Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Korliarov Andrei, Culture russe en exil, Europe 1917-1947

Kateryna Lobodenko-Senani
p. 155-156
Référence(s) :

Korliarov Andrei (2013) Culture russe en exil, Europe 1917-1947, Paris, YMCA-PRESS, 720 p., ISBN : 978-2-85065-275-2

Texte intégral

1L’historien et iconographe Andrei Korliakov offre, avec son nouvel ouvrage, Culture russe en exil, Europe 1917-1947, un récit émouvant, destiné à tous ceux qui s’intéressent à l’histoire de l’émigration russe en Europe dans l’entre-deux-guerres. Cet album de photographies thématiques comprend 2 100 images, qui s’étalent sur les 720 pages de l’ouvrage, un ample reportage dont l’originalité est de proposer au lecteur des clichés rares, collectés pendant plus de dix années et encore jamais révélés au public.

2Dans Culture russe en exil, dont l’objectif est d’évoquer tous ceux qui contribuèrent à conserver et à développer en émigration leur culture d’origine, Andrei Korliakov raconte le parcours des artistes de l’ancien Empire russe, vedettes, mais aussi amateurs, depuis les premiers jours de leur exil. De Gallipoli et Constantinople à la France, en passant par la Bulgarie, la Serbie, la Tchécoslovaquie, l’Allemagne, les pays baltes, l’Angleterre, la Belgique, l’Espagne et l’Italie. Plus de 1 100 exilés sont cités. Ce faisant, l’auteur dévoile, avec beaucoup de précision historique dans les commentaires accompagnant chaque image, le quotidien de ces Russes, qu’il laisse le lecteur découvrir et redécouvrir le long des huit chapitres de l’ouvrage que sont les volets consacrés à l’art de la photographie, au théâtre, au cinéma, à la musique et à la danse, à la littérature, aux arts plastiques, aux musées russes en exil et aux Journées de la culture russe.

3Par sa démarche, Andrei Korliakov donne tout d’abord la parole à la photographie et aux photographes russes en exil, domaine jusqu’à présent peu étudié, mettant en lumière les noms aujourd’hui oubliés de Choumoff, doyen des photographes d’art russe à Paris, Brodsky, Markovitch, Lipnitzki et beaucoup d’autres, spécialisés dans le reportage et la photographie artistiques. On rencontre les photographes civils, mais aussi les militaires, par exemple Kritsky, lieutenant de la garde impériale du régiment Volynsky, évacué en 1920 à Gallipoli, où il rassembla une collection de plusieurs milliers de photographies, dispersées ensuite dans le monde entier. Outre la vie quotidienne du campement, les clichés des photographes militaires immortalisèrent de nombreuses scènes de loisirs comme les expositions et les autres prestations artistiques.

4Bien qu’entamant une réflexion complexe sur l’impact de la culture sur la vie en émigration, ces photographies servent aussi d’ouverture au grand volet consacré au théâtre russe en exil, où on voit défiler les portraits des dramaturges, des metteurs en scène et des comédiens. Sur le chemin vers Constantinople, ils passèrent par le camp de Limassol (Chypre), par la Turquie et la Bulgarie, d’où ils repartirent pour l’Allemagne ou Paris. Par exemple, Duvan-Torzoff commença à travailler au Théâtre populaire à Sofia, puis s’engagea à l’Oiseau bleu à Berlin et dans le Groupe de Prague du Théâtre d’art de Moscou. Installé à Paris à partir de 1925, il se produisait au théâtre de l’Atelier chez Charles Dullin.

5Parlant du cinéma russe en exil, Andrei Korliakov évoque, à travers ces photographies, presque tous les films à sujet russe tournés dans l’entre-deux-guerres en Turquie, en Pologne, en Allemagne, en Italie et, bien évidemment, en France. Il expose les photos de tournage, de décors, les cadres de films, les portraits des comédiens, des réalisateurs, des caméramans et des costumiers comme celles du célèbre peintre décorateur de l’époque Bilinsky. L’auteur conte ensuite les arts plastiques – sculpteurs, architectes, peintres et peintres d’icônes. Dès les premiers jours de l’exil, ils se mirent à organiser des expositions, d’abord dans les milieux des forces armées au camp de Gallipoli, ensuite pour un public plus vaste dans la partie européenne de la capitale turque. Il en fut de même en Finlande et en Estonie, où furent évacuées des unités de l’armée du Nord-Ouest, ou encore en Allemagne, où se retrouvèrent des dizaines de milliers de réfugiés russes qui ont fondé leurs colonies, et en France, à Montparnasse. Ce chapitre débute avec des photos rarissimes signées Repine.

6Traitant de la musique russe en exil, Andrei Korliakov dévoile devant son lecteur un panorama photographique des orchestres militaires, des chorales populaires, professionnelles et liturgiques. Il montre aussi les chanteurs d’opéra, populaires et tziganes, des orchestres classiques ou de balalaïkas jusqu’aux grands compositeurs et artistes de l’opéra russe. Ensuite, il passe tout naturellement au ballet et aux danses populaires russes. De Diaghilev à Lifar, qui ont, chacun à leur manière, réalisé un exploit dans le domaine de la diffusion de l’art du ballet russe, et qui, dans leur art, furent secondés par d’autres artistes comme Preobragenskaya, Legat et Egorova.

7Le chapitre consacré à la littérature englobe tous les aspects de l’activité littéraire, des écrivains militaires et des historiens (Tourkoul, Loukomsky, Solonevitch, etc.) au Prix Nobel Bounine, en passant par des ateliers d’impression et des maisons d’édition, par la presse russophone, les librairies et les bibliothèques. Comme celles des Maisons russes, de l’Université populaire ou encore du Zemgor. Enfin, le huitième et dernier chapitre développe le thème de la conservation et de la diffusion de la culture russe en émigration grâce aux Journées de la culture russe, aux fêtes et expositions Pouchkine ou encore grâce aux nombreux cercles, écoles et associations (les Sokols, les Vitiaz, l’Union des défenseurs de la pureté de la langue russe, etc.) et aux musées – musées militaires (musée des Cosaques, musée de la Cavalerie, etc.) et musées du Théâtre russe et de la Culture.

8Outre les photographies – restaurées, mais pas retouchées –, Andrei Korliakov propose de nombreuses coupures de presse et affiches, des programmes des événements culturels et des catalogues des expositions, des cartes de visite, des cartes postales, des négatifs, qui complètent naturellement son récit photographique. Récit unique en son genre, car c’est la première fois qu’une communauté étrangère devient l’objet de la publication de tant de documents visuels thématiques, regroupés dans un seul recueil.

9Culture russe en exil, Europe 1917-1947 est le cinquième et le plus gros volume dans la série L’émigration russe en photos, Europe 1917-1947, qui englobe déjà les albums Le Grand Exode russe, Europe 1917-1939 (2009, 1 650 photos), Vers le succès, 1917-1947 (2005, 1 000 photos), Honneur et dignité maintenus, 1917-1947 (2001, 750 photos) et Histoire illustrée de l’émigration russe, 1917-1947 (1999, 250 photos).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kateryna Lobodenko-Senani, « Korliarov Andrei, Culture russe en exil, Europe 1917-1947 », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 30 - n°1 | 2014, mis en ligne le 01 mars 2014, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://remi.revues.org/6710

Haut de page

Auteur

Kateryna Lobodenko-Senani

Doctorante en art et médias, Université Paris-III La Sorbonne nouvelle

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page