Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Denys Cuche, La notion de culture dans les sciences sociales

Anahy Gajardo
p. 218-221
Référence(s) :

Denys CUCHE, La notion de culture dans les sciences sociales [4e édition revue et augmentée], Paris, La Découverte, 2010, 157 p., ISBN : 978-2-707-15883-3.

Texte intégral

1Seize ans après sa première publication en 1994, la quatrième édition de l’ouvrage de Denys Cuche, La notion de culture dans les sciences sociales, paraît dans une version revue et augmentée (2010). Ce petit livre remarquable par son ambition synthétique, utile aux étudiant-e-s comme abondamment cité par les enseignants-chercheurs les plus confirmés, réussit le pari ô combien difficile de faire le portrait critique de l’usage de la notion de culture en sociologie et en anthropologie, en adoptant une perspective à la fois diachronique et synchronique. Rédigé dans un langage abordable, le panorama proposé expose avec complétude et rigueur les principaux enjeux et débats autour de ce mot polysémique et insaisissable, inhérent au vocabulaire des sciences sociales et humaines, en particulier dans l’étude des processus migratoires, mais pas seulement. Omniprésent dans le vocabulaire des sciences sociales, le terme a désormais aussi gagné le monde des médias, de la politique, de l’entreprise, des corporations professionnelles, du sport, de la jeunesse, de la formation, etc., autant d’univers qui se sont approprié le mot selon des logiques qui leur sont propres et qui appellent une analyse sociologique spécifique. Témoignant d’une certaine vulgarisation de l’anthropologie culturelle, l’expansion de cette notion ne date cependant pas d’aujourd’hui : il y a plus de vingt ans déjà, Marc Augé remarquait que le succès du terme de culture est à lui seul une donnée ethnologique (Augé, 1988, in Cuche, 2010 : 5). À ce titre, l’étude de l’usage de ce mot et de son appropriation par l’anthropologie et la sociologie éclairent de manière significative les logiques épistémologiques de ce que nous pourrions appeler – si nous ne craignions les abîmes sémantiques – nos « cultures disciplinaires ». Le triomphe du terme de culture soulève donc la question de l’intérêt d’instituer un courant de recherche plus systématisé à l’intérieur de nos disciplines autour de ce phénomène social, qui éclaire, par un double effet de miroir, les processus étudiés comme nos propres champs de recherche.

