Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Forum Réfugiés, L’asile en France et en Europe. État des lieux 2010

Maurice Blanc
p. 159-160
Référence(s) :

Forum Réfugiés (2010) L’asile en France et en Europe. État des lieux 2010, Paris, La Dispute (10ème rapport annuel), 386 p., ISBN : 978-2-84303-220-2.

Texte intégral

1Forum Réfugiés est une association française créée en 1982. Elle participe à l’accueil des réfugiés et à la défense du droit d’asile. Convaincu que les problèmes des réfugiés appellent une réponse globale, Forum Réfugiés est membre du Conseil Européen pour les Réfugiés et les Exilés. Ce dixième rapport n’est pas le rapport d’activité de l’association mais, comme l’indique le sous-titre, un « état des lieux ». On pourrait le comparer aux rapports annuels de la Fondation Abbé Pierre sur l’état du mal logement en France. La publication de cet ouvrage a bénéficié du soutien du Fonds Européen pour les Réfugiés. Il faut souligner l’effort de lisibilité qui a été fait dans l’écriture, l’iconographie et la mise en page, pour rendre la lecture de ce rapport facile et agréable.

2Le plan en trois parties part du général pour aller vers le particulier : le monde, l’Europe, puis la France. Mais la réalité est plus complexe : ce n’est pas une logique vertueuse descendante, dans laquelle les principes généreux adoptés au niveau international se diffuseraient dans l’ensemble des nations. La logique ascendante (bottom up) l’emporte le plus souvent, mais elle n’a pas les vertus qu’on lui attribue naïvement. C’est ici l’effet « not in my backyard » (« les réfugiés, pas chez moi ! »). Les égoïsmes nationaux priment sur le principe de solidarité et le bien commun. Un communiqué du Parlement européen l’exprime ironiquement : « Les députés [européens] solidaires, les États-membres solitaires » (cité, p. 121).

3La première partie est brève, mais elle donne des éléments de cadrage importants, montrant que de nombreuses idées reçues sur les réfugiés sont sans fondement. Ainsi, 80 % des réfugiés sont accueillis dans des pays pauvres (p. 9), proches de leur pays d’origine. Les pays dits du Nord, notamment la France et les États de l’Union européenne, ne sont pas les plus affectés. La crainte d’une invasion de la « forteresse Europe » par les réfugiés est un mythe (p. 61). La catégorie des « déplacés intérieurs » (à l’intérieur de leur propre pays) est sous-estimée et largement ignorée, alors qu’ils vivent dans des conditions particulièrement préoccupantes. Les catastrophes dites naturelles sont la cause d’un nombre croissant de déplacements forcés dans le monde (36 millions en 2008) ; mais ces déplacés ne sont pas considérés comme des réfugiés, alors qu’ils sont presque aussi nombreux que les déplacés à cause des conflits et de la violence (42 millions), et que les dérèglements du climat (qui ne sont pas purement « naturels », risquent d’augmenter rapidement leur nombre (p. 15).

4Si l’on prend l’Europe au sens géographique, la Tchétchénie et les pays du Caucase sont les principaux foyers de départ des réfugiés (p. 20). Dans le cadre de l’UE, les Balkans sont concernés, notamment les Roms qui sont discriminés et rejetés dans toute l’UE (p. 24). La mise en œuvre du droit d’asile dans l’UE est un travail de Pénélope, à recommencer chaque jour. La règle de l’unanimité pousse vers le bas le régime d’asile européen commun (p. 74). Le processus d’harmonisation est-il « en panne » ? (p. 81). Le rapport souligne l’ampleur des obstacles à surmonter, le plus important étant l’absence de volonté politique des États-membres de s’engager dans cette voie.

5Pour la France, le rapport souligne quelques constats connus mais inquiétants : les premières demandes d’asile sont en hausse et le réexamen des demandes rejetées est en baisse (p. 169). La procédure « prioritaire » pour accélérer le traitement des demandes réduit les droits des demandeurs (p. 191). La liste des « pays sûrs » est arbitraire et elle aboutit à des rejets dramatiques puisque, le pays étant réputé « sûr », la demande d’asile est considérée comme infondée (p. 192). Un peu plus de la moitié des demandeurs d’asile sont déboutés (p. 222). Les aides au retour sont en baisse (p. 228), etc. Parmi les problèmes majeurs, le rapport souligne le traitement des mineurs étrangers isolés : ils sont abusivement traités comme des adultes et ils devraient bénéficier de l’aide d’un accompagnateur ; mais ce dernier est souvent désigné trop tard pour intervenir efficacement. Les Centres d’Accueil des Demandeurs d’Asile sont saturés (p. 248). Les problèmes de santé physique et mentale sont insuffisamment pris en compte (p. 269). L’obtention du statut de réfugié ne signifie pas la fin des problèmes. L’aide à leur insertion dans la société française se décompose entre un volet « intégration » qui relève de l’État central et un volet « insertion » relevant des collectivités territoriales, ce qui complique la coordination (p. 280). En 2002, Forum Réfugiés a mis en place dans la région Rhône-Alpes un programme « Accelair » d’accompagnement des réfugiés dans la recherche d’un emploi et d’un logement, ce qui implique une coordination renforcée entre les multiples partenaires.

6Ce rapport est destiné à tous ceux qui veulent comprendre les enjeux du droit d’asile et de l’accueil des réfugiés. En même temps, il fournit aux praticiens et aux chercheurs une information précise et détaillée. Les annexes statistiques et la bibliographie spécialisée en font un outil de travail très précieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maurice Blanc, « Forum Réfugiés, L’asile en France et en Europe. État des lieux 2010 », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 29 - n°4 | 2013, mis en ligne le 01 décembre 2013, consulté le 27 mars 2017. URL : http://remi.revues.org/6691

Haut de page

Auteur

Maurice Blanc

Sociologue, professeur émérite, SAGE (Sociétés, Acteurs, Gouvernements, Europe), CNRS/Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page