Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Laëthier Maud, Être migrant et Haïtien en Guyane

Edenz Maurice
p. 162-165
Référence(s) :

Laëthier Maud (2011) Être migrant et Haïtien en Guyane (Préface de Marie-José Jolivet), Paris, Éditions du CTHS, 319 p. (Le regard de l’ethnologue), ISBN : 978-2-7355-0734-4.

Texte intégral

1Maud Laëthier, anthropologue chargée de recherche à l’IRD, est spécialiste des migrations haïtiennes dans les Caraïbes. L’ouvrage dont il est ici question, issu de sa thèse de doctorat soutenue en 2007, est une contribution significative à une meilleure compréhension du fait migratoire dans l’espace guyanais. Entre 1974 et 2006, la population recensée de ce territoire a plus que triplé, passant de moins de 60 000 habitants à près de 200 000, cependant que la population immigrée s’élevait de 14 à 30 % de la population totale (p. 11). D’une part, cette situation migratoire a accentué le caractère multiculturel et pluriethnique de la société guyanaise, d’autre part, elle a nourri l’inquiétude des Créoles – élite sociale et politique de ce territoire – sur la place de leur identité dans la société guyanaise.

2Dans ce contexte, le choix de Maud Laëthier de porter l’analyse sur la situation migratoire des Haïtiens en Guyane se justifie à plus d’un titre. D’abord, le fait migratoire est au cœur de l’identité haïtienne. Selon le ministère des Haïtiens vivant à l’étranger, créé en 1995 sous le gouvernement Aristide, Haïti comptait, en 2003, 2 millions d’émigrés sur une population totale de 8 millions. Ensuite, en Guyane, leur présence était estimée à 17 000 personnes en 2006, soit 30 % de la population immigrée. Enfin, malgré son ancienneté – la mémoire des migrants haïtiens la fait remonter au milieu des années 1960 (p. 51) – et sa proximité culturelle avec les Créoles guyanais, cette présence haïtienne reste dévalorisée et stigmatisée par les Créoles.

3Fondée sur une ethnologie à la fois participante auprès des migrants haïtiens et multi-située – en Guyane et en Haïti –, l’étude de Maud Laëthier se focalise sur les différentes constructions identitaires de ces migrants en Guyane dans leurs rapports avec leurs compatriotes (les « autres mêmes ») – migrants ou non – et avec les non-Haïtiens (les « autres différents »). Si l’on peut regretter quelques fois l’absence de données chiffrées permettant par exemple d’apprécier les similitudes et les différences entre les « nouveaux » migrants (ceux qui sont arrivés depuis les années 1990) et les actuels « anciens » migrants (ceux qui se sont installés au milieu des années 1960), l’auteure nous prévient que son « point de vue [est] délibérément qualitatif […]. Les études de cas se [voulant] éclairantes sans être représentatives » (p. 16).

Les « autres mêmes »

4Pour décrire les processus de reproductions et de transformations des constructions identitaires des migrants haïtiens en Guyane, Maud Laëthier expose d’abord les modalités de la migration d’Haïti vers la Guyane. Elle s’attache alors à mettre en évidence les éléments d’une certaine forme d’autonomisation du mouvement migratoire des Haïtiens. Parmi ses éléments en Haïti, elle relève les multiples agences de voyage, qui permettent de voyager sous une fausse identité avec des passeports et des visas légaux (p. 65), et les réseaux de prêteurs professionnels, qui peuvent appliquer parfois des taux de remboursement exorbitants de 100 % (p. 68). Surtout, elle montre l’importance dans la réalisation du projet migratoire des réseaux de parenté, de voisinage et d’interconnaissance, qui reposent sur la solidarité, la compréhension de la nécessité de partir « chercher la vie » (p. 53) ailleurs et l’espoir que le migrant, membre désormais de la « diaspora » haïtienne (p. 70), démontrera ses capacités financières à aider ceux qui sont restés.

5Cette description de l’autonomisation des mouvements migratoires haïtiens permet à l’auteure ensuite d’aborder la construction juridique et politique des identités des migrants haïtiens en Guyane. Cette dernière s’appuie sur des récits d’expériences de l’illégalité dans un contexte guyanais de législation d’exception, comme en témoigne l’impossibilité du recours suspensif lors d’une reconduite à la frontière (p. 84). Cette législation tend ainsi à produire davantage d’irrégularité, laquelle entrave le processus d’intégration socioéconomique des migrants haïtiens et, ce faisant, renforce leur identité communautaire et leur image dévalorisée dans la société créole guyanaise.

6Cette image stigmatisée de la présence haïtienne en Guyane qui perdure, malgré son ancienneté, procède également de la construction d’un espace de relations communautaires des Haïtiens, au sein de ce qui est perçu en Guyane comme un quartier spécifiquement haïtien. Dans ce cadre, Maud Laëthier s’appuie sur une enquête menée dans la cité Boutezelle, située dans la banlieue est de Cayenne, où domine l’habitat informel et se développe une organisation sociale haïtienne fondée sur un système d’entraide quotidien et la pratique d’activités reconnues comme spécifiquement haïtiennes, tel le jeu de loterie la « borlette » (pp. 132-133). Elle se caractérise par le partage d’une cour, le « lakou » (pp. 119-120), au sein d’une unité de résidence, définie comme un ensemble de maisons mitoyennes rassemblant les membres d’une même famille et des voisins désignés par les termes de « cousin » et de « ma commère » (pp. 126-127), pour indiquer une proximité amicale et géographique. Mais cette organisation sociale dans les quartiers haïtiens de Guyane n’est pas une reproduction à l’identique de l’organisation sociale en Haïti. Par exemple, le « lakou » d’Haïti est modifié en Guyane, en ce sens qu’il ne regroupe plus uniquement des parents, mais aussi des interconnaissances, le plus souvent en raison d’une même commune d’origine.