2Composée de huit chapitres partiellement réorganisés, cette nouvelle édition de l’ouvrage de Denys Cuche gagne notamment en lisibilité et en clarté dans sa structure. Sur le plan formel, elle bénéficie d’une mise en page plus aérée et d’une table des matières qui inclut enfin les encadrés, au nombre de huit, qui rythment le livre et se focalisent sur une thématique ou un concept particulièrement significatifs dans l’histoire et la construction de la notion de culture en sciences sociales. Plus particulièrement, mentionnons à cet égard l’adjonction de deux nouveaux encadrés : l’un sur le concept de syncrétisme (pp. 72-73), dans lequel l’auteur retrace brièvement l’évolution du mot au cours du temps, et l’autre sur celui d’ethnicité (pp. 102-103). Longtemps cantonné au domaine de l’histoire des religions avant d’être utilisé pour caractériser différents phénomènes culturels, le concept de syncrétisme a conservé un sens négatif jusqu’au premier tiers du XXe siècle au moins. Les cultures dites « syncrétiques » désignaient alors des cultures suspectées d’impureté, contaminées par des éléments hétérogènes. Avec le courant de la postmodernité, le phénomène du syncrétisme est au contraire considéré de manière positive, célébrant le métissage et le mélange comme des buts à atteindre. Rejetant les notions de pureté ou d’authenticité culturelle, comme l’idée d’associer un jugement de valeur au phénomène du syncrétisme, l’anthropologie contemporaine, nous rappelle Denys Cuche, désigne par ce concept un phénomène universel, décrivant le processus de création d’un ensemble culturel original. Cependant, l’auteur souligne l’insuffisance du concept en lui-même pour rendre compte de la complexité des processus de métissage culturel et insiste sur l’importance d’identifier les formes de syncrétismes à l’œuvre – à travers par exemple la typologie réalisée par Bastide. Il invite aussi à procéder à une analyse fine de la situation socio-historique dans laquelle un type de syncrétisme apparaît. Dans le chapitre VI « Culture et identité », la mise en évidence du concept d’ethnicité par un encadré doit être relevée dans la mesure où sa quasi-invisibilité dans les éditions précédentes est significative de la réserve avec laquelle ce concept, « importé » de l’anthropologie anglo-saxonne, a été accueilli par l’anthropologie de langue française. Bien que l’approche relationnelle et situationnelle de l’identité et de l’ethnicité proposée par Barth (1969), abondamment cité par Denys Cuche dans ce chapitre, semble désormais avoir atteint un certain degré de consensus à l’intérieur de la discipline, il n’en demeure pas moins que l’anthropologie de langue française n’a intégré le mot « ethnicité » dans son vocabulaire d’usage courant qu’assez récemment. À cet effet, cet encadré sur le concept d’ethnicité, signé par Simon (1994), se focalise sur les ambiguïtés du concept en identifiant six points de flottement dans sa signification et comble une lacune à notre avis importante dans ce panorama de l’histoire et de la construction de la notion de culture dans nos disciplines. Plus globalement, la mention faite aux ouvrages de Poutignat et Streiff-Fenart (1995) et Martiniello (1995) dans la bibliographie de ce chapitre, absents dans les éditions précédentes, s’inscrit dans le même sens et contribue à une meilleure compréhension de l’articulation des concepts d’ethnicité et d’identité avec celui de culture.

3Parmi les principaux ajouts à signaler dans cette édition de l’ouvrage de Denys Cuche, le plus perceptible est sans nul doute l’addition d’un nouveau chapitre sur la question des cultures d’entreprises et des cultures professionnelles (chapitre VII, pp. 115-125). Incluse à l’intérieur d’un autre chapitre dans l’édition précédente, cette partie devient ici un chapitre autonome, complété d’une partie inédite sur les grandes écoles françaises et la culture professionnelle militaire (pp. 121-125). L’auteur y retrace notamment le contexte d’émergence de la notion de « culture d’entreprise » aux États-Unis dans les années 1970, en France dès les années 1980, et analyse avec acuité l’appropriation de la notion anthropologique de culture par le langage du management comme une stratégie pour améliorer l’image de l’entreprise et favoriser l’identification et l’adhésion des salariés aux objectifs définis par les directions. C’est plus ou moins dans la même logique que celle du monde des entreprises que les grandes écoles françaises ont introduit dans leur vocabulaire la notion de culture afin de promouvoir à l’interne comme à l’externe une image positive de leur institution. Dans les deux cas, c’est souvent une acception réductrice, déterministe, culturaliste ou relativiste radicale de la culture qui est retenue. Un des mérites de ce chapitre est donc notamment de démontrer avec finesse, à l’aide d’exemples concrets tirés du terrain, l’instrumentalisation de la notion anthropologique de culture par les acteurs dans le but de servir leurs intérêts.

4Signalons enfin l’ajout d’une partie sur la notion de « culture de pauvreté » (pp. 84-86), insérée dans le chapitre V, et celle d’une partie sur la question des rapports entre le développement et la culture (pp. 129-130) à l’intérieur du chapitre VIII consacré aux enjeux et aux usages sociaux de la notion de culture. Très succinctes, ces deux parties ont cependant le mérite de thématiser ces questions.

