Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Smaïn LAACHER, De la violence à la persécution, femmes sur les routes de l’exil

Marianne Blidon
p. 201-202
Référence(s) :

Smaïn LAACHER, De la violence à la persécution, femmes sur les routes de l’exil, Paris, La dispute, 2010, 170 p., ISBN : 978-2-84303-197-7.

Texte intégral

  • 1  Merci à Luc Legoux pour sa relecture attentive et ses suggestions amicales.

1Des violences en chemin, dévoiler et rendre compte1

C’est à une opération de dévoilement salutaire que Smaïn Laacher nous convie dans son dernier ouvrage, De la violence à la persécution, femmes sur les routes de l’exil. À la fois au sens de lever le voile, en rendant public un phénomène connu des acteurs de l’aide aux réfugiés comme des chercheurs – à savoir que parmi les exactions commises à l’encontre des migrants traversant le Sahara, certaines touchent plus particulièrement les femmes du fait même de leur genre : viols, prostitution forcée, violences à caractère sexuel… – mais qui ne donnait jusqu’à présent pas matière à développement autre que des mentions, des allusions ou des notes de bas de page, comme si les violences envers les femmes sur les routes migratoires étaient un dommage collatéral dont ils ne savaient pas bien comment rendre compte, a fortiori s’ils en avaient été les témoins impuissants ; des souffrances de plus parmi tant d’autres.

  • 2  Cette question est bien connue et documentée notamment en histoire. Ainsi Daniel Cordier, historie (...)

2Et, dévoilement au sens de dire, voire de tenter d’expliquer, l’indicible. Indicible parce qu’il s’agit d’actes de violence dont l’expérience est vécue comme incommensurable et honteuse ; certaines parlent de « souillure » qui les met irrémédiablement à l’écart et les condamne. Indicible parce que leur restitution engage la question de la mémoire, mémoire fragmentaire qui fait parfois défaut aux victimes dont le récit est parcellaire, faute de repères spatio-temporels précis durant un voyage souvent long, toujours éprouvant et chaotique2. Indicible parce que l’acte même de témoigner conditionne en partie l’issue (dé)favorable de leur demande d’asile, de prise en charge ou d’assistance et induit donc une mise en discours conditionnée par les attentes supposées des institutions. Autant d’éléments que Smaïn Laacher s’est attaché à dénouer afin de rendre compte de réalités, parfois insoutenables, dont font état la soixantaine de migrantes africaines qu’il a rencontrées dans des structures d’aide ou d’accueil en France, en Espagne, mais aussi au Maroc ou en Algérie.

  • 3  Sur cette question du trajet comme terrain, voir BRACHET Julien (2008) Géographie du mouvement, gé (...)
  • 4  Notamment les travaux de Paola Tabet et la notion d’échange économico-sexuel. Pour une première ap (...)
  • 5  Pour exemple, l’ouvrage de SOFSKY Wolfgang (1998) Traité de la violence, Paris, Gallimard, 214 p.

3Ce choix dont on comprend qu’il est le plus rentable pour recueillir leur témoignage est cependant en deçà des objectifs d’un projet qui prétend rendre compte des violences « pendant le voyage ». Celui-ci aurait mérité de croiser différentes approches et de ne pas s’en tenir au recueil d’entretiens dont l’auteur souligne lui-même les limites et les difficultés. Ainsi, l’immersion dans les villes et les oasis de transit3 aurait, par exemple, permis de mieux comprendre les facteurs de vulnérabilité et les rapports de domination dans leur quotidienneté. Cela aurait aussi permis de prendre du temps avec ces femmes et de laisser une place aux silences. C’est d’ailleurs peut-être sous l’angle de la pudeur et du respect que l’on aurait souhaité voir aborder la question de l’éthique de l’enquête plus que sous celui de l’anonymat et du consentement éclairé qui en l’état relève d’une éthique de charte plus que d’une éthique en situation. Enfin, la mobilisation des études sur le genre4 et sur la violence5 aurait certainement enrichi l’analyse en différenciant mieux les logiques à l’œuvre et en évitant de réifier les différences entre les sexes. À ce titre, les mentions qui sont faites des hommes violés, de manière isolée ou collective, comme des violences perpétrées par des migrantes à l’encontre d’autres femmes jugées déviantes, ouvrent des pistes intéressantes pour aborder des phénomènes complexes.

