Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Poli Raffaele, Le marché des footballeurs. Réseaux et circuits dans l’économie globale

Claude Lafabrègue
p. 153-155
Référence(s) :

Poli Raffaele (2010) Le marché des footballeurs. Réseaux et circuits dans l’économie globale, Berne, Peter Lang, 164 p., ISBN : 978-3-03-430358-3

Texte intégral

1Paru en 2010, cet ouvrage est le prolongement de la thèse de doctorat soutenue par l’auteur à l’Université de Neuchâtel. Il a pour objectif de comprendre les logiques de fonctionnement du marché du travail des footballeurs en Europe dans la seconde moitié des années 2000 en mobilisant les outils conceptuels de la géographie économique et ceux de la sociologie économique. L’analyse des réseaux et des circuits fournit à l’ouvrage sa trame centrale, jetant un pont entre ces deux spécialités. C’est en suivant ce fil conducteur que l’auteur tente de donner une intelligibilité aux déplacements des joueurs s’effectuant vers et à l’intérieur de l’UEFA. Pour ce faire, il mobilise une grande quantité de matériaux empiriques couvrant, le plus souvent, deux à trois décennies, ce qui lui permet de mettre en évidence les tendances lourdes structurant ce marché, mais aussi des changements plus récents, le tout étant agrémenté de nombreux tableaux et graphiques et de quelques cartes qui montrent comment des flux démographiques et économiques se projettent sur l’espace mondial.

2Bâti en trois parties, l’ouvrage comporte une introduction qui rappelle les transformations dont le marché du travail des footballeurs est le produit. L’auteur en vient rapidement aux changements juridiques des années 1990, qui ont conduit à alléger les contraintes qui, depuis la fin de la Première Guerre mondiale, entravaient la circulation des joueurs entre les pays européens. Arrivé à ce stade, il énumère les conséquences économiques de ces changements juridiques, qui tiennent pour l’essentiel à une envolée du montant global des transactions commerciales, à un accroissement sans précédent des inégalités de richesse entre les ligues, les équipes et les joueurs et à la place cruciale qu’acquiert le marché des transferts dans l’économie des clubs de football. Ce sont ces inégalités, qui donnent lieu à des flux géographiquement ordonnés, que l’auteur tente d’expliquer dans cet ouvrage.

3La première partie explicite le cadre théorique à l’intérieur duquel l’auteur déploie ses analyses. Se référant à Emirbayer, Raffaele Poli se réclame du relationnalisme, dont les principes empruntent au concept éliasien de configuration. Opposé au paradigme substantialiste qui conçoit le réel en tant que série d’entités isolées, existant à l’état figé de choses, le relationnisme privilégie une approche contextuelle, multilatérale et processuelle de la vie en société, assimilée à un maillage perpétuellement mouvant de réseaux d’acteurs qui se font et se défont au gré des affinités socialement sélectives qui conduisent les individus à se regrouper ou à s’éviter. À la suite de Granovetter, l’auteur met l’accent sur l’imbrication complexe des structures sociales, qui contraignent les comportements, et des actions des individus qui, en interagissant ensemble, contribuent à la formation de ces dernières tout en y trouvant des ressources permettant d’exercer du pouvoir sur autrui. C’est en adoptant cette perspective que l’auteur aborde la mondialisation. S’il reprend l’idée d’un vaste processus mû par des mobiles économiques, suscitant une reconfiguration territoriale des interdépendances sociales allant dans le sens du dépassement des entités étatiques, il n’adhère pas pour autant à l’hypothèse hyperglobaliste annonçant l’avènement d’un espace d’action homogène. L’espace mondialisé est, en fait, façonné par de multiples acteurs agissant en réseaux, qui, en s’affranchissant des frontières et des connexions spatiales historiquement héritées, jettent de nouveaux ponts entre territoires distants en fonction des opportunistes économiques qu’ils y détectent. C’est en ce sens que l’auteur insiste, d’une part, sur le rôle-clé joué par les intermédiaires dans la mobilité de la main-d’œuvre, eu égard au contrôle qu’ils exercent sur les canaux migratoires via leurs réseaux de relations, et, d’autre part, sur l’intérêt qu’ils ont à fractionner les espaces de production dans le but de créer des chaînes de valeur ajoutée.

