Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Signorelli Amalia e Miranda Adelina, Pensare e ripensare le migrazioni

Camille Schmoll
p. 157-159
Référence(s) :

Signorelli Amalia e Miranda Adelina (2011) Pensare e ripensare le migrazioni, Palermo, Sellerio, 328 p., ISBN : 978-8-83892-559-7

Texte intégral

1On peut penser que le titre de cet imposant ouvrage, coordonné par Adelina Miranda et Amalia Signorelli, est un clin d’œil à celui de Nancy Green, Repenser les migrations, paru en 2002, qui rappelait combien la comparaison, diachronique et synchronique, est fondamentale à la mise en évidence des spécificités et des récurrences des situations migratoires. Adelina Miranda et Amalia Signorelli s’engagent dans cette direction en croisant une double attention aux flux d’immigration et d’émigration dans une perspective de long terme.

2Issu d’un colloque organisé en décembre 2007 à l’Université de Naples Federico II, Pensare e ripensare le migrazioni nous livre de nombreuses clefs pour la compréhension des migrations, et pour interroger ce que l’on nomme fréquemment les « nouvelles formes migratoires ». Il se compose de quatre parties thématiques, chacune suivie d’une discussion générale. Le titre annonce un objectif ambitieux. En réalité la réflexion proposée ne se base pas uniquement sur des textes d’ordre général et conceptuel, mais aussi sur des exemples et des études de cas, inspirés le plus souvent du contexte italien. De ce point de vue l’ouvrage apporte de nombreux éléments de connaissance empirique. Il convoque certains sujets longtemps négligés des études migratoires traditionnelles, tels que la place et le rôle des femmes dans les différentes vagues d’émigration italienne à l’époque des migrations de masse (Andreina de Clementi) ; le traitement cinématographique des migrations (Matteo Sanfilippo) ; l’usage de la photographie par les émigrants italiens (Alberto Baldi).

Migrations, inégalités, rapports de pouvoir

3Les auteurs des textes, essentiellement des anthropologues, des sociologues et des historiens, partagent une certaine défiance vis-à-vis du culturalisme et une attention pour les processus de stratification sociale et les formes de pouvoir qui contribuent à structurer les dynamiques migratoires. On retrouvera, entre autres, dans cet ouvrage, l’approche de sociologie historique de René Galissot, attentive aux relations entre culturalisme et dynamiques d’exploitation en contexte colonial et post-colonial ; la question de la mixité culturelle évoquée dans une perspective marxiste par Antonio Buttita ; l’attention d’Amalia Signorelli aux relations entre production de l’altérité et dynamiques de stratification sociale ; ou encore les déséquilibres Nord-Sud provoqués par les politiques migratoires du Nord évoqués par Marie-Antoinette Hily et William Berthomière en conclusion. Toujours avec cette attention pour la production d’inégalités, Paola Corti montre, dans une analyse de longue durée de l’émigration italienne, comment celle-ci connaît à nouveau un processus de polarisation dans les dernières décennies, avec le renforcement de la fuite des cerceaux et, en parallèle, une émigration italienne très précaire trouvant des débouchés dans les segments les plus désavantagés des marchés du travail des pays d’accueil. Paola Corti met en évidence, loin du cliché du migrant circulant talentueux et élitaire, la complexité sociale des migrations italiennes contemporaines, ainsi que les nombreux mécanismes de précarisation et de déclassement qui peuvent se produire en migration.

4Le texte de Carla Pasquinelli, consacré à la place de la question des mutilations génitales féminines dans la sphère publique, est passionnant pour comprendre comment différents rapports de pouvoir se croisent dans l’émergence d’une controverse « culturelle ». Carla Pasquinelli relate les polémiques et réactions qui ont suivi la proposition d’introduction par un médecin basé en Toscane d’une pratique symbolique alternative à l’infibulation, qui lui avait été réclamée par un groupe de migrantes somaliennes, travailleuses domestiques pour la plupart. Une élite somalienne bien intégrée, installée depuis plus longtemps que ces migrantes en Italie, s’est coalisée avec des ONG et une partie de la classe politique pour se prononcer contre une telle pratique. Leur voix a été beaucoup plus relayée par les médias que celles des autres femmes. Cette controverse met en évidence la segmentation sociale au sein de la migration somalienne en termes de classe et de génération d’arrivée en Italie. Le récit livré par Carla Pasquinelli est édifiant, car il montre comment de complexes dynamiques de négociation interculturelle peuvent être traversées par différents rapports de pouvoir et comment des coalitions liées à une appartenance commune de classe sociale peuvent se mettre en place autour d’une pratique dite « culturelle » au-delà des différences ethniques, contribuant au final à définir comme « Autre » les plus faibles parmi les migrants.

