Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Natacha LILLO, Italiens, Espagnols et Portugais en France au XXe siècle, regards croisés

Ralph Schor
p. 207-208
Référence(s) :

Natacha LILLO, Italiens, Espagnols et Portugais en France au XXe siècle, regards croisés, Paris, Éditions Publibook, 2008, 157 p., ISBN : 978-2-748-34747-0.

Texte intégral

1Un groupe de chercheurs français et espagnols a travaillé en commun pour établir une comparaison entre les immigrations italienne, espagnole et portugaise en France au XXe siècle. La comparaison se révèle aisée dans certains cas, ainsi dans celui des politiques migratoires de l’Espagne et du Portugal entre 1950 et 1970. Il s’agit alors de deux dictatures qui, tout en tirant profit des devises envoyées par les expatriés, se montrent hostiles aux départs. Ceux-ci en effet sont vus comme un désaveu du régime autoritaire, une menace pesant sur l’unité des familles et de la nation protectrice naturelle, un risque de contamination des émigrés par les idées démocratiques ou révolutionnaires rencontrées en France. Cependant, en 1956 pour l’Espagne et 1968 au Portugal, la nécessité de modernisation de l’économie et de contacts plus étroits avec l’Europe conduit à une révision et à une appréciation plus positive de l’émigration. Aussi les formalités régissant les départs sont-elles assouplies. Mais les gouvernements espagnol et portugais se plaignent de ce que la France, où les besoins de main-d’œuvre sont importants, facilite les entrées clandestines et régularise rapidement les nouveaux venus : ces pratiques ruinent les efforts de contrôle et de sélection tentés dans les pays d’origine.

2En matière d’habitat, des comparaisons peuvent être établies entre l’occupation de vieux immeubles dans les centres urbains, l’installation dans des pavillons de banlieue, l’édification des sinistres bidonvilles. La diversité de l’habitat peut être mise en relation avec les décalages chronologiques des migrations, le mode d’urbanisation propre à chaque période, les particularités culturelles. Ainsi s’expliquerait l’éparpillement des noyaux résidentiels italiens correspondant à « des traditions d’indépendance montagnarde et l’aptitude à organiser des solidarités à petite échelle » (p. 56).

3L’étude du travail féminin et l’image convenue d’une primo-arrivante toujours vouée aux seules tâches ménagères doivent être nuancées : là aussi, les traditions régionales dans le pays de départ − femmes confinées chez elles ou ayant déjà l’expérience d’un emploi salarié − peuvent être invoquées, de même que le nombre d’enfants à élever, l’éventuel chômage du mari ou le veuvage prématuré. À la deuxième génération, le travail féminin, l’ascension sociale, le mariage mixte, l’accès à la nationalité française se généralisent. La socialisation des femmes se trouve accélérée quand, malgré les fréquentes réticences des hommes, elles participent à la vie associative, surtout si elles parviennent à prendre des responsabilités dans les organisations.

4Dans le domaine syndical, l’accès aux responsabilités est difficilement ouvert aux travailleurs étrangers. Ceux-ci, il est vrai et quelle que soit la nationalité, hésitent à s’engager par peur de la répression, manque de conscience politique, projet de retour rapide au pays. Quant aux syndicats français, ils oscillent entre deux attitudes contradictoires : défense prioritaire de la main-d’œuvre nationale et antifascisme, solidarité avec les ouvriers étrangers, demande de l’égalité des droits.

5Au sein des associations portugaises règne encore la diversité. Selon les époques, les associations ont pris un tour militant contre la dictature ou culturel, folklorique, sportif, etc. Aujourd’hui, l’objectif visé est la défense des racines au profit des jeunes qui ne regagneront pas le pays de leurs parents.

6Tout est-il comparable ? Il est sûr que toutes les comparaisons ne se révèlent pas parlantes. Les auteurs en conviennent eux-mêmes et invoquent à juste titre les décalages chronologiques liés à chaque immigration. Au fond, peu importe car les textes sont dus à d’excellents spécialistes qui, même s’ils n’esquissent pas toujours de comparaison, offrent de riches mises au point dans leur domaine de spécialité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ralph Schor, « Natacha LILLO, Italiens, Espagnols et Portugais en France au XXe siècle, regards croisés », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 27 - n°2 | 2011, mis en ligne le 03 février 2012, consulté le 27 mai 2017. URL : http://remi.revues.org/5500

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page