5Centrée jusqu’ici sur les principales modifications apportées à l’ouvrage, cette recension serait cependant incomplète si nous ne rappelions, même très brièvement, le contenu global des différents chapitres qui composent ce livre. Le chapitre premier retrace la genèse sociale du mot en décryptant son évolution sémantique dans la langue française et décrit les rivalités franco-allemandes autour des termes de « kultur » et de civilisation au XIXe siècle. Consacrés à l’invention et au triomphe du concept scientifique de culture, les chapitres deux et trois décrivent les principaux courants et auteurs ayant contribué à son approfondissement théorique (Tylor et la conception universaliste, Boas et la conception particulariste, Durkheim et les fondateurs de l’ethnologie française, Malinowsky et le courant fonctionnaliste, l’école « culture et personnalité », Lévi-Strauss et son analyse structuraliste, etc.). Centré sur le renouvellement profond du concept de culture lié à l’analyse des processus d’acculturation, le quatrième chapitre met particulièrement en évidence l’apport des travaux de Bastide. Les recherches sur les processus d’acculturation ont permis de dépasser une conception figée et homogène de la culture et conduit à une définition dynamique de cette notion ; à ce titre, ce chapitre nous paraît particulièrement essentiel. Dans le chapitre suivant, l’ouvrage analyse les hiérarchies sociales et culturelles au cœur des rapports sociaux entre cultures et au sein des cultures et fait appel aux travaux de Marx, Weber, Lewis, Grignon et Passeron, de Certeau, Morin, Appadurai et Bourdieu, pour ne citer que les plus connus. Le rapport entre le concept de culture et celui d’identité est clarifié dans le chapitre VI, et les conceptions objectivistes, subjectivistes et relationnelles de l’identité culturelle y sont notamment analysées. Comme précisé plus haut, le chapitre VII est consacré aux cultures d’entreprises et aux cultures professionnelles et enfin, le dernier chapitre traite de quelques enjeux et usages sociaux de la notion de culture. L’auteur y aborde notamment la notion de « culture politique », la question du multiculturalisme et analyse de manière critique les notions de « cultures des immigrés » et « cultures d’origine ».

6Plus que des détails de forme, la réorganisation partielle des chapitres et des parties qui composent cette nouvelle édition de l’ouvrage de Denys Cuche ainsi que les ajouts introduits reflètent l’extension de la notion anthropologique de culture à de nouveaux domaines de la vie sociale, ainsi que l’importance prise par certaines thématiques au sein des sciences sociales. En ce sens, la structure du livre et sa métamorphose progressive au fil des éditions nous renseignent, en soi, sur l’évolution constante de l’usage du terme de culture à l’intérieur de nos disciplines et champs de recherche. À ce titre, bien que l’auteur assume son choix (p. 8), l’absence d’une analyse de l’usage de la notion de culture dans le champ de la sociologie de l’art et de la création se fait remarquer. De même, il est surprenant que la sociologie de Claude Dubar sur les identités professionnelles et le processus d’acquisition de la culture qu’est la socialisation ne soit pas mentionnée dans cette édition accordant une place significative aux cultures professionnelles et aux sciences sociales de langue française. Enfin, un éclairage sur les usages de la notion d’« interculturalité », un terme ayant gagné depuis les années 1970 le vocabulaire de la recherche en sciences sociales, celui du monde politique, de la formation et de la santé, aurait été, à notre avis, particulièrement pertinent. Mais il est vrai que l’ouvrage de Denys Cuche ne vise pas à l’exhaustivité et à juste titre ; il serait sinon appelé à être constamment complété et renouvelé tant la notion de culture est, comme le processus qu’elle décrit, dynamique et en constante reconstruction. Sans aucun doute cependant, ce petit livre centré sur les principaux acquis de l’analyse culturelle propose en 157 pages un horizon complet, rigoureux et clair de la question abordée. L’ouvrage se lit et se relit aisément et peut sans conteste être considéré comme un manuel de référence pour les sciences sociales de langue française, un « classique » dans son genre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anahy Gajardo, « Denys Cuche, La notion de culture dans les sciences sociales », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 26 - n°3 | 2010, mis en ligne le 03 mai 2011, consulté le 28 juin 2017. URL : http://remi.revues.org/5249

Haut de page

Auteur

Anahy Gajardo

Université de Fribourg, anthropologie sociale & Fondation Éducation et Développement, Lausanne

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page