Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Sylvie MAZZELLA, La mondialisation étudiante. Le Maghreb entre Nord et Sud

Frédérique Giraud
p. 226-228
Référence(s) :

Sylvie MAZZELLA (Dir.), La mondialisation étudiante. Le Maghreb entre Nord et Sud, Paris, Karthala, 2009, 404 p., ISBN : 978-2-8111-0307-1.

Texte intégral

1L'ouvrage dirigé par Sylvie Mazzella est l’aboutissement d’un programme de recherche intitulé Étudiants étrangers au Maghreb et dans l’espace euro-méditerranéen. Vers quelle internationalisation de l’enseignement supérieur et vers quelle circulation des compétences ? Dirigé par l’Institut de Recherche sur le Maghreb contemporain, il a réuni une vingtaine de chercheurs et de doctorants marocains, algériens, tunisiens et français. Les vingt-et-une contributions qui le constituent offrent une documentation inédite sur les étudiants maghrébins à l’étranger et les étudiants étrangers au Maghreb.

2Les deux points forts de l’ouvrage résident d’une part dans l’effort de comparaison qui permet de livrer un état des lieux situé des transformations de l’enseignement supérieur au Maghreb et d’autre part dans les démarches méthodologiques qui combinent approche statistique, institutionnelle et socio-anthropologique.

3Comment les politiques d’accueil des étudiants maghrébins en France ont-elles évolué ? Les premiers chapitres traitent de l’évolution du cadre institutionnel et des dispositifs qui encadrent l’immigration étudiante. Valérie Erlich (Étudiants « expatriés » versus étudiants « résidents ». Profils et logiques migratoires des étudiants maghrébins en France, pp. 55-77) identifie deux logiques migratoires : la première est une « logique d’expatriation » chez des étudiants nés et ayant étudié à l’étranger, qui cherchent à valoriser leur qualification, l’autre est une « logique d’immigration » chez des étudiants étrangers résidant en France et qui souhaitent s’y installer. Cette recherche est complémentaire de celle de Constance de Gourcy (Partir pour revenir ou partir pour quitter ? Le projet d’études des étudiants algériens entre autonomie et attaches, pp. 97-115) qui montre que le projet d’études ne peut se comprendre uniquement comme un choix stratégique personnel : démarche coûteuse et longue, l’élaboration d’un projet migratoire doit se replacer dans une logique familiale.

  • 1  SPIRE Alexis (2008) Accueillir ou reconduire. Enquête sur les guichets de l'immigration, Paris, Ra (...)

4Alexis Spire aborde de façon détaillée la sélection des étudiants candidats à l’émigration vers la France (Contrôler et choisir. La sélection des étudiants candidats à l’émigration vers la France, pp. 79-95) dans l’enquête qu’il a menée, en observant une cinquantaine d’auditions de candidats au départ et en menant une série d’entretiens avec les acteurs du consulat et des services culturels de l’ambassade. Depuis 2005 une nouvelle procédure issue de la politique de « l’immigration choisie » a été mise en place : le dispositif intitulé « Campus-France » instaure une sélection des dossiers avec notamment pour critères, le « sérieux » et « la réalité du projet des étudiants » ; le dossier des candidats est aussi soumis à une « évaluation pédagogique et linguistique ». Ces procédures ne sont pas sans présenter de nombreux points communs avec les autres recherches antérieures réalisées par l’auteur1 : opacité des informations détenues par les services consulaires, opacité de la prise de décision, division du travail entre services et déresponsabilisation de chaque agent dans la prise de décision.

5Quels sont les enjeux pour les universités du Maghreb du processus de Bologne ? À quelles conséquences en termes d’harmonisation pédagogique les pays doivent-ils faire face ? C’est à ces deux questions que la seconde partie cherche à répondre. La démarche est d’abord descriptive et la comparaison des réformes de l’enseignement supérieur permet de mieux comprendre les enjeux de l’internationalisation liés à la mobilité des étudiants.

