Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Marie-Claire Patron, The Legacy of the Baby Boomers or the French Social System? Issues of Equality and Brain Drain

Pascaline Lorentz
p. 140-142
Référence(s) :

Patron Marie-Claire (2012) The Legacy of the Baby Boomers or the French Social System? Issues of Equality and Brain Drain, Rotterdam, Sense Publishers, 201 p., ISBN: 978-9-4620-9069-9.

Texte intégral

1Le dernier ouvrage de Marie-Claire Patron, chercheuse australienne d’origine franco-mauricienne porte sur une question brûlante touchant la société française et son avenir sur la scène internationale. Son livre présente les résultats d’une enquête empirique, menée sur plusieurs années. La chercheuse, spécialiste des questions interculturelles (Patron, 2007 ; 2009), enrichit ici sa réflexion en s’intéressant plus particulièrement aux raisons de la croissance des expatriations des diplômés français, pourtant connus pour leur réticence à ce type de stratégie professionnelle, et à leurs implications sur le système social français.

2Cet ouvrage s’articule autour de sept chapitres s’intéressant, tour à tour, aux différents aspects relatifs à l’explicitation de ce mouvement migratoire spécifique. Il débouche sur un chapitre conclusif qui présente les enjeux d’une situation encore bien peu explorée par les chercheurs français (Philip, 2007).

3Chercher à saisir l’expatriation d’un type particulier de population, les Français diplômés de l’enseignement supérieur, est un pari ambitieux et difficile tant la variété des situations a rendu l’analyse délicate (chapitre 1). Ceci étant dit, Marie-Claire Patron avait pour objectif de nous offrir là quelques éléments de compréhension d’un problème très actuel aux conséquences encore peu mesurées et qui pourraient menacer la compétitivité de l’économie française si les responsables politiques ne le prennent pas en compte plus sérieusement et ce, dans un avenir proche. En effet, dans un contexte économique extrêmement fragile et hautement compétitif, la question de la gestion des jeunes diplômés requiert toute l’attention des pouvoirs publics.

4La problématique est que la France souffre des conséquences de l’âge avancé de sa population politique qui de facto engendre un conservatisme plus important dans les décisions et mesures prises. Cependant, les jeunes diplômés français d’aujourd’hui, au contraire de leurs prédécesseurs, n’attendront pas que la classe politique se réveille et prenne leurs problèmes au sérieux. Ils s’en iront offrir leurs compétences ailleurs et, ce faisant, enrichiront d’autres pays.

5Cet ouvrage est publié au moment où la question du cumul des mandats politiques liée à celle de l’âge moyen des hommes politiques français est remise sur le devant de la scène (Le Monde, 2012). La compétition se déroule non seulement au niveau national, mais aussi au niveau international en matière de compétitivité. Comme le soulève l’auteure, le système social français se voit menacé par ce mouvement migratoire, car c’est justement la classe moyenne qui fournit le plus gros effort en termes d’impôts (chapitre 2).

6En dépassant le cadre national, Marie-Claire Patron apporte une vision singulière et une analyse personnelle d’une situation bien particulière. Elle met implicitement en concurrence des systèmes étatiques ne pouvant finalement que très rarement être confrontés au niveau micro social, c’est-à-dire de situation individuelle à situation individuelle. L’auteure présente les arguments qui, soit découragent les diplômés français à continuer leur carrière dans leur pays, soit séduisent les plus ambitieux et téméraires d’entre eux à faire le grand saut pour s’offrir une carrière à l’étranger voire à l’international. La question qui traverse l’ouvrage en filigrane est de savoir si ces expatriations sont plutôt choisies ou si elles résultent de circonstances qui obligent les individus à s’expatrier. Les deux situations sont bien différentes et le lecteur prend conscience, au fil de l’ouvrage, de la complexité d’une telle thématique.

7La diversité des profils et des expériences des enquêtés alimente la description en la ponctuant de témoignages poignants et explicites sur les raisons des choix effectués par les expatriés. Dépassant la subjectivité propre à toute étude réalisée par entretiens, les propos relatés nous permettent de saisir plus clairement les enjeux qui entourent ces mouvements de population. Marie-Claire Patron utilise un cadre théorique inspiré des travaux de Pierre Bourdieu, complété et enrichi par les études de Louis Chauvel, pour expliquer l’accroissement des expatriations des Français (chapitre 3). Elle a cherché à resituer son étude dans la perspective politique française, notamment en ajoutant des éléments des différents discours politiques énoncés depuis les années 1980 sur la question.