7La stigmatisation de la présence haïtienne en Guyane par les Créoles engendre une construction identitaire communautaire, qui participe au processus d’ethnicisation de la société guyanaise. Elle doit être analysée en lien avec une politique migratoire spécifique en Guyane, qui conduit les Haïtiens à « chercher la vie » dans l’irrégularité et, ce faisant, à produire leur propre espace de vie et d’entraide. De plus, elle assigne aux Haïtiens l’image du pauvre migrant acceptant des emplois perçus comme avilissants ; assignation identitaire que bien souvent les migrants haïtiens ne remettent pas en cause. Pour autant, la situation migratoire de ces migrants en Guyane offre également l’opportunité de former et d’entretenir un « nous » haïtien, fondé sur une identité haïtienne construite en Guyane tant par l’apport des migrants eux-mêmes que par les relations avec les différentes composantes de la société guyanaise.

Les « autres différents »

8Il existe, au sein de la population haïtienne, des intermédiaires entre la société locale et les migrants haïtiens. Ces intermédiaires, souvent scolarisés pendant plus de dix années (p. 230) et naturalisés (p. 240), forment l’élite de la communauté haïtienne et témoignent en creux des mobilités sociales ascendantes ayant cours au sein de la population migrante haïtienne. Appelés « gwo nèg » (p. 212), ils peuvent être des pasteurs des assemblées religieuses protestantes ou des responsables des associations culturelles haïtiennes, qui se sont développées en Guyane. Ils sont également les acteurs d’une seconde configuration étudiée par Maud Laëthier, au cours de laquelle peut s’opérer un glissement identitaire de l’état « d’autre stigmatisé » à celui « d’autre semblable ».

9À travers la description de l’engagement des Haïtiens dans des institutions communautaires (les Églises protestantes et les associations), l’auteure met en relief leur volonté de s’ouvrir aux autres groupes communautaires en Guyane – en fait surtout au groupe créole – et partant, de s’intégrer à la société guyanaise. Cet aspect constitue un des apports majeurs de l’ouvrage, en ce sens que cette volonté révèle, en effet, que l’intégration reste l’horizon d’attente des migrants haïtiens : l’engagement dans les institutions communautaires souligne comment l’appartenance communautaire peut être transcendée par la volonté d’intégration, au nom d’une universalité religieuse ou sociale. Ainsi, Maud Laëthier montre bien l’évolution, entre 1960 et les années 2000, des actions des associations haïtiennes : d’abord tournées vers le pays d’origine, notamment les communes du Sud, d’où proviennent majoritairement les migrants haïtiens, leurs actions s’orientent de plus en plus à destination de la « communauté haïtienne guyanaise » (pp. 229-230). Dès lors, les premières activités de ces associations ne sont pas la promotion d’une identité haïtienne mais bien l’alphabétisation, le soutien scolaire et la formation professionnelle des Haïtiens en Guyane, en vue de réaliser l’intégration de leurs compatriotes (p. 225).

10Mais cet engagement dans ces institutions communautaires repose sur la définition d’une auto-identification haïtienne, dans laquelle seraient mises à distance les pratiques haïtiennes les plus stigmatisées, telle celle du vaudou, pourtant au cœur de ce que les autres « groupes communautaires » perçoivent comme des pratiques haïtiennes « authentiques ». Or c’est bien la pratique du vaudou qui devient le vecteur d’intégration, par un renversement du stigmate, comme le démontre Maud Laëthier dans la dernière configuration identitaire analysée. Celle-ci s’appuie sur l’étude de cas d’un migrant arrivé en 1982, qui d’abord maçon, devient prêtre vaudou (ougan) et épouse une Créole (p. 252). Depuis une dizaine d’années, cet ougan initie aux pratiques de son culte, en Guyane et en Haïti, ses compatriotes et des Créoles guyanais et antillais. C’est ainsi que, par la valorisation du vaudou et l’affirmation de l’authenticité de son enseignement, ce migrant haïtien a pu à la fois construire son ascension sociale et son intégration dans la société guyanaise.

  • 1 À propos des facteurs qui freinent ou facilitent l’intégration des immigrants aux États-Unis, voir (...)

11Au total, Être migrant et Haïtien en Guyane est un ouvrage novateur dans le domaine des migrations, en ce qu’il met en lumière un double mouvement, trop souvent perçu comme contradictoire. D’une part la situation migratoire des Haïtiens conduit à un fort mouvement de communautarisme dans le contexte guyanais, d’autre part ce communautarisme, loin de provoquer un repli sur soi, peut être une ressource dans les efforts des migrants pour devenir membre de la société guyanaise, horizon d’attente de la grande majorité des migrants1. De ce point de vue, cet ouvrage nous invite notamment à poursuivre la réflexion sur la notion de multiculturalisme au sein de la république.

Haut de page

Notes

1 À propos des facteurs qui freinent ou facilitent l’intégration des immigrants aux États-Unis, voir Eva Morawska, Sociology of immigration: (Re)Making Multifaced America, New-York, Palgrave Macmillan, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Edenz Maurice, « Laëthier Maud, Être migrant et Haïtien en Guyane », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 29 - n°4 | 2013, mis en ligne le 01 décembre 2013, consulté le 24 mai 2017. URL : http://remi.revues.org/6697

Haut de page

Auteur

Edenz Maurice

Doctorant en Histoire, École doctorale de Sciences Po

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page