4Cependant, ces critiques sont à replacer dans le contexte d’élaboration de cet ouvrage. Tout d'abord, saluons le courage de l’auteur d’avoir traité d’un sujet difficile – les violences envers les femmes en contexte migratoire – qui est fortement genré ; ce sujet étant plus fréquemment l’apanage des chercheuses. Rappelons ensuite que l’auteur est mandaté par le HCR. Il vise donc la prise en compte de ces violences par les institutions nationales et internationales et la mise en place de politiques de protections qui dépassent le cadre originel du statut de réfugié. Le statut est en effet conçu pour offrir une protection à ceux que leur État d’origine persécute ou est incapable de protéger contre des persécutions commises sur leur territoire. Dans le cas des migrantes le défaut de protection des pays d’origine ne peut être évoqué, mais si la protection des migrants, femmes et hommes, n’est pas directement du ressort du statut de réfugié, il n’en reste pas moins qu’une réflexion globale sur la cause des migrations et la protection dans les pays de transit est nécessaire, elle est malheureusement à peine esquissée dans ce texte qui a cependant le mérite de poser le problème. Smaïn Laacher vise en effet l’efficacité de l’action dans un temps – celui de l’enquête et de l’analyse – réduit. Or, si alerter et mettre les décideurs face à leurs responsabilités – a fortiori s’ils instrumentalisent la question des rapports de genre à des fins politiques – est une nécessité, pour autant ce sujet mériterait de faire l’objet d’un travail d’enquête approfondi et ambitieux qui articule le champ des migrations, celui du genre et celui de la violence. Espérons que cet ouvrage en constitue les prémices.

Haut de page

Notes

1  Merci à Luc Legoux pour sa relecture attentive et ses suggestions amicales.

2  Cette question est bien connue et documentée notamment en histoire. Ainsi Daniel Cordier, historien et acteur de la résistance, note « je compris alors que les imagesprécises qui m’avaient hanté n’étaient que des lambeaux d’une réalité mutilée. [...] Le néant circonscrit les morceaux irréguliers et précis du réel comme une mer noire emprisonne des récifs déchiquetés. Il en est de même pour mon passé. J’ai beau écarquiller les yeux, scruter ces images si denses dans leur détail, sans qu’il soit possible d’en découvrir les prolongements et les articulations logiques » (CORDIER Daniel et GUILLON Jean-Marie Guillon (1995) Mémoire et Histoire : la Résistance, Toulouse, Privat, pp. 308-309).

3  Sur cette question du trajet comme terrain, voir BRACHET Julien (2008) Géographie du mouvement, géographie en mouvement. La mobilité comme dimension du terrain dans l'étude des migrations, in À travers l'espace de la méthode : les dimensions du terrain en géographie [en ligne]. URL : http://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-00358932/

4  Notamment les travaux de Paola Tabet et la notion d’échange économico-sexuel. Pour une première approche de ses travaux, voir TRACHMAN Mathieu (2009) La banalité de l'échange. Entretien avec Paola Tabet, Genre, sexualité & société, 2 [en ligne]. URL : http://gss.revues.org/index1227.html

5  Pour exemple, l’ouvrage de SOFSKY Wolfgang (1998) Traité de la violence, Paris, Gallimard, 214 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Blidon, « Smaïn LAACHER, De la violence à la persécution, femmes sur les routes de l’exil », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 27 - n°3 | 2011, mis en ligne le 10 mai 2012, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://remi.revues.org/5582

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page