de l’émigration et viennent bousculer l’ordre établi des priorités et des hiérarchies. Mais dans ces deux cas, contrairement aux terrains tadjiks, les femmes bénéficient de formations et de statuts de départ bien plus enviables que les femmes du Tadjikistan rural.

6Plusieurs questions transversales apparaissent ou sont posées par l’un ou l’autre article. La question des « co-ethniques » est dans l’ex-URSS une question centrale, car les frontières n’ont pas respecté – pouvaient-elles d’ailleurs l’être réellement ? – la répartition géographique des populations. Ceci est le thème de bien d’autres recherches en cours. Celle des « diasporas » en est directement issue et il faudrait réellement impulser des recherches sur ces politiques étatiques de construction de diaspora que pratiquent à des degrés divers Azerbaïdjan, Ouzbékistan ou Kazakhstan, à l’instar de la Russie. La question des migrations et droits de l’homme est cruciale, car corruption, xénophobie et non-respects des droits parfois les plus élémentaires font dans ce vaste espace des ravages et malgré les efforts consentis par les gouvernements, au moins certains d’entre eux, les situations restent précaires, d’autant que la migration de travail a pris ici un tour inédit auquel les autorités ne sont guère habituées. Enfin, les conséquences de la migration sur les équilibres sociaux, en particulier sur les questions de genre, mériteront de vrais programmes de recherche pluridisciplinaires et sans doute internationaux.

7Au total, un ouvrage frappant et passionnant par la diversité des situations étudiées, des terrains et des échelles d’analyse. Deux des originalités de cet ouvrage collectif sont la part donnée aux jeunes chercheuses en général (Adeline Braud, Sophie Hohmann, Sophie Massot, Stéphanie Belouin, Luisa Piart), et la présence de jeunes chercheuses elles-mêmes originaires de la région étudiée et très impliquée dans la relation entre la France et leurs pays respectifs (Asel Dolotkeldieva, Nafisa Khusenova). La directrice de l’ouvrage a su réunir une équipe jeune et diversifiée, l’ouvrage s’en ressent nettement et l’on comprend qu’une dynamique fondée sur une collaboration nouvelle est en train de s’affirmer sur un espace qui reste en grande partie inconnu hors des spécialistes de la région.

Haut de page

Notes

1 L’Idéologie russe ou Comment penser l’empire ?, Paris, L’Harmattan, 1999 ; Mythe aryen et rêve impérial dans la Russie du XXe°siècle, Paris, CNRS Éditions, 2005 ; La quête d’une identité impériale. Le néo-eurasisme dans la Russie contemporaine, Paris, Petra Éditions, 2007 ; avec PEYROUSE Sébastien, Les Russes du Kazakhstan. Identités nationales et nouveaux états dans l’espace postsoviétique, Paris, Maisonneuve & Larose, 2004 ; Asie centrale, la dérive autoritaire. Cinq républiques entre héritage soviétique, dictature et islam, Paris, Autrement-CERI, 2006.

2  KOMATSU Hisao, OBIYA Chika et SCHOEBERLEIN John (Eds) (2000), Migration in Central Asia: Its History and Current Problems, Osaka, The Japan Center for Area Studies, National Museum of Ethnology, 9, 255p.

3  On peut ici se référer au travail de PETRIC Boris-Mathieu (2002), Pouvoir, don et réseaux en Ouzbékistan postsoviétique, Paris,PUF-Le Monde (Partage du savoir), 298 p.

4  BALCI Bayram (2008), La place de la « diaspora » azerbaïdjanaise dans la politique de l'Azerbaïdjan postsoviétique : esquisse d'analyse, EurOrient, 28, pp. 185-204.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane de Tapia, « Marlène LARUELLE, Dynamiques migratoires et changements sociaux en Asie centrale », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 26 - n°3 | 2010, mis en ligne le 03 mai 2011, consulté le 17 août 2017. URL : http://remi.revues.org/5247

Haut de page

Auteur

Stéphane de Tapia

Cultures & Sociétés en Europe, Strasbourg, Associé à MIGRINTER, Poitiers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page