Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Laure Teulières, Histoire des immigrations en Midi-Pyrénées (XIXe-XXe siècles)

Ralph Schor
p. 174-175
Référence(s) :

Teulières Laure (2010) Histoire des immigrations en Midi-Pyrénées (XIXe-XXe siècles), Portet-sur-Garonne, Nouvelles Éditions Loubatières, 176 p., ISBN : 978-2-8626-6624-2.

Texte intégral

1Laure Teulières, maître de conférences à l’Université de Toulouse-Le Mirail, publie une histoire de l’immigration en Midi-Pyrénées et annonce d’emblée qu’il s’agit d’un ouvrage destiné au grand public.

2L’étude suit un plan très classiquement chronologique. La première partie couvre la période antérieure à 1918. En 1851, les étrangers représentent 0,3 % de la population totale. Le dépeuplement continu de la région où prédomine l’activité agricole amène un développement de l’immigration, principalement d’origine espagnole. Des touristes et des curistes viennent aussi résider dans le Sud-Ouest. La Grande Guerre entraîne l’afflux de réfugiés, dont de nombreux Belges, et de ressortissants de l’empire colonial.

3Le déclin démographique se poursuit dans l’entre-deux-guerres, ce qui stimule l’immigration, notamment la colonisation agricole par les Italiens. Ces derniers sont bien considérés car leur présence fait remonter le prix de la terre. Espagnols, toujours majoritaires, Polonais, minorités venues d’Orient complètent, entre autres, l’éventail des nationalités. L’auteur note l’installation du sculpteur biélorusse Ossip Zadkine.

4La troisième partie s’ouvre sur l’exil des Espagnols républicains au début de 1939 et sur l’italophobie qui sévit après le 10 juin 1940, date de l’entrée en guerre de l’Italie. Les lois xénophobes et antisémites de Vichy, les internements, les persécutions sont bien analysées, de même que la résistance dans laquelle se lancent certains étrangers, notamment d’ex-brigadistes espagnols. La contribution de ces résistants à la libération se révèle importante.

5Au lendemain de la guerre, la croissance économique est faible et le nombre des étrangers régresse : 1 400 000 en 1946 et 112 000 en 1968. Les immigrations anciennes s’intègrent, même si les réfugiés espagnols conservent une forte originalité identitaire. Les Trente glorieuses offrent de nombreux emplois aux nouveaux venus, les Portugais dans les années 1960 et 1970, et les Marocains.

6Durant la période allant de 1975 à 2005, les effectifs d’étrangers baissent encore : 99 000 en 1999. Les renouvellements portent sur l’arrivée d’Africains sub-sahariens et de réfugiés de l’Asie du Sud-Est, ainsi que sur la féminisation de la population immigrée, sur la présence importante en proportion de diplômés, de cadres, de retraités. La crise frappe durement les immigrés, surtout les moins qualifiés. La participation aux luttes sociales, signe d’intégration, s’intensifie.

7L’ouvrage ne comporte pas de bibliographie ; celle-ci figure en fait dans les notes. Les lecteurs seront sensibles à la clarté de l’exposé et à la précision des données. Laure Teulières a su trouver le ton approprié à une bonne vulgarisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ralph Schor, « Laure Teulières, Histoire des immigrations en Midi-Pyrénées (XIXe-XXe siècles) », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 28 - n°4 | 2012, mis en ligne le 02 avril 2013, consulté le 26 mai 2017. URL : http://remi.revues.org/6145

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page