Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Vora Neha, Impossible Citizens: Dubai’s Indian Diaspora

Tristan Bruslé
p. 193-195
Référence(s) :

Vora Neha (2013) Impossible Citizens: Dubai’s Indian Diaspora, Durham & London, Duke University Press, 264 p., ISBN : 978-0-82-235378-2 ; 978-0-82-25393-5

Texte intégral

1Le Golfe arabique, troisième pôle migratoire mondial, est un terrain d’étude en extension, pour les spécialistes des migrations (Gardner, 2005 ; Ali, 2010 ; Kamrava et Babar, 2012 ; Mahdavi, 2011) comme pour ceux des études urbaines (Elsheshtawy, 2010 ; Kanna, 2011). Neha Vora pour sa part s’intéresse aux modes d’appartenance des migrants dans le contexte de l’État rentier autoritaire de Dubaï. Ici, la gouvernementalité crée, grâce à des structures rigides de citoyenneté et de migration, des « outsiders » et des « sujets néolibéraux » (p. 21). L’identité nationale émiratie se construit en effet par opposition aux étrangers qui forment plus de 80 % de la population, mais sont exclus des formes politiques de citoyenneté et de l’état providence. L’auteur s’appuie à la fois sur Ong et Agamben pour montrer que l’exception (ici l’exclusion des étrangers de la citoyenneté) participe à la souveraineté de l’État émirati. Bien que la présence des Indiens soit un fait avéré de longue date, que Dubaï et l’Inde soient liés par le commerce depuis des siècles, les Émirats Arabes Unis cherchent à effacer l’ancien cosmopolitisme précolonial et colonial pour bâtir une identité arabe expurgée et « pure » (p. 48). La dichotomie avant/après le pétrole est utilisée pour montrer que la présence des étrangers dans le pays est un mal nécessaire, mais foncièrement temporaire. Or de nombreux Sud-asiatiques sont installés à Dubaï depuis des décennies. Cette communauté est à la fois « transitoire et établie » (p. 66), invisible entre les travailleurs exploités dont l’exposition médiatique croit, et l’élite internationale, image de marque de Dubaï. L’auteur pose donc la question de l’appartenance (belonging) de la classe moyenne indienne dont le sentiment de déchéance et de non appartenance à l’émirat ne fait pourtant pas se tourner vers la diaspora indienne.

2Les commerçants représentent ces « citoyens non officiels » (p. 93) qui auraient néanmoins un poids politique important grâce à l’ancienneté de leurs réseaux et au fait qu’ils sont des acteurs incontournables du système de la kafala. Ils produisent de l’autorité étatique et des hiérarchies parmi les Sud-asiatiques. Sans revendications politiques, ils se reconnaissent dans la liberté économique émiratie et l’entreprenariat. Ils sont des individus représentatifs de l’ordre néolibéral pour qui la citoyenneté passe par la consommation (p. 135). Il en va autrement pour les jeunes Sud-asiatiques nés à Dubaï qui se forgent peu à peu une « citoyenneté diasporique » (p. 148). En entrant dans l’une des universités occidentales implantées à Dubaï, ils passent de la société indienne fermée sur elle-même, aux écoles communautaires, à celle qu’ils pensent plus ouverte, aux universités formant « à des modalités néolibérales de citoyenneté globales » (p. 159). Mais ils vivent alors la division citoyens/non-citoyens dans leur chair par des expériences de discriminations et de racisme. Leurs aspirations au changement à Dubaï sont politiques, mais vaines. Comme leurs parents, ils se vivent comme « Indiens par défaut » (p. 149), car Dubaï, l’autre base de leur identité, ne leur donne le choix que d’une appartenance minimale, celle de la « citoyenneté urbaine » (p. 153). L’entrée à l’université s’accompagne donc de désillusions et de la prise de conscience de n’être que des « citoyens de deuxième classe » (p. 163). Néanmoins, l’Inde est rarement envisagée comme une solution pour la mobilité alors que l’Occident attire.