8Marie-Claire Patron, se faisant l’écho des riches propos recueillis, énonce quelques pistes d’explication de l’expatriation de la population étudiée. Parmi elles, le lecteur trouvera le fait que la société française soit peu encline à encourager l’initiative et surtout, à récompenser les performances réalisées (chapitre 5), dues aux efforts individuels et non en résultat d’un héritage quel qu’il soit. Effectivement, les propos des enquêtés laissent transparaître une certaine amertume quant au décalage observé entre les efforts et les investissements réalisés, et leur reconnaissance par les institutions privées et publiques (chapitre 6) ; les enquêtés se sentent quelque peu étriqués dans leur société à l’issue de leur parcours pourtant subtilement construit. Ce sentiment n’est pas nouveau, il avait déjà été constaté par Henri Mendras lors de son passage à Chicago (Mendras, 1999) et Michel Foucault en Suède et aux États-Unis dans les années 1970 (Gros, 2010). L’expatrié français se heurte, à son retour, à l’incompréhension et au rejet dont il est la victime. Non seulement, il vient de vivre une expérience, certes enrichissante, mais douloureuse et de plus, il se voit jalousé et nié en raison de celle-ci. Il ne s’agit pas ici de démontrer la faible considération d’une année d’études à l’étranger par les universités françaises, mais bien d’expliquer que corroborée à un manque de débouchés sur le marché du travail national, les diplômés français perçoivent, finalement assez mal, les fruits de leurs investissements (chapitres 2 et 5).

9La rigidité du système corrélée à la frustration des enquêtés dans leurs démarches de recherche d’emploi les poussent alors à envisager un nouveau départ, qui résoudrait semble-t-il un besoin d’engagement dans une situation professionnelle. Parmi les enquêtés expatriés, le partage d’une forte réticence à un éventuel retour en France est à remarquer. En faisant l’unanimité, ce sentiment montre que ces Français ont finalement trouvé mieux ailleurs, sans regret, et c’est certainement le point le plus préoccupant (chapitres 6 et 7).

10Cette lecture sera à compléter avec des études supplémentaires spécialisées sur telles ou telles populations pour pouvoir affiner la problématique proposée par Marie-Claire Patron et notamment en ce qui concerne les attentes des diplômés dans un contexte économique et social dans lequel elles sont formulées. De plus, il est un axe de réflexion qui n’est pas abordé dans l’ouvrage et qui pourtant pourrait venir compléter le questionnement. Qu’en est-il des étrangers diplômés de l’enseignement supérieur ayant émigré vers la France il y a quelques années et qui retournent vers leurs pays d’origine ? S’interroger sur les raisons d’un tel revirement pourrait permettre de mettre en lumière les reproches formulés par les enquêtés quant à leur non désir de revenir en France.

11Cet ouvrage apporte un éclairage concret sur un sujet fortement théorisé, mais peu étudié empiriquement, notamment depuis la crise financière et les propositions politiques quant à la régulation de l’immigration et de l’émigration en France. Il a aussi le mérite de combler un manque de connaissances sérieuses et de proposer des explications sur un processus pourtant connu, celui souvent qualifié de « fuite des cerveaux ».

Haut de page

Bibliographie

Gros Frédéric (2010 [1996]) Michel Foucault, Paris, Que sais-je ?, 127 p.

Le Monde (2012) Le Monde, 10 novembre 2012, pp. 2-3

Mendras Henri (1999) Comment devenir sociologue ? Souvenirs d’un vieux mandarin, Paris, Actes Sud, 334 p.

Patron Marie-Claire (2009) Diary of a French Girl. Surviving Intercultural Encounters, Robina, Bond University Press, 215 p.

Patron Marie-Claire (2007) Culture and Identity in Study Abroad Contexts: After Australia French without France, Bern, Peter Lang AG, International Academic Publishers, 332 p.

Philip Françoise (2007) La mobilité intra-européenne comme vecteur structurant à une appartenance supra-nationale. Approche sociologique de cette « multiterritorialisation complexe », The Romanian Journal of European Studies, 5-6, pp. 33-43.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascaline Lorentz, « Marie-Claire Patron, The Legacy of the Baby Boomers or the French Social System? Issues of Equality and Brain Drain », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 29 - n°2 | 2013, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 23 juin 2017. URL : http://remi.revues.org/6449

Haut de page

Auteur

Pascaline Lorentz

Docteure en Sociologie, Université de Strasbourg

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page