Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Emmanuel FilHol et Marie-Christine Hubert, Les Tsiganes en France, un sort à part 1939-1946

Alexandra Nacu
p. 221-222
Référence(s) :

Emmanuel FilHol et Marie-Christine Hubert, Les Tsiganes en France, un sort à part 1939-1946, Paris, Éditions Perrin, 2009, 399 p., ISBN : 978-2-262-03063-6.

Texte intégral

1Dans un paysage où les recherches sur le sort subi par les Tsiganes pendant la Seconde Guerre mondiale sont encore émergentes en France, à la différence de pays comme l’Allemagne où l’historiographie du phénomène est plus ancienne et plus complète, ce livre foisonnant apporte une contribution importante.

2L’internement a été le sort de 6 000 à 6 500 Tsiganes français, confinés dans trente camps d’internement pour « nomades », de 1940 à 1946. L’un des apports d’Emmanuel Filhol et de Marie-Christine Hubert est de montrer à quel point les persécutions des Tsiganes en France pendant cette période s’inscrivent dans une continuité historique débordant largement les dates de la Seconde Guerre mondiale. Le livre fait en particulier apparaître le poids des mesures législatives et administratives discriminatoires adoptées dans la première moitié du XXe siècle sur la mise en œuvre de l’internement. Ces dispositifs créent une catégorie de citoyens de seconde zone avec notamment la mise en place, en 1912, du carnet anthropométrique pour les nomades, instrument de surveillance qui servira ultérieurement aux autorités dans l’organisation de l’enfermement à partir de 1940. Ainsi, l’internement a été facilité par la suspicion d’office que les autorités publiques françaises entretenaient à l'égard des Tsiganes, suspicion qui leur a permis de passer très vite de l’omniprésence de l’idée de l’enfermement à sa mise en œuvre effective par les préfets, à qui revenaient l’organisation des interpellations et la gestion des camps. D’autres filiations historiques de la mise à l’écart des Tsiganes sont retracées : l’on découvre ainsi, par exemple, comment certains camps destinés aux réfugiés espagnols dans les années 1930 sont devenus des camps d’internement des Tsiganes quelques années plus tard, ce qui rejoint les constats des sciences sociales sur la permanence de la forme « camp » au XXe siècle.

3Si la décision de l’internement appartint aux autorités militaires allemandes, son application fut entièrement assumée par l’administration française : d’ailleurs les préfets ne firent quasiment référence qu’à la loi française pour la mettre en œuvre. E. Filhol et M.-C. Hubert explorent à travers une minutieuse recherche des archives la manière dont l’internement a été orchestré, notamment à l’échelle régionale et locale. Le quotidien de ces camps, marqué par l’abandon, les privations extrêmes, et une surmortalité, notamment des enfants, est ainsi restitué dans ses détails. L’utilisation des archives donne des aperçus saisissants des destinées individuelles des internés et de leur diversité à travers des extraits de lettres des internés ou des membres de l’administration. Même si la mise en œuvre de l’enfermement fut parfois chaotique, sa logique sous-jacente, celle du regroupement, de la relégation avec parfois l’idée de rééducation autoritaire par le travail, a œuvré de manière puissante, condamnant les Tsiganes à vivre, avec des variations régionales et locales, une même réalité de l’internement. L’aspect familial de l’internement fut aussi d’importance, car cela revint à une prise en otage des familles et à une relégation d’autant plus complète que celles-ci ne purent espérer aucune aide extérieure.

4Dans une Europe où les Tsiganes ont de manière générale subi les persécutions et l’extermination par les régimes nazis et leurs alliés, les spécificités du cas français sont dûment soulignées. Tout d’abord, l’internement des Tsiganes concerne, dans sa grande majorité, des citoyens français. Les lettres que les internés envoient aux préfets attestent de la présence des Tsiganes français dans les rangs de l’armée française pendant la Première Guerre mondiale, et des aspirations des internés à la citoyenneté et aux droits qui leur sont niés. Autre particularité française importante, l’internement de cette population ne vise pas explicitement l’extermination (les Tsiganes du Nord de la France, zone sous commandement militaire belge, seront, eux, déportés à Auschwitz et exterminés), mais bien la mise à l’écart. On retrouve aussi dans les documents émanant des autorités une volonté de sédentarisation ou de « rééducation par le travail » dont on se demande dans quelle mesure elle traduit les intentions ultimes des autorités. Enfin, dernière spécificité : les derniers Tsiganes durent attendre 1946 pour être libérés. Ils ne bénéficièrent d’aucune aide à leur sortie des camps et n’eurent de la part de l’État français aucune reconnaissance de leur sort après la libération. Dans les décennies suivantes, la loi ne récusa pas l’objectif de sédentarisation des Tsiganes. Le souvenir des camps fut « refoulé » par l’État, mais aussi dans l’aménagement urbain des communes, et, encore aujourd’hui, rares sont les marques commémoratives attestant des faits relatés dans ce livre.

5À la suite de cet exposé édifiant, plusieurs questions demeurent, dont certaines sont évoquées en conclusion sans recevoir de réponse définitive. Comment comprendre le mélange de répression et d’abandon qui caractérise ce « sort à part » des Tsiganes en France, internés dans des conditions indignes, sans cependant qu’ils subissent une déportation massive ? L’occupant allemand a délégué le sort des Tsiganes aux autorités françaises. Celles-ci, par « un enchevêtrement de circonstances », notamment le fait que les moyens répressifs étaient monopolisés par la déportation des juifs, n’ont pas accordé de priorité à l’extermination des Tsiganes (pp. 350-352). Comment expliquer le caractère en apparence aléatoire de l’internement, puisque le livre nous apprend que les trois quarts des Tsiganes français et de nombreux Tsiganes étrangers y échappèrent, et que certains internés pouvaient quitter les camps s’ils présentaient des garanties de « sédentarité » ? La réponse semble être du côté de la spécificité de la catégorisation des Tsiganes par l’administration française, puisque la catégorie de « nomade » – et non la catégorisation raciale utilisée par les nazis en Allemagne pour définir les Tsiganes – a été retenue comme base pour l’identification et l’internement de cette population. Catégorie aux contours flous, car elle a aussi servi de base à l’internement de populations comme les forains ou les sans-abri, débordant ainsi le groupe initialement visé.

6La manière dont la logique exterminatrice de la politique raciale allemande et celle d’exclusion et de refus du « nomadisme » de l’État français se sont imbriquées fait jaillir de nombreux questionnements, et le travail d’Emmanuel Filhol et de Marie-Christine Hubert ne manquera sans doute pas de stimuler les futures recherches.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Nacu, « Emmanuel FilHol et Marie-Christine Hubert, Les Tsiganes en France, un sort à part 1939-1946 », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 26 - n°3 | 2010, mis en ligne le 03 mai 2011, consulté le 24 mars 2017. URL : http://remi.revues.org/5252

Haut de page

Auteur

Alexandra Nacu

Centre de Sociologie des Organisations, CNRS – Sciences-Po

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page