Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Sébastien Fleuret et Anne-Cécile Hoyez, Santé et géographie. Nouveaux regards

David Lessault
p. 138-140
Référence(s) :

Fleuret Sébastien et Hoyez Anne-Cécile (Dir.) (2011) Santé et géographie. Nouveaux regards, Paris, Economica, Anthropos, 302 p., ISBN : 978-2-7178-6098-6.

Texte intégral

1Tous les deux géographes au laboratoire Espace et Sociétés (ESO) du CNRS, S. Fleuret et A.-C. Hoyez sont spécialistes des questions de santé. Les textes qu’ils rassemblent dans ce volume ont vocation à se démarquer des travaux classiques et « occidentalo-centrés » de la géographie de la santé en éclairant des domaines d’investigation moins exposés. Et, pour sortir des « sentiers battus », les auteurs nous dévoilent un panorama d’études géographiques « qui vont voir ailleurs, qui voient d’ailleurs, qui parlent d’ailleurs, que ce soit en termes de lieux, de pensée, de groupes étudiés ». Ce choix entend ainsi compléter utilement une première compilation de textes publiés dans la même collection cinq ans plus tôt (Fleuret et Thouez, 2007). Et c’est chose réussie, au fil de onze chapitres nous accompagnant de l’Inde au Brésil, de l’Afrique en Europe dans un dialogue franco-britannique et inter-disciplinaire critique sur les approches classiques d’une question universelle dont les pratiques s’inscrivent dans des milieux socio-culturels si variés que la « spatialisation du regard » est plus qu’une invitation, une nécessité.

2Les onze chapitres de l’ouvrage sont distribués en deux parties distinctes : « La première suggère un autre regard sur le monde ». Il s’agit d’abord de porter un regard critique sur la mondialisation et ses enjeux dans le domaine de la santé. Le premier chapitre est conçu comme un dialogue franco-britannique sur la base des travaux d’A. Vaguet et de S. Atkinson menés en grande partie dans des pays du Sud. Dans le chapitre suivant, T. Brown propose une lecture critique du concept de santé publique mondiale ou encore « globale ». Son point de vue est complété, appuyé par les propos défendus dans le texte suivant par deux autres chercheurs N. Warfa et A.-C. Hoyez qui, mobilisant leurs expériences de terrain menées en Inde et en Afrique, donnent leur point de vue sur les modèles biomédicaux en place dans ces deux contextes particuliers. Le quatrième chapitre achève la première partie en proposant une lecture croisée, celle de deux chercheurs canadiens et celle de deux chercheurs français, sur la construction progressive de la « géographie de la santé » comme discipline à part entière.

3On comprend ainsi pourquoi la géographie de la santé a sa propre épistémologie, comment elle s’est écrite et se renouvelle aujourd’hui « au gré des évolutions et des changements dans la façon de se saisir des problématiques spatiales issues de la géographie (diffusion, réseaux, mobilités, accès…) et des problématiques sociales replaçant la santé comme fait social global, c’est-à-dire touchant à tous les aspects de la vie en société, des phénomènes macro aux micro ». La « discipline », de laquelle les auteurs se réclament, est ainsi marquée, écrivent-ils, « par les réflexions ayant conduit à l’adaptation et la mise en place d’outils communs à la géographie quantitative (SIG, SMA) et qualitative (outils de l’ethnographie appliqués à la géographie) et/ou spécifiques à la géographie de la santé ».

4La deuxième partie de l’ouvrage compile une série de textes se démarquant des principaux courants en géographie de la santé pour faire place aux travaux consacrés d’une part aux populations peu étudiées et d’autre part à des formes alternatives d’organisation de l’offre de la santé. Ainsi V. Chasles propose une analyse des implications de l’effet de genre dans les mobilités de santé en contexte indien. C. Richmond et K. Wilson s’intéressent au cas aborigène dont les valeurs fondatrices de la conception de la santé sont mises à mal par les évolutions du monde moderne. C’est ensuite, les travaux d’un groupe de chercheurs franco-britanniques qui sont présentés. Ils traitent des interactions entre migration et santé en France et en Grande Bretagne en privilégiant une approche politique, sociale et culturelle. Les quatre derniers chapitres sont consacrés à des formes originales de structuration de l’offre de santé. L’évolution récente des systèmes de santé, roumain et brésilien, est abordée dans deux chapitres. Dans le cas roumain, traité par E. Bioteau et S. Fleuret, le système de santé post-communiste est transformé par des influences extérieures fortes, orchestrées par les instances internationales se substituant aux dynamiques locales en gestation après une longue période collectiviste. Inversement, M.-G Medina et S. Fleuret montrent, dans le cas brésilien la mise en place de programmes basés sur le diagnostic micro-local et l’attention portée à la participation de la population dans le cadre d’une approche résolument territoriale de la politique de santé primaire. La démarche participative est également au centre de l’analyse d’A. Power qui étudie dans son texte les implications des secteurs communautaires et bénévoles dans les systèmes de santé observés dans divers contextes géographiques. Enfin, G. Andrews, J. Adams et J. Segrott approfondissent, dans le dernier chapitre, l’évolution des « médecines traditionnelles » en « médecines alternatives et complémentaires » (CAM) et leurs relations à l’espace et aux lieux, dans leur diffusion comme dans leur pratique. Ainsi ils concluent que la recherche sur les CAM pourrait contribuer au développement de la géographie de la santé, afin d’étendre les ramifications de cette sous-discipline, en particulier en ce qui concerne les notions de bien-vivre, de bien-être et de bonheur.

5Certains géographes pourront sans doute regretter que les apports spécifiques de la discipline ne soient pas toujours clairement mis en avant, en particulier en ce qui concerne la « boîte à outils » mobilisée. Certes, la « spatialisation du regard » dévoile la richesse d’une confrontation des contextes nationaux, des milieux (rural/urbain), mais le recours à l’analyse spatiale des phénomènes étudiés et à leur représentation cartographique est en revanche peu sollicité. Si on perçoit l’intérêt de ces « nouveaux regards » sur la santé on ne peut alors que suivre les auteurs dans leurs intentions de développer d’autres modes d’analyse à partir des systèmes d’information géographiques (SIG) ou encore de suivi longitudinal des populations (données biographiques, etc.).

6On sort de cette lecture à la fois dérouté par le voyage que nous proposent les différents contributeurs et méditatifs tant les textes invitent à décentrer le point de vue et engager des pistes de travail nouvelles. Les auteurs nous font finalement partager un besoin convergent d’émancipation par rapport au modèle dominant centré sur une vision « occidentale », qui fait des questions de santé un objet répondant à des normes qui induit la création de modèles d’action et d’intervention surtout élaborées par et pour des pays du Nord, mais malgré tout transposés dans les pays du Sud. Au fond, ce que les auteurs veulent pointer, c’est bien le risque d’appauvrissement d’une recherche qui se concentrerait sur un nombre restreint de sujets et occulterait les réalités en lien avec des populations minoritaires ou marginalisées (migrants, peuples autochtones, etc.) ou des pratiques « autres » (CAM, recours au tiers secteur). Que la géographie de la santé propose d’« autres » visions semble constituer une certaine avancée… dans les domaines de la santé et de la géographie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Lessault, « Sébastien Fleuret et Anne-Cécile Hoyez, Santé et géographie. Nouveaux regards », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 29 - n°2 | 2013, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 21 août 2017. URL : http://remi.revues.org/6446

Haut de page

Auteur

David Lessault

MIGRINTER, CNRS/Université de Poitiers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page