Navigation – Plan du site
Articles

La santé maternelle des « Africaines » en Île-de-France : racisation des patientes et trajectoires de soins

Reproductive Health of “African”-perceived Women in Paris Area: Racial Categorisations and Medical Course
La salud materna de las «africanas» en Île-de-France: racialización de las mujeres y trayectorias de cuidados
Priscille Sauvegrain
p. 81-100

Résumés

Le personnel médical et paramédical des services de maternité franciliens parle souvent des « Africaines » comme d’une catégorie de femmes présentant des caractéristiques spécifiques. Nous présentons et discutons ici les résultats d’une recherche qui avait pour objectif d’analyser les processus et les effets de cette catégorisation. Nous montrerons que ces processus ne sont pas neutres sur les trajectoires de soins. En particulier, nos analyses quantitatives montrent des taux de césariennes élevés pour les femmes « Africaines » immigrées, même après correction d’autres variables testées comme l’état de santé. Tous nos résultats convergent pour montrer les risques inhérents à l’usage de catégories « racisantes » de patientes. Il permet en effet l’application de protocoles médicaux fondés sur des imprécisions et des amalgames, et qui ne corrigent pas les éventuelles inégalités de santé périnatale.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

L’enquête menée dans des services de gynécologie-obstétrique franciliens
Les résultats statistiques
Incidence des problèmes de santé sur les taux de césariennes
Usage et effets des catégories racisantes
La « race » au service du discours sur la « mécanique obstétricale »
Racisation et application du « protocole de terme ethnique » : des effets discriminatoires ?
Conclusion

Aperçu du texte

« J’ai beaucoup de copines, de belles-sœurs, etc. qui disent qu’on oblige les femmes africaines à faire des césariennes pour limiter les naissances ». Fatoumata M., dont nous avons recueilli le récit de vie, a ensuite longuement développé ce thème. Sur les divers forums de discussion consultés sur Internet, le ton adopté est encore plus direct : « Je voulais dénoncer cette pratique fasciste qui consiste à soumettre systématiquement les femmes africaines à la césarienne au moment de l’accouchement. Sur dix femmes africaines qui accouchent, six le font par césarienne. Il paraît que c’est pour limiter la fécondité des femmes noires... ». Ce type de propos ou de questions sur les taux de césarienne revient de façon récurrente depuis le début des années 1980 (Poiret, 1996 ; Quiminal, communication personnelle) et met en cause les pratiques cliniques françaises à l’égard des femmes d’origine africaine dans les services de gynécologie-obstétrique. Au sein de ces derniers, ni des taux diffé...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

SAUVEGRAIN Priscille (2012) La santé maternelle des « Africaines » en Île-de-France : racisation des patientes et trajectoires de soins, Revue Européenne des Migrations Internationales, 28 (2), pp. 81-100.

Référence électronique

Priscille Sauvegrain, « La santé maternelle des « Africaines » en Île-de-France : racisation des patientes et trajectoires de soins », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 28 - n°2 | 2012, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 24 avril 2014. URL : http://remi.revues.org/5902

Haut de page

Auteur

Priscille Sauvegrain

Docteure en sociologie (URMIS) et sage-femme (APHP Pitié-Salpêtrière) ; priscille.sauvegrain@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page