Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Vilna Francine Bashi, Survival of the Knitted. Immigrant Social Networks in a Stratified World

Clara Rachel Eybalin Casséus
p. 137-138
Référence(s) :

Bashi Vilna Francine (2007) Survival of the Knitted. Immigrant Social Networks in a Stratified World, California, Stanford University Press, 319 p., ISBN: 978-0-8047-4090-6.

Texte intégral

1L’ouvrage traite des réseaux sociaux des immigrés en montrant comment ils peuvent être un outil de mobilité sociale. L’auteure étudie le cas d’immigrants résidant dans les zones métropolitaines de Londres et de New York et de leurs familles et amis restés dans leurs îles d’origine de la Caraïbe-Est, anglophone. Elle entend montrer que le réseau joue un rôle essentiel dans la mesure où il permet à l’immigrant de tisser et d’entretenir des liens pour mieux vivre dans un milieu étranger, voire hostile.

2Dans le premier chapitre, qui débute par le récit d’une enseignante originaire de Trinidad, sur les raisons de sa migration au Royaume-Uni, Bashi annonce sa démarche méthodologique : décoder le sens des pratiques dont les migrants rendent compte dans leurs récits. Mais l’auteure situe aussi ses recherches dans le contexte international où les réseaux sociaux d’immigrants opèrent (chapitre 2). Elle montre comment les destinations sont choisies et décrit les situations politique, économique et raciale que rencontrent ces immigrants issus majoritairement de milieux modestes. Le troisième chapitre décrit les réseaux de migrants caribéens de manière détaillée et montre comment se pratique la « sélection » des immigrants dans la perspective de leur insertion dans des niches spécifiques sur le marché du travail. Bashi examine la structure du réseau, au cœur du système socioéconomique du migrant, en mettant l’accent sur une différence fonctionnelle entre deux catégories de migrants désignées respectivement sous les termes de « hub » et « spoke ». Le « hub » qualifie celui qui fait venir des compatriotes, de manière légale ou illégale, dans le pays d’accueil. Le « spoke » est celui, qui bénéficie de l’assistance du « hub ». En s’appuyant sur des entretiens menés avec des Caribéens (« West Indians ») restés dans la Caraïbe et avec des migrants à New York et à Londres ou dans ses environs, elle relève cinq caractéristiques propres au fonctionnement du « hub » : lien avec le pays d’origine, capacité à se mettre au service de la communauté, culture de la réciprocité, position clé sur le marché du travail et sélection des migrants.

  • 1 Faist Thomas (1997) The Crucial Meso Level, in Thomas Hammar Ed., International Migration, Immobili (...)

3Dans les chapitres 4 et 5, Bashi discute la notion de culture de la réciprocité en reprenant partiellement les propositions de Thomas Faist1 concernant deux éléments essentiels au fonctionnement du réseau : le capital social et la confiance. Le capital social est considéré comme un ensemble de ressources relationnelles dont l’accès dépend de l’appartenance au réseau. Il existe ainsi des groupes de parenté (« kinship groups ») qui tissent des liens de réciprocité et organisent des circuits transnationaux (« transnational circuits ») basés sur l’échange. Toutefois, l’auteure se démarque quelque peu de ces approches en mettant l’accent sur le rôle clé des « hubs », véritables détenteurs du capital social dans les réseaux immigrés, soulignant par là même leur considérable influence dans la sélection des nouveaux arrivés qui bénéficieront ensuite des ressources et des connexions utiles.

4Les chapitres suivants (6 et 7) rendent compte de l’utilité réelle du réseau, en particulier dans une société où de nombreux obstacles et discriminations affectent le parcours de ces immigrés. Mais la seule appartenance au réseau ne suffit pas pour atteindre la mobilité sociale souhaitée et s’il est un moyen d’égaliser en partie les conditions de vie ou de mieux répartir les bénéfices et avantages dans des espaces socioéconomiques hiérarchisés, il peut être aussi générateur d’inégalités. Dans le huitième et dernier chapitre, l’auteure met en évidence ses limites dans des contextes où des politiques migratoires sélectives privilégient souvent ceux qui ont un meilleur bagage socioéconomique et intellectuel.

5Cet ouvrage, pour conclure, fournit des éléments de connaissance précieux sur la constitution des réseaux de migrants caribéens notamment dans l’usage que fait Bashi du modèle « hub et spoke » que l’on retrouve dans nombre de processus migratoire. Mais ce modèle ne mériterait-il pas d’être nuancé, alors que l’accélération des moyens de communication permet au nouveau migrant d’accéder plus rapidement aux informations nécessaires, notamment en matière d’emploi, le rendant ainsi plus autonome ? La fonction du « hub », intermédiaire que l’auteure nous présente comme central, n’est-elle pas à questionner à nouveau dans cette logique ?

Haut de page

Notes

1 Faist Thomas (1997) The Crucial Meso Level, in Thomas Hammar Ed., International Migration, Immobility and Development: Multidisciplinary Perspectives, Oxford, Berg, pp. 47-64.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clara Rachel Eybalin Casséus, « Vilna Francine Bashi, Survival of the Knitted. Immigrant Social Networks in a Stratified World », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 29 - n°2 | 2013, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 16 août 2017. URL : http://remi.revues.org/6443

Haut de page

Auteur

Clara Rachel Eybalin Casséus

Doctorante, Université de Poitiers (Migrinter)

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page