Navigation – Plan du site
Notes de lecture

France GUÉRIN-PACE et Elena FILIPPOVA, Ces lieux qui nous habitent. Identité des territoires, territoires des identités

Caroline Rozenholc
p. 223-226
Référence(s) :

France GUÉRIN-PACE et Elena FILIPPOVA (Dir.), Ces lieux qui nous habitent. Identité des territoires, territoires des identités, Paris, La Tour d’Aigues, Ined-éditions de l’Aube, 2008, 276 p., ISBN : 978-2-752-60494-7.

Texte intégral

1Poursuivant le dialogue initié en juin 2007 à l'INED entre géographes, démographes, sociologues, anthropologues et historiens, l’ouvrage revient sur la pertinence, en ce début de XXIe siècle, du lien entre les constructions identitaires individuelles ou collectives et leurs inscriptions spatiales. Dans un contexte mondialisé où l’individu multiplie le plus souvent ses appartenances et revisite les contraintes de l’espace-temps, il est en effet légitime de s’interroger sur la capacité d’affiliation et d’identification du territoire. Tentant de répondre à cette vaste question, les auteurs placent l’individu au cœur de leur réflexion et décryptent des modalités par lesquelles certains lieux sont « investis » au gré des parcours de vie. Et chacune des quinze réflexions met en évidence la pluralité des configurations et des usages possibles du territoire. En réalité, par la diversité même des terrains abordés, des échelles géographiques et des méthodologies retenues, ces textes témoignent de la vigueur du territoire comme vecteur identitaire et de sa prégnance, tant dans des discours institutionnels qu’individuels. Ainsi posé, le débat sur « ce qui fonde le sentiment d’appartenance à un territoire », pour reprendre les termes des directrices de l’ouvrage, dépasse avec bonheur le seul champ géographique.

2Cependant, la diversité des études de cas présentées, qui constitue certainement une des qualités de l’ouvrage, aurait pu permettre de retravailler en profondeur les notions de territoire et de territorialité. La notion de lieu est, quant à elle peut mobilisée. Or, si le format « actes de colloque » de l’ouvrage justifie le choix transversal d’un angle descriptif, on peut toutefois regretter une discussion théorique plus étoffée sur ces notions, certes, mouvantes. Pour autant, cet ouvrage collectif n’est pas dépourvu de ligne générale : celle de l’auscultation des mécanismes de l’appropriation spatiale, d’un territoire considéré à travers le prisme des pratiques et des connaissances. Et tous les auteurs privilégient la piste de l’identité comme construction et résultat d’un processus relationnel plutôt que comme identité catégorielle nécessairement figée. Ils sont ainsi plusieurs à interroger les discours identitaires et les valeurs qu’ils mobilisent ; quand d’autres examinent le territoire par les pratiques individuelles et collectives. Ces interrogations sur « la composante spatiale des identités » (première partie) et sur « l’invention des territoires identitaires » (deuxième partie) structurent l’ensemble de l’ouvrage et se résolvent dans la reconnaissance d’une relation complexe entre identités et territoires (troisième partie).

3Ces intitulés de partie reflètent d’ailleurs l’intrication inévitable de la géographie et du social dans toute tentative de définition des lieux qui nous habitent. Ouvrant les débats les coordinatrices proposent une réflexion sur le processus de « mise en place des appartenances territoriales ». Leur approche est à la fois géographique et psychosociologique : elles s’interrogent sur l’essence des lieux d’attachement et cherchent à mettre en évidence la nature du lien qui attache un individu à des lieux. Leur analyse croise l’enquête nationale de l’INSEE réalisée en 2003 sur la construction des identités (l’enquête Histoire de vie) et leurs propres entretiens réalisés dans différentes régions françaises. Émaillant largement leur article par des extraits d’entretiens, elles veulent illustrer comment les contours du « chez-soi » varient d’une personne à l’autre et selon les circonstances. Cependant, et de manière peut-être un peu contradictoire, leur étude tend à montrer qu’en dépit des parcours, il n’existe qu’un nombre limité de « modèles d’appropriation spatiale ».

