Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Gilles FERRÉOL et Angelina PERALVA, Altérité, dynamiques sociales et démocratie

Anne-Marie Mamontoff
p. 205-207
Référence(s) :

Gilles FERRÉOL et Angelina PERALVA, Altérité, dynamiques sociales et démocratie, Paris, LGDJ, 2009, 228 p., ISBN : 978-2-275-02836-1.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif interdisciplinaire a le mérite de souligner la difficulté de répondre politiquement à une problématique aussi complexe que celle de vivre ensemble en démocratie. Le lecteur pourra d’autant plus se positionner sur ce type d’enjeu que ce dernier donne lieu à des analyses divergentes.

2Dans une première partie, l’accent est mis sur le poids de l’histoire, des héritages et du changement social tandis que la seconde, en s’intéressant à des flux migratoires occasionnant des conflits identitaires, cible davantage des situations à l’échelle internationale.

3Les deux premières contributions de Bernard Jolibert et de Gilles Ferréol ont valeur de problématique car elles énoncent le sens précis des notions récurrentes du livre et, surtout, elles indiquent la voie conceptuelle à emprunter pour traiter correctement des réalités complexes et difficiles à saisir. En comparant les concepts de fraternité et de solidarité, appréhendés comme deux vecteurs du mieux vivre ensemble, le philosophe Bernard Jolibert pose d’entrée de jeu la question centrale consistant à se demander comment une nation composite, diverse, fragmentée dans sa réalité, peut rester unitaire dans sa réalité politique. Si la fraternité renvoie au domaine de la morale en recourant à la métaphore familiale, la solidarité exprime davantage les différentes dimensions d’un espace public et politique : contrairement au premier, le lien ou rapport à la solidarité serait « avant tout utilitaire et réfléchi » (p. 28). Face à l’anomie ou au retour de la question sociale, il convient de penser ensemble la solidarité et la fraternité tout en les distinguant et en les référant explicitement au registre de l’universel : « Nous sommes solidaires en dépit de nos différences, au-delà de ce qui pourrait naturellement nous opposer, alors que nous ne sommes frères que sur la base d’une identité essentielle » (ibid.) Or, cette identité est, selon le sociologue Gilles Ferréol, complexe à appréhender car elle est, d’une part, une donnée culturelle mouvante et floue et, d’autre part, une dynamique plus personnelle, une quête de dignité ou de reconnaissance. À partir de ce constat, il devient évident que le rappel de la prise en compte politique, via le travail du législateur, de la diversité des groupes sociaux et ethniques, ne va pas de soi. S’inscrivant dans le refus éthique du jugement normatif à porter sur l’autre et l’impossibilité à évaluer une civilisation différente de la nôtre, la prise en compte de la différence ne peut pas occulter certaines formes d’invariants humains. L’altérité nous fait alors prendre en considération à la fois nos singularités culturelles et cette part d’humanité participant du processus de civilisation.

4Revenant sur des travaux antérieurs, Jacqueline Costa-Lascoux démontre l’importance de cette notion d’intégration, de son actualité, alors même qu’elle donne lieu à des malentendus ou à des controverses en définitive assez incompréhensibles. Selon cette auteure, la démocratie nous invite plus à la pluralité qu’au multiculturalisme car les difficultés d’intégration des populations immigrées soulignent davantage en France des écarts croissants entre les principes républicains et leurs applications qu’un échec global du modèle. L’abandon de ces principes érigeant l’égalité et l’universalité comme normes à suivre participerait de l’ensemble du fonctionnement démocratique. Jacqueline Costa-Lascoux nous rappelle utilement certains biais ou points aveugles d’un débat qui est loin d’être clos : ne faudrait-il pas, par exemple, nous pencher sur des mesures de discrimination positive qui n’auraient pas eu les résultats escomptés ?

5Les apports cognitifs de Mathieu Rigouste et de Christine Castelain-Meunier concernent l’évolution des mentalités dans deux univers sociaux différents : la Défense nationale et la masculinité. Mathieu Rigouste s’intéresse à la fonction du discours métaphorique venant légitimer la conception de l’altérité comme menace. Reprenant les représentations véhiculées dans un institut militaire de réflexion stratégique autour de la défense et de l’ordre, l’auteur montre, à travers l’analyse d’un corpus d’archives, comment les métaphores du corps national, de la maladie et du diagnostic médical viendront progressivement structurer le paradigme sécuritaire. Cette posture permet d’ailleurs de dépolitiser les débats juridiques et historiques. Christine Castelain-Meunier, quant à elle, signale une transformation des identités sexuées, rappelant qu’il conviendrait plus d’évoquer la possibilité d’une fracture culturelle entre générations masculines qu’une domination masculine. La sociologue l’observe notamment au niveau de l’évolution de la culture somatique car le rapport au corps, aux vêtements, témoigne de nouvelles fluidités, l’identité devenant plastique. Pour les deux genres, l’enjeu ne devient-il pas de devenir, non pas seulement un objet de désir, mais également un sujet désirant ?