3Avec le développement du New Dubaï, son statut de marque commerciale internationale et son nouveau cosmopolitisme global, la classe moyenne indienne, représentant l’ancien cosmopolitisme, a du mal à se situer. Ses quartiers de vie, tel Bur Dubaï où l’auteur a conduit une partie de ses enquêtes, sont exclus des projets urbains d’une ville de plus en plus ségréguée. Le vieux Dubaï, qui n’est pas un « ailleurs » (p. 66) pour les Indiens, mais bien une « extension de l’Inde » (p. 66) est invisible pour le gouvernement, les touristes et les expatriés. Du coup, les Indiens, qui ont le sentiment d’avoir construit Dubaï, se sentent marginalisés. L’insécurité liée à leur statut temporaire, la non reconnaissance de droits quelconques et la nouvelle globalisation les rendent vulnérables. Pourtant, dans un contexte où la citoyenneté par la consommation ne semble qu’un pis-aller, la diaspora indienne n’est pas une identité mobilisée, l’Inde n’est pas une « maison » (p. 84), aucune nostalgie ne s’exprime vis-à-vis du pays de leurs ancêtres. Les discours des Indiens « révèlent qu’ils sont à la limite (liminal) de la diaspora indienne, de la nation indienne et de la vision du futur du gouvernement de Dubaï » (p. 89). Dubaï reste le lieu principal d’appartenance de ces populations, qui ne sont pas attachées à l’Inde autrement que par le biais d’une culture réifiée. La classe moyenne indienne à Dubaï ne serait donc pas à proprement parler diasporique, à la fois rejetée par l’Inde et par Dubaï.

4Dès l’introduction, l’auteur prend le parti pris théorique de ne pas « exceptionaliser » ni « pathologiser » Dubaï (p. 12) en affirmant que les formes de gouvernance et de citoyenneté sont multiples et circulent dans le monde. En suivant Ong (1999), elle souhaite se démarquer des conceptions occidentales de la citoyenneté, pour montrer que dans le cadre de la globalisation, la citoyenneté ne repose pas que sur l’appartenance à un État-nation, mais qu’elle peut s’exprimer par la consommation, l’urbanité ou la diaspora. Sa volonté démonstrative se heurte néanmoins à son terrain (les jeunes Indiens aimeraient des droits politiques à Dubaï) et au fait qu’elle confonde souvent appartenance (à la société libérale, à la sphère économique) et citoyenneté au sens de droits politiques fondamentaux (droit de vote, liberté d’association, etc.). Finalement son désir initial de banaliser Dubaï n’est pas conforté par son développement où l’on voit que les « citoyens impossibles » le restent malgré une « citoyenneté urbaine » et que l’entre-deux n’est pas une situation confortable et mène à une impasse identitaire. La classe moyenne indienne serait donc typique du néo-libéralisme qui ne donne de l’appartenance que par la position économique et la liberté de choisir (un emploi, une consommation), mais refuse les droits politiques.

5Malgré son intérêt et son approche novatrice, l’ouvrage de Neha Vora souffre d’une empirie déficiente. Cela révèle les limites d’un cadre théorique fort imposé dès le départ et quasiment prédéterminant de l’analyse. Rien n’est dit sur la méthodologie ni les personnes rencontrées, un éventuel échantillon ou les méthodes d’enquêtes. Les interprétations de l’auteur sont peu agrémentées de témoignages, ce qui est surprenant pour une étude anthropologique. Aucune proposition ou témoignage ne vient contredire des assertions cadrées dans l’introduction. Il en résulte une confusion dans les catégories étudiées, qui ne sont jamais vraiment définies ou discutées. Les marchands d’or au train de vie luxueux étudiés dans le chapitre 2 font-ils vraiment partie de la classe moyenne indienne ? Qui sont les parents des étudiants sud-asiatiques qui déboursent plusieurs milliers de dollars pour s’inscrire dans une université occidentale ? Les catégories South Asian, Indian, sont-elles vraiment interchangeables ? Pourquoi la mobilité sociale est-elle si peu étudiée ? Autant de questions sans réponse qui ne viennent cependant pas réduire l’intérêt de ce livre qui le premier propose une étude d’un groupe de population peu étudié, mais central à la vie économique du Golfe.

Haut de page

Bibliographie

Ali Syed (2010) Dubai: Gilded Cage, New Haven, Yale University Press, 360 p.

Elsheshtawy Yasser (2010) Dubai: Behind an Urban Spectacle (Planning, History and Environment Series), New York, Routledge, 304 p.

Gardner Andrew M. (2005) City of Strangers: The Transnational Indian Community in Manama, Bahrain, PhD Dissertation, Department of Anthropology, University of Arizona.

Kamrava Mehran and Babar Zahra (2012) Migrant Labor in the Persian Gulf, New York, Columbia University Press, 276 p.

Kanna Ahmed (2011) Dubai, the City as Corporation, Minneapolis, University of Minnesota Press, 296 p.

Mahdavi Pardis (2011) Gridlock: Labor, Migration and Human Trafficking in Dubai, Stanford, Stanford University Press, 264 p.

Ong Aihwa (1999) Flexible Citizenship: The Cultural Logics of Transnationality, Durham, Duke University Press, 322 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tristan Bruslé, « Vora Neha, Impossible Citizens: Dubai’s Indian Diaspora », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 30 - n°2 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://remi.revues.org/6825

Haut de page

Auteur

Tristan Bruslé

CNRS, Centre d’Études Himalayennes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page