Transnationalisme et migrations féminines : de nouvelles formes migratoires ?

5Comme dans tout débat sur les nouvelles formes migratoires, le transnationalisme joue un rôle très important dans cet ouvrage. Les auteurs ne sont pas nécessairement d’accord sur la nouveauté du phénomène, et l’on retrouvera les différentes positions du débat international, certains considérant, comme Paola Corti, que l’étude du transnationalisme correspond davantage à une évolution du regard des chercheurs, d’autres comme Sebastiano Ceschi essayant de décrypter la spécificité de la condition transnationale actuelle. On peut aussi remarquer la présence dans cet ouvrage d’analyses déjà fort connues du lecteur francophone, mais utilement traduites en italien comme celle d’Alain Tarrius, qui livre une synthèse efficace de ses travaux sur les nouvelles formes migratoires transnationales et les territoires circulatoires.

6Une exploration des nouvelles formes migratoires n’aurait pas été complète sans une réflexion sur la féminisation des migrations, à laquelle l’ouvrage consacre une importante partie. La part des femmes dans les migrations a-t-elle réellement augmenté ? Comment expliquer l’attention renouvelée des chercheurs pour le rôle des femmes ? Les auteures de la partie consacrée aux femmes et à l’approche par le genre concordent pour dire que ce n’est pas tant la part des femmes dans les flux qui a augmenté, mais bien son rôle et sa capacité à se déplacer seule, indépendamment du regroupement familial. En parallèle c’est le regard que les chercheurs portent sur ces femmes qui a évolué. Andreina de Clementi restitue ainsi de façon passionnante le rôle central – mis en lumière par l’historiographie récente – des femmes dans la grande émigration italienne vers les Amériques et dans la migration d’après-guerre vers l’Europe.

7À partir de ses propres travaux et d’une revue impressionnante de la littérature, Mirjana Morokvasic évoque la question de la migration féminine comme parcours d’autonomisation. Elle montre comment les migrantes, sans cesse à la recherche de compromis plutôt que dans la rupture, utilisent l’ordre genré traditionnel pour poursuivre leurs propres objectifs quand elles ne peuvent pas directement le remettre en cause. Dans un contexte où la mobilité est devenue un important facteur de stratification sociale, la circulation apparaît comme une ressource importante pour nombre de ces femmes.

8Comme on l’aura compris, l’ouvrage Pensare e ripensare le migrazioni est d’une grande richesse en ce qu’il se penche sur différentes époques et différents types de flux, tout en faisant preuve d’une profonde réflexivité sur l’évolution de la recherche sur les migrations. On retrouve cette attention pour les conditions de production de la connaissance sur les migrations dans le texte de Matteo Sanfilippo qui, tout en restituant les principaux courants de l’histoire de l’émigration italienne, contextualise son étude dans le cadre du débat historiographique qui l’a accompagné.

9Pour finir, cet ouvrage a le mérite de proposer des textes en italien d’auteurs incontournables de la littérature francophone sur les migrations (voir les textes de Mirjana Morokvasic et Alain Tarrius, ainsi que les débats sur la circulation migratoire présentés en conclusion par William Berthomière et Marie-Antoinette Hily). On espère, à l’inverse, que certains chapitres pourront être traduits en français, car ils apportent résolument du neuf au débat sur les nouvelles formes migratoires.

Haut de page

Bibliographie

Green Nancy (2002) Repenser les migrations, Paris, PUF, 139 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Schmoll, « Signorelli Amalia e Miranda Adelina, Pensare e ripensare le migrazioni », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 30 - n°1 | 2014, mis en ligne le 01 mars 2014, consulté le 25 juin 2017. URL : http://remi.revues.org/6713

Haut de page

Auteur

Camille Schmoll

Maître de Conférences, Université Paris 7 Denis Diderot/Laboratoire CNRS Géographie-cités

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page