Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Schor Ralph, Écrire en exil. Les écrivains étrangers en France, 1919-1939

Yves Charbit
p. 195-197
Référence(s) :

Schor Ralph (2013) Écrire en exil. Les écrivains étrangers en France, 1919-1939, Paris, CNRS Éditions, 342 p., ISBN : 978-2-271-07624-3

Texte intégral

1Le livre passionnant que vient de publier Ralph Schor aux éditions du CNRS nous offre en 342 pages une remarquable peinture, fine et fouillée, de la situation des écrivains étrangers en France entre 1919 et 1939. L’ouvrage est fondé sur un solide corpus de 311 écrivains de vingt-deux nationalités, principalement des Allemands, des Russes et des Américains. On trouvera en annexe de très utiles notices biographiques, suivies d’une riche bibliographie bien organisée. Sont d’abord présentées les sources primaires, c’est-à-dire la propre production des écrivains : mémoires d’orientation autobiographique, correspondance et leurs œuvres (romans, essais, articles).

2Le premier chapitre marque d’emblée la dualité fondamentale de ces situations d’exil. D’une part, l’exil volontaire caractérise surtout les Américains (mais pas seulement eux) ; il s’agit d’une fuite loin du conformisme parfois étouffant des pays d’origine. D’autre part, un exil forcé a été induit par l’oppression politique ou raciale. Derrière cette première grande opposition, la réalité est plus complexe. Ainsi, le groupe des Américains de « la génération perdue » n’est guère homogène, tant s’en faut. Il n’y a probablement rien de commun, sinon l’exil, entre la pauvreté d’Henri Miller, le dandysme de Scott Fitzgerald, riche et désoeuvré, les convictions communistes de l’Afro-Américain Claude McKay, ou encore l’affichage par Gertrude Stein et Nathalie Barney de leur homosexualité, qu’elles peuvent vivre librement à Paris. Fuir un milieu étouffant et conservateur est aussi la motivation de certains Européens, tels le Belge Robert Kanters ou l’Irlandais Samuel Becket. L’exil forcé caractérise bien sûr les exilés allemands, à partir de l’arrivée au pouvoir d’Hitler en 1933. Comme l’écrit Klaus Mann, le fils du prix Nobel Thomas Mann, rester en Allemagne offrait un choix impossible « entre le martyr absurde et la trahison opportuniste, le camp de concentration ou l’intégration » (p. 25). Les dictatures fascistes d’Europe centrale, d’Espagne et du Portugal, et à l’autre bout du spectre politique la révolution bolchevique, contraignirent à l’exil intellectuels, artistes ou militants politiques.

3Le deuxième chapitre de l’ouvrage reprend le proverbe allemand et yiddish « Heureux comme Dieu en France », que l’on associe en général à la France des Droits de l’homme et du citoyen et plus généralement à l’héritage des Lumières. Ce que Ralph Schor souligne, c’est plutôt l’attirance exercée sur les intellectuels et les artistes par le cosmopolitisme de la France des années 1920 et 1930, la liberté d’expression, le rayonnement culturel, le bouillonnement intellectuel qui y règnent. Les grands noms abondent, qui témoignent de la puissance d’attraction de la France, même si certains n’y passèrent que quelques années avant de s’exiler à nouveau. Pour d’autres, un enracinement définitif a permis l’épanouissement de leur talent, comme le montre le superbe chapitre 7 intitulé Exil et Littérature. Ce sont par exemple Arthur Adamov, Hanah Arendt, Victor Bash, Walter Benjamin, Nina Berberova, Marthe Bibesco, Louis Bromfield, Walter Benjamin, Émile Cioran, Alfred Doblin, John Dos Passos, Lion Feuchtwanger, Romain Gary, Peggy Guggenheim, Ernest Hewingway, Eugène Ionesco, James Joyce, Arthur Koestler, Maurice Maeterlink, Heinrich Mann, Man Ray, Ludwig Marcuse, Somerset Maugham, Irène Némirovsky, Anna de Noailles, Joseph Roth, Nathalie Sarraute, Georges Simenon, Elsa Triolet, Tristan Tsara. En 1953, dans Souvenirs, souvenirs, Henri Miller note : « À Paris, on n’a pas besoin de stimulants artificiels pour créer. L’atmosphère est saturée de création ». Leur inspiration s’enrichit certes des auteurs du XIXe siècle, Balzac, Stendhal, Hugo, Flaubert ou Zola, mais aussi de leurs contemporains : Marcel Proust, Anatole France, Romain Rolland, Paul Valéry, André Gide surtout, font autorité. À côté des qualités littéraires et des modèles que constituent des romans tels que Le Rouge et le Noir, Madame Bovary ou À la recherche du temps perdu, « la fréquentation des auteurs français du XXe siècle [observe Ralph Schor] conduisait à deux obligations intellectuelles et morales pressantes : l’attachement aux valeurs humanistes et le nécessaire engagement de l’écrivain dans les combats contemporains » (p. 172). Cela est sans doute vrai de toute grande littérature, mais la tolérance et l’ouverture furent spécifiques de la société française des années 1920 et 1930 et elles eurent une influence directe et profonde sur le processus créatif des écrivains en exil (on pourrait d’ailleurs en dire de même du monde des peintres et des sculpteurs). Henri Miller mérite à nouveau d’être cité. Il décrit l’écriture du Tropique du Cancer comme un acte désespéré. « Désespoir, fureur, récrimination, violence. Je voulais tout mettre à sac, tout. Oh oui, vraiment, mon écriture a subi un changement définitif. Je ne sais pas exactement comment expliquer cela. Sauf en disant que je vivais dans une atmosphère de complète liberté et d’anarchie » (p. 174). Même témoignage d’Ernest Hemingway, qui considérait qu’il avait appris à écrire à Paris. Mais qu’est-ce qu’une littérature d’exil ? Les Russes en particulier furent confrontés à la difficulté de se couper de leurs racines, au risque de s’enfermer dans une nostalgie stérile. D’autres au contraire puisèrent dans la littérature d’avant-garde, Joyce, Céline, Proust, le renouvellement de leur inspiration tout en nourrissant leurs œuvres de leur identité même, de leurs propres souvenirs ou de leurs travaux critiques d’histoire littéraire (sur les vies de Tourgueniev, Tolstoï ou Pouchkine). Enfin, le roman historique permit aux Allemands une critique indirecte du nazisme à travers des personnages sanguinaires de l’histoire romaine tels Néron.