4Yannick Sencébé prolonge cette question de l’appartenance territoriale par un texte bref et bien écrit sur l’association couramment faite entre Modernité et « déclin de l’appartenance en tant que lien social collectif et durable ». En jouant, dans le titre de son article, sur déclin-déclinaison, la sociologue suggère d’ailleurs que ce qui apparaît comme un affaiblissement des appartenances n’est peut-être en réalité que la multiplication des modalités de liens aux lieux et aux groupes. Appartenance et territoire sont donc les pierres angulaires d’une réflexion qui fait l’hypothèse de logiques d’appartenance variable d’une part à l’espace de l’inscription spatiale (l’espace des lieux) et d’autre part à celui des flux. L'auteur en dénombre quatre : selon que les lieux d’appartenance font liens, que les liens d’appartenance font lieux, que les liens et les lieux d’appartenance sont dissociés ou que, finalement, le présent définit les lieux et les liens d’appartenance. Disant cela, l’auteur souligne à quel point mobilité et ancrage (un thème cher à M. Hirschhorn et J.-M. Bertholot) fondent, aujourd’hui, des territoires en tension entre « activisme territorial actuel » et régime de mobilité.

5Si c’est toujours le lien spatial que Marie-Laetitia Helluy-des-Robert aborde dans son article, elle en traite quant à elle par ces différents « degrés ». Ce qu’elle qualifie d’attachement spatial d’une personne à un espace en est le premier. Mais la relation au lieu peut être plus fortement chargée d’affect et l’attachement spatial fait place à de « l’appropriation spatiale ». Les lieux deviennent alors une source d’inspiration qui « colore » la vie des individus, par opposition, probablement, à un espace indéfinissable et indistinct. Au-delà, le lieu signifiant est incorporé et devient un territoire qui « code l’identité, statutaire ou intime, des individus qui s’en réclament ». L’auteur repose toutefois la question de la force du terme même ; celle d’un mot qui n’appartient le plus souvent qu’à un vocabulaire scientifique qui veut rompre avec le sens commun. Cette question traverse également, bien que d’une autre manière, l’article de Catherine Armanet sur le lieu de sépulture, et en particulier la sépulture de cendres. La géographe propose en effet le lieu de sépulture comme un critère tangible et révélateur de l’identité territoriale. Comme marqueur ou énoncé de l’attachement au lieu, celui-ci est, il est vrai, à de nombreux égards, définitif. Nous interrogeant sur la pertinence de la sépulture à traduire l’identité territoriale, l’auteur propose de fait une réflexion sur ce qu’est l’identité territoriale. Si la sépulture, et en particulier la sépulture de cendres, représente un cas limite de la réflexion sur l’identité territoriale – il peut à la fois nier toute expression identitaire spatiale ou, au contraire, affirmer un attachement territorial précis (par la dispersion ou l’inhumation de cendres dans un lieu particulier) –, l’auteur voit dans l’augmentation croissante de choix de lieux particuliers pour déposer les cendres funéraires la diversification de l’expression de la pluralisation de l’identité territoriale.

6De cet article à celui de Vincent Veschambre sur le patrimoine il n’y a étonnamment qu’un pas et c’est d’ailleurs un autre intérêt de cet ouvrage. Venant clore la partie sur « la composante spatiale des identités », l'auteur discute la notion d’identité et explicite le choix de lui substituer des termes tels que « construction identitaire » et « identification ». Il « entre » par le patrimoine pour réfléchir aux processus de construction identitaire qui permet notamment d’articuler les deux dimensions fondamentales que constituent l’espace et le temps. Le patrimoine constitue en effet un support privilégié des constructions identitaires dans la durée et il constate que le recours à ce dernier est exacerbé « dans des sociétés où la mobilité, extrêmement valorisée dans une économie flexibilisée » concerne une part importante de la population. Il conclut par une mise en garde contre la réduction des processus d’identification aux seules « identités territoriales ».

