Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Luc CAMBRÉZY Luc et Véronique LASSAILLY-JACOB, Réfugiés climatiques, migrants environnementaux ou déplacés ?

Marc-Antoine Pérouse de Montclos
p. 203-205
Référence(s) :

Luc CAMBRÉZY Luc et Véronique LASSAILLY-JACOB, Réfugiés climatiques, migrants environnementaux ou déplacés ?, Revue Tiers Monde, 204, Paris, Armand Colin, 2010, 236 p., ISBN : 978-2-200-92663-2.

Texte intégral

1Dirigé par Luc Cambrézy et Véronique Lassailly-Jacob, le numéro d’octobre 2010 de la Revue Tiers Monde traite d’un sujet d’actualité, celui des réfugiés climatiques et/ou des migrants environnementaux. Écartant d’emblée toute controverse sur le réchauffement de la planète, les auteurs du dossier ont le grand mérite de recentrer le débat autour de problématiques migratoires, plutôt que de s’appesantir sur les responsabilités humaines dans le déclenchement des crises environnementales. En introduction, ils précisent ainsi qu’ils n’ont pas l’intention « de mettre en doute la réalité du changement climatique » et d’en « discuter les causes et les effets systémiques à court, moyen ou long terme ». Leur objectif est essentiellement d’interroger les catégories juridiques et sociales qui sont en train d’émerger pour désigner des migrants dont le déplacement est lié à des crises environnementales, que ceux-ci aient franchi ou non une frontière internationale.

2Le dossier tourne ainsi autour de trois principaux thèmes : le concept de réfugié climatique ; les débats autour de sa reconnaissance juridique ; une analyse critique du rôle des changements climatiques dans les dynamiques migratoires. Dans un premier article, Sylvie Ollitrault commence par rappeler que l’émergence du concept de réfugié climatique doit beaucoup à l’activisme des ONG environnementales, dont elle analyse l’évolution des discours depuis la conférence de Stockholm en 1972. Avec une approche plus juridique, Christel Cournil et Luc Legoux discutent quant à eux des débats et des enjeux juridiques que soulève la protection des migrants victimes de catastrophes naturelles. De façon fort utile, Christel Cournil récapitule notamment les propositions actuelles en la matière, couvrant un éventail de situations assez large, qui va jusqu’aux nouvelles formes d’apatridie que créerait la disparition annoncée de certains micro-États insulaires. Luc Legoux, pour sa part, s’inquiète d’une éventuelle révision de la Convention de Genève de 1951, qui fonde l’asile sur la notion de persécution. Son élargissement aux migrants climatiques, craint-il, risquerait d’être contre-productif en affaiblissant la protection des réfugiés politiques et en déplaçant le problème vers la reconstruction des pays touchés par des catastrophes naturelles, ceci sans parler de l’introduction de statuts temporaires (comme aux États-Unis depuis 1990) qui permettent de renvoyer les victimes chez elles, une fois passé le temps de la crise. La différence fondamentale, explique Luc Legoux, est que la Convention de Genève de 1951 protège les réfugiés contre leur État d’origine, alors que la gestion internationale des mouvements de population dans un contexte de raréfaction des espaces habitables envisage de s’adapter au changement climatique en collaborant avec lesdits États.

3À sa manière, Marc Lavergne confirme d’ailleurs ce diagnostic quand il signale que l’invocation du réchauffement climatique a permis de dépolitiser les motifs de la guerre au Darfour, voire de déresponsabiliser les auteurs des exactions. « C’est la faute à la nature », disaient déjà les humanitaires à propos de la famine de 1985 en Éthiopie, qui avait été mise sur le compte de la sécheresse et non de la politique économique et militaire d’une dictature soucieuse de collectiviser l’agriculture et d’expulser les paysans des régions tenues par des mouvements rebelles. Dans le cas du Darfour, Marc Lavergne souligne en l’occurrence que les aléas climatiques sont une constante de l’histoire du Sahel et que la diminution des précipitations n’est pas la cause première d’un conflit dont les aspects fonciers et sociaux mettent d’abord en évidence les bouleversements d’une économie agricole à l’heure de la globalisation.

