Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Yasmina BETTAHAR et Françoise BIRK, Étudiants étrangers en France. L’émergence de nouveaux pôles d’attraction au début du XXe siècle

Ralph Schor
p. 202-204
Référence(s) :

Yasmina BETTAHAR et Françoise BIRK, Étudiants étrangers en France. L’émergence de nouveaux pôles d’attraction au début du XXe siècle, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2009, 130 p., ISBN : 978-2-86480-976-0.

Texte intégral

1Les pays d’Europe occidentale et particulièrement la France accueillent des étudiants étrangers dont le nombre a considérablement augmenté depuis le début du XXe siècle. Au début, les jeunes viennent surtout d’Europe centrale et balkanique, puis les Africains prennent le relais. Les contingents les plus nombreux se dirigent vers Paris dont le prestige reste sans égal. Cependant les universités de province ne sont pas négligées. Un colloque organisé à Nancy en décembre 2002 a attiré l’attention sur ce phénomène, surtout dans le domaine des formations scientifiques et techniques.

2Les auteurs rappellent d’abord que l’arrivée des étudiants étrangers est due en grande partie, au XIXe siècle, aux politiques restrictives mises en place par certains États qui limitent l’accès de leurs facultés selon des critères politiques ou ethnico-religieux, tout particulièrement au détriment des Juifs. Quant aux autorités françaises, elles souhaitent attirer des étrangers pour concurrencer l’attraction ancienne exercée par les universités allemandes. Autre préoccupation constante et complémentaire : former des cadres allogènes « à la française » pour accroître le rayonnement du pays d’accueil, amener les anciens étudiants à rester fidèles aux méthodes, aux idées, aux produits, aux brevets découverts en France. Le décret du 21 juillet 1897 distingue les diplômes d’État et les diplômes d’université. Ces derniers sont plus particulièrement destinés aux étrangers et ferment en principe certaines professions libérales aux non-citoyens, ce qui satisfait les nationaux toujours portés à dénoncer la concurrence étrangère en temps de crise. Cette clarification des diplômes permet aux établissements de diversifier leur offre de formation.

3L’existence de ces cadres généraux n’empêche pas une certaine diversité, analysée à travers quelques exemples. Le premier cas étudié est celui des Roumains dans les écoles militaires françaises. Depuis le début du XIXe siècle, de nombreux jeunes venus de Moldavie et de Valachie viennent étudier à Paris et fournissent les têtes pensantes du mouvement d’unification nationale. Celle-ci accomplie, les dirigeants restent fidèles à l’influence française, mais ils se heurtent à la famille royale, d’origine allemande, tournée vers les institutions germaniques. Les attachés militaires français à Bucarest ne cessent de rappeler qu’il faut faciliter l’accueil des Roumains dans les écoles militaires de l’hexagone, ce qui doit garantir la francophilie politique des futurs officiers. Mais les autorités françaises hésitent, car elles sont sensibles à l’argument politique, mais elles craignent aussi de laisser échapper des secrets liés à la défense nationale.

4L’Institut électrotechnique de Nancy, fondé en 1900, et l’université de Strasbourg, redevenue française en 1919, offrent des points communs : ce sont des établissements proches de la frontière qui tiennent ainsi un rôle symbolique de môles de la culture française face à l’Allemagne qu’il faut concurrencer sur son propre terrain. Les industries régionales veulent détourner les jeunes nationaux de se former de l’autre côté du Rhin. À Strasbourg les locaux universitaires sont très vastes et doivent accueillir des étudiants nombreux pour amortir les frais généraux. Or l’anémie démographique de la France éclaircit les effectifs d’étudiants. Aussi les établissements essaient d’attirer de gros effectifs d’étudiants, leur assurent diverses facilités, des locaux fonctionnels, des formations adaptées et une large gamme de diplômes. Le succès vient rapidement et les universités frontalières reçoivent jusqu’à un tiers d’étrangers. Mais la crise des années 1930 amène les Français, hantés par la peur de la concurrence, à rendre des attitudes xénophobes et antisémites, ce qui entraîne un reflux des effectifs étrangers.

5L’Institut polytechnique de l’Ouest est ouvert à Nantes en 1919 pour fournir des techniciens aux industries locales. La présence des étrangers est attestée à l’Institut, mais n’est pas particulièrement recherchée par la direction. Les effectifs d’étrangers baissent dans les années 1930, sans doute pour les mêmes raisons que dans l’Est.

6L’Institut chimique de Rouen, ouvert en 1917, doit lui aussi répondre aux besoins de l’économie de la région. Les industriels locaux, marqués par le saint-simonisme, se montrent favorables à une ouverture démocratique de l’enseignement supérieur technique et, pour marquer la place de l’Institut, acceptent la venue de nombreux étrangers – 55,7 % des inscrits dans l’année 1929-1930 – principalement juifs. La direction facilite la vie quotidienne et le placement des élèves dont un nombre non négligeable essaie de rester en France après la fin des études.

7Depuis les années 1960-1970, les écoles d’ingénieurs françaises, dont l’École nationale supérieure d’électricité et de mécanique de Nancy, attirent de nombreux Maghrébins, notamment des Marocains dont l’exemple est ici analysé. Ces étudiants sont surtout issus des milieux de notables traditionnels, avec une tendance à l’extension vers les classes moyennes. Leur venue est organisée dans le cadre d’accords de coopération interétatique. Les diplômés trouvent généralement des postes de responsabilité dans leur pays ou s’orientent vers l’international. Dans les deux cas, ils semblent fidèles au modèle français dont ils assurent le rayonnement.

8Cet ouvrage est bien documenté, dans la mesure où les auteurs ont trouvé des archives explicites. Quand ce n’est pas le cas, ils avancent avec prudence des hypothèses vraisemblables. Ils présentent parfois, à titre d’exemple probant, les parcours universitaire et professionnel de certains étrangers dont les dossiers personnels existent encore. L’histoire des établissements étudiés est toujours clairement replacée dans l’évolution générale. Le livre souligne la diversité du réel : selon les établissements, la venue des jeunes étrangers a été activement recherchée ou s’est effectuée à son rythme propre. De même, les relations entre les autochtones et leurs camarades venus de loin ont pu rester neutres ou subir des dérapages xénophobes qui ont infléchi le recrutement des élèves. Ainsi cet ouvrage original constitue une utile contribution à plusieurs chapitres de l’histoire : ceux de la diplomatie, de l’enseignement supérieur, de l’économie régionale, des migrations intellectuelles, des relations interethniques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ralph Schor, « Yasmina BETTAHAR et Françoise BIRK, Étudiants étrangers en France. L’émergence de nouveaux pôles d’attraction au début du XXe siècle », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 27 - n°3 | 2011, mis en ligne le 17 avril 2012, consulté le 27 mars 2017. URL : http://remi.revues.org/5579

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page