7C’est à Julien Aldhuy que revient d’ouvrir la seconde partie de l'ouvrage avec son article sur les liens qui se nouent entre l’identité du territoire landais et le département des Landes. L'auteur propose le couple « identité territorialité » plutôt que celui d’« identité territoire ». En effet, pour cet auteur comme pour de nombreux géographes, le territoire n’est qu’une des modalités de cette relation. L'article de Ronan Le Coadic, qui étudie le lien territoire identité en Bretagne montre comment de « la première modernité » (XIXe et première moitié du XXe) à nos jours l’identité individuelle ou collective est une construction évolutive inscrite dans un contexte socio-historique d’interactions multiples. Il part de la création de la carte d’identité, et avec elle du territoire national, pour discuter de « l’identité à la carte et des territoires superposés » de la période contemporaine. L’auteur conclut son article en notant que les individus disposent aujourd’hui d’un vaste éventail d’identifications au territoire et mêlent, voire superposent, les appartenances. Dépassant cependant l’idée de désordre contemporain, il tente la distinction des différents territoires d’identification selon qu’ils sont des territoires légitimes pour les régions administratives et d’aménagement du territoire imposés par les pouvoirs publics ; des territoires qui résistent pour les espaces qui véhiculent les rémanences de valeurs pré-modernes et notamment religieuses ; des territoires de projet portés par des projets collectifs ou individuels.

8L'exemple de la Costa Serena proposé par Philippe Pesteil se situe au croisement de ces différents ensembles. Dans le contexte corse de réaménagement territorial en micro-régions, il cherche à savoir quel peut être l’impact sur les populations de la superposition de découpages territoriaux « hérités, construits en ou construction ». Il se demande si les nouveaux espaces sont véritablement vécus et appropriés par les populations ou s'il ne s’agit que d’une grille technique d’aménagement du territoire. Sylvie Sagnes dans son article sur la tentative de rebaptiser la région Languedoc-Roussillon en « Septimanie », à l’arrivée d’un nouvel élu à la tête du conseil régional (2004) est assez proche. Elle retrace l’essor contemporain de cette notion – la Septimanie – et nous fait voir les intérêts divergents de ses promoteurs. Avec cette « tentative de greffe toponymique » ratée puisqu’un an seulement après sa proposition, elle doit être retirée, face aux différentes protestations, l'auteure souligne comment cet essai de mutation géonymique participe d’un phénomène général de « retour au local » souvent traduit par des « recyclages et créations onomastiques ».

9Dans l’article d’Éric Auburtin, il est également question de construction régionale puisqu’il traite de la construction d’une identité transfrontalière dans la Grande Région SarLorLux, sarroise, lorraine et luxembourgeoise. Il nous conduit au cœur de l’action administrative et politique dans la construction territoriale. Cependant, si la construction de l’Europe passe par la production de « nouveaux objets territoriaux transfrontaliers », l'auteur rappelle que la réalité transfrontalière est également faite de la mobilisation d’acteurs économiques et associatifs. Considérant l’espace transfrontalier comme un espace vécu, il cherche à comprendre le rôle de la frontière dans la territorialité d’individus « à la fois résidents et passeurs d’une frontière ». Observant l’usage que font les travailleurs lorrains au Luxembourg, et la ressource, avant tout professionnelle, qu’elle peut constituer, il propose d’envisager la frontière comme un « ourlet » qui s’étend en fonction de l’influence des métropoles frontalières sur leurs espaces périphériques.

10C'est sur l’articulation des identités et des territoires que se conclut l'ouvrage. L'article d’Hervé Le Bras traite de la question de l’ethnicité et de l’intolérance dans les relations de voisinage. Il reprend le modèle de l’économiste Thomas Schelling selon qui de faibles intolérances entre groupes au sein d’une même agglomération suffisent à produire de la ségrégation spatiale. L'auteur prolonge ce modèle en donnant à la fois raison et tort à Schilling en montrant que « de faibles intolérances produisent presque toujours des structures fortes », mais que ces structures ne peuvent être interprétées de manière univoque. Yves Guermond dans son article « L’identité nationale en question » souligne à son tour que la délimitation conduit à l’édification de frontières qui ensuite institutionnalisent les identités. Il propose une réflexion sur une identité nationale « en contrepoint des “géographies des frontières” » qui ne soit pas fondée sur « la fatalité d’un découpage fixe des “États-nations” ». Ces deux articles se font donc écho en rappelant que la frontière et sa naturalisation participent largement de l’institution du groupe.

