Navigation – Plan du site
Varia

Aux origines des « travailleurs sans papiers ». Les spécificités d’un groupe au service d’une identification généraliste

Exploring the Roots of the “sans-papier Worker”: How the Specifics of a Migrant Group Contributed to a New Labor Identity
Los orígenes de los trabajadores sin papeles: las especificidades de un grupo al servicio de una identificación generalista
Nicolas Jounin
p. 131-152

Résumés

Parmi les milliers de travailleurs sans papiers qui se sont mis en grève entre 2008 et 2010 en France, les immigrés ouest-africains étaient fortement sur-représentés. Cet article essaie d’expliquer cette sur-représentation à partir du cas de l’immigration malienne, où coexistent différents « âges ». Cette immigration reste encore jeune et dynamique. Elle est toute désignée pour peupler la catégorie de sans-papiers que les politiques migratoires fabriquent. Mais elle est également installée, avec sa descendance et, ayant maintenu des réseaux d’information et de solidarité singulièrement denses, elle garantit un ancrage et quelques ressources qui s’avèrent cruciaux pour soutenir les grèves. Enfin, l’immigration malienne connaît une forme d’insertion particulière dans l’économie française par la concentration massive dans le salariat d’exécution, qui la confronte sans intermédiaire à un patronat indigène et conforte l’identité de travailleur brandie à la faveur des grèves.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Une tradition de luttes ?
L’impact du droit
Une immigration à la fois jeune et installée
Dans les espaces institutionnalisés de la subordination
Une « intégration communautaire marginale subie »
Une migration qui fournit des sans-papiers et des ressources aux sans-papiers
Le mystère chinois
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Le 15 avril 2008, environ 300 travailleurs sans papiers de la région parisienne se mettent en grève simultanément dans une quinzaine d’entreprises différentes en revendiquant l’accès à un titre de séjour. Au cours du printemps, ils sont rejoints par plus de 1 000 autres grévistes. Entre octobre 2009 et juin 2010, ce sont cette fois près de 7 000 travailleurs sans papiers qui se déclarent en grève. Nous racontons ailleurs la genèse d’un tel mouvement, ainsi que les péripéties et les contradictions qu’il a rencontrées, lisibles notamment à travers la brève mais tumultueuse existence du label « travailleur sans papiers » (Barron et al., 2011).

Sous cette bannière nouvelle se pressent et se mobilisent des troupes, qui trouvent là un moyen inédit de se rejoindre autour d’une revendication commune. En principe, l’expression « travailleur sans papiers » a vocation à accueillir tous les hommes et toutes les femmes qui travaillent en même temps qu’ils/elles sont en situation irrég...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

01 mars 2014

Référence électronique

Nicolas Jounin, « Aux origines des « travailleurs sans papiers ». Les spécificités d’un groupe au service d’une identification généraliste », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 30 - n°1 | 2014, mis en ligne le 01 mars 2017, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://remi.revues.org/6716

Haut de page

Auteur

Nicolas Jounin

Enseignant-chercheur en sociologie, Université Paris 8, CNRS, CRESPPA (UMR 7217), 2 rue de la Liberté, 93200 Saint-Denis ; nicolas.jounin@univ-paris8.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page