6Youcef Berkane (L’internationalisation de l’enseignement supérieur : quelles perspectives pour l’université algérienne ?, pp. 149-160) apporte un éclairage sur l’évolution de l’enseignement supérieur en Algérie. Le système LMD en place dans les pays de l’Union européenne a été adopté de façon rapide dans l’enseignement supérieur algérien à la rentrée universitaire 2004-2005 dans dix établissements. En 2008 il concerne quarante-et-un établissements. Mais comme le montre Zineddine Berrouche (Mise en place du LMD en Algérie : entre nécessité et résistances, pp. 161-172), cette évolution ne doit pas masquer les nombreuses résistances dans son application du côté des enseignants, des étudiants et de l’administration. Florian Kohstall (Une internationalisation concurrentielle. Les réformes de l’enseignement supérieur en Égypte et au Maroc, pp. 173-186) montre quant à lui qu’en Égypte et au Maroc, les réformes de l’enseignement supérieur mises en œuvre de « façon partielle et sélective » (p. 184) peinent à porter leurs fruits. Fethi Rekik (LMD, employabilité et nouvelles mobilités des étudiants tunisiens, pp. 199-217) pointe dans son article, sur la situation en Tunisie, les contradictions des réformes LMD : censées épauler la mobilité des étudiants, selon l’esprit de Bologne, et développer leur employabilité, leur application génère au contraire une sélectivité et finalement une restriction de la mobilité. De plus, alors que le discours officiel prônait une application mesurée et progressive, il constate que la réforme a été adoptée à la hâte.

7La troisième partie de l’ouvrage est consacrée aux étudiants étrangers au Maghreb. Les différentes contributions apportent des informations précieuses et détaillées sur les projets migratoires de ces étudiants, leur expérience universitaire et leurs modes de vie. Parmi eux on trouve majoritairement des étudiants venus d’Afrique subsaharienne et du Moyen et Proche-Orient. Les deux premiers chapitres fournissent des données statistiques sur ces populations estudiantines. Au Maroc, si la présence des étudiants étrangers est limitée (ils représentent 2 à 3 % des étudiants nationaux) depuis le milieu des années 1980 cependant, on observe que les effectifs d’étudiants étrangers dans l’enseignement supérieur sont en constante hausse dans les universités publiques : en 2005-2006, leur nombre s’élèverait à 9 236. Ce sont les étudiants originaires de l’Afrique subsaharienne qui sont les plus nombreux (60,3 %), contre 11,6 % en provenance du Moyen-Orient et 17 % d’autres pays du Maghreb. En Tunisie, l’effectif des étudiants étrangers n’a cessé d’augmenter depuis la fin des années 1970 ; en trente ans, leur nombre a été multiplié par huit. Comme au Maroc, les étudiants originaires d’Afrique subsaharienne sont les plus nombreux, lorsque l’on réunit les deux secteurs d’enseignement supérieur.

8L’objectif de cette troisième partie est bien de montrer que les pays du Maghreb sont des producteurs d’étudiants diplômés. Les différents auteurs des monographies présentées ici dressent un portrait composite de la réalité. Sophie Bava décrit la situation des étudiants africains à Alger et au Caire, Sylvie Bredeloup celle des étudiants burkinabè et Mohammed Abderahmane Ould Ahmedou Yacoub (Les étudiants mauritaniens en Tunisie. Formation universitaire et stratégies familiales, pp. 283-298) celle des étudiants mauritaniens. À partir d’une enquête réalisée en 2007 et 2008 sur soixante-neuf étudiants à Sousse et Monastir, l’auteur s’intéresse aux enfants de familles aisées dont la majorité sont des filles et fils de personnalités politiques et de décideurs économiques. Leur migration pour études doit être comprise comme le résultat d’un projet collectif dans lequel les parents jouent un rôle majeur. Hassan Boubakri et Makrem Mandhouj (Les étudiants marocains en Tunisie. Choix des filières médicales et stratégies de reproduction sociale, pp. 299-316) analysent eux le choix stratégique de contournement que font des étudiants marocains en Tunisie en choisissant des filières médicales sélectives, filières auxquelles ils ne peuvent accéder dans leur pays.

9Au total, on ne peut que conseiller vivement la lecture de cet ouvrage collectif, qui offre un point de vue complet, circonstancié et minutieux sur les formes d’internationalisation de l’enseignement supérieur au Maghreb. La reconstruction des contextes spécifiques aux projets migratoires, l’attention à leurs dimensions familiales, la multifocalité des analyses empiriques permettent aux auteurs de donner des résultats d’enquêtes nuancés et précis. On soulignera pour conclure que l’introduction de Sylvie Mazzella et les introductions de chaque partie viennent judicieusement synthétiser les apports des différentes contributions et organiser la lecture.

Haut de page

Notes

1  SPIRE Alexis (2008) Accueillir ou reconduire. Enquête sur les guichets de l'immigration, Paris, Raisons d'agir, 2008, 124 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Giraud, « Sylvie MAZZELLA, La mondialisation étudiante. Le Maghreb entre Nord et Sud », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 26 - n°3 | 2010, mis en ligne le 03 mai 2011, consulté le 25 mars 2017. URL : http://remi.revues.org/5259

Haut de page

Auteur

Frédérique Giraud

GRS, UMR 5040, École Normale Supérieure de Lyon

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page