11Kamel Kateb revient sur l’instauration, en 1882, de l’état civil colonial par la France en Algérie. Il explique comment l’obligation d’enregistrement à l’état civil selon le système français d’identification des personnes et leur ancrage subséquent au territoire a aussi été une vaste action politique de « désancrage » de populations tribales de leur territoire. Par la sédentarisation des populations nomades, c’est en réalité la rupture du lien entre population et territoire ancestral que le gouvernement français semble vouloir opérer. En effet, pour sortir la propriété « du cadre collectif dans lequel elle était enserrée, il était nécessaire de dégager la population de l’organisation sociale constituée par la tribu ». Mais en transformant le référentiel identitaire des indigènes algériens, l’administration française a également ouvert la voie d’une « identité plus globale de type national ».

12Dans ce système à dominante sédentaire qui est le nôtre, et malgré les déclarations de fin du territoire et de la territorialité de certains théoriciens de la globalisation, on ne peut ignorer que le signe de reconnaissance d’identités « propres » continue d’être en relation avec la possession d’un territoire. Christian Giordano rappelle à cet égard que le « nouveau » régionalisme européen n’a pas évacué la dimension identitaire du territoire. Pourtant, dans les sociétés postcoloniales, et dans des constellations historico-sociales bien définies, le facteur territorial peut jouer un rôle moins important dans la fabrication des identités. Sur l’île de Pulau Penang en Malaisie, dans la ville de George Town par exemple, chaque groupe possède « ses institutions et ses structures à l’intérieur d’un territoire bien défini ». La subdivision voulue par les Britanniques en quartiers et en espaces sociaux ethniques a en effet favorisé l’émergence d’identités fortement territorialisées qui s’expriment pourtant aujourd’hui par des représentations et des discours publics de « l’unité dans la diversité », tant au niveau national que local. Le cas de Penang et de la Malaisie montrerait que, au contraire des contextes européen et nord-américain où la territorialisation de l’appartenance est souvent considérée comme la condition d’une cohabitation multiculturelle pacifique, la déterritorialisation des affiliations ethnoculturelles sans l’effacement des frontières communautaires a favorisé la cohésion sociale en créant des rapports interethniques multiples.

13Le dernier article de l’ouvrage porte sur le quartier du Marais à Paris et sa représentation comme espace communautaire gay et clos. Marianne Blidon aborde ce qu’elle analyse comme un décalage entre discours (anti-communautariste) et perceptions (variées) de cet espace et de sa dimension identitaire. Elle propose une géographie du Marais à la fois plus sélective et mieux intégrée dans la ville et interroge la pertinence du couple « identité » et « espace » : aborder le Marais comme un quartier gay, c’est, nous dit-elle, ne pas voir la pluralité de cet espace. L'auteure s’attache à montrer que l’attrait du quartier se joue surtout dans la juxtaposition de communautés, au cœur d’un espace historique à l’architecture exceptionnelle.

14Pour conclure la présentation de cet ouvrage à recommander aux lecteurs, il nous semble que, l’effort de clarification et de catégorisation sur les liens entre identification et territorialité, qui a retenu les auteurs, aurait gagné en force en intégrant une synthèse de l’ensemble des développements proposés. Le questionnement qui traverse ce livre sur la place des lieux dans nos constructions identitaires et territoriales, individuelles et collectives n’en aurait certes pas été épuisé pour autant, mais il en aurait peut-être été plus nourri, dans un contexte mondialisé où les lieux continuent, à n’en pas douter, de nous habiter.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Rozenholc, « France GUÉRIN-PACE et Elena FILIPPOVA, Ces lieux qui nous habitent. Identité des territoires, territoires des identités », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 26 - n°3 | 2010, mis en ligne le 03 mai 2011, consulté le 29 avril 2017. URL : http://remi.revues.org/5256

Haut de page

Auteur

Caroline Rozenholc

Migrinter, Université de Poitiers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page