4Le livre est également une contribution très importante à l’articulation entre Exil et politique (chapitre 8), dimension évidemment déterminante de la présence en France de ces écrivains, d’autant qu’après la tragédie de la Grande Guerre, l’insouciance des années 1920 fit progressivement place à un assombrissement croissant : d’abord la montée du fascisme italien (1922), puis la crise économique (1929), le nazisme (1933) et enfin la guerre civile espagnole (1936), véritable répétition générale avant l’embrasement de l’Europe en 1939. Ralph Schor évoque bien sûr l’engagement antifasciste et présente avec finesse la palette des positionnements et des stratégies. Si les intellectuels et les artistes européens furent les témoins douloureux de ces événements majeurs, le cas particulier des Russes doit être évoqué, car après la révolution de 1917, la guerre civile en Russie et le triomphe des bolcheviks déclenchèrent l’exode des Russes blancs. La réalité ne saurait pourtant se réduire à l’exil des seuls vaincus. On trouvait en France à la fois le dernier carré des monarchistes qui souhaitaient restaurer le tsarisme, mais aussi les libéraux favorables à une monarchie constitutionnelle ou encore des démocrates républicains, sans compter les différentes appartenances religieuses et enfin les différences entre les générations. Les appartenances politiques et les choix idéologiques, qui transcendaient les nationalités, compliquent encore le paysage de l’exil politique en France. On pense bien sûr aux communistes et aux manipulations internationales de Staline surtout lorsque se met en place la répression contre les trotskistes.

5Ce qui fait aussi l’intérêt du livre c’est la richesse des analyses du rapport de ces exilés à la France (chapitres 2, 3 et 6). La représentation de la France qu’ils portaient en eux avant l’exil, c’est évidemment celle d’une terre de culture et de modernité, d’un pays doté d’une capitale unique au monde, bénéficiant aussi d’une riche diversité régionale. La culture française est pour eux celle de la raison et de la mesure, ce qui n’exclut nullement la passion des Français pour les débats d’idées et l’importance des valeurs humanistes. Bref un art de vivre envié par toute l’Europe. Mais l’expérience de l’exil, c’est aussi le racisme et la xénophobie, en tout cas la méfiance et l’isolement, même si de très nombreuses occasions et lieux de rencontre permettent de limiter la solitude : dans de nombreux salons, salles de conférence, cafés et maisons d’édition circulent les idées, les informations, les rares pistes d’emploi. Sauf pour la poignée d’Américains dotés d’une grande fortune personnelle, la plupart des exilés connaissent des conditions de vie sommaires, dans des appartements glacés l’hiver, souvent miteux et insalubres. La précarité, la faim, le froid, le déclassement social est leur lot quotidien, en dépit d’une incontestable solidarité (chapitre 4). Aussi se produit, comme pour toute immigration, un réajustement en baisse des attentes et des représentations, ce qui ne manque pas de déclencher chez certains une crispation identitaire. La souffrance est constante chez la poétesse Marina Tsvetaeva, incandescente et fermée à tout compromis, dont Zoé Oldenburg écrivit qu’elle « vivait séparée du monde entier par la terrible musique des mots qui la brûlaient jour et nuit » (p. 184).

6En fin de compte, le titre Écrire en exil est parfaitement choisi. Le livre illustre de manière très convaincante la nécessité d’une contextualisation fine de la production littéraire. En ce sens il s’inscrit dans la tradition de la sociologie de la connaissance, non pas de manière schématique en postulant que toute production littéraire n’est que le produit d’un strict déterminisme, mais en montrant comment les conditions concrètes de l’exil dans le contexte spécifique de la France, ont influé sur la production littéraire. Il s’agit d’un grand livre, qui fera référence, remarquablement écrit, nourri d’une vaste culture et qui se situe au confluent de deux champs de spécialité de l’auteur. Ces quelques lignes ne pouvaient prétendre en restituer toute la richesse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Charbit, « Schor Ralph, Écrire en exil. Les écrivains étrangers en France, 1919-1939 », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 30 - n°2 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 27 juin 2017. URL : http://remi.revues.org/6827

Haut de page

Auteur

Yves Charbit

CEPED, Université Paris Descartes-INED-IRD

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Université de Poitiers

Haut de page