4François Gemenne clôt le dossier par un cas d’étude sur les habitants de l’atoll de Tuvalu qui partent vers la Nouvelle-Zélande. En s’appuyant sur une enquête de terrain, il montre que leur départ n’est pas inéluctable et ne doit pas occulter la capacité d’adaptation de la population aux changements climatiques dans son pays d’origine. Malgré la menace d’un ensevelissement de leurs îles par la remontée du niveau des océans, les habitants de Tuvalu n’envisagent pas leur avenir de façon aussi dramatique qu’on pourrait l’imaginer. En fait de migration climatique, leur départ graduel vers la Nouvelle-Zélande s’apparente plutôt à des stratégies familiales de réduction des risques. L’analyse de terrain enrichit ainsi le débat au moment où François Gemenne sort un numéro de la revue Hommes et Migrations sur les liens entre migrations et environnement, avec une approche complémentaire car plus empirique.

5Davantage centré sur une confrontation d’idées, le dossier dirigé par Luc Cambrézy et Véronique Lassailly-Jacob met donc en lumière toute la complexité et la diversité des opinions et des perspectives sur un sujet qui est abordé à la fois du point de vue des migrants, des juristes et des organisations militantes. Le débat entre Christel Cournil et Luc Legoux est très instructif à cet égard, puisqu’il permet d’appréhender les différents positionnements favorables ou hostiles à une révision de la Convention de Genève de 1951. Luc Cambrézy et Véronique Lassailly-Jacob le rappellent d’ailleurs dans leur introduction : sur les questions environnementales et leurs conséquences migratoires, « les avis sont partagés entre le climatologue qui décrypte scrupuleusement les manifestations concrètes du réchauffement climatique, l’écologiste qui milite pour la protection des espèces menacées, l’altermondialiste qui dénonce le capitalisme débridé et les associations humanitaires qui réclament davantage de protection pour les victimes des crises environnementales ».

6De ce point de vue, il aurait certainement été intéressant de prolonger l’étude en analysant les positions altermondialistes et humanitaires sur la notion de réfugié climatique. En effet, l’article de Sylvie Ollitrault ne traite que des lobbies environnementaux, à l’instar de Greenpeace, que l’auteur qualifie d’ONG états-unienne alors que le centre de gravité de la « multinationale verte » se situe désormais en Europe depuis qu’elle a déménagé son siège international de Vancouver vers Amsterdam en 1979. Rappelons à ce propos que, dès 1985, Greenpeace avait évacué en bateau vers la Nouvelle-Zélande les habitants d’un atoll des îles Marshall menacés par les retombées radioactives des essais nucléaires américains dans la région. De là à imaginer que des ONG écologistes pourraient directement participer à la gestion des flux migratoires, à l’instar des organisations humanitaires, il y a bien sûr un pas qu’on ne saurait franchir. Mais le précédent souligne les possibilités de passerelles, voire de coalitions, entre des associations militantes a priori très différentes.

7Autre piste de recherche, évoquée en introduction et reliée à la dégradation de l’environnement : « la multiplication des conflits pour l’accès aux ressources et les déplacements de population » qui en découlent. Le dossier de la Revue Tiers Monde aborde la question à travers le cas du Darfour. Mais il a d’abord vocation à poser un débat dont on ne peut pas traiter tous les aspects en une seule fois. Or l’étude des répercussions migratoires des affrontements liés à l’environnement et à l’accès aux ressources mériterait tout un dossier en soi. Pour l’instant, le débat semble avoir atteint ses limites en évoquant la théorie du verre à moitié plein ou à moitié vide, avec des situations de guerres dans des contextes de pénurie aussi bien que d’abondance de ressources, comme en milieu pastoral en Somalie ou, au contraire, dans des régions pétrolifères en Angola. Les conclusions ne sont pas non plus tranchées lorsqu’on élargit la discussion à des questions environnementales qui intègrent le réchauffement climatique. En effet, les périodes de refroidissement ont également été un facteur de guerre et de migration forcée, par exemple en Chine si l’on en croit les travaux de Zhibin Zhang et al. (« Periodic climate cooling enhanced natural disasters and wars in China during AD 10–1900 »,Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences vol.277, n°1701, déc. 2010, pp.3745-3753).

8Le travail coordonné par Luc Cambrézy et Véronique Lassailly-Jacob pose des jalons essentiels pour mieux comprendre la complexité des déplacements liés au changement climatique. Espérons donc que les auteurs traiteront aussi de la problématique migratoire des « conflits environnementaux » dans un prochain dossier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc-Antoine Pérouse de Montclos, « Luc CAMBRÉZY Luc et Véronique LASSAILLY-JACOB, Réfugiés climatiques, migrants environnementaux ou déplacés ? », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 27 - n°2 | 2011, mis en ligne le 03 février 2012, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://remi.revues.org/5495

Haut de page

Auteur

Marc-Antoine Pérouse de Montclos

CEPED (Centre Population & Développement)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page