6La contribution d’Angelina Peralva nous replonge dans le débat autour de la diversité et de l’altérité en revenant sur l’avancée heuristique permise par les analyses d’Alain Touraine et Daniel Bell. Il apparaît ainsi que la question de la reconnaissance des minorités historico-culturelles, et des conflits dont elles sont porteuses, a émergé de façon quasi irréversible au sein des nouvelles sociétés nationales issues du déclin du « social », de l’affaiblissement du mouvement ouvrier et de la fragmentation culturelle. La diversité ne devrait-elle alors pas primer sur l’égalité ? La sociologue admet toutefois que les nouveaux risques introduits par la progression d’une économie informelle et souterraine nous conduisent à relativiser l’importance donnée aux identités culturelles.

7Stéphanie Mulot propose un éclairage pertinent sur les dilemmes identitaires des Antillais d’aujourd’hui. Son texte, qui se situe en début de la deuxième partie de l’ouvrage, est une excellente transition venant rappeler l’importance de l’histoire. Trois situations témoignent ainsi du travail idéologique de reconstruction d’une mémoire populaire : le carnaval, l’espace public et le mythe du viol fondateur. Or, cette approche est bien complétée par celle de Yu-Sion Live qui semble voir dans le multiculturalisme (dans le cas de la Réunion) le risque d’un enfermement identitaire. Dans une société marquée par un regard social tenant compte de la couleur de l'épiderme, les membres de différents groupes ethniques rechercheraient leurs origines dans le pays de leurs ancêtres, ce qui ne va pas sans poser le problème du refus d’une altérité pourtant prégnante. N’y a-t-il pas ici la menace d’une inversion du métissage pourtant inscrite dans l’histoire ?

8S’intéressant à la « loi de l’histoire », Françoise Vergès revient directement à l’objet de l’ouvrage : comment faire dialoguer les tenants des sciences humaines et sociales, les politiques et les juristes ? Pour elle, trop de questions restent sans réponses du côté des historiens dès lors que nous nous intéressons au passé colonial. Quel vocabulaire politique et juridique a autorisé l’esclavage ? A-t-on réellement épuisé l’étude ? Comment considérer ce crime sans visage, sans nom et sans inscription symbolique ? Il importe alors de prendre conscience de la manière dont l’ignorance participe du processus de dépolitisation et d’une souffrance sociale encore à l’œuvre chez certains de nos concitoyens.

9Le texte de Rebecca Igreja aborde les pratiques juridiques des migrants indiens à Mexico en soulignant le rôle médiateur joué par leurs représentants dans le domaine de la justice. Leurs pratiques auraient une fonction duale. D’un côté, elles renforcent la cohésion des différents groupes et, de l’autre, elles s’inscrivent dans le combat mené contre les discriminations et la violence sociale dont les Indiens font l’objet. Si le Mexique est devenu multiculturaliste, la question indienne est loin d’être réglée.

10Au début du XXIe siècle, les deux cents millions de migrants représenteraient 3 % de l’humanité et le caractère massif du phénomène ne doit pas cacher la multiplicité des réalités. C’est à partir de ces observations que William Berthomière et Marie-Antoinette Hily nous donnent une typologie intéressante de figures de migrants en nous montrant, qu’au-delà des écarts, voire du gouffre, séparant certains d’entre eux, leurs trajectoires reflètent une évolution concordante : celle d’un système qui ne cesse d’être toujours plus inégalitaire. Ils interpellent dès lors les politiques à mieux structurer « notre manière de faire société » (p. 180).

11Mehdi Alioua s’intéresse enfin au transmigrant subsaharien confronté au processus d’externalisation des frontières de l’Europe… La description minutieuse de parcours semés d’embûches et de difficultés nous indique clairement la manière dont la solidarité peut s’organiser chez les plus vulnérables et comment ces derniers vont réussir à trouver stratégiquement des soutiens dans les pays du Maghreb et par-delà les frontières. Par rapport aux milliers de morts enregistrés aux frontières, la résistance semble bien s’organiser et prendre de l’ampleur.

12Si l’objectif premier de l’ouvrage est d’apporter des éléments cognitifs de clarification par rapport aux questions soulevées par les notions d’altérité et de démocratie, toujours bousculées par les dynamiques sociales à l’œuvre, ce but est atteint. Toutefois, les controverses présentes dans l’enchaînement des argumentations démontrent la complexité des enjeux, la difficulté d’établir une analyse sans faille sur un sujet aussi idéologiquement polémique et la nécessité de croiser différents points de vue. La dimension de l’empathie doit être dès lors confortée à tous les niveaux du système social, y compris dans les instances qui participent à la production d’un savoir toujours provisoire et hypothétique

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Marie Mamontoff, « Gilles FERRÉOL et Angelina PERALVA, Altérité, dynamiques sociales et démocratie », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 27 - n°2 | 2011, mis en ligne le 03 février 2012, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://remi.revues.org/5496

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Mamontoff

Université Via Domitia (Perpignan), ICRESS (Institut Catalan de Recherches En Sciences sociales)

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page