4La deuxième partie analyse la géographie du commerce international des footballeurs, ou plutôt des droits contractuels afférents, qui s’est déployée suite aux nouvelles facilités réglementaires et à l’essor des pratiques spéculatives pesant sur le marché des transferts. L’accentuation du statut de marchandise des footballeurs qui s’en est suivi est allée de pair avec une forte progression de la part de joueurs expatriés en Europe et, plus encore, dans les championnats et les équipes les mieux classés. En effet, dès lors que c’est l’ordre marchand qui assure la régulation des transferts, les performances sportives des ligues et des clubs sont très dépendantes de leurs capacités financières à recruter des joueurs issus des sélections nationales les plus cotées. À partir de là, l’auteur s’emploie à décrire la nouvelle division internationale du travail à l’œuvre dans le football marchand. Il en fait la résultante d’un double processus, au principe de la création et du renforcement d’avantages ou de désavantages compétitifs : d’une part, l’élargissement considérable de l’espace de recrutement des joueurs à l’initiative des équipes européennes peu fortunées, contraintes de se tourner vers des championnats lointains où les transactions sont plus risquées, mais moins coûteuses, et d’autre part, la spécialisation dans la formation et l’exportation de joueurs de talent d’un nombre restreint de pays (Brésil, Argentine, France), qui sont les premiers à profiter de la croissance de la demande de travail sportif à l’échelle internationale. Les théories portant sur la division cognitive du travail, les rendements croissants ou les relations sociales localisées sont mobilisées pour rendre intelligibles les mécanismes de rétroaction qui assurent la pérennité de tels différentiels économiques entre territoires (Europe versus Afrique). Néanmoins, cet ordre inégalitaire ne se limite pas à la reproduction des structures spatiales établies. L’auteur montre que la géographie contemporaine du commerce international des footballeurs fait coexister des morphologies spatiales anciennes et une homogénéisation partielle des flux entre territoires, témoignant d’une diversification des circuits commerciaux.

5L’analyse de la place centrale qu’occupent les intermédiaires dans les réseaux de transferts est au cœur de la dernière partie du livre. L’auteur conçoit la mondialisation du marché des joueurs comme une conséquence du déploiement planétaire des recruteurs, des agents de joueurs et des observateurs qui forment ensemble une multitude de toiles relationnelles, plus ou moins interconnectées, couvrant des aires géographiques d’étendue très variée. Il décrit tout particulièrement les stratégies différenciées des agents en fonction de leur taille et de leur rayonnement. Il s’attarde ensuite sur le pouvoir qu’ils exercent sur les autres acteurs. Il souligne, tout d’abord, les connivences qu’ils établissent avec les entraîneurs et dirigeants, au risque de graves conflits d’intérêts voire de malversations financières, ce qui leur assure une rente relationnelle leur permettant d’accroître l’emprise qu’ils ont sur les flux de transfert. Puis, il décrit la forte dépendance dans laquelle sont souvent placés les joueurs expatriés à leur égard, ce qui l’amène à discuter du désastre humain auquel aboutit ce système spéculatif, de nombreux joueurs migrants, du fait de leur grande vulnérabilité, faisant l’objet d’une exploitation économique effrénée, quand il ne s’agit pas de trafics d’êtres humains.

6Au final, cet ouvrage apporte des connaissances originales sur la manière dont l’activité économique et les structures territoriales liées au football sont encastrées dans de vastes réseaux de relations. Toutefois, on regrettera qu’il se limite parfois à une analyse balistique des flux migratoires, faisant l’impasse sur les significations que revêt la mobilité aux yeux des joueurs, ce que l’auteur avait pourtant commencé à traiter dans des travaux antérieurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Lafabrègue, « Poli Raffaele, Le marché des footballeurs. Réseaux et circuits dans l’économie globale », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 30 - n°1 | 2014, mis en ligne le 01 mars 2014, consulté le 17 août 2017. URL : http://remi.revues.org/6708

Haut de page

Auteur

Claude Lafabrègue

Maître de Conférences, Université de Caen Basse-Normandie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page