Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Jacques BAROU, De l’Afrique à la France. D’une génération à l’autre

Jeanne Semin
p. 182-183
Référence(s) :

Jacques BAROU, De l’Afrique à la France. D’une génération à l’autre, Paris, Armand Colin, Collection Sociétales, 2011, 256 p., ISBN :9782200255848.

Texte intégral

1Cet ouvrage vient enfin combler un manque, et presque, pourrait-on dire, lever un tabou, concernant la vie quotidienne des immigrés originaires d’Afrique Noire en France aujourd’hui. En effet, depuis les ouvrages de Catherine Quiminal (1991), d’Albert Nicollet (1992), ou encore de Mahamet Timera (1996), les publications sur ce thème se sont faites rares. Le sujet est devenu sensible et les généralisations faciles, comme le montrent les récentes polémiques sur la délinquance des jeunes issus de l’immigration subsaharienne (Lagrange et Oberti, 2006) et sur la Condition noire en France (Pap Ndiaye, 2008). C’est pourquoi cette approche qualitative, initiée par la Caisse nationale d'assurance vieillesse (Cnav), et cette publication dirigée par l'anthropologue Jacques Barou, chargé de recherche au CNRS et spécialiste reconnu de l'immigration et de l'Afrique subsaharienne, est particulièrement bienvenue. Elle expose les résultats d'une enquête réalisée à partir d’entretiens auprès de vingt-deux familles migrantes originaires de treize pays d’Afrique Noire, analysés collectivement par une équipe de chercheurs en sociologie, anthropologie et démographie. L'enquête présente l’intérêt d’être intergénérationnelle puisque, dans chacune des familles, des représentants adultes de deux générations successives ont été consultés, ce qui permet de saisir les évolutions à l’œuvre en matière d’intégration, d’identité et de relation au pays d’origine. La publication en annexe des « synthèses familiales » concernant la biographie des personnes enquêtées, qu'il n'apparaît pas inutile de lire dans leur intégralité, donne un caractère particulièrement vivant et fondé aux analyses présentées dans l'ouvrage, qui se divise en sept chapitres.

2Le premier, sous la plume de Jacques Barou, rappelle l’histoire de cette immigration et présente un bilan des statistiques produites par l’Insee entre 1999 et 2008 au sujet de la population originaire d'Afrique subsaharienne installée en France. Le second chapitre, du même auteur, concerne le traitement institutionnel de cette migration africaine par l'État français et son caractère monétariste et volontariste en matière de développement. Le troisième chapitre, écrit à trois mains par l’ethnologue Martine Segalen, Sabrina Aouici et Rémi Gallou, deux socio-démographes de la Cnav, part du constat que les modes de représentation de la famille sont différents en Afrique et en France. Ils analysent la façon dont les représentants des deux générations composent avec les deux cultures dans leurs manières de « faire famille ». Puis, l’ouvrage aborde la mobilité socio-professionnelle des migrants subsahariens et de leurs enfants à travers un chapitre co-écrit par Jacques Barou, Rémi Gallou, Sabrina Aouici et la sociologue Claudine Attias-Donfut. Le texte se divise en deux parties. La première vise à dresser, face au stéréotype bien connu de l’immigré africain illettré, le tableau d’une immigration « bimodale », c'est-à-dire qui concerne à la fois des personnes sans aucune formation et d’autres d’un niveau d’études supérieur à la moyenne française. La deuxième porte utilement sur la « spirale déviante » qui a pu conduire certains jeunes issus de l’immigration subsaharienne et plus particulièrement sahélienne sur les voies de la délinquance ou de l’échec scolaire. Les auteurs reviennent sur la diversité des modèles familiaux en Afrique en distinguant en particulier les sociétés matrilinéaires et patrilinéaires. Originaires de ces dernières, les migrants élevés dans le cadre de la famille élargie avec des rôles codifiés assignés à chacun, et notamment l’autorité absolue au patriarche, ne retrouvent pas en France les modèles permettant de légitimer leur propre autorité auprès de leurs enfants, et ont l’impression de perdre l’emprise sur eux, sans pour autant s'ouvrir au dialogue et au modèle français d'éducation. Cependant la très faible proportion de délinquants (un seul) dans les familles enquêtées par l’équipe de la Cnav, au sein d’un échantillon aléatoire ne visant pas forcément les quartiers sensibles, montre que le processus de concentration résidentielle est déterminant dans les phénomènes de délinquance. Claudine Attias-Donfut nous propose ensuite un article qui emprunte beaucoup à l'anthropologie, s'interrogeant sur le rapport à la vieillesse et à la mort des migrants originaires d'Afrique Noire. L'auteur souligne de manière très pertinente le dilemme, parfois existentiel, qui se pose aux migrants qui doivent choisir entre être inhumés en France auprès de leurs enfants ou en Afrique auprès des ancêtres. Le chapitre 6, écrit par Sabrina Aouici et Rémi Gallou, interroge des dynamiques identitaires chez les immigrés originaires d'Afrique Noire et leurs enfants nés en France. On sait que la notion d'identité a suscité des débats politiques en France en 2009 et 2010. Elle peut aussi poser des problèmes épistémologiques en sciences sociales (Laplantine, 1999) et ici les auteurs choisissent de la comprendre comme une construction liée à l'idée de citoyenneté et d'appartenance. L'article, qui s'appuie abondamment sur des entretiens issus de l'enquête, montre finalement l'extrême hétérogénéité du sentiment d'appartenance chez les migrants subsahariens et leurs enfants et la difficulté qu'il peut y avoir en fonction des contextes à se sentir à la fois Noir et Français. Enfin, l'ouvrage se clôt sur un article écrit par Sabrina Aouici, Rémi Gallou et la socio-anthropologue Nicole Lapierre. Il fait le point sur les discriminations vécues par les enquêtés et de manière plus générale sur l'émergence récente de revendications propres à la communauté noire en France. On est passé depuis les années 2000 d'une simple affirmation de l'égalité républicaine, à la reconnaissance des diversités et enfin à l'affirmation des « minorités visibles ». Les événements de 2005, à savoir successivement les incendies ayant coûté la vie à des immigrés africains particulièrement mal logés, au sujet desquels un procès s'ouvre d'ailleurs aujourd'hui, puis les émeutes dans les banlieues qui ont pu faire penser à une « colère noire » (Dupaire, 2007) à l'égard de ces mauvaises conditions de vie et d'intégration, ont constitué un point d'achoppement des débats. Comme le montre cet ouvrage collectif, les sciences sociales ont toute latitude de s'en saisir et de les enrichir de propos construits, fondés sur des réalités vécues et permettant ainsi de dépasser les préjugés.

3On notera que deux enquêtes adoptant une méthodologie similaire au sujet des populations originaires d’Afrique subsaharienne installées au Royaume-Uni et en Afrique du Sud ont été menées en parallèle. Une comparaison plus approfondie des formes d'intégration dans ces différents pays devrait donner lieu à une publication ultérieure que nous attendons avec impatience, pour mieux saisir la spécificité française et européenne dans le traitement des minorités noires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jeanne Semin, « Jacques BAROU, De l’Afrique à la France. D’une génération à l’autre », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 28 - n°1 | 2012, mis en ligne le 30 juillet 2012, consulté le 26 avril 2017. URL : http://remi.revues.org/5721

Haut de page

Auteur

Jeanne Semin

CEMAf-Ivry

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page