Navigation – Plan du site
Articles

« L’ayurveda, c’est pour les Français ». Interroger recours aux soins, systèmes de santé et expérience migratoire

“Ayurveda, this is for the French”. Questioning Health Care, Health Systems and Migratory Experience
«Ayurveda, esto es para los Franceses». Salud, sistema de salud y experiencia migratoria
Anne-Cécile Hoyez
p. 149-170

Résumés

Cet article interroge les logiques de recours à des soins autres que biomédicaux, pour proposer une réflexion sur les dynamiques des systèmes de santé et l’expérience migratoire. L’article se base sur une recherche de terrain qui a révélé la sous-représentation des migrants originaires du sous-continent indien parmi les utilisateurs et pourvoyeurs de soins ayurvédiques, et ce malgré l’intérêt croissant pour cette médecine au sein du reste de la population. Ainsi, l’article déconstruit l’idée (culturalisante) selon laquelle les migrants importeraient et utiliseraient de façon quasi systématique des pratiques de santé de leur pays d’origine.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

Une médecine indienne sans les Indiens ?
Méthodologie
Contexte
Des praticiens et des pratiques ajustés au contexte français
Les contours flous de la pratique
Les médecins ayurvédiques migrants : des cas à part ?
Réinventions, adaptations et bricolages de l’ayurveda
Entraves, contraintes et stratégies de contournement
« L’ayurveda, c’est pour les Français » : représentations différenciées d’une même médecine
Dynamiques transnationales des médecines et migrations internationales
L’ayurveda en Inde entre reviviscence et institutionnalisation
Des dynamiques transnationales laissant de côté les migrants indiens
Les logiques de recours pluriels chez les migrants : entre mythes et réalités
Conclusion

Aperçu du texte

Les études sur les démarches de santé des populations migrantes évoquent couramment la recherche et/ou l’usage de pratiques de soins ne relevant pas du système biomédical (Gronseth et Oakley, 2007 ; The Franco-British Working Group on Migration, Health and Wellbeing, 2009 ; Thomas, 2010). Elles sous-entendent ou avancent explicitement que, dans la migration, les individus transfèreraient un ensemble de connaissances relatives à la santé, empruntées aux savoirs médicaux élaborés dans les pays d’origine, et organisées au sein de réseaux transnationaux liant des patients et des praticiens. Ce serait le cas notamment des médecines d’origine asiatique (chinoises, coréennes, indiennes, etc.) qui seraient transférées en partie par et pour les migrants dans les pays d’accueil, et utilisées en complément des systèmes publics de santé (Green et al., 2006). L’idée est séduisante dans la mesure où elle permet d’envisager les logiques de recours aux soins au prisme du pluralisme médical, de l’ac...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

HOYEZ Anne-Cécile (2012) « L’ayurveda, c’est pour les Français ». Interroger recours aux soins, systèmes de santé et expérience migratoire, Revue Européenne des Migrations Internationales, 28 (2), pp. 149-170.

Référence électronique

Anne-Cécile Hoyez, « « L’ayurveda, c’est pour les Français ». Interroger recours aux soins, systèmes de santé et expérience migratoire », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 28 - n°2 | 2012, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 02 octobre 2014. URL : http://remi.revues.org/5952

Haut de page

Auteur

Anne-Cécile Hoyez

Chargée de recherche CNRS, Migrinter/Université de Poitiers, 5, rue Théodore Lefebvre, 86000 Poitiers ; anne.cecile.hoyez@univ-poitiers.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page