Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Alain Maillard, Les immigrations en Picardie, XIXe-XXe siècles

Ralph Schor
p. 154-155
Référence(s) :

Maillard Alain (2009) Les immigrations en Picardie, XIXe-XXe siècles, Paris, L’Harmattan, 303 p., ISBN : 978-229601-609-5.

Texte intégral

1Résultat d’une enquête commanditée par l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances, enquête ayant abouti à un colloque, l’ouvrage collectif sur Les Immigrations en Picardie aborde le sujet sous différents angles.

2L’analyse démographique révèle que la région n’a jamais connu une très forte immigration et que les effectifs d’étrangers se situent généralement sous la moyenne nationale. Les individus recensés sont de 8 600 en 1851, 36 000 en 1886, 88 000 en 1931, 62 000 en 1999. La présence masculine se révèle supérieure à celle enregistrée dans d’autres régions. Les Belges sont les plus nombreux au XIXe siècle puis, au XXe siècle comme ailleurs, s’installent les Italiens, les Polonais, les Portugais, les Marocains, les Chinois pendant la Grande Guerre. Un chapitre intéressant est réservé aux Ukrainiens arrivés au début des années 1920 au terme d’un voyage pénible, confrontés à « des conditions de travail épouvantables » (p. 100), isolés et cherchant un écho du pays dans la vie associative.

3Divers sujets inspirent des analyses particulières. Les dossiers du service social de la main-d’œuvre étrangère donnent une note concrète sur les conditions de l’immigration et les problèmes rencontrés. La grève des immigrés qui éclate à l’usine Chausson de Creil en 1973 est déclenchée par la base qui demande de meilleures conditions de travail et de rémunération ; les affrontements entre syndicats restent incompréhensibles pour les ouvriers en grève. Des développements neufs sont consacrés à l’alphabétisation des étrangers, lancée dans les années 1960 par des militants du PSU et des chrétiens engagés. Neuf aussi est le chapitre centré sur deux expériences ponctuelles : la création de commissions extramunicipales des immigrés, instances consultatives, à Creil et à Amiens. Dans cette dernière ville un millier d’étrangers élirent en 1987 des représentants associés au conseil municipal. Originale est l’étude inspirée par les enseignants dont au moins un des parents est d’origine étrangère : la majorité est constituée par d’anciens « bons élèves », issus du milieu populaire, choisissant souvent d’exercer auprès de publics scolaires en difficulté. L’action religieuse, sociale, culturelle des Églises évangéliques est analysée avec précision. La mémoire des harkis est étudiée avec finesse. La « condition de forçat » (p. 280) réservée à la main-d’œuvre chinoise pendant la Première Guerre mondiale, la décimation de ces travailleurs par la tuberculose et la grippe espagnole donnent au dernier chapitre une note dramatique qui, de diverses manières, caractérise souvent la condition des immigrés, au moins à la première génération.

4Le livre ne constitue pas une histoire totale de l’immigration en Picardie, mais il offre de solides points d’ancrage pour une synthèse à venir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ralph Schor, « Alain Maillard, Les immigrations en Picardie, XIXe-XXe siècles », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 28 - n°3 | 2012, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://remi.